Accueil > Actualités > Holding On, si la vie est un jeu, la fin de vie aussi ?

Holding On, si la vie est un jeu, la fin de vie aussi ?

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 470 vues 5 minutes de lecture

Il y a quelques semaines, dans notre question du dimanche, on vous posait la question si on pouvait jouer avec n’importe quelle thématique. Dans Holding On, qui va bientôt arriver en français, les joueurs incarnent du personnel médical du service des soins palliatifs, en charge d’accompagner un patient en fin de vie. Tout cela, dans un jeu ! Suivez le guide…

Billy Ker est un homme de soixante ans. Il vient d’être admis aux urgences après une crise cardiaque survenue sur un vol Sydney-Londres. Une chose est certaine, l’homme n’a plus que quelques jours à vivre. A part cela, vous ne savez rien de plus ! Mais il vous appartient de rendre ses derniers jours les plus confortables possibles pour votre patient, admis dans votre service des soins palliatifs.

Voilà le pitch – certes un peu abrupte – du « jeu » Holding On. Car oui, dans cet opus coopératif, accompagner un malade durant ses derniers jours s’avère bien être un jeu. Le thème peut troubler, décontenancer ou même choquer. C’est néanmoins le choix éditorial effectué par Hub Games. Un éditeur qui veut pousser les joueurs à s’interroger sur le thème avec lequel ils jouent et à interagir entre-eux. Le moins qu’on puisse dire est qu’avec Holding On, il nous est difficile de rester insensibles.

Une vie troublée qui n’attend que la paix

Dans Holding On, tous les joueurs incarnent des infirmiers et vous êtes en charge de rendre les derniers jours de Billy Ker les plus paisibles possibles mais aussi de reconstituer sa mémoire fragmentée. Une partie se constitue d’un scénario pour lequel il conviendra d’atteindre l’objectif fixé.

Chaque tour de jeu, lequel représente une journée de vie du patient, se décompose en sept phases. Comme nous sommes à la tête d’une équipe médicale, le tour de jeu représente surtout le mouvement des équipes pendant 24 heures. On commence ainsi par définir le premier joueur, puis débutent les différentes phases de quart des équipes. A chaque phase, les joueurs commencent par révéler une carte du patient. Cette carte implique d’assigner des pions joueurs (ou des assistants ou assistants sur appel) pour effectuer différents effets qui permettront soit d’effectuer des soins médicaux pour Billy, soit des soins palliatifs. A noter que l’équipe médicale est soumise au stress et les joueurs devront le gérer avec des phases de repos. Les cartes permettent aussi de gagner des jetons de soin qui servent à accomplir les différentes actions des cartes. Et bien entendu, si les soins ne peuvent pas être entièrement effectués par l’équipe médicale, la santé du patient se péjore.

Mais les cartes patient permettent aussi de gagner des cartes de souvenirs partiels. Ainsi, un joueur va prendre le contrôle de ce deck et permettra au reste du groupe d’interagir avec Billy via des événements ou des bribes de souvenirs qui devront être reconstitués. Chacun investiguera également pour que les souvenirs du patient lui reviennent et qu’il puisse ainsi s’en aller en paix. Les cartes devront être associées pour un nouveau tour de jeu commence.

La partie est gagnée si les objectifs du scénario sont atteints. Toutefois, si la santé de Billy atteint zéro, que deux avertissements sont assignés aux joueurs ou que le deck des cartes de patient est épuisé, alors la partie est perdue.

Un infirmier est demandé à la chambre 312 !

Un thème résolument fort, un gameplay coopératif qui utilise le principe du placement d’ouvriers et à présent, un portage francophone qui s’apprête à entrer au catalogue d’Asmodee. Le mélange est plutôt singulier, vous ne trouvez pas ?

Quoi qu’il en soit, Holding On a déjà été édité l’année dernière en anglais. Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’avoir une copie du jeu en mains, mais les retours basés sur l’édition VO, s’avèrent plutôt positifs. Et dans tous les cas, le jeu n’a vraiment pas laissé indifférent.

Cela dit, on retrouve une bonne dose de collaboration qui se mêle plutôt bien au gameplay d’un placement d’ouvriers. Un bon aspect narratif vient compléter la donne. Les événements vont apporter un peu de hasard et d’inattendu – comme cela peut se produire avec la santé d’un patient hospitalisé – mais les joueurs devront agir de concert et donner des priorités à leurs actions. Des actions qui seront d’ailleurs limitées ; pas si simple de tout faire ! Surtout qu’il faudra garder en tête que les souvenirs de Billy doivent lui être rendus de manière claire et limpide.

Dix scénarios rejouables intègrent la boîte de base, autant dire qu’il ne devrait pas trop y avoir de soucis pour recommencer les parties et en avoir pour des heures et des heures de jeu.

Si le thème ne nous laisse pas forcément à notre aise, nous allons certainement y revenir dans le cadre d’un article rédactionnel complet. Il faut dire que l’originalité est bien là, le respect pour la fin de vie également et le gameplay nous paraît plutôt bien travaillé. Affaire à suivre donc !

L’édition francophone arrive tout bientôt mais à l’heure où nous rédigeons ces lignes, il n’y a pas encore de date de sortie définitivement arrêtée.

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire