Accueil > Actualités > Bahamas, un parachute doré ne suffira pas

Bahamas, un parachute doré ne suffira pas

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 494 vues 7 minutes de lecture

Après le très immersif et bigrement bien fichu Marcy Case en 2015 (2e scénario de Time Stories), on avait hâte de retrouver à nouveau Nicolas Normandon au volant d’un nouveau projet. Il aura fallu patienter 2019 pour le voir passer la porte, avec pas moins de 3 jeux dans l’escarcelle. C’est aux Bahamas que l’un d’eux nous a acheminés avec Matagot Airlines…

J’adore quand un plan se déroule sans accrocs

Tout s’était déroulé selon le plan, comme si nous avions bénéficié de l’alignement des planètes. Le braquage avait été rapide et efficace et aucun blessé n’était à déplorer. Les liasses de billets s’entassaient dans nos sacs comme un jeu de LEGO qui mue de par sa propre initiative. Toute l’équipe agissait en harmonie et chacun excellait dans sa tâche. Ce n’était pas un simple casse, c’était un chef d’œuvre. Une maestria ! La voiture nous attendait à l’extérieur comme prévu et les gommes crissèrent même sept minutes avant le délai imparti. Les poulets avaient à peine eu le temps de comprendre de quoi il en retournait, qu’on avait déjà pris la poudre d’escampette…

Ni une ni deux, on rejoignait le petit bimoteur qui nous attendait sagement sur le tarmac. Il ne nous fallut pas beaucoup plus de temps pour sauter dans l’avion, attacher nos ceintures et décoller. Une véritable symphonie, un modèle du genre ! Enfin, du moins jusqu’à ce qu’on survole la mer et qu’on entende les moteurs tousser, crachoter lamentablement avant de mourir subitement à 3000 mètres d’altitude. C’est là que les choses commencèrent à se gâter… Surtout quand on se mit à compter le nombre de parachutes…

Quand on ne peut plus reculer, il faut savoir sauter

Bahamas est un jeu d’ambiance familial conçu par Nicolas Normandon (City of Horror, The Marcy Case…) et illustré par l’excellent Pierô (Mr. Jack, Kero…) qui s’en donne d’ailleurs à cœur joie. Prévu pour 4 à 8 joueurs dès 10 ans pour une durée de partie de 30 à 45 minutes environ, il est édité par Matagot.

 Le but du jeu consistera à survivre au crash de l’avion, si possible, les poches pleines. Pour ce faire, les joueurs auront 2 options. Soit récupérer un parachute (leur nombre étant limité), soit récupérer un canot pneumatique. En effet, à la suite du documentaire Hollywoodien « Indiana Jones et le Temple Maudit », on sait désormais qu’on peut sauter d’un avion avec un canot et survivre… Le joueur qui aura survévu au crash avec le capitale monétaire le plus important sera déclaré vainqueur. Enfin possiblement. Il existe en effet une autre condition de victoire : à savoir, récupérer les 3 cartes du FBI… Parce que oui, un agent double pourrait se cacher parmi les joueurs !

Avant de poursuivre, précisons que le nombre de dés et de certaines cartes en jeu seront directement liées au nombre de joueurs autour de la table. Il suffira donc pour ce faire de suivre les recommandations présentées dans les règles.

Dans Bahamas, il existe 2 types de cartes distinctes : les cartes « Action » et les cartes « Butin ». Alors que les cartes Butin représenteront le pécule que les joueurs « survivants » (en fin de partie) auront réussi à capitaliser, les cartes Action serviront quant à elles à… Et bien à faire toutes sortes de choses aussi fourbes qu’amusantes.

Chaque joueur commencera par tirer au hasard un des 10 personnages disponibles dans le jeu. Chaque personnage possède une capacité spéciale qui pourra être utilisée durant le jeu. En sus du personnage, chaque joueur obtiendra une carte Action et 2 cartes Butin.

On mélangera les cartes et en prendra soin de placer la carte « Crash » parmi les 4 dernières cartes du talon Action. Une fois découverte, cette carte déclenchera la fin de la partie.

One for the money, Two for the show…

Bahamas se joue au tour par tour. À son tour, un joueur lancera tous les dés en jeu avant d’effectuer précisément 3 étapes : à savoir, choisir un dé pour lui-même, réaliser l’action du dé sélectionné puis désigner un joueur n’ayant pas encore sélectionné de dés pour en faire autant et ce jusqu’à ce que tous les dés aient trouvé preneur. Le nombre de dés en jeu étant systématiquement inférieur au nombre de joueurs, le dernier joueur qui n’aura plus de dés à sélectionner devra simplement les relancer pour procéder à un nouveau tour de jeu…

Il existe 5 actions disponibles sur les dés :

  • Piocher une carte Action (2 faces)
  • Piocher une carte Butin
  • Activer le pouvoir de son personnage
  • Choisir un joueur et lui dérober au hasard une carte Action
  • Choisir un joueur et lui dérober au hasard une carte Butin

Les cartes actions pourront – selon leur nature – aussi bien se jouer durant le tour du joueur que de ceux des adversaires. Certaines actions permettront de voler une carte, d’annuler les effets d’une carte, de changer la face du dé choisi par un adversaire, de jouer les pickpockets etc…

On poursuivra de la sorte jusqu’à ce que la carte « Crash » soit révélée… À moins qu’un joueur ne réussisse à réunir au préalable les 3 cartes du FBI (Badge, Menottes, Cellulaire). Si les 3 cartes FBI sont réunies, le joueur en leur possession remporte immédiatement la partie, parachute ou pas en poche. Il faut croire que la panne n’était finalement qu’une ruse.

Cependant, si d’aventure, ces 3 cartes ne pouvaient être réunies et la fin de la partie déclenchée, seul les joueurs en possession d’un parachute ou d’un canot de sauvetage pourraient alors prétendre à la victoire. Il s’agira dès lors de comptabiliser les roubles de chaque joueur. Celui qui aura survécu avec le plus gros magot en poche sera dès lors déclaré vainqueur !

L’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage

Addictif, simple, hilarant, fourbe à souhait… Ce sont les 4 mots qui reviendront majoritairement dans la bouche des joueurs. Bahamas est un excellent jeu d’ambiance permettant de passer un très bon moment sans s’ennuyer une seule minute. Les cartes « Action », véritable sel du jeu, sont bien vils et permettent d’actionner une belle brochette de coups fourrés, sans oublier les capacités des personnages dont certains useront et abuseront.

Pour conclure, on notera à nouveau l’excellent travail illustratif de Pierô dont le style convient parfaitement au delirium tremens du jeu. Les personnages sont notamment inspirés de personnes gravitant dans l’entourage de l’auteur et de l’illustrateur… Les reconnaitrez-vous ?

Si les jeux d’ambiance ne vous rebutent pas et qu’être fourbe est une seconde nature chez vous, Bahamas devrait être votre prochaine destination ! Le jeu est sorti il y a quelques semaines et est donc d’ores et déjà disponible en boutique pour un peu plus de 13€.

Rédacteur de l’article : Patrick

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire