Accueil > Articles > Jouer en famille > L’Ile Infernale, trente-trois ans après, vous avez à nouveau rendez-vous avec Vul-Kar !

L’Ile Infernale, trente-trois ans après, vous avez à nouveau rendez-vous avec Vul-Kar !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 14,9K vues 14 minutes de lecture
L’Ile Infernale, trente-trois ans après, vous avez à nouveau rendez-vous avec Vul-Kar !




Splash ! Les deux pieds dans la boue ! Cette fichue île nous met vraiment dans tous nos états. Et ces chemins épuisants, étroits et glissants… quelle galère pour notre équipe d’aventuriers ! Mais la soif de découverte et les richesses que les trésors pourraient nous rapporter valent bien quelques désagréments. Chapeau sur la tête et lasso à la ceinture, on continue quand même à grimper vers le sommet de l’île. Un sommet qui ne présage vraiment rien de bon surtout que Vul-Kar semble dans une colère noire ! A peine le temps de finir de prononcer ces mots que le sol se met à trembler. Les cailloux font des bons de plus en plus accentués. Les palmiers commencent à se balancer dangereusement et les ruisseaux propulsent de hautes vagues sur des pentes déjà détrempées. Et ce qui devait arriver se produisit ! Une gigantesque boule de feu fit son apparition au sommet d’un monticule rocheux. Brûlante et rougeoyante, le piège mortel dévale la pente à une vitesse infernale. Un coup de Vul-Kar, c’est certain !

Mais qu’est-ce qui nous a pris de nous rendre sur cette île pour affronter Vul-Kar ? Ou plutôt pour l’affronter à nouveau ! Retour en 1986, au tout début de l’histoire. Car oui, c’est là que tout a commencé pour « L’Ile Infernale ». Sorti à l’époque des studios MB, le jeu a marqué toute une génération de petits joueurs en herbe. Surtout cette fameuse publicité qu’on regardait avec des yeux ébahis (certains comprendront). Un plateau de jeu en plastique, des billes rouges pour les boules de feu et une grosse tête noir en plastique appelée Vul-Kar ! Le rêve ! Et une trentaine d’années plus tard, l’éditeur Restoration Games décide de relancer la licence avec une édition visuellement revue et corrigée. Quelques 23’000 contributeurs soutiennent le projet qui a été porté sur Kickstarter et voilà que l’Ile Infernale, version 2019, peut prendre un nouveau départ.

Un nouveau départ qui se traduit également par une localisation francophone avec le jeu qui entre au catalogue d’Asmodee. Ainsi, l’Ile Infernale est d’ores et déjà disponible en boutique, pour deux à quatre aventuriers intrépides et des parties qui varient entre 30 et 60 minutes. En outre, l’opus se destine à un public familial puisque le jeu est accessible à partir de 7 ans. En fait, il se veut plutôt accessible dès que votre junior sait lire.

Dans l’Ile Infernale, vous êtes déposés par hélicoptère et c’est à vous, moyennant l’utilisation de cartes, de vous déplacer sur l’île pour prendre des photos, ramasser des trésors et peut-être même vous emparer du coeur de Vul-Kar ! Un précieux gemme ! Chaque élément vous rapportera des points de victoire, mais ce ne sera pas si simple. Si les cartes vous permettent de vous déplacer, elles offrent aussi la possibilité de déclencher de terribles effets sur les autres joueurs. Un opus compétitif dans lequel il faudra jouer des coudes pour retourner à votre hélicoptère et espérer remporter la partie ! On vous explique immédiatement la règle du jeu…

On s’en allait de bon matin, on s’en allait sur les chemins…

En tant qu’aventurier intrépide, vous êtes déposé sur l’Ile Infernale. Le but du jeu consiste à être en possession du maximum de points de victoire lorsque l’hélicoptère viendra vous rechercher.

A votre tour, vous commencez par remettre votre figurine debout, si cette dernière a été renversée au tour précédent. Puis vous choisissez une carte dans votre main et vous la jouez. Cette carte vous impose de vous déplacer sur l’île d’un nombre de cases défini. Si vous passez devant un trésor, vous vous en emparez. Si vous atteignez un spot, vous prenez une photo et vous recevez la carte souvenir de ce lieu. Si vous atteignez le cœur de Vul-Kar, vous vous en emparez également. Si vous traversez un élément instable du jeu (pont ou échelle), votre déplacement s’arrête. Vous avez ensuite la possibilité de déclencher l’effet de la carte jouée. Il existe plusieurs types d’effets lesquels vous permettront par exemple d’envoyer des boules de feu sur les autres joueurs, piocher des cartes bonus (les souvenirs), déplacer certains éléments du jeu, etc.

A noter que certaines cartes que vous jouerez seront des cataclysmes. Ces dernières vous imposeront, une fois votre déplacement effectué, de lancer des boules de feu depuis la tête de Vul-Kar. Si vous êtes renversé, non seulement vous redémarrerez votre périple depuis votre point de chute, mais vous perdrez aussi des trésors.

Une fois l’effet appliqué, vous refaites votre main à deux cartes et c’est au joueur suivant de débuter son tour. Quand la fin de partie est déclenchée, vous devez rejoindre l’héliport et chacun effectue ensuite son décompte des points de victoire.

A en avoir les boules en feu !

Nous, on a grandi avec l’Ile Infernale ! Petits, on avait les yeux qui brillaient devant la publicité qui passait à la télé. Alors, imaginez notre excitation quand on a appris la réédition de cette pièce d’anthologie ! Forcément, tels de vrais gamins, il nous fallait cette boîte ! Surpris premièrement par la finesse du carton… Bon, ouvrons quand même ! A l’intérieur, on retrouve trois thermoformages pour les pièces de l’île, la tête de Vul-Kar en plastique, une dizaines de billes, quatre figurines, 1 dé, des ponts, une échelle, des palmiers en plastique… Mais ce n’est pas tout ! Une cinquantaine de cartes, des éléments en carton dont certains à assembler, une grosse gemme, des jetons, un petit plateau en carton et la règle du jeu. Ouf ! Cela en fait du matériel !

Et si cela en fait du matériel, on peut vous dire qu’il faudra vous armer de patience pour tout remettre correctement dans la boîte. Chaque chose a sa place (il y a même une notice sur comment ranger le matériel) mais à chaque fois, on met des cheveux gris pour tout bien repositionner. Donc, zen attitude les amis ! Concernant le matériel, la production propose des éléments de jeu plutôt basiques. Les thermoformages de l’île sont très fins, les figurines ne sont pas détaillées, et l’ensemble est un peu cheep. Pour le prix du jeu, on en connaît qui vont faire la même tête que Vul-Kar ! Ouch !

Mais bon, on va dire que les boules de feu vont sans doute contrebalancer notre refroidissement. Alors intéressons-nous à la règle. Un feuillet de six pages, avec quelques illustrations, qui explique bien le tour de jeu. Il faut dire que le principe de l’Ile Infernale n’est pas compliqué et il n’y a rien de bien sorcier. Ainsi, le document fait le travail.

Visuellement, il faut bien le reconnaître, cette version 2019 change complètement du côté assez austère de l’édition d’autrefois. Surtout au niveau des illustrations ! Le rendu 3D de l’univers visuel est plutôt agréable et facilite l’immersion. Les objets, les panoramas, le graphisme des cartes, tout cela fonctionne bien et on prend plaisir avec les éléments graphiques qui ont, à notre goût, bien été travaillés.

Pour le setup, comptez cinq petites minutes. Le temps d’assembler l’île, de placer les trésors et les éléments en plastique. Un petit coup de brassage des cartes et, c’est parti ! A vous les pentes abruptes et le duel avec le grincheux qui domine toute la tablée !

Destiné à un public familial, l’Ile Infernale ne pose aucun souci de prise en main. Et c’est même plutôt rapide. Vous jouez une carte, vous appliquez ce qui est mentionné et vous refaîtes votre main. Il n’y a rien de plus simple. Sur une première partie, on ne revient pas à la règle sauf pour les quelques particularités consistant à replacer votre figurine au bon endroit et de manière correcte, lorsque cette dernière s’est prise une boule de feu en pleine face ! L’accessibilité se veut donc parfaitement optimale.

Pour les mécanismes de jeu, on retrouve principalement de la programmation d’action associée à du placement et du déplacement sur l’île. On suit un parcours avec notre personnage et on essaie d’optimiser ses mouvements pour accéder au maximum d’éléments nous rapportant des points de victoire. Les collections devront ainsi être optimisées. On retrouve en outre une très légère gestion de main de cartes. Il faut dire qu’avec seulement deux cartes en main, on ne gère pas vraiment grand chose. L’opportunisme doit aussi être pris en compte puisque le jeu imposera aux joueurs de saisir les occasions qui se présentent à eux. En effet, s’il ne faut pas hésiter à ramasser des trésors, il ne faudra pas non plus hésiter à balancer des boules de feu sur vos adversaires ou leur voler leur précieux butin. Tout est permis ! Dans l’Ile Infernale, la chance est omniprésente. Si vous n’appréciez pas cela, passez votre chemin. De la pioche des cartes, aux déplacements, aux lancés de dés et même aux trajectoires des pièges envoyés de Vul-Kar, le hasard s’invite partout. En fait, il ne faut pas chercher à contrôler le jeu mais plutôt à s’amuser de l’univers décalé et terrifiant en vivant cela comme une aventure. Et le résultat final est qu’on passe un très bon moment.

On ouvre rapidement une petite parenthèse puisqu’on a brièvement évoqué les points de victoires. Restauration Games a conçu une application mobile, bien utile, pour calculer votre score en fin de partie. Disponible sur Android et iOS, cette App vous permettra aussi de choisir le premier joueur, varier les setup ou encore apporter une musique d’ambiance à vos parties. Plutôt sympa surtout que tout cela se veut également traduit en français. On vous met les liens vers l’application au bas de ce sujet.

Et alors, quand est-il de la rejouabilité ? Comme le hasard est relativement présent dans l’Ile Infernale, les parties ne se ressemblent pas vraiment d’une à l’autre. Il y a toujours des rebondissements ! Ou alors des phases pendant lesquelles vous ne pouvez pas faire grand chose avec votre main de cartes. Mais dans tous les cas, vos parties vont être variées, c’est certain !

Bob Morane était un aventurier solitaire… ce n’est pas trop le cas ici. Au contraire, le jeu se veut plutôt propice à l’interaction entre les joueurs. Bien sûr vous pouvez faire cavalier seul, mais les autres ne vous laisseront pas faire et même Vul-Kar en aura après vous. Par ailleurs, les règles sont propices à l’interaction entre les différents protagonistes, ne serait-ce que pour se faire de mauvais coups. En outre, là où il faut se lancer des boules de feu, bouger les éléments en cours de partie, interagir avec les autres, les joueurs n’auront de cesse que de communiquer et d’échanger entre eux. On a bien aimé cet aspect très convivial.

Finalement, on aurait tendance à vous dire que le jeu reste une expérience plutôt sympa. Mais c’est parce qu’on est des nostalgiques du titre des années 80. Et pour nous, c’est surtout à ce public que s’adresse l’Ile Infernale. Les joueurs habitués, et essentiellement ceux qui apprécient de pratiquer les jeux de plateau avec des composants d’excellente facture vont inévitablement être déçus et pointer du doigt les imperfections. Et on ne peut pas leur donner tort. Mais encore une fois, on ne pense pas que le jeu leur soit destiné. Par ailleurs, c’est aussi à un public familial que s’adresse cette grosse boîte de jeu. Pour des moments conviviaux pendant lesquels, on prêtera plutôt attention à l’ambiance et aux sales coups de Vul-Kar plutôt qu’au rapport qualité/prix. Si vous êtes dans la cible, vous garderez forcément en tête, un jeu facile d’accès, dans lequel chacun a sa chance. Des parties interactives pendant lesquelles on peut lancer des boules de feu, faire dégringoler des ponts, jouer des sales coups aux autres et même faire des « tch tch tch tch tch » pour imiter le bruit de l’hélicoptère qui vient récupérer les aventuriers ! Tout un programme !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
L’application mobile pour l’Ile Infernale, version iOS et Android
La fiche du jeu sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Restoration Games

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire