Accueil > Articles > Jouer en solo > Rise to Nobility, pour la gloire des cinq royaumes !

Rise to Nobility, pour la gloire des cinq royaumes !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 375 vues 14 minutes de lecture
Rise to Nobility, pour la gloire des cinq royaumes !

« Vite, vite, je dois me hâter… Je ne veux pas être en retard à ma convocation devant la Princesse Tabita. »
En entrant dans la salle du trône du château d’Ivoire, précédé par deux gardes l’annonçant, Baahlar digne nain, s’agenouille devant la princesse. Cette Elfe aux cheveux blonds et fins semble ne jamais vieillir. On pourrait croire que le travail, l’effort ainsi que l’énergie qu’elle met afin d’essayer de rapprocher les peuples des cinq royaumes feraient apparaître sur son doux visage des signes de fatigue. Mais que nenni, ce dernier semble figé dans le temps. Sortant de ses pensées, il se relève, se dirige et s’installe au siège qui lui est indiqué comme sien. Un groupe de quatre femmes de diverses races dans un coin de la salle accompagnées par un trobit avec une cithare chante un refrain mélodieux apportant un fond sonore très doux et agréable. Il observe la salle autour de lui. Ce n’est pas la première fois qu’il vient ici et il est toujours émerveillé de la richesse de cette dernière ainsi que de sa beauté : elle est très lumineuse, ses colonnes d’ivoire, ses vitraux représentant des scènes historiques des cinq royaumes, son ameublement en chêne, tout s’harmonise à merveille ! La princesse se lève et s’adresse à ses convives : « Chers représentants des différents peuples des cinq royaumes, si je vous ai convoqués aujourd’hui c’est parce que j’ai besoin de vous… »

Il y a des jeux de société qui permettent de s’échapper de la réalité pour voyager et explorer d’autres univers grâce à un background qui évolue avec le temps. L’éditeur Final Frontier Games a souhaité que ses jeux entrent dans cette catégorie et nous n’allons pas vous cacher qu’on apprécie cette démarche. De ce fait avant de vous parler du jeu en lui-même, qui d’ailleurs est disponible en français chez Pixie Games, laissons-nous aller à un petit voyage dans les cinq royaumes…

Il y a cinq années de cela, une paix fragile fût instaurée entre les 5 royaumes. Cela a pu se produire grâce au travail acharné de la princesse Elfe Tabita Orestres suite à la fuite du Seigneur Dranor de la Cavern Tavern. La princesse, devenue Grande Reine entre temps, pour consolider la paix érigea une nouvelle capitale : la Cité d’Ivoire de Caveborn. Grâce à cette cité, la reine espère que les conflits entre les différents peuples : humains, semi-hommes, elfes, nains, elfes marins et trobits cesseront. Pour cela, elle fonda le conseil de pierre avec un siège pour le représentant de chaque peuple. A la tête du conseil est érigé Berk, le Greffier de la cité. Cependant étant trop complaisant et gentil pour pouvoir gérer et administrer les affaires de la cité, il est souhaité de lui trouver un remplaçant plus charismatique… Et cette quête sera la vôtre !

Rise To Nobility est le second jeu officiant dans les 5 royaumes, le premier est Cavern Tavern. Il est donc le second jeu de l’éditeur Macédonien (les jeux de société, c’est vraiment une affaire internationale). Ses auteurs sont Vojkan Krstevski, Ivana Krstevski, Maja Matovska, Toni Toshevski et l’illustrateur du jeu n’est autre que … roulement de tambours…. The Mico ! Il est prévu pour 1 à 6 joueurs et il faut compter environ 30 minutes par joueur et par partie. Ce jeu est issu d’une campagne de financement participatif via la plateforme Kickstarter qui eut lieu en 2017 et qui réussit à réunir pas moins de 370’760 dollars US (sur 19’000 demandés) cela grâce à plus de 4’600 contributeurs.

Dans ce jeu de placement de dés, vous allez devoir gagner du prestige afin de pouvoir remplacer Berk à la tête du conseil de Pierre. Il faudra donc réussir à influencer les 6 guildes et pouvoir satisfaire les différentes demandes du conseil. Ce qui n’est pas chose facile avec cet équilibre fragile dans les 5 royaumes.

Avant de vous expliquer la règle du jeu, regardons le contenu de la boîte du jeu avec un « Y’A KOI DEDANS ».

Y’a Koi Dedans ?

A moi les Guildes !

Le but du jeu dans Rise To Nobility est d’avoir à la fin de la partie, le plus de points de victoire afin d’être nommé Seigneur et mis à la tête du Conseil de Pierre à la place de Berk le Greffier.

Pour y arriver, vous allez lancer vos 5 dés. Puis, chacun son tour, vous pourrez réaliser de une à toutes les actions parmi les 3 suivantes : Placer un dé et résoudre l’action associée, satisfaire une carte colon en dépensant des ressources pour faire venir les colons chez vous ou encore vendre un bâtiment précédemment construit. Ces actions pouvant être faites dans n’importe quel ordre. Une fois que tous les joueurs ont effectué leurs actions alors on procède à une phase de revenus suivie par une phase d’entretien.

L’essence du jeu vient du placement de dés. On va pouvoir placer les dés dans l’une des zones du plateau afin d’effectuer l’action associée. La Caverne Taverne, permet de récupérer des colons afin d’essayer de les satisfaire par la suite. Le chantier permet de construire une habitation permettant de pouvoir accueillir des colons. L’hôtel de ville permet l’achat d’ateliers ou de bâtiments et le port quant à lui permet de vendre des ressources acquises. Le conseil de pierre présente des conseillers ayant des demandes propres. En ce lieu il faudra que vous satisfassiez ces conseillers. Le château d’ivoire vous permet de pouvoir augmenter votre réputation et le bureau du greffier d’acquérir des jetons modificateurs de dés. Un dernier type de lieu existe aussi, il s’agit des guildes. Nous vous promettons que c’est le dernier ! Les guildes permettent d’acquérir des ressources ainsi que de pouvoir placer des apprentis qui pourront par la suite devenir des Maîtres de guilde.

Ça y est ! On arrête la partie un peu rigide des règles. Ce qu’il faut savoir c’est que les valeurs de dés vont influer sur les actions. Selon l’action choisie, la valeur aura son importance. Mais pour ne pas juste être tributaire de la chance alors les jetons modificateurs aideront grandement. De plus, les ressources et l’argent sont vraiment des points clés du jeu. On en manque facilement et se retrouver à cours d’argent peut être problématique surtout que le nombre de places pour poser vos dés sont limités et la concurrence est rude.

Non mais c’est toi le Troll

Maintenant que vous en savez un peu plus, parlons du matériel et franchement celui-ci est en quantité et il est également de qualité. Il y a plus de 60 cartes, pléthore de tuiles en carton (conseil, bâtiments, bateaux), des jetons en carton (pièces, jetons divers), 120 ressources en bois (personnalisés pour la version Deluxe), beaucoup de bâtiments, meeples ou disques en bois, etc… Grace à la campagne de financement, le matériel a vu sa qualité augmenter. De plus, il y a peu de texte dans le jeu et quelques pictogrammes très faciles à appréhender ce qui est toujours quelque chose qui nous plait.

Au niveau artistique le travail de The Mico est énorme avec beaucoup d’illustrations différentes et au niveau du plateau central, des plateaux joueurs ou encore des tuiles de bâtiments il y a deux faces (une face jour et une face nuit). Le tout est juste magnifique et séduit grandement.

Lorsqu’on joue à Rise To Nobility, on ne joue pas qu’à un jeu de placement. Les éléments et les illustrations nous plongent dans l’univers des 5 royaumes et nous sommes vraiment acteurs de notre destin. Et une certaine tension nous porte afin d’essayer de prendre la tête du conseil de pierre.

S’attabler pour une partie de Rise To Nobility ce n’est pas se préparer à un Decrypto. Le jeu est plutôt costaud et de ce fait, la règle est dense. Cependant, il y a énormément d’illustrations et sur les 12 pages composant la règle de base, on ne peut qu’apprécier sa fluidité et son côté aéré. Donc facile à lire et avec une prise en main qui se déroule plutôt aisément. De plus, en fin de règles, on retrouve un lexique ainsi qu’un résumé et des points à se souvenir, ce qui permet d’avoir un condensé permettant vraiment d’aider à bien comprendre comment jouer facilement. Après une première lecture de règles, on arrive facilement à expliquer les différentes actions et possibilités du jeu. De ce fait, on peut faire jouer facilement divers types de joueurs; bien entendu à condition qu’ils soient prêts à jouer sur une durée pouvant paraître longue. La mise en place est plutôt moyenne en terme de durée et il faudra cinq bonnes minutes pour tout installer.

L’opus est un pur jeu de placement de dés et l’essentiel des actions dépend de nos lancés et des endroits où on peut placer ces derniers. De plus, il y a une réelle complexité due aux nombres restreints d’emplacements où vous pouvez placer ces derniers. Presque toutes les actions que nous pouvons accomplir dans une partie permettent également de scorer. Il n’y a pas un mécanisme de scoring mais vraiment une multitude, ce qui permet au jeu de s’adapter à plusieurs stratégies, sans vraiment en avoir une qui serait supérieure aux autres.

Le déroulement des tours n’est pas très long mais une partie peut tirer en longueur et avoir un effet un peu répétitif. Vous êtes donc prévenus ! L’éditeur est conscient de cet aspect et grâce à des modules existants dans le jeu de base permettant d’inclure des évènements ou encore à une variante officielle pour rendre le jeu plus court, ces deux aspects plutôt négatifs ont été lissés, voire gommés. Nous apprécions grandement de voir un éditeur ayant conscience de certains aspects du genre et de proposer des solutions officielles permettant aux joueurs ciblés de pouvoir prendre du plaisir sans non plus gâcher le sens du jeu.

Grâce à des modules supplémentaires, une extension (inclus dans le jeu de base) ainsi que des variantes en matière de gameplay, Rise To Nobility propose une rejouabilité assez forte. De plus, le fait d’user de dés et d’un nombre important de cartes de départ ainsi qu’avec une interactivité constante entre les joueurs, chaque partie sera différente.

La profondeur du background, l’interaction, la tension ainsi que la beauté du matériel participent clairement au plaisir du jeu. Lorsqu’on a été séduit une fois par ce dernier, il est toujours un plaisir de le sortir pour le faire découvrir ou pour essayer de faire mieux que la partie d’avant. Le fait que chaque partie soit différente on a l’impression d’avoir toujours une nouveauté à faire et de découvrir de nouvelles choses. On ajoute vite les modules complémentaires car ils apportent vraiment un intérêt supplémentaire à nos parties.

Ce jeu prévu de 1 à 6 joueurs verra tout de même un plus grand intérêt avec un nombre pair de joueur à cause du nombre d’emplacements disponibles qui permet de créer de l’interaction supplémentaire (1 et 2 joueurs 1 emplacement de guilde disponible, 3 et 4 : 2 emplacements disponibles et 5 et 6 joueurs : 3 emplacements disponibles). Nous conseillerons cependant de privilégier les configurations 1, 2 ou 4 joueurs qui offrira le meilleur mix entre durée et interactions car il est vrai qu’à 6 joueurs la partie peut être vraiment longue.

En ce qui concerne le fait d’y jouer à 2 joueurs, il est vraiment aussi intéressant qu’à plus. Le travail fait sur ce jeu afin de permettre la jouabilité plaisante à plusieurs configurations de joueurs est très abouti.

Comme indiqué sur la boite, le jeu est jouable en solo et fonctionne parfaitement. En solo, on joue contre un bot qui va occuper des emplacements sur le plateau selon la valeur et la couleur des dés tirés pour lui. De plus, on se voit octroyer une carte objectif qu’il faudra atteindre avant les 10 manches pour réussir sa partie.

Nous nous sommes baignés dans les 5 royaumes et prendre la place du greffier n’est pas aisé. La concurrence est rude et il faut jouer des coudes pour s’imposer. Certes le jeu n’est pas fait pour tous, mais objectivement aucun ne l’est. Cependant, pour les courageux souhaitant s’aventurer dans cette noble quête, rassembler les 5 royaumes sera un vrai plaisir ! Nous vous laissons maître de votre destin, puissiez-vous ne pas nous croiser en chemin !

Y’a quoi au fond de la taverne ?

Depuis le 3 octobre et jusqu’au 23 octobre 2018, une nouvelle campagne de financement participative organisée par l’éditeur Final Frontier Games à cours. Dans cette campagne (NDLR : déjà financée à l’heure de la rédaction du sujet), l’éditeur propose une seconde impression du jeu ainsi qu’une extension : Beyond. De plus, les personnes n’ayant pas pu acquérir les pièces métallisées pour leur jeu peuvent également se les procurer au travers de cette campagne.

En outre, les acquéreurs de la première version via la campagne précédente pourront avoir gratuitement avec l’extension un pack de personnage en mode nuit (également possible de les acquérir pour 8$ pour les autres).

Cette extension propose un plateau de jeu supplémentaire ainsi qu’une extension des plateaux joueurs. Une nouvelle ressource entre en jeu – les pierres roses – qui servent de ressource d’échange pour de l’argent ou d’autres ressources.

De plus, sur le plateau de l’extension nous avons deux nouvelles zones : la clairière et le temple intemporel. La première zone permettra d’utiliser un dé pour acquérir une carte relique, ancien ou habitation qui pourra par la suite être utilisé pour son effet dans votre domaine. La seconde zone est un lieu de recueil ou les futurs responsables des 5 royaumes peuvent faire une offrande pour acquérir un bénéfice des magies anciennes. La faveur accompagnera aussi celui d’entre vous ayant offert le plus d’offrandes dans le Temple des Sorciers du passé… comme certains aiment l’appeler.

Cette extension promet donc vraiment de nouvelles sensations, une diversité d’action supplémentaire permettant d’échapper à une routine et offrant davantage de rejouabilité. Cependant, nous notons que (pour l’instant) la campagne ne prévoit que l’extension en anglais. Dans tous les cas, nous avons vraiment hâte de la tester et nous suivons la campagne de près. Vous laisserez-vous tenter ?

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La règle de l’extension en anglais
La campagne Kickstarter de l’extension
Le site de l’éditeur Final Frontier Games

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire