Accueil > Articles > Jouer en solo > Fini !, ça commence à bien faire…

Fini !, ça commence à bien faire…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 468 vues 9 minutes de lecture
Fini !, ça commence à bien faire…

Pour celles et ceux qui travaillent dans un bureau, vous ne le savez que trop bien. Après le repas, il y a parfois ce petit « coup de barre ». Cette légère somnolence qui fait qu’il vous faut absolument un café. Un petit noir bien serré qui redonnera énergie et motivation. Et pour peu que vous effectuiez aussi des tâches un peu rébarbatives, le café sera suivi par la fameuse phase dite de « grignotage ». Chocolats, bonbons, caramels… tout est bon à dévorer !

Mais alors, avec les caféinomanes et les grignoteurs du boulot, y’a-t’il de quoi en faire un jeu de société ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, la réponse est oui ! Et c’est un auteur bien connu dans le monde du jeu qui s’y est intéressé : Friedemann Friese. L’auteur de la gamme à succès Fabulosa, mais aussi Megawatts ou Vendredi ! Et justement, puisque nous évoquons Vendredi, le titre qui nous intéresse aujourd’hui – « Fini ! » – est un jeu dans la même veine que ce dernier. Un petit jeu de cartes, sous forme de casse-tête, pour 1 joueur, et dans un format mini facilement transportable.

Fini ! est donc un opus pour un et un seul joueur, localisé en français chez l’éditeur EDGE, accessible dès 10 ans pour des parties entre 45 et 60 minutes. Dans Fini ! vous jouez les bureaucrates, affairés à classer vos dossier dans l’ordre, de 01 à 48. Et il faudra veiller à ne pas vous endormir. Heureusement, vous disposez de bonbons pour vous fournir des doses de sucre et du café pour tenter de booster votre motivation.

Prêts à relever le défi ? On vous explique la règle du jeu avant de vous dire ce qui nous a intéressés dans Fini !

Fini se conjugue au Présent, au Passé et au Futur

Vous voilà au bureau et vous devez effectuer des tâches rébarbatives, matérialisée par des cartes numérotées de 01 à 48, qu’il faudra classer dans le bon ordre. Pour vous aider, vous disposez d’une petite réserve de cafés et de quelques bonbons. Pour gagner la partie, il faudra classer toutes les cartes avant que votre stock de café ne soit épuisé.

A chaque phase, vous piochez trois cartes du sommet de la pioche que vous placez dans la zone Présent, puis vous examinez immédiatement si une ou plusieurs cartes vous offre(nt) un nouveau bonbon. Si c’est le cas, vous l’ajoutez à votre stock. Vous savez, celui qui se cache dans le dernier tiroir, tout au fond de votre bureau !

Ensuite, vous vérifier si une des cartes piochées peut être archivée. Sous-entendu, classée dans l’ordre en commençant par la 01, 02, etc… Avec les cartes restantes, vous pouvez dépenser des bonbons pour activer les effets des cartes. Vous pourrez par exemple piochez de nouvelles cartes, en placer d’autres au fond de la pioche, échanger des cartes, ou récupérer des bonbons. Mais vous pourrez aussi reprendre des cartes de la zone Passé ou en envoyer d’autres vers la zone Futur (nous reviendrons ensuite sur ces deux zones).

Après avoir éventuellement activé certains effets, vous pouvez classer les cartes qui se trouvent dans la zone Présent. A vous de décider dans quel ordre vous les placerez. Puis vous déplacez toutes les cartes de la zone Présent vers le Passé. Dans cette zone de Passé, il ne peut y avoir que trois cartes. Toutes les autres cartes excédentaires sont renvoyées dans l’ordre au fond de la pioche.

Il ne vous reste plus qu’à reprendre trois nouvelles cartes et poursuivre ainsi de suite jusqu’à la fin du jeu.

Lorsque vous placerez dans le Passé la carte no. 48, vous devrez défausser un café. Et quand vous n’avez plus de café à défausser… catastrophe ! La partie est perdue. Plus d’énergie, vous êtes tout juste bon à ramper comme une limace pour rentrer chez vous.

Dernière chose à vous préciser, la fameuse zone Futur que nous évoquions. Il s’agit en fait d’un espace qui pourrait être apparenté à une zone temporaire qui vous permet de laisser vos cartes dans l’ordre mais d’en piocher trois nouvelles. Une fois que ces trois nouvelles cartes sont renvoyées vers le Passé, vous devrez reprendre les cartes mises dans le Futur et poursuivre normalement les étapes de jeu. Et vous pouvez bien entendu avoir plusieurs zones Futur !

Des cartes, de l’Arabica et des Haribo

Soyons honnêtes, ce ne sont pas les illustrations qui nous ont intéressés de prime à bord. Le parti pris graphique est plutôt osé et on laissera chacun apprécier, ou non, les différents visuels. Mais ne nous arrêtons pas à cela et intéressons-nous plutôt au cœur du jeu.

A l’intérieur de cette petite boîte, que retrouve-t-on ? Un deck de 48 cartes qu’il vous faudra absolument protéger, une série de petits meeples en bois, un mini-feuillet récapitulatif pour les effets des cartes et la règle du jeu. Un matériel sobre et relativement minimaliste qui vous permettra facilement d’emporter le jeu, dans les transports, en vacances, etc. Et cela, c’est plutôt intéressant.

Côté règle, rien de bien complexe, comptez une petite dizaine de minutes pour prendre en main « Fini » et vous pourrez faire chauffer vos neurones. Parce que oui, pour ceux qui ne connaissent pas encore l’auteur (Friedmann Friese), il est très souvent question de réflexion avec lui. Un auteur qui apprécie les mécanismes simples mais qui font chauffer le cerveau. Et justement « Fini » n’échappe pas à la règle. On note au passage que les effets des cartes sont proposés dans un livret séparé de la règle. Il est ainsi beaucoup plus simple de retrouver certaines particularités, sans devoir consulter tout le règlement, et on a vraiment apprécié ce petit plus.

Vous allez nous dire, quoi de plus ridicule que de classer des cartes dans l’ordre, de 1 à 48 ? Est-ce qu’on ne serait pas retombé dans les premiers jeux de société ? Pire encore, un jeu « basique » dépourvu de tout intérêt ? La réponse est clairement non ! Pour nous, Friedmann Friese est un petit génie en la matière qui arrive à rendre passionnant des concepts tout simples. Dans cet opus, on retrouve donc des mécanismes de gestion de main, associés à de la gestion de ressources. Oui, tout est une question de gestion pour un ensemble qui se résume à un véritable casse-tête ! Tout l’intérêt repose donc dans les différents effets des cartes qui vont permettre au joueur de regrouper ensemble les cartes de même valeur pour finalement, les classer dans le bon ordre. Il sera donc nécessaire de faire comboter les effets. Et le moins qu’on puisse dire c’est que parfois, c’est très tordu.

« Fini » propose une idée intéressante qui permet d’utiliser trois zones de jeu, à savoir le présent, le passé et le futur. Il faudra donc être suffisamment malin pour « jouer » avec ces différents espaces ainsi qu’avec les effets des cartes. Pas simple du tout ! Clairement complexe, vous pourrez sans doute compter vos victoires sur les doigts d’une main.

Pour nous, « Fini » nous a laissé une excellente impression par l’originalité de son gameplay. La rejouabilité est forte et le jeu est passionnant, prenant, idéal pour se lancer un véritable défi ludique. La partie avance petit à petit et quand on vient de passer la carte dont on a désormais besoin… Argh ! On enrage ! On perd du temps ! Mieux vaut avoir une bonne mémoire pour se souvenir des prochaines séries de cartes qui vont arriver en jeu, sinon votre partie risque d’être belle et bien « Finie » !

Si vous avez connu le jeu « Vendredi », du même auteur, vous savez qu’il est question de s’amuser avec les cartes. Des les utiliser, de les passer d’une pile à l’autre, d’utiliser leurs effets. Même si « Fini » est complètement différent par son objectif, on retrouve là une certaine similitude dans l’esprit du jeu. On retrouve la patte de l’auteur. Et c’est plutôt plaisant !

En résumé, si vous n’avez peut-être pas été attiré par l’aspect visuel du jeu, laissez-lui une chance de vous convaincre par son gameplay. Il en vaut la peine. Friedmann Friese est un auteur qui sait développer des concepts malins, passionnants, travaillés et toujours pour vous mettre au défi. Alors, relevez vos manches, avalez votre café, et finissez ce classement… Et sans râler !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

Le fiche du jeu sur le site de BGG
Une partie en vidéo face à l’objectif de Jean-Philippe sur BGQ
Le site de l’éditeur EDGE

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire