Accueil > Articles > Jeux familial + > It’s a Wonderful World, choisissez les routes de votre avenir…

It’s a Wonderful World, choisissez les routes de votre avenir…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 398 vues 13 minutes de lecture
It’s a Wonderful World, choisissez les routes de votre avenir…

« La paix dure depuis un long moment et cela est propice à l’évolution et au développement de nos cités. Même s’il n’y a plus de tension à notre époque, nous nous devons de rester compétitifs, d’être à la pointe de la technologie et de l’innovation. Ce pourquoi vous êtes aujourd’hui réunis autour de moi. Cette cité que nous bâtissons tous ensemble sera celle où nous trouverons l’avancée scientifique la plus aboutie. Nous mettrons le paquet sur la recherche et pour cela nous allons avoir besoin d’une économie solide ! Je compte sur vous afin que ce rêve – notre rêve – devienne réalité ! Mesdames et Messieurs, nous allons, tous ensemble, entrer dans l’histoire de ce monde… »

Il est enfin arrivé dans toutes les chaumières (ou presque) ! Le dernier jeu de l’association des éditeurs La boite de Jeu et Origames, à savoir « It’s a Wonderful World » (c’est un monde merveilleux dans la langue de Molière) est depuis le 29 novembre 2019 disponible. Ce jeu est l’œuvre de Frédéric Guérard et illustré par Anthony Wolff. Il fut financé lors d’une campagne de financement participative le 30 mai 2019 par quelques 4’500 contributeurs pour un total de plus 290’00€. Plutôt pas mal ! Deux niveaux de participations étaient proposés : un pour le jeu de base (que l’on trouve aujourd’hui dans tous les magasins spécialisés) et un pour une version « héritage » comprenant entre autres, des campagnes.

L’opus est prévu pour 1 à 5 joueurs de 14 ans et plus, pour des parties pouvant aller de 30 à 60 minutes. Dans It’s a Wonderful World vous serez plongés à la tête d’un empire en plein expansion que vous allez devoir développer de façon plus efficace que vos concurrents. Le jeu utilise des mécaniques de draft ainsi que d’engine building (construction de moteur). Nous allons voir maintenant un peu plus en détails comment entrer dans l’histoire…

♪ Au bout du Pôle Nord ou sur l’Equateur ♪

Une partie de It’s a Wonderful World se déroule en 4 manches au bout desquelles nous allons compter des points de prestige et bien entendu, le joueur en ayant le plus sera déclaré vainqueur de la partie. Durant chaque manche, nous allons enchaîner 3 phases de jeu : une phase de draft, une de planification puis une de production.

Avant de nous attaquer à la description des phases de jeu, il est important de comprendre la décomposition d’une carte. Sur chacune d’entre elles on retrouve un coût de construction (ensemble de ressources nécessaires), la production une fois construite ainsi que le bonus (ressource produite) lors du recyclage. Il peut également y avoir un bonus de construction ou encore des points de victoire indiqués.

Lors de la première phase, chacun d’entre nous allons avoir 7 cartes en main et nous allons en garder une puis passer le reste à notre voisin. A l’issue de cette première phase, nous allons choisir parmi les cartes que nous avons gardées soit de les placer devant nous dans une « zone de construction » soit de les défausser (recycler) afin de récupérer la ressource indiquée. La ressource recyclée permet de participer à la construction d’une carte.

Il y a 5 ressources différentes que l’on peut produire. Lors de la phase de production, nous allons produire ces ressources de façon successive. Cette phase est donc décomposée en 5 étapes, une pour chaque type de ressources. Ressource après ressource nous regardons le nombre produites par la carte empire ainsi que les autres cartes déjà construites et nous allons pouvoir placer cette production sur les cartes présentes dans la zone de construction. Si en faisant cela une nouvelle carte est construite (toutes les ressources nécessaires ont été placées) alors cette dernière participera à la production des ressources lors des étapes de production suivantes. Surtout ne vous inquiétez pas, les exemples dans la règle aident à comprendre.

C’est mon Empire !

Comme à notre habitude, lorsqu’il y a un mode solo, nous vous en expliquons brièvement les principes et différences.

Dans le mode solitaire, le plus difficile à imaginer fut une alternative au draft. En cela, dans la mise en place, 8 tas de 5 cartes constituent la partie et dans chaque manche, il n’y a pas de phase de draft mais deux phases de planification un peu différentes. Dans chacune d’elles, on récupère un de ces tas et nous pouvons soit placer les cartes en zone de construction, les recycler ou encore en échanger deux contre une (choisie parmi 5) de la pioche. Un tableau de niveau de scoring est présent dans la règle afin de pouvoir comparer votre score à un indicateur de progression.

Un second mode solitaire est disponible et il reprend les règles ci-dessus mais en les incluant dans des scénarios. Dans ces derniers la mise en place change avec certaines cartes présentes dans la zone de construction. Le but dans ces scénarios est de construire ces cartes et de dépasser un seuil de points de victoire.

Version Héritage

Les contributeurs ayant participé à la campagne de financement participative au niveau héritage ont reçu avec leur boite de jeu deux campagnes : « Guerre et Paix » ainsi que « Loisirs et Décadence ».

Pour ces campagnes Héritage, l’éditeur ainsi que l’auteur sont partis de l’idée des jeux de type Legacy, à savoir de jouer des parties faisant évoluer le jeu, mais en se fixant des critères particuliers afin de donner tout son intérêt à ce mode. Ces critères comprennent environ 6 parties pour boucler la campagne afin qu’elle laisse une trace dans le jeu (intégration de nouvelles cartes post campagne) ainsi qu’elle soit entièrement rejouables. Mais sans destruction de matériel.

Pour cela lorsque vous débutez une campagne, vous devrez commencer par le premier scénario qui vient avec une mini-règle pour la partie à suivre, comme par exemple bâtir un projet commun. A la fin du scénario, plusieurs embranchements sont disponibles et selon la finalité de celui-ci, les parties suivantes seront impactées. De plus, des bonus vont différer pour les joueurs selon leur résultat lors de la partie.

A la fin d’une campagne, une enveloppe scellée peut être ouverte et les cartes y figurant pourront être ajoutée à votre jeu de base afin de vous rappeler des différents évènements rencontrer dans la campagne. On débloque ainsi l’héritage de ces campagnes pour le jeu de base.

Mais encore…

En janvier 2020 paraîtra en boutique la campagne Héritage « Guerre et paix » dont vous venons de parler et dès février, l’éditeur prévoit une seconde campagne de financement participative dans laquelle nous trouverons une extension à It’s a Wonderful World. Ce sera également l’occasion pour les personnes ayant acheté le jeu en boutique de se procurer la campagne héritage « Loisirs et Décadence » et l’éditeur a déjà prévu que les collectionneurs puissent aussi récupérer les Stretchs Goals de la première campagne en add-on.

Un Wonderful monde en expansion

Nous allons uniquement nous concentrer sur la version commerciale du jeu mais il faut avoir à l’idée que le titre, dans sa version « Héritage », contient davantage de matériel (cartes bonus et autres éléments).

Au niveau du matériel d’It’s a Wonderful World, nous trouvons une boîte plutôt bien remplie avec 155 cartes toilées, 170 cubes en plastique de 6 couleurs différentes, un plateau à assembler ainsi que de nombreux jetons en carton de très bonne qualité. Le matériel est d’excellente facture et très agréable à manipuler.

En ce qui concerne la part graphique du titre, nous pouvons vous dire qu’elle est juste « magnifique ». Les illustrations sont vraiment réussies et la clarté des pictogrammes utilisés rendent le jeu encore plus agréable. Par rapport aux différentes illustrations des cartes elles sont non pas uniques mais liées au nom de la carte concernée. Certaines sont en 7 exemplaires comme d’autre en exemplaire unique.

La thématique de construction d’un empire est assez peu présente si ce n’est par les cartes, leur nom ou encore les illustrations. Cependant cela ne change rien au plaisir procuré surtout que le thème reste cohérent malgré la mécanique de construction de moteur de jeu et d’enchaînement de construction.

Les règles de It’s a Wonderful World sont très faciles à appréhender. Un livret de seulement 8 pages dont uniquement 4 concernent la description de ces dernières. Le livret contient de nombreuses illustrations, exemples et autres schémas. Si besoin de les expliquer à vos joueurs, alors il ne vous faudra que quelques minutes et une fois les concepts de draft ou chainage des productions expliqués, vous serez prêts à jouer. D’autant plus que la mise en place se veut rapide ; quelques minutes seulement.

La prise en main ne comporte aucun problème mais le gameplay ne rime pas forcément avec simplicité. Il faudra bien se creuser les méninges durant chaque phase de jeu afin de pouvoir faire les choix vous permettant de créer l’empire le plus puissant. Malgré ses apparences It’s a Wonderful World n’est pas un jeu simpliste mais bien un jeu d’initié accessible au plus grand nombre.

Le mélange de mécanique de draft et de construction de moteur de jeu est vraiment efficace. De plus, l’originalité de la production de manière successive, apporte vraiment un plus à la stratégie et au déroulement de la partie. En ce qui concerne le scoring, il est assez basique avec des décomptes par type de cartes ou bonus. En parlant de ce scoring, nous vous conseillerons tout de même de vous limiter à un ou deux moteurs de score et de ne pas trop vous diversifier afin d’optimiser au maximum votre production de points de victoire.

L’originalité vient principalement de l’enchaînement et de l’agencement des diverses mécaniques de jeu. Souvent comparé à 7 Wonders en rapport notamment à la mécanique de draft, It’s a Wonderful World ne devrait pas l’être. Le titre de Frédéric Guérard est unique et devrait faire partie de ces jeux qui pourraient trouver leur place dans la durée et dans toutes les ludothèques parmi les « classiques »

Dans It’s a Wonderful World, les tours sont très fluides et il n’y a que peu de temps morts. Seul l’analysis paralysis de certains, au moment du choix des cartes lors du draft, peut ralentir le rythme du jeu. Les interactions sont tout de même limitées et bien évidemment, nous chercherons à piquer une carte pouvant faire l’affaire d’un autre. Cependant, si on ne cherche qu’à bloquer le jeu de nos voisins alors nous ne risquons pas de remporter la partie et nous serons vite limités par les choix. En ce qui concerne ces interactions, on les retrouve également au niveau de la production de ressources afin de pouvoir récolter les bonus de production à la barbe de nos adversaires.

La rejouabilité reste très forte et cela est important pour un jeu dont la durée est relativement courte. Entre les empires alloués en début de partie ainsi que les cartes distribuées et choisies, aucune partie ne se ressemble. De plus, avec les arrivées des modes héritages, cette rejouabilité ne sera qu’augmentée pour notre plus grand plaisir.

En parlant de ce plaisir, nous ne cachons pas que nous en prenons beaucoup lors d’une partie d’It’s a Wonderful World. Cependant, nous sommes loin d’un jeu d’ambiance et lors de la phase de draft, nous pourrons presque entendre les mouches voler tellement la concentration est forte. Mais se triturer les méninges est une activité plaisante dans notre loisir.

Pour les amateurs appréciant jouer en duo… n’hésitez pas ! Une variante de quelques lignes nous explique comment procéder. Le jeu à deux est le même qu’en multijoueur voire même un peu plus tendu tellement les interactions seront plus présentes et fortes.

Incontournable !

It’s a Wonderful World est un jeu dont on ne peut passer à côté. Le travail d’édition est clairement au top et la jouabilité plus que plaisante. Il se verra surement primé par divers concours et prix ludiques qui se dérouleront durant l’année 2020. Le fait que les éditeurs d’ It’s a Wonderful World souhaitent également travailler avec les diverses boutiques est également un bon point. Lancer un jeu via la plateforme Kickstarter est une chose mais le faire vivre au travers des boutiques est tout aussi bien.

Nous nous attendons également à ce que ce jeu se retrouve lors de divers tournois. La facilité d’explication des règles, son accessibilité ainsi que sa durée sont des éléments idéaux pour l’organisation de ces tournois.

Ce qui est certain c’est que nous vivons dans un monde ludique merveilleux !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La fiche de It’s A Wonderful World sur Board Game Geek
Le site de La Boîte de Jeu
Le site d’Origames

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire