Accueil > Articles > Jeux familial + > Ceylan, les thés indiens qui réchauffent

Ceylan, les thés indiens qui réchauffent

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 471 vues 13 minutes de lecture
Ceylan, les thés indiens qui réchauffent

Au loin, la bouilloire sifflait et fumait. La chaleur qui s’en échappait en était presque étouffante… et pourtant l’odeur qui se dégageait dans cette petite boite en fer-blanc fleurait bon les épices et le parfum d’une contrée lointaine. Ces odeurs me rappellent des souvenirs vivaces ; le tumulte du voyage, le bruit incessant et métallique du convoi ferroviaire à travers le pays, les cris des négociateurs mais aussi le silence apaisant de ma croissance et celle de mes camarades dans ces jardins luxuriants, surveillés avec soin et amour par nos cueilleuses. Je m’appelle Chaï, je suis une feuille de thé de Ceylan et je vais vous raconter l’histoire de mes origines.

Sortez votre plus belle théière et le service en porcelaine de Grand-Maman, faites chauffer l’eau et préparez les petits gâteaux : c’est l’heure du Tea Time ! Et quoi de mieux qu’un jeu de société à l’heure du goûter ? Et si en plus, cela parle de thé… que demandons-nous de plus ? Aujourd’hui, faisons la lumière sur Ceylan, un joli jeu de majorité et de gestion de ressources (ou plutôt de plantation de thé !).

Paru en 2018 chez Ludonova, un éditeur espagnol connu pour ses localisations dans la langue de Cervantes, Ceylan a été localisé en français par Funnyfox, la toute nouvelle marque de jeux du groupe Hachette. Prévu de deux à quatre joueurs, pour des parties d’environ une heure, Ceylan vous propose d’incarner des pionniers dans le développement de l’industrie du thé de Ceylan, futur Sri-Lanka. A vous de construire et récolter des plantations, développer la technologie nécessaire et exporter les différentes variétés de thé dans le monde entier. Le joueur qui contribuera le plus à la renommée du thé de Ceylan gagnera la partie.

Ceylan mais c’est bon

Dans Ceylan, la partie se joue à tour de rôle, dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant par le premier joueur désigné. Au centre de la table, vous trouverez la carte qui désigne les quatre districts de thé les plus importants de Ceylan. Chacun d’eux possède son propre conseiller, choisi au hasard au début de la partie, et dont le rôle est d’aider les joueurs qui sollicitent ses services. Ces quatre districts seront aussi configurés au moyen de tuiles Relief, afin d’obtenir trois niveaux, nécessaires à la récolte des différents thés. Car en effet, plus l’altitude est élevée, plus le thé récolté sera fin et exclusif ! Chaque joueur possède aussi un plateau individuel qu’il utilisera son plateau pour entreposer ses feuilles de thé, les jetons Technologie obtenus, les contrats réalisés, le thé récolté, son argent et sa tuile de départ. Ces tuiles de départ vous donneront un avantage individuel que vous pourrez activer qu’une seule fois durant la partie !

Au premier tour, chaque joueur choisit un hexagone de niveau 0 dans un district où il n’y a pas déjà une plantation et y pose un jeton Plantation. Il prend ensuite la feuille de thé la plus à gauche de son plateau individuel et la pose sur le jeton Plantation avec son pion. De cette façon, chaque joueur commence la partie avec une première plantation dans un district différent.

A tour de rôle, les joueurs choisissent l’une des trois cartes en main pour y effectuer l’une des cinq actions qui y sont représentées. Cette étape est obligatoire ! Toutes les cartes sont composées de deux actions principales (dont certaines nécessitent de dépenser quelques roupies pour les activer) et deux actions alternatives. Et c’est là que toute la particularité de Ceylan intervient : lorsque vous activez l’une des actions, les autres joueurs pourront à tour de rôle aussi bénéficier de l’action principale complémentaire ou de l’une des actions alternatives ! En fonction de l’action que le joueur actif choisit, il placera la carte dans la défausse pour signifier laquelle des deux actions principales il choisit d’offrir à ses concurrents ; sauf, si bien sûr, les adversaires préfèrent l’une des actions alternatives.

Faisons maintenant un petit point sur les différentes actions qui vous sont proposées. Parmi les actions principales, vous aurez le choix entre cinq options : Planter, qui permet d’ajouter un jeton Plantation ainsi que la feuille de thé la plus à gauche de son plateau individuel ; Récolter, qui vous permettra de prendre des cubes de thé suivant votre emplacement sur le plateau (et votre altitude !). Après la Récolte… vient le Commerce : vendez vos caisses de thé récolté afin de réaliser l’un des contrats du jeu et remporter des points de victoire. Vous pouvez aussi engager un Conseiller pour obtenir ses faveurs durant le reste de la partie et enfin, développer la Technologie, qui est une piste de points de victoire à atteindre avant les autres. Ne négligez pas cette piste : elle est indispensable pour vous départager en cas d’égalité ! N’oubliez pas qu’il existe aussi les deux actions alternatives, au cas où vous ne pouvez/voulez pas jouer l’une des principales : vous pouvez soit déplacer votre pion sur le terrain ou prendre deux roupies dans la réserve.

Lorsque tout le monde a joué son action, le joueur actif pioche une carte pour compléter sa main à trois cartes. S’il le souhaite, le joueur actif a de plus a la possibilité de jouer un pion Technologie pour jouer n’importe quelle action principale ou alternative, peu importe la carte qu’il a jouée, moyennant son coût si besoin, et ce… avant ou après avoir effectué l’action de sa carte. La partie prend fin quand un joueur réussit à placer toutes ses feuilles de thé sur la carte ou quand la pioche de cartes Action est épuisée. Le décompte des points se fera toujours selon un système de majorité ; le joueur étant le plus avancé sur la piste de technologie, planté le plus de thé ou ayant le plus de roupies dans sa réserve gagnera toujours un certain nombre de points, suivi du deuxième, troisième et quatrième joueur. En revanche, faites attention aux feuilles de thé restées sur votre plateau… elles vous feront perdre des points !

Ceylan, une vraie beau-thé

Ceylan, c’est zen et c’est un surtout un thème pratiquement inédit. On a affaire ici à une jolie merveille ludique tant par la délicatesse du matériel que la finesse du gameplay. En effet, nous nous retrouvons face à un vrai écrin : une boîte de belle taille, contenant la place nécessaire pour ranger tous les composants. On dirait presque une boîte à biscuits… ou à thé !

Un thermoformage en plastique ? Que nenni, vous trouverez un insert en carton magnifiquement illustré qu’il serait dommage d’enlever pour gagner de la place. Des jolis pions en bois sont au rendez-vous, que ce soit pour les marqueurs de points, les feuilles de thé et votre pion personnage, tandis que les tuiles en carton (Conseiller, Technologie, avantage individuel et autres contrats) sont franches et épaisses. Le plateau individuel est une feuille cartonnée, peut-être un peu fine, comparée au reste du matériel qui reste un sans-faute.

Les illustrations, savamment réalisées par l’illustratrice freelance Laura Bevon, sont délicates et sont en adéquation parfaite avec le thème ; on aime ces couleurs naturelles, notamment la dominance de ces lie de vin, verts et autres ocres qui nous font immédiatement voyager dans l’Inde et le Sri Lanka du IXème siècle. On entendrait presque les trains à vapeur siffler entre les plantations !

Les règles sont simples, concises et brillamment illustrées par des exemples de gameplay. Toutes les étapes y sont expliquées pour une mise en place aisée et rapide. Une charmante introduction nous met dans l’ambiance du jeu. Toutefois, on notera une coquille anachronique de la part des rédacteurs : la décimation des caféiers du Sri Lanka a eu lieu en 1869 et non au XIVème siècle. Si ce détail ne change absolument rien au gameplay, il chiffonnera les plus puristes d’entre nous.

Alors que les joueurs les plus aguerris assimileront la mécanique de jeu originale et sa mise en place rapidement, les novices apprécieront la simplicité et la fluidité de Ceylan. Car là réside l’atout majeur de Ceylan : c’est un jeu accessible à tous mais qui demeure intense et pourra devenir stratégiquement complexe selon le degré offensif des joueurs.

De savants blocages de territoires ou la panoplie d’actions choisies pour twister les stratégies de vos adversaires seront au rendez-vous ! N’oubliez pas que Ceylan est un jeu de majorité : à vous d’être le premier sur le plus d’options possibles avant les autres ! L’autre point fort de Ceylan sera son interactivité ; en effet, aucun joueur ne sera complètement désœuvré en attendant son tour puisque chacun d’entre vous bénéficie à chaque fois de l’action complémentaire du joueur actif. Cela contribue au rythme soutenu et intense que l’on rencontre chez Ceylan. Il vous faudra être spécialement attentif à toutes les actions de vos adversaires afin d’adapter votre jeu pour la course à la victoire.

Peu de temps d’attente, des tours de jeu rapides, le tout rythmé par ce compte à rebours qui marque la fin de la partie (finirez-vous le deck de cartes ou serez-vous le premier à poser toutes vos plantations ?) ; c’est frais, c’est cadencé et c’est surtout très bien réalisé !

La rejouabilité sera accentuée par le fait que vos tuiles relief ne seront jamais posées dans la même configuration sur le plateau central ; de même que les contrats ne seront jamais les mêmes et que votre tuile de départ sera différente d’une partie à l’autre. Vous rajouterez aussi de la variété à la partie en fonction des tuiles Conseiller qui seront posées sur chaque district. Chaque partie sera différente de la précédente, pour bien plus d’interaction et de twists stratégiques !

Dans l’ensemble, Ceylan promet un jeu soutenu et harmonieux, le tout porté par un thème distingué. La légèreté du jeu est d’ailleurs captée par l’absence totale de texte sur les éléments ; tout fonctionne par pictogrammes et autres symboles pour un peu plus de poésie ludique.

S’il n’existe pas de mode solo chez Ceylan, il y a en revanche des petites adaptations si l’on veut y jouer à deux. Il vous suffira de condamner l’un des districts pour ne jouer qu’avec trois d’entre eux. Les joueurs avertis pourront corser leur partie en décidant de piocher au hasard leur tuile d’avantage individuel au lieu de la choisir en début de partie. Ces tuiles de départ pourront aussi servir à l’ordre de jeu lors de la pose de la toute première plantation en début de partie grâce au chiffre annoté dessus. Le chiffre le plus faible serait le premier joueur à planter son théier et ainsi de suite.

Ceylon, c’est notre tasse de thé

A-t-on l’habitude de dire d’un jeu qu’il est élégant ? Pour le coup, c’est un attribut tout trouvé pour Ceylan. C’est poétique et charmant sans pour autant que cela ne devienne plat. Le gameplay simple et subtil est parfaitement mis en avant avec un thème qui nous subjugue et qui ravira petits et grands. Les joueurs apprécieront la mécanique au fur et à mesure des parties accumulées, pour plus de maitrise de jeu. Ceylan a d’ores et déjà gagné ses lettres de noblesse et sa place en tant que classique familial et nous sommes ravis qu’il soit localisé en français par Funnyfox ! Désormais, faites chauffer votre bouilloire et préparez votre table de jeu, il ne vous reste plus qu’à partir pour le Sri Lanka !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La fiche de Ceylan sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur FunnyFox

Rédactrice de l’article : Warda

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire