Accueil > Articles > Jouer en famille > Tales of the Arabian Nights, vivez l’aventure de l’Orient au pays de Simbad et d’Ali Baba

Tales of the Arabian Nights, vivez l’aventure de l’Orient au pays de Simbad et d’Ali Baba

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 447 vues 11 minutes de lecture
Tales of the Arabian Nights, vivez l’aventure de l’Orient au pays de Simbad et d’Ali Baba

Houuu, Assalamu alaykoum humble visiteur ! Je vois que tu es arrivé tard dans la nuit ici au pays des mille et un trésors. Tu viens peut-être chercher l’aventure ou les richesses de l’Orient ? Ouiii ! Alors, il te faudra cette magnifique lanterne pour éclairer ton chemin. Le désert est parsemé de mystères mais aussi de grands malheurs humble visiteur. Tu te dois d’y voir clair et pour quelques pièces d’or je peux palier à tes problèmes mon ami. Regarde cette magnifique réalisation sculptée par les grands artisans du marché, tu ne peux pas passer à côté de cette affaire exceptionnelle mon jeune ami…

La boîte du jeu

Alors, chers lecteurs, serez-vous tentés par cet achat qui vous délestera de quelques pièces d’or ou préférez-vous jouer les économes au risque de perdre en réputation ? C’est que vous commencez à être connu comme un âpre négociateur ! Si vous aimez faire des choix, vivre de grandes aventures, que vous adorez les jeux de plateau et que la narration ne vous fait pas peur, alors devenez acteur de Tales of the Arabian Nights (les contes des mille et une nuit).

Il s’agit là d’un titre qui est sorti il y a longtemps déjà, dans les années quatre-vingt mais on se souvient surtout de la version 2009 éditée chez Z-Man Games puis en français en 2015 chez Philosophia. Dans Tales of the Arabian Nights, vous incarnez le héros d’une aventure fantastique, aux origines arabe, perse, indienne et avec un soupçon d’influence chinoise. Vous devrez voyager dans des contrées lointaines et vous seul serez le maître de votre destinée. Les nombreux récits qui vous seront contés forgeront votre sagesse afin que vous puissiez la partager avec les autres joueurs. Pour chaque histoire, vous devrez effectuer des choix et vous ferez évoluer votre personnage.

Deux à six aventuriers pourront prendre place autour de la table pour des parties annoncées d’environ deux heure. Mais vous serez parfaitement libre d’ajuster le temps de jeu et dès que votre rejeton maîtrisera les subtilités de la langue française, vous pourrez partager ces expéditions par-delà les dunes, avec toute votre famille.

Il est temps de pousser un cri devant un prince ensorcelé

Le matériel de jeu

Dans Tales of the Arabian Nights, vous incarnerez un personnage sorti tout droit des contes du même nom, et vous prendrez part à une aventure à travers l’Orient. En début de partie, chaque joueur décide d’un objectif à atteindre en points d’histoire et de destinée. La valeur totale de ces points, commune à tous les joueurs, définira la durée de la partie. Vous bénéficiez également de compétences spécifiques qui auront un impact dans vos aventures. Les joueurs se dotent finalement d’une carte de quête et définissent leur fortune sur la case « pauvre » du plateau de jeu. En cours de partie, plus la fortune sera grande et plus le joueur pourra se déplacer rapidement d’une ville à l’autre. Tous les joueurs débutent à Bagdad et la partie peut alors commencer.

Tales of the Arabian Nights est un mélange entre jeu de plateau et jeu de rôle. La première phase du tour du joueur actif consiste donc à remettre le grand livre d’aventure (300 pages !) à son voisin de gauche. Le joueur actif vérifie ensuite s’il dispose de « trésors » qui auraient été précédemment gagnés ou de nouveaux « statuts », et il applique alors ces différents effets. La troisième action consiste à déplacer son personnage sur le grand plateau de jeu en fonction de la valeur de déplacement déterminée par le jeton de fortune. Chaque joueur se déplace sur un nouveau lieu, une nouvelle ville, un lieu de pouvoir etc.

Aladin semble prêt à débuter sa partie…

Une fois à destination (ou même s’il n’est pas possible de se déplacer), le joueur effectue ensuite une rencontre. Il pioche la première carte du paquet des rencontres et effectue celle indiquée. Le joueur se retrouvera alors confronté à un personnage (un prince, un mendiant, un bon-à-rien ou même un barbier) ou se retrouvera dans un lieu (une ville ou des endroits plus insolites comme le palais aux 100 pièces, sur un volcan, devant le pavillon du géant noir, ou sur l’île aux singes). Un lancer de dés, cumulé au chiffre présent sur le lieu où vous avez jeté votre dévolu, permettra ensuite de définir ce que vous avez rencontré. Vous pourrez donc faire connaissance par exemple avec un barbier fou, un bon-à-rien en mal d’amour, un prince perdu etc. Il sera alors temps de choisir une réaction sur la grille prévue à cet effet, en fonction de la carte piochée. Attaquer ? Ruser ? Questionner ? Embaucher ? Courtiser ? Pousser un cri ? Soudoyer ? (la liste est encore longue). Tout cela pour déterminer un paragraphe dans le grand livre des contes. Votre voisin de gauche vous fera alors lecture d’une petite histoire afin de mettre toute la tablée dans l’ambiance. En fonction de vos choix et de vos compétences vous déciderez de votre destinée. En moyenne, vous avez entre deux et trois choix possibles. Mais dans tous les cas, vous devrez assumer vos choix. Ainsi, vous pourrez vous retrouver avec de la richesse, de nouvelles histoires à raconter, des points de destinée, de nouveaux statuts, ou même être emprisonné !

Les nouvelles compétences acquises durant vos aventures vous permettront d’appréhender certaines rencontres de manière plus sereine. Vous pourrez aussi acquérir de nouveaux statuts. Vous devrez alors prendre la/les carte(s) correspondante(s) et vous vous retrouverez peut-être amoureux, blessé, dément, ensorcelé, méprisé, perdu ou pourquoi pas avec un titre de Vizir. Chaque statut aura bien entendu une conséquence sur la suite de la partie. Mais ces statuts évolueront durant le jeu ; vous pourrez les conserver ou peut-être les perdre, passant pourquoi pas de Sultan à emprisonné.

Vous finirez ensuite votre tour en jouant d’éventuelles cartes particulières puis en vérifiant si vous avez accompli l’une de vos cartes de quête. Si les conditions de fin de partie ne sont pas encore remplies (points d’histoire et de destinée) alors le joueur suivant pourra débuter son tour.

Le jeu se termine quand un joueur a accompli ses points d’histoire et de destinée et qu’il est à nouveau de retour dans le cité de Bagdad.

Ne faites pas d’histoires ! Enfin, un peu quand-même…

La première chose qui surprend avec une boîte de Tales of the Arabian Nights, c’est le poids ! 3.200kg excusez du peu ! Mais une fois ouvert, on comprend naturellement que l’éditeur n’a pas lésiné sur le matériel. Un grand livre de 300 pages pour vivre de folles aventures jusqu’à tard dans la nuit. Des plateaux individuels, de nombreuses cartes, des petits personnages en carton et de nombreux tokens qu’il vous faudra dépuncher avec la plus grande précaution (vous être avertis !).

Quelques cartes du jeu

Coloré et richement illustré, le matériel de jeu a été pensé pour se plonger dans les mystères des contes des mille et une nuit. On regrette simplement des textes parfois un peu petits sur certaines cartes mais cela se comprend vu la quantité d’informations dont les composants de jeu regorgent.

Côté prise en main, le jeu est particulièrement facile d’accès. Mais sur un titre comme Tales of the Arabian Nights, les joueurs ne recherchent pas forcément une mécanique originale. Encore que le mélange entre les déplacements, les types de lieux, les statuts, les effets et autres particularités du jeu en font un titre riche et très plaisant. Mais la grande particularité du jeu est son aspect narratif. L’achat de Tales of the Arabian Nights devrait normalement se faire par la folle envie de se raconter des histoires, d’incarner des rôles, de se retrouver dans des situations incongrues et tout cela autour d’un plateau de jeu. Et là, il faut bien le reconnaître que le titre met dans le mille ! Travaillé pour être un jeu humoristique et même parfois burlesque, vous ne pourrez pas échapper aux situations drôles, déstabilisantes et inconfortables de cet opus. Pour peu que vous vous laissiez prendre au jeu, on se retrouve inévitablement plongé dans l’aventure. Autour de la table, il ne faut naturellement pas hésiter à prendre des voix mystérieuses, des accents chatoyants ou même se déguiser. Tout est bon pour incarner son personnage et plus globalement, pour s’amuser.

L’éditeur a bien travaillé son jeu grâce au système astucieux des différentes grilles formant les types de rencontres et de réactions. Les joueurs se déplacent simplement sur le plateau de jeu, explorent la carte et vivent à chaque tour de nouveaux rebondissements. La panoplie de cartes cumulée aux 2600 histoires du livre des rencontres vous permettent facilement d’imaginer l’importance de la rejouabilité de ce titre. Il y a de quoi s’amuser durant des heures et des heures.

Le beau plateau de jeu

En revanche, n’espérez pas contrôler quoi que ce soit, ce n’est pas le but du jeu. Tales of the Arabian Nights est laissé au hasard. Au hasard des rencontres, au hasard des découvertes, au hasard des trésors gagnés… Il faut véritablement se laisser porter par les histoires, incarner les rôles que le jeu aura bien voulu vous assigner en fonction de vos choix et ne pas espérer contrôler une certaine mécanique de jeu. Bien entendu, les compétences accumulées et les différents choix que vous pourrez effectuer orienteront votre partie vers une avancée plus ou moins rapide vers la victoire. Mais n’espérez rien de plus. Et même, les joueurs compétitifs risquent d’être déçus car la victoire n’est qu’anecdotique sur ce genre de titre. Après une première partie, on comprend rapidement que le but n’est pas vraiment de retourner à Bagdad mais bel est bien de s’amuser dans un contexte comparable aux « livres dont vous êtes le héros ».

En définitif, si vous aimez les jeux qui racontent une histoire, que vous avez envie de vous amuser en rigolant, que vous appréciez les jeux de rôle et les jeux de plateau et surtout que vous êtes conscient que vous ne contrôlerez presque rien… alors vous allez être servi. Nous dirions même que dans ce cas de figure, Tales of the Arabian Nights serait à acheter de toute urgence !

Une histoire de générosité

On ne pouvait pas conclure cet article sans parler de ce qui s’est passé autour de la traduction de Tales of the Arabian Nights. Publié initialement en anglais, la version française du jeu a été concrétisée par l’initiative de quelques joueurs. Sur le forum du site de Tric-Trac, un petit groupe s’est organisé pour traduire le grand livre des contes à partir de la version 2009 publiée chez Z-Man Games. Philisophia ayant racheté Z-Man Games, l’éditeur a mis à disposition les fichiers sources pour faciliter le travail de traduction qui est resté complètement bénévole. Mais là, où l’histoire est plutôt sympathique c’est que le bénéfice du premier tirage du jeu a été intégralement versé à une œuvre caritative. Chez Jeudéclick, on apprécie cette démarche qui est partie d’une traduction « fane made », qui a été soutenue par l’éditeur et finalement qui a aussi bénéficié au caritatif. Pour nous, c’est une raison de plus pour faire l’acquisition de cet excellent jeu. Au passage, on en profite pour remercier tous les traducteurs qui y ont consacré mille et une nuits pour nous sortir une version francophone à la qualité irréprochable !

La règle du jeu en français
Une partie de Tales of the Arabian Nights dans la TricTrac TV
Le site de l’éditeur Philosophia

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire