Accueil > Articles > Jouer en famille > Klask & Quantik, le retour en force des jeux en bois !

Klask & Quantik, le retour en force des jeux en bois !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 559 vues 13 minutes de lecture
Klask & Quantik, le retour en force des jeux en bois !

En matière de jeux de société, la tendance actuelle se dirige vers les figurines, mais aussi vers les jeux solo, les opus scénarisés et narratifs ou encore vers les cubes en bois survitaminés à la sauce Kickstarter ! Et puis, il y a aussi les jeux en bois qui retrouvent une certaine place sur les étagères de nos ludothèques. En effet, depuis quelques temps, on assiste au retour de ces jeux épurés qu’on pourrait parfois presque assimiler à de petites œuvres d’Art mais qui restent naturellement des objets ludiques avant tout. C’est pourquoi, on a décidé de vous en faire découvrir deux, dans deux styles bien différents. Parce que le bois ça sent bon, c’est solide, c’est beau et c’est amusant !

Cap donc sur deux opus bien différents, en l’occurrence édités chez Gigamic, mais qui disposent tous les deux d’un élément en commun : le bois. Au travers de ces quelques lignes, on souhaite braquer les projecteurs sur des jeux aux composants plus épurés que d’ordinaire mais qui n’en restent pas moins très ludiques et amusants. Et pour illustrer notre propos, nous avons volontairement choisi deux opposés. Klask et son aspect fun et dynamique, ainsi que Quantik et ses mécanismes emplis de réflexion et de finesse.

Pour ouvrir un petit aparté et remettre les éléments éditoriaux dans leur contexte, Gigamic n’en est pas à son coup d’essai avec ces deux opus. En effet, si on retrouve bien Klask et Quantik dans leur catalogue, Gigamic propose aussi Squadro, Bonk, Pylos, Quarto, Quixo ou Quoridor. Tous des jeux en bois ! Autant dire que chacun peut y trouver son compte.

Klask, un tir puissant du fond du terrain et c’est le buuuuut !

Issus tout droit de l’imaginaire de l’auteur danois Mikkel Bertelsen, Klask a été édité pour la première fois en 2014. Dans sa version initiale, le titre est consacré exclusivement à deux joueurs, pour des parties d’environ dix minutes. De part sa simplicité d’utilisation, l’opus est conseillé à partir de six ans, mais certaines petites têtes blondes y jouent bien avant cet âge.

Composé d’un grand plateau en bois, monté sur deux supports latéraux, l’aire de jeu se compose en deux parties ; une pour chaque joueur. Deux trous sont présents à chaque bout du plateau et une petite bille doit être propulsée sur le plateau par un système de poussoir aimanté en deux parties (appelé le pion). Le principe du jeu est extrêmement simple puisqu’il consiste à marquer six points de victoire pour remporter la partie. Au centre du plateau, trois aimants blancs sont positionnés. Et il existe quatre façons de marquer des points de victoire… La première en plaçant sa bille dans le but adverse. La deuxième, si deux aimants blancs se collent au pion de l’adversaire. Mais encore si un pion reste prisonnier dans le but. Et finalement, si un joueur perd le contrôle de son pion.

La première chose qui nous frappe lors du déballage de Klask, c’est son plateau de jeu plutôt imposant. Le matériel est robuste et donne vraiment envie d’y jouer au plus vite. Dans un petit sachet en tissu, se trouvent deux billes de couleur, quatre aimants blancs, des jetons pour compter les points et les fameux pions des joueurs comprenant leur système aimanté. Sans oublier bien sûr la règle du jeu. Le matériel est d’excellente facture et on apprécie le fait que l’éditeur a prévu une bille et un aimant blanc de remplacement en cas de perte.

La règle du jeu est un petit livret traduit en plusieurs langues et en moins de cinq minutes chrono, toutes les instructions sont assimilées. Il n’y a rien de complexe à la prise en main et l’éditeur nous explique correctement les quelques points de règle de Klask. Après une mise en place qui consiste simplement à positionner les aimants, les compteurs de points et à aimanter les pions, c’est parti pour de folles parties en perspectives.

Niveau originalité, on se retrouve avec des règles très simples consistant à envoyer sa bille dans le but de l’adversaire. Mais le jeu va un peu plus loin que cela puisque les petits aimants blancs situés au centre de l’air de jeu vont réellement nous compliquer la tâche. Surtout qu’ils se baladent généralement d’un camp à l’autre au gré des tirs des joueurs. Il faut aussi veiller à ne pas envoyer son pion se coincer dans son but. Cela peut paraître évident, mais pendant nos tentatives visant à protéger notre but ou à renvoyer la bille dans le camp adverse, vous constaterez vite que nous ne sommes pas à l’abri d’un « klask » ! Au-delà du simple fait de marquer des buts chez son adversaire, l’opus propose donc une belle originalité et un gameplay qui propose un véritable challenge.

Les mécanismes de Klask font clairement appel à l’agilité des joueurs et à leurs réflexes. Viser, faire rebondir la balle aux bons endroits et même expédier les petits aimants blancs sur l’adversaire, tout doit être correctement pris en compte. Et ce n’est pas si simple. Évidemment, il n’est pas toujours possible de tout calculer, et ce n’est sans doute pas l’objectif du jeu. Ainsi, la chance s’invite aussi durant une partie de Klask !

Pendant le jeu, les deux adversaires se retrouvent continuellement en mouvement. Il n’y a pas du tout de temps morts comme on pourrait en retrouver par exemple avec un jeu de plateau. L’interaction se retrouve au coeur des parties et la communication va bon train. Vous aurez aisément compris par là que les plus expressifs s’en donnent bien entendu à cœur joie !

En terme de rejouabilité, mieux vaut être franc avec vous, Klask nous a vraiment surpris par son côté addictif. Le principe reste continuellement le même mais on ne s’ennuie pas. Et pire encore, une fois les six points gagnés (ou perdus), les deux camps se retrouvent rapidement d’accord sur le fait qu’il est nécessaire d’entamer immédiatement une revanche !

Avec Klask, la convivialité, le fun et le dynamisme se retrouvent très vite invités pour vos parties de jeu. Un opus aussi bien sympa pour débuter une soirée jeu, en terminer une autre, ou pour passer un super moment en famille ou entre amis. Voilà un vrai jeu passe-partout avec lequel chacun aura sa chance de gagner. Les plus jeunes grâce à leur fougue et leur audace et les plus grisonnants avec leur expérience de grands (du moins c’est ce qu’on leur laisse croire !). Vite pris en main et instinctif, le jeu nous donne envie d’enchaîner les parties. Juste pour le plaisir de jouer ! Le plaisir de gagner… Mais aussi et surtout, le plaisir de s’amuser !

Quantik, quand la réflexion prend forme

A présent, changeons radicalement d’univers tout en concevant le fil rouge de notre sujet, à savoir celui des jeux en bois. Là où Klask était un opus plutôt dynamique, Quantik va briller par sa stratégie où la réflexion s’invite à chaque coup.

Quantik, dans l’édition que nous vous présentons, est un jeu publié cette année, en 2019. Lui aussi se destine à deux joueurs uniquement et l’auteur Nouri Khalifat a imaginé des parties de Quantik, comprises entre cinq et quinze minutes environ. Avec cet opus, on élève un peu l’accessibilité à huit ans car le système de jeu demande un peu de stratégie.

Sur un plateau de seize emplacements, chaque joueur reçoit huit pièces à sa couleur. Deux ronds, deux triangles, deux carrés et deux cylindres. Là encore, la règle du jeu tient en seulement quelques lignes. A son tour, le joueur place une de ses pièces sur un emplacement vide du plateau. Il est interdit de poser une forme dans une ligne, une colonne ou une région (c’est-à-dire un ensemble de quatre emplacements représentés clairement sur le plateau) où cette même forme a déjà été posée par l’adversaire. Par contre il est possible de poser une forme dans une ligne, colonne ou région où cette même forme a déjà été posée par soi-même. Le premier joueur qui pose sa quatrième forme différente dans une ligne, colonne ou région remporte la partie. Et c’est tout !

Une belle boîte blanche, un petit vernis sélectif sur le couvercle… vite, on ouvre la boîte sans tarder ! A l’intérieur, le contenu sent bon le bois et on se retrouve avec un joli plateau de jeu (en bois), des pièces – elles aussi en bois faut-il encore le préciser ? – un petit sachet pour ranger ces composants et le livret des règles. Le matériel donne envie et sa production fait plaisir à voir. Les composants sont produits avec des matériaux de qualité. Les pièces sont joliment vernies, en clair et en plus foncé, et le plateau a été giclé avec une teinte qui apporté un petit aspect structuré au touché. Wouaw, c’est vraiment beau ! D’ailleurs, comme un bel échiquier qu’on appréciait d’exposer, ce Quantik trouverait tout à fait sa place sur un table de salon ou sur un buffet, déposé là telle une pièce de collection mais qui ne demanderait qu’à être jouée.

Vous l’aurez constaté, la règle du jeu est un exemple de simplicité. Épurées à son maximum, les instructions consistant en la compréhension des mécanismes de jeu tiennent sur trois lignes ! On trouve cela vraiment brillant ! Expliqué en quelques secondes, Quantik va pourtant nous mettre au défi et faire marcher notre réflexion. Voilà vraiment un jeu spécialement conçu pour celles et ceux qui ne veulent pas s’embêter avec un livret d’instruction ! Et autant les plus jeunes que les plus âgés peuvent s’y essayer sans aucun problème.

Côté mise en place… Peut-on appeler une « mise en place », le fait de disposer le plateau au centre de la table et de donner les huit pièces à chacun des deux joueurs ? Pas vraiment à notre avis. Autant dire que la partie peut immédiatement débuter.

Si nous avons déjà brièvement exposé le fait que l’opus demande un peu de réflexion pour choisir ses coups avec soin, le gameplay ne se limite pas qu’à cela. L’esprit d’analyse des joueurs va débuter avec des mécanismes de sélection puis de placement. Le choix de chaque pièce est important car il va limiter vos possibilités d’actions et offrir des opportunités à votre adversaire. Tout comme le fait de placer ses formes aux bons endroits. Tantôt pour bloquer le jeu adverse, tantôt pour essayer de construire le sien. Et chaque opportunité devra être saisie. Car oui, Quantik fait la part belle à l’opportunisme ! Au fur et à mesure de la partie, on essaie de se positionner pour augmenter nos chances de se placer à plusieurs endroits en vue de la victoire. Tout comme on garde en tête que forcer notre adversaire à poser certaines pièces et non d’autres, se veut aussi un moyen de remporter la partie. Tout le sel de Quantik sera d’associer ces paramètres, sachant qu’il faudra souvent s’adapter aux choix effectués par l’autre partenaire de jeu.

Contrairement à Klask, le tour de jeu sera ici nettement plus lent. La partie sera bien entendu rythmée par des temps d’attente. Inévitable mon cher Watson ! Analyser le jeu, les placements, les possibilités de l’autre sont sans conteste la clé de la victoire. Mais même avec ces moments de réflexion, la partie se déroule de manière relativement fluide.

L’interaction se retrouve plus discrète dans ce type de jeu. Bien sûr, le plateau principal permet aux deux joueurs de s’affronter avec les huit pièces de leur jeu. Cependant, il se peut qu’une partie de Quantik soit silencieuse et que la réflexion prenne le pas sur tout le reste. A la fin, impossible de ne pas échanger sur les différents coups joués ou sur les autres solutions que l’adversaire aura éventuellement entrevu. Mais dans tous les cas, il s’avère pratiquement impossible de ne jouer qu’une seule partie ; le besoin d’en refaire une sera forcément là ! Et niveau rejouabilité, aucun souci à vous faire. Si ce n’est pas vous, c’est votre adversaire qui aura indéniablement envie d’essayer une nouvelle stratégie, de nouveaux placements, de nouvelles combinaisons…

Au final, avec un matériel de jeu franchement réussi, très épuré et grâce à sa règle expliquée en quelques secondes, Quantik est un vrai compagnon du jeu en toutes circonstances. Pour y jouer quelques minutes ou pendant plusieurs heures, le titre offre un sympathique panel de possibilités. Naturellement, il faut aimer la réflexion et les casses-têtes. Savoir également anticiper quelques coups à l’avance et planifier des stratégies. Mais presque dans tous les cas, Quantik fait mouche et son côté addictif se savoure vraiment sans modération !

Faites flèche de tout bois !

On aurait parfois tendance à sous-estimer les jeux en bois. Un jeu en bois c’est souvent le souvenir d’un pan de notre enfance. Le canard avec la ficelle qu’on promenait n’étant pas plus haut que trois pommes. Le boulier ou le puzzle ultra-simpliste composé de six pièces toutes plus flashies les unes que les autres. Mais cela, c’était jadis. Un jeu en bois ne se résume pas qu’à des choses simples et dépourvues d’intérêt. Bien au contraire.

On le voit clairement avec ces deux seuls jeux. Bien sûr, nous aurions pu en citer d’autres car il existe de très nombreuses références et dans des styles très variés. Mais rien que sur ces deux titres, on constate déjà que pour les tous jeunes, de belles possibilités sont offertes. Et puis, pour les plus âgés, tout reste possible avec des pièces faciles à manipuler et des jeux qui ne demandent pas énormément de ressources pour en retenir les règles. Et si vous n’êtes ni jeune, ni âgé, alors là plus d’excuse d’y passer à côté sans s’intéresser à minima. En outre, on constate que sur ces deux uniques jeux, les styles sont bien différents. Avec un matériau commun, le bois, on peut aisément passer d’un titre très dynamique à un opus beaucoup plus serein. Encore une fois, il y en a véritablement pour tous les goûts !

Et que dire de l’objet ludique en lui même… A l’ouverture d’une boîte, il y a souvent cette odeur si particulière. Le plaisir également d’avoir en main quelque chose de solide, de beau, souvent nervuré, vernis ou peint. Le plaisir de posséder un jeu se retrouve aussi dans les matériaux qui le composent.

C’est évident, chacun ses goûts. Mais pourquoi pas la prochaine fois que vous vous rendez chez votre crémier pour y acheter le dernier jeu de cartes à la mode… Laissez-vous surprendre par une petite partie d’un jeu en bois. Il y aura forcément un exemplaire ou l’autre en démo.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle de Klask en français
La règle de Quantik en français
Les fiches de Klask et Quantik sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Gigamic

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire