Accueil > Articles > Catégorie d'age > Dès 12 ans > Freshwater Fly, gardez la pêche !

Freshwater Fly, gardez la pêche !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 335 vues 12 minutes de lecture

Après quelques heures au bord d’un lac, canne à pêche en main, enfin une touche ! La poiscaille ne me facilite pas le travail et se débat comme un beau diable. Vu la force exercée sur ma ligne, il s’agit d’un bien gros poisson, ce qui est d’autant plus excitant. Après quelques minutes de lutte acharnée et une dernière manipulation du moulinet, le poisson est enfin hors de l’eau et sa capture est un succès total. Ce n’est que le 3ème poisson de la journée, mais celui-ci a un sacré gabarit. Je me tourne vers mon compagnon qui lui, est une sacrée pointure pour la pêche et me tarde de lui montrer ma prise. À ce moment-là, il se retourna vers moi pour me faire part de ses captures et à ma grande surprise, un énorme poisson arc-en-ciel dans sa main, d’une taille similaire à la mienne. Nous avons définitivement trouvé un bon spot et sans même nous concerter nous avons tout de suite lancé une compétition entre nous ! Qui de nous d’eux rapportera les plus beaux et gros poissons d’ici la tombée de la nuit…

L’univers de la pêche est abordé avec brio dans Freshwater Fly et cela nous vient de Bellwether Games, par l’auteur Brian Suhre, qui ce dernier, nous a déjà concocté un jeu dans la même thématique : Coldwater Crown, on vous en a parlé dans ce sujet. D’un point de vue pinceaux, la plume de Darryl T. Jones s’invite à la fête pour un rendu très soigné.

Freshwater Fly n’a rien à envier à son aîné, car il est tout aussi plaisant et accessible. Prévu pour un joueur, jusqu’à quatre joueurs, pour environ 60 minutes de pêche intensive en moyenne. Un opus qui se base sur le « dice-crafting » ou chaque joueur se verra lutter pour pêcher un maximum de poissons et surtout, scorer le plus de points de victoire. Celui qui aura le meilleur score remportera la partie. Le jeu a pu voir le jour grâce à Kickstarter, lors d’une campagne qui a pris fin le 26 avril 2019 avec quasi le triple (voir un peu plus) de ce qui a été demandé pour financer le jeu en question. Un vrai succès ! Il faut dire que le matériel proposé est superbe et que la mécanique de jeu est aussi très intéressante, car elle permet de très vite rentrer dans le vif du sujet.

Précisons tout de même que le jeu n’existe qu’en version anglaise, mais cela n’a pas empêché certains fan’s de mettre à disposition les règles traduites en français. Surtout qu’il n’y a pas de texte sur le matériel de jeu. Envie de poisson ? D’accord, nous vous en parlons un peu plus sur les lignes suivantes.

Vous n’aimez pas les poissons ? On s’en Fish, vous allez adorer y jouer !

Comment fait-on pour jouer à Freshwater Fly ? C’est très simple, il suffit d’être le premier à capturer 7 poissons et après un décompte du score, il faut être celui qui possède le plus de points de victoire. Jusqu’ici, tout va bien. Sauf que pêcher ces maudits poissons ne va pas être de tout repos, on vous explique pourquoi.

Il y a 3 grandes phases qui caractérisent le tour de jeu et qui méritent de les décrire un peu plus en détail, car cela met en exergue la mécanique du jeu dans Freshwater Fly. Les 3 grandes phases sont la phase de pêche avec le dice drafting, la phase du moulinet où cela va se passer sur le plateau individuel du joueur actif et la phase de finesse ou de technique qui sera un complément à la phase précédente dans le but d’améliorer/favoriser la capture.

Dans la première phase, ce qui va être intéressant, c’est qu’à tour de rôle, les pêcheurs vont choisir un dé sur un pool de dé à 6 faces pour cibler un poisson. Le chiffre indiqué sur le dé choisi aura 3 utilités. La première sera de déterminer sur quelle colonne du plateau de la rivière (qui est représenté par un plateau avec plein de cartes poissons disposées de manière aléatoire dessus) nous avons le droit de poser notre cible et choisir parmi la colonne 1 des 3 cartes poissons posées dessus. La deuxième sera la phase du moulinet où le chiffre sur le dé choisi indiquera le nombre de déplacements du moulinet. Ce qui sera important pour capturer le poisson que nous avons réussi à faire mordre à l’hameçon. Et la dernière utilisation du dé sera pour déterminer le premier jour du tour suivant. Lorsque tous les dés ont été choisis, le tour prendra fin et le premier joueur sera celui qui aura accumulé le nombre le plus bas en additionnant ses dés récupérés. Donc pour ne pas être le dernier à choisir les poissons dans la rivière, mieux vaut ne pas être trop gourmand avec le Dice drafting.

La phase du moulinet est également une mécanique intéressante, car elle va également être directement influencée par le choix que nous faisons des dés, mais pas que ! Lorsqu’un poisson mort à l’hameçon, il faut encore le ramener vers nous et c’est là tout l’intérêt de cette phase de jeu. Nous allons concrètement faire tourner le moulinet comme si nous étions en situation de pêche et en fonction de l’emplacement du moulinet, nous allons pouvoir réaliser des actions ! Le principe est vraiment très sympa et cela va dépendre de la force du poisson (ou plutôt sa résistance) qui aura comme conséquence de diminuer la force du dé que nous avons choisi. Les actions sur le moulinet auront un rôle important à jouer puisque cela va permettre de faciliter votre capture.

La phase de finesse ou de technique est une phase qui se joue avec la phase du moulinet qui vous permettra d’activer des actions bonus visant à modifier le résultat de vos dés, de réduire la résistance de votre poisson à 0, etc… Cela permet d’avoir un certain contrôle sur l’aspect aléatoire du jeu, car vous le savez aussi bien que nous, quand nous devons lancer des dés, c’est du pur hasard !

Ce qui vous reste à savoir est le scoring de fin de partie qui est aussi très intéressant. Vous avez les points de victoire qui figurent directement sur vos poissons capturés, mais vous avez également 3 objectifs communs qui vous permettront de gratter encore quelques points. Et pour finir, vous avez aussi des objectifs de fin de partie qui figurent sur les plateaux de jeux individuels (avec le moulinet) et qui seront différents sur chacun des 4 plateaux des joueurs existants !

Pardonnez-moi Seigneur, car j’ai pêché…

Passons en revue les divers composants de Freshwater Fly, à commencer par son matériel qui est de très bonne facture. Sans compter que la version deluxe, proposée via la campagne Kickstarter, embellira un peu plus votre jeu avec des tokens en bois et un sac en cuir qui a une bonne gueule. Cependant, pas besoin d’avoir cette version deluxe pour apprécier son acquisition, c’est du bon matériel et ce n’est pas un poisson d’avril !

D’un point de vue illustration, les couleurs sont belles et les dessins aussi. Comment faire simple et efficace et nous faire rentrer dans le thème avec brio ; chapeau l’artiste ! La thématique et la mécanique s’emboîtent très bien et cela nous plonge dans cet univers de pêche qui n’est pas très répandu dans le secteur ludique. On sent la difficulté qui émane de la pêche et de sa technique, même si cela est vulgarisé et simplifié au maximum. Freshwater Fly nous plonge bien dedans, sans mauvais jeu de mot.

Les règles sont très bien écrites et bien illustrées pour permettre de comprendre facilement l’essentiel afin de se lancer dans une partie de Freshwater Fly. Ce qui est intéressant, c’est que le jeu est (outre le nom de la poiscaille sur les cartes) « langage indépendant », ce qui veut dire qu’il n’y a pas de texte sur les composants de jeu. L’iconographie est relativement intuitive et il suffit d’avoir lu une fois les instructions pour ne plus avoir à faire des allers-retours dans les règles ; l’iconographie peut se suffire à elle-même.

La mise en place se veut plutôt simple. Il suffit de suivre l’illustration présente sur la règle et en quelques minutes vous êtes prêts à vous lancer dans une partie. Il y aura uniquement quelques composants à adapter en fonction du nombre de joueurs.

La mécanique fonctionne superbement bien et elle est très simple pour que tout le monde puisse s’y essayer sans avoir une tête ronde comme un ballon à la fin de la partie. Le scoring de fin est également très facile à compter et à comprendre. Ce qui nous amène à parler de la prise en main de Freshwater Fly, car nous pensons qu’une partie suffira à bien cerner les enjeux, mais prendra probablement un peu plus de temps à forger votre stratégie. Une des raisons pour laquelle cela va être difficile d’avoir une stratégie gagnante est en partie grâce à sa rejouabilité ! Les dés, le plateau avec objectifs individuels, les cartes poissons posées aléatoirement sur le plateau de la rivière… toutes ces composantes aléatoires vont favoriser la rejouabilité du jeu et bien sûr, cela va vous perturber après chaque partie. Il faudra s’adapter à la situation et jouer malin pour prendre le dessus sur vos adversaires. Mais qu’à cela ne tienne, vous allez pouvoir y rejouer pendant longtemps !

Le gameplay ne manque pas de fluidité, même si les stratégies sont multiples. Nous n’avons pas besoin de passer des heures et des heures à réfléchir, donc les actions s’enchaînent plutôt bien et cela évite les temps morts que pourraient repousser certains. L’interaction est plutôt faible, car elle n’est pas forcément directe, mais indirectement, on peut embêter son adversaire selon les choix des poissons et selon le choix des dés, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus présent dans Freshwater Fly.

Ce que nous retenons de Freshwater Fly, c’est le plaisir de partir pêcher, que ce soit avec des amis casual gamer ou des joueurs avertis, bien plus exigeants. Avec une prise en main rapide et un brin de stratégie/difficulté, voilà la recette d’une bonne bouillabaisse… euh pardonnez-nous, d’un bon jeu « familial+ » comme nous les aimons.

Et comme les bonnes nouvelles ne viennent jamais seules, le jeu se dote également d’une version solo qui se caractérise sous la forme d’une mini campagne/aventure qui se jouera avec le verso du plateau de jeu (de la rivière). Pour les amateurs du genre, vous avez ce qu’il faut pour occuper vos après-midi !

Freshwater Fly est un jeu qui est superbement réalisé, pour toutes ses qualités sus-mentionnées. Que ce soit pour le matériel, pour la mécanique bien ficelée et accessible. Peu importe le nombre de joueur, le jeu se joue très bien à 1-2-3-4 joueurs. Et mention spéciale pour le format langage indépendant qui nous a permis de le faire découvrir à beaucoup de personnes qui ne se sentent pas forcément à l’aise avec l’anglais. Donc que cela ne soit pas un frein pour que puissiez capturer ce jeu !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
Freshwater Fly sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Bellwether Games

Rédacteur de l’article : Eric

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire