Accueil > Articles > Jouer en solo > Welcome ! Architecte un jour, architecte toujours

Welcome ! Architecte un jour, architecte toujours

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 572 vues 12 minutes de lecture
Welcome ! Architecte un jour, architecte toujours

Nous cherchons un appartement avec vue sur les montagnes, un jardin de 80 m2 et doté d’une piscine extérieur. Il nous faudrait également 4 chambres et d’un grand salon. A acheter ou à louer de suite. N’est-ce pas fantastique de penser à la maison de ses rêves ? Mais c’est d’autant plus fantastique de pouvoir la réaliser enfin !… Bon d’accord, c’est sur le papier, mais c’est tout de même super ! Et justement, c’est ce que « Welcome » vous propose de réaliser en seulement 25 minutes !

Pour pouvoir réussir cet exploit, nous avons besoin entre 1 à 100 joueurs architectes professionnels, âgés de 10 ans et plus. Nous vous garantissons que tous nos architectes engagés auront reçu une formation stricte sur le métier, ceci est obligatoire.  Inutile de nous remercier, c’est plutôt à l’éditeur Blue Cocker qu’il faudra dire merci pour cette réalisation. Avec Benoit Turpin à la baguette dans sa conception, et Anne Heidsieck pour les magnifiques illustrations et multiples plans de la ville.

Non vous ne rêvez pas, Blue Cocker propose bien un jeu pour 1 à 100 joueurs et c’est avec cette information précise que notre curiosité a justement été piquée. Alors que peut-il bien se cacher derrière cette petite boite rétro ? Un jeu à cocher ? Bingo ! (désolé pour le jeu de mots.)

Dans Welcome, les joueurs vont pouvoir donc se mettre dans la peau d’architectes américains et devront réaliser la disposition d’un quartier composé de trois grandes rues tout en respectant les plans projetés par la ville. Celui qui aura accumulé le plus de point en réalisant ces projets et en arborant sa ville de luxueux parcs ainsi que des piscines extérieures (entre autres), sera déclaré vainqueur. Tous les joueurs recevront une feuille individuelle de plan de la ville, joueront en même temps en effectuant les actions dictées par les cartes disponibles durant le tour. C’est ce qui permet de jouer à beaucoup de joueurs en simultanés, car tout se passe sur votre feuille de plan de la ville. Entre vous et nous, nous ne sommes pas encore arrivés à mettre 100 joueurs autour d’une table pour jouer, mais aucun doute que cela est réalisable avec Welcome.

Crayon en main, équerre d’architecte dans l’autre, on vous détaille les règles sans plus tarder.

Je suis au 12 rue du Jeu, la maison avec piscine. Enfin… celle avec le Meeple dessiné dessus !

Dans Welcome, vous partez de zéro avec une feuille de plan de la ville composée de 3 grandes rues. Sur chaque grande rue, vous avez un lot de maison ou il faudra y mettre un numéro d’adresse, mais il faudra impérativement inscrire les numéros d’adresse en ordre croissant pour chaque rue. Sur chaque rue, vous pourrez aussi y construire des piscines, des parcs et former des lots de maison en posant des clôtures entre-eux. Toutes ces actions vous permettront de cumuler des points à la fin de la partie. Mais comment sont dictées ces actions et numéros ?

C’est le pouvoir des cartes qui dicteront les actions possibles. En effet, sur chaque recto des cartes, il y aura un numéro d’adresse et sur le verso, une action disponible (piscine, parc, adresse Bis, etc.). A chaque tour de jeu, il y aura 3 piles de cartes au milieu de la table et 3 cartes défaussées à côté des piles. Il y aura donc des numéros d’adresse disponibles et à coté de chaque pile, une « défausse » qui permettra de voir l’action disponible sur le verso des cartes défaussées (pas la peine de préciser que nous commençons la partie avec 1 carte dans la défausse par pile).

Tout le monde joue en même temps et inscrit sur sa feuille un numéro d’adresse disponible et la carte action qui va de pair !  Ceci est très important, car on ne peut pas choisir librement les actions que nous voulons. Nous devons impérativement choisir le numéro ainsi que sa carte action posée à côté du numéro choisi (sur la pile de défausse).  Une fois que tous les joueurs ont reporté sur leurs feuilles la paire d’action/numéro choisie, on défausse la carte du dessus de chaque pile. De nouveaux numéros et actions seront disponibles. On répète donc le processus de choix et petit à petit, notre quartier prend forme.

Attention tout de même pour la pose des numéros d’adresse, car si un joueur est dans l’impossibilité d’inscrire un numéro (respect de la règle de l’ordre croissant oblige) il devra l’indiquer en cochant sur sa feuille à l’emplacement idoine. Et au bout de la 3ème erreur, la partie prend fin immédiatement. En fin de partie nous passons au décompte des points. Précisons tout de même que faire une erreur sur la numérotation d’adresse nous fera cumuler des points de malus à la fin de la partie.

Mais comment se termine la partie ? Il y a exactement 3 façons de terminer la partie. La première qui est citée plus haut, est de faire 3 erreurs de placement de numéro d’adresse. La 2ème est lorsqu’un joueur réussit à numéroter toutes les maisons figurant sur sa feuille. Et la dernière est quand un joueur réalise les 3 cartes Plans disponibles pour la partie. Des plans ? Mais quels plans ?

Dans Welcome, il y a un paquet de cartes Plans séparé en 3 catégories. Lors de la mise en place du jeu, il faudra tirer au hasard 1 carte de chaque catégorie pour mettre à disposition des plans à réaliser au cours de la partie. Les cartes plans demandent, entre autres, de construire des lotissements de maison de 2, 3, 4 ou plus, de construire la totalité des parcs ou des piscines, etc.

Chaque plan vaudra un nombre de points à gagner pour le premier joueur qui le réalise (en bas à gauche de la carte) et un nombre de point moins conséquent pour les suivants qui le réalisera. Ce premier joueur retournera la carte plan sur la face approuvée de la carte plan (face verso) qui indiquera que le plus gros nombre de point a déjà été pris. Une fois qu’un joueur réalise les 3 plans, la partie se termine.

Il faudra donc passer au décompte de point en faisant la somme de tous les points accumulés : les points des plans, des parcs, des piscines, etc. et nous retirons les éventuels malus, bien entendu. Le joueur ayant le plus gros score sera le grand gagnant.

Il y a également une version avancée avec des plans un peu plus corsés et surtout un tour de jeu basé sur le draft afin de proposer un peu plus d’interaction entre joueurs et d’influencer un minimum chez son voisin de droite les cartes à disposition. En effet, pour cette variante « draft », chaque joueur va piocher 3 cartes (actions/numéros) et va devoir choisir 1 carte pour son numéro et une carte différente pour son action. La 3ème carte non utilisée sera donnée à son voisin de droite face action visible. Ensuite, chacun complète sa main à 3 cartes et s’est reparti.

Pour les amateurs des jeux solitaires, sachez qu’il est possible de jouer en mode « 1 joueur » ! Le but étant de faire le maximum de points possible. Pour se faire, on jouera avec une seule pile d’actions et la partie prendra fin une fois que la pile est vide (ou si les 3 autres conditions standards sont atteintes).  Il y aura une seule petite variante qui influencera le nombre de point réalisable avec les 3 plans à disposition. Il y a une carte « Solo » qu’il faudra dissimuler dans la pile des cartes actions et lorsque cette carte est piochée, il faudra retourner toutes les cartes plans sur la face approuvée. Il sera désormais plus possible de scorer le maximum de point sur les cartes plans.

That ‘50’s show !

Des dessins dignes des années 50 aux Etats-Unis, on est loin de s’imaginer ce que propose cette petite boîte carrée. Il faudra probablement ressortir toute la curiosité qui sommeille en nous pour pouvoir aller au-delà de la couverture de Welcome  et finalement découvrir une merveille dans son genre. Il faut dire qu’Anne Heidsieck nous plonge totalement dans les années 50 via ses illustrations très travaillées, au rendu impeccable. Ce qui est sûr, c’est qu’au niveau du matériel, on ne peut pas faire plus efficace : paquet de cartes, un livret de feuille du plan de la ville et une brochure de règles. Les règles sont d’ailleurs disponibles en français et en anglais pour une douzaine de pages par langue. 12 pages très aérées avec des illustrations pour accompagner les explications. L’ensemble est bien rédigé et à la vue de la mécanique de jeu très accessible, il ne faudra pas longtemps après lecture des règles pour tout de suite se mettre à construire le quartier de ses rêves.

Le tour de jeu est tellement simple et rapide qu’il n’y aura pas vraiment de temps mort, risquant de casser le rythme du jeu. Ce qui était un peu notre crainte au départ. En effet, il n’y aura pas d’intérêts quelconques de « zieuter » ce que fait son adversaire. Nous avons trouvé que pour un jeu (hors variante draft) où l’interaction entre joueurs n’est pas au centre des débats, cela n’est pas réellement dérangeant. Au contraire, nous avons eu plaisir à faire des parties avec un grand nombre de joueurs et de comparer un peu nos feuilles de quartier en fin de partie.

Il y a plusieurs stratégies possibles à mettre au point, surtout pour éviter de se coincer tout seul et de remplir la case erreur. Cependant, il y a un côté hasard/chance qui n’est pas négligeable. Si le tirage des numéros n’est pas prévisible, il y a les actions que nous pouvons connaître en avance. Comme la carte défaussée deviendra la carte action au prochain tour, nous pouvons donc savoir quelles actions seront réalisables pour le coup suivant. Si nous devions vous donner un seul conseil, la chose la plus importante à savoir est quel est le plus grand numéro d’adresse existant sur les cartes. Cela évitera quelques moments de solitude en attendant de devoir cocher inévitablement les cases erreurs.

Il y a 3 actions que nous n’avons pas encore mentionnéeset qui influenceront fortement votre stratégie de jeu. L’action Intérimaire qui permet de modifier le numéro d’adresse de +2, +1, 0, -1, -2 ! L’action BIS qui permet de rajouter le mot BIS sur une adresse déjà inscrite sur notre feuille, ce qui permettra d’inscrire le même numéro à nouveau et à côté du numéro BIS, mais qui apportera des malus en fin de partie ! Et finalement l’action (gratuite) rond point qui est uniquement pour les règles avancées, qui n’est pas dépendante d’une carte action mais qui permettra de dessiner sur une maison un rond point et ainsi scinder la rue en deux, pour pouvoir recommencer la numérotation à zéro à la suite du rond point. Cela condamne une maison et on pourra en faire un maximum de 2 ronds points par partie et par joueurs.

Les possibilités sont grandes et elles amènent à chaque fois des résultats surprenants à la fin. On pourrait avoir peur des ratures sur notre feuille tellement il y a de quoi faire dans Welcome. Une application serait appréciable, vous ne trouvez pas ?

Mais oui ! Blue Cocker nous propose également une application sur Android et iOS pour éviter d’utiliser les livrets de feuille et les ratures. Ce qui est vraiment un plus, car pour la clarté de notre feuille c’est une application très appréciable et surtout pour la réutilisation à l’infinie.

Néanmoins, Blue Cocker a sorti récemment un pack de recharge de feuille plan de la ville avec un petit bonus pour les plus observateurs. Mais quel intérêt si l’application est déjà disponible ? Pour vous convaincre, nous vous proposons d’y jeter un œil et de repérer les petits clins d’œil. Néanmoins, on est d’accords avec certains ; le plaisir du jeu de société, c’est aussi de ne pas s’encombrer d’un smartphone ou d’une tablette. Et vous avez bien raison !

Welcome restera donc une agréable surprise qui nous a procurés du plaisir à y jouer et à le partager autour de nous.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La fiche du jeu sur le site de l’éditeur
Le site de l’éditeur Blue Cocker

Rédacteur de l’article : Eric

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire