Accueil > Articles > Vendredi, n’espérez pas vivre une vie de Robinson !

Vendredi, n’espérez pas vivre une vie de Robinson !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 450 vues 10 minutes de lecture

Extrait du journal d’un homme perdu.
Jeudi 22 juillet : Déjà une semaine que je me suis échoué sur cette plage, au beau milieu du pacifique ! On ne me retrouvera jamais… Mais depuis peu, j’ai comme l’impression qu’on m’observe. Cela ne me fera certainement pas quitter cette maudite île mais je suis quand même inquiet. Inquiet par le fait de ne pas savoir si je suis rendu à la solitude ou alors si je commence véritablement à perdre la tête. Ce matin en allant chercher de l’eau, j’ai surpris à deux reprises les fougères bouger alors que je me retournais. Et il y a moins d’une heure, enfin je crois car le temps semble si relatif, j’ai eu comme l’impression d’entendre respirer derrière les plans de manioc. A part un petit couteau et mes habits déchirés, je n’ai rien ! Que peut-on me vouloir ? Dès demain, c’est décidé, j’installerai des pièges pour savoir exactement de quoi il en retourne car je me sens épié. La seule chose dont je sois certain, c’est que demain nous serons vendredi…

Un auteur bien connu, une toute petite boite carrée, une illustration de couverture plutôt conviviale; aujourd’hui nous nous intéressons à « Vendredi ». Et à l’intérieur de ce contenant verdâtre, édité par Filosofia puis EDGE, on vous invite à l’aventure dans un opus destiné à un joueur ! Oui, vous avez bien compris à un seul et unique joueur pour des parties affichées de 30 minutes (comptez plutôt 45 minutes) dès dix ans.

Le matériel de jeu

Friedemann Friese, l’auteur du jeu, nous propose donc d’incarner le rôle de Vendredi, qui vient de faire la connaissance de Robinson Crusoé. Vous serez ainsi chargé d’entraîner Robinson aux rudiments de la survie en espérant qu’il puisse ainsi quitter l’île sur laquelle il s’est échoué. Vous lui ferez passer des épreuves et vous gagnerez uniquement s’il parvient, en fin de partie, à affronter les redoutables pirates !

Ô mon île, au soleil…

Dans le jeu Vendredi, vous disposez de vingt points de vie et vous devez faire passer une série d’épreuves à Robinson Crusoé. Ces épreuves se termineront avec l’affrontement de deux cartes pirates qui permettront peut-être à notre modeste héros de quitter son île déserte.

La première étape consiste à piocher deux cartes dans le paquet des « périls » et à en sélectionner une. Sur chaque carte une épreuve y est présente et Robinson devra essayer d’en ressortir victorieux. Chaque péril comporte trois niveaux (vert, jaune et rouge) sur lesquels un chiffre représente la valeur du péril. Vous commencez bien entendu avec le niveau vert. Sur les cartes péril, une case blanche vous indique combien de cartes de combat il vous est possible de piocher gratuitement dans le deck du même nom. Vous devrez avoir une valeur égale ou supérieure à celle présente dans le niveau vert pour remporter l’épreuve. Mais si cela ne suffit pas, vous pourrez dépenser un point de vie pour piocher une nouvelle carte de combat. Après avoir pioché une carte de combat, vous pouvez décider d’utiliser la capacité spéciale de chaque carte face visible.

Les cartes de combat

Si vous passez l’épreuve, les cartes de combat son placées dans une défausse et la carte péril est alors retournée de 180°. La partie basse de la carte devient alors une carte de combat et vous la placez dans la défausse pour l’utiliser plus tard dans la partie. En revanche, si vous perdez l’épreuve (volontairement ou involontairement), la carte de péril est alors mise dans la défausse du même nom et elle sera à nouveau piochée plus tard dans la partie. Mais vous devrez aussi payer en points de vie la différence qu’il vous manque pour gagner le combat. Ces points de vie sacrifiés vous permettent néanmoins de supprimer des cartes de combat qui seraient inintéressantes ou désavantageuses. Il y a là une façon d’épurer son deck de combat.

Quand la pile des cartes de combat est épuisée, vous brassez à nouveau la défausse et devez y inclure une carte « méfaits du temps ». Cette carte affaiblira votre deck et il vous coûtera deux points de vie pour la supprimer de la partie.

Quand la pile des épreuves est, elle aussi, épuisée, il faudra brasser la défausse et vous pourrez débuter la résolution des épreuves de niveau jaune, puis vous procèderez de la même façon avec le niveau rouge.

Les périls…

Si vous disposez toujours de points de vie une fois que toutes les épreuves rouges ont été passées par Robinson, il sera alors temps d’affronter les pirates. Vous devrez alors combattre les deux cartes des pirates qui ont été sélectionnées en début de partie. Ces combats se résolvent de la même façon que les épreuves et vous utiliserez la pile des cartes de combat que vous avez constituée tout au long de la partie. Si vous parvenez à vaincre les pirates, la partie est gagnée. Sinon, Robinson restera sur son île et la défaite n’en sera que plus rude…

Vendredi, tout est permis !

A l’intérieur de Vendredi… enfin, d’une boîte de jeu de Vendredi, trois plateaux cartonnés, des points de vie façon meeples en bois et surtout, un deck de 72 cartes au format allongé. Le matériel est tout à fait correct pour le prix du jeu. En revanche, si vous prévoyez d’y jouer régulièrement, on vous conseille vivement de sleever vos cartes car les manipulations sont très nombreuses. Surtout que le matériel se met en place rapidement et on peut y jouer presque partout. Les illustrations, dans un style « dessin » sont vraiment atypiques. On aime ou n’aime pas mais ce coup de crayon plutôt léger apporte un côté très frais et convivial aux différents visuels.

Votre deck semble épuisé !

La prise en main du jeu se fait extrêmement vite avec une mécanique de base simple. On pioche deux cartes de danger, on en sélectionne une, on essaie de passer l’épreuve grâce au deck des cartes de combat et on essaie d’optimiser son deck. Et dans les grandes lignes, c’est tout. Mais cette simplicité n’en fait pas pour autant un jeu simple et le titre comporte bien entendu de nombreuses subtilités qui vont d’ailleurs vous obliger, lors des premières parties, à vous référer plus d’une fois au livret de règles.

La mécanique de jeu de Vendredi est bien huilée et au fil des parties, on comprend vraiment que chaque choix à son importance. D’un côté il faut optimiser au maximum son deck de combat, et de l’autre il est nécessaire de ne pas laisser toutes les épreuves les plus difficiles pour la fin, faute d’échouer lamentablement. Vendredi comporte donc une part importante de gestion de main, d’optimisation de deck et surtout, d’anticipation. Parfois, il est même nécessaire de perdre volontairement des épreuves (le jeu le permet) afin de se séparer définitivement de certaines cartes inintéressantes. Au fil de la partie, le jeu va vous faire rajouter des cartes désavantageuses dans votre deck de combat d’où la nécessité pour les joueurs d’assimiler correctement les mécanismes de gestion des cartes de combat. Et surtout que si vous n’avez pas préparé correctement vos forces d’attaque en fonction des spécificités des deux cartes pirates qu’il faudra affronter, votre partie risque bien de basculer à votre désavantage. On ne le répétera jamais assez mais chaque choix a son importance !

Les terribles pirates !

Néanmoins, le jeu n’est vraiment pas une « prise de tête », au contraire ! C’est franchement amusant et on se prend au jeu très rapidement. Les choix ne sont pas si simples et dès le début on perd rapidement de nombreux points de vie. Cela en deviendrait presque stressant mais heureusement que les différents effets des cartes vont nous remettre sur les rails. Et puisqu’on évoque les effets de cartes, Vendredi offre grâce à ces effets de belles possibilités stratégiques. Le joueur décide véritablement de l’orientation de son deck et de la manière dont il va pouvoir faire évoluer sa partie ainsi que de la puissance de ses cartes de combat. Cet aspect est très plaisant car on ne subit pas le jeu alors que nous sommes pourtant totalement dépendants de la pioche des cartes.

On pourra encore évoquer que le jeu nécessite quand même quelques parties avant d’être complètement maîtrisé. Certes, le titre est malin et plutôt ingénieux mais au début, il est franchement difficile de faire triompher ce pauvre Robinson. Mais après quelques défaites, on ne commet pas deux fois les mêmes erreurs (normalement !). Et pas d’inquiétude, la courbe d’apprentissage est rapide et le jeu permet même d’augmenter le niveau de difficulté (quatre niveaux possibles). Autant dire que la rejouabilité s’avère plutôt conséquente même si l’expérience de jeu se renouvelle que de façon assez faible.

En définitif, un thème sympathique et plaisant qui cache une mécanique de jeu très abordable. Des tours de jeu bien huilés pour une petite boîte qui offre un titre malin et intelligent. Choix, stratégie et anticipation seront les maîtres mots qui rythmeront vos parties… Avec Vendredi, croyez bien que vous ne serez pas pressés que samedi arrive !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

Martin nous régale d’une partie dans la Zone Jeu de Société
Plateau de jeu 60×60 en français
La fiche du jeu sur le site de EDGE
Le site de l’éditeur EDGE

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire