Accueil > Articles > Catégorie d'age > Moins de 8 ans > Nom d’un Renard, qui vole un oeuf… vole un oeuf !

Nom d’un Renard, qui vole un oeuf… vole un oeuf !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 554 vues 11 minutes de lecture
Nom d’un Renard, qui vole un oeuf… vole un oeuf !

Saperlipopette ! Impossible de trouver le coupable avec ces empreintes. Il n’y a rien du tout dans la base ADN de la poulice ! Pourtant, Ginger et sa collègue ont pris grand soin de relever les traces avec précision et professionnalisme. On a bien compris qu’il s’agissait là de l’œuvre d’un professionnel et le lascar ne doit pas en être à son coup d’essai. L’enquête va devoir se poursuivre même si le Capitaine nous met la pression depuis hier soir pour que cessent ces vols. Marre des chapardeurs ! Il nous a dit « Mes poulettes, bougez-vous le popotin et retrouvez le coupable ! ». 

Dans « Nom d’un Renard » vous incarnez une poule ! Oui oui, une poule. Un véritable inspecteur de la poulice qui devra retrouver quel est le renard ayant volé l’œuf d’or. Et autant vous le dire tout de suite c’est du sérieux ! Surtout que le jeu a remporté l’As d’Or 2018, catégorie enfant, lors du Festival International des Jeux à Cannes. Des Cannes qui récompensent des poules… ? Enfin, bref !

Nom d’un Renard, édité en français par Game Factory, propose donc une aventure coopérative pour des parties de 30 minutes à partir de 5 ans. L’éditeur indique également que l’opus peut être joué par 2 à 4 inspecteurs en herbe mais on ne voit pas vraiment pourquoi on ne pourrait également pas y jouer en solo. Les petits ludistes vont naturellement préférer jouer avec d’autres, mais gardez en tête que Nom d’un Renard se pratique très bien en solitaire. 

Aux commandes du jeu, on retrouve un duo d’auteurs avec Marisa Peña et Shanon Lyon qui ont déjà créé quelques jeux pour les plus jeunes. Quant à Mélanie Grandgirard, cette dernière signe les magnifiques illustrations du jeu. Mais concrètement, de quoi est-il question ? On vous le disait, vous incarnez des poules détectives et vous devez trouver qui a volé l’œuf d’or. Vous parcourez le plateau de jeu pour récolter des indices mais avant que le Renard chapardeur n’ait atteint son terrier. Sinon, c’est perdu ! Indices en poche, vous effectuerez des déductions avant de désigner le coupable.

Avant de vous en dire plus, jetons déjà un œil sur le matériel de jeu avec notre capsule vidéo accélérée.

Y’a Koi Dedans ?

Tous suspects ! Jusqu’au terrier !

Avant de commencer la partie, vous placez l’une des cartes de suspect dans le « scanneur de renard ». Chacun endosse le rôle d’une poule renifleuse et c’est parti ! Le but du jeu est de collecter différents indices sur le plateau central pour désigner lequel des seize renards a volé l’œuf d’or. Mais si le renard, qui se déplace également sur le plateau de jeu, parvient à regagner son terrier, tous les joueurs perdent la partie.

A chaque tour, le joueur actif commence par déclarer s’il veut se déplacer sur le plateau de jeu ou révéler un suspect. Se déplacer sur le plateau de jeu permet de collecter les indices qui y sont éparpillés. Tandis que révéler un suspect permet de retourner face visible l’une des seize cartes placées autour de l’aire de jeu. Les dés sont ensuite jetés et il convient d’obtenir trois faces avec ses pattes pour se déplacer ou trois faces avec des yeux pour révéler un suspect. Si après trois lancés, le joueur échoue, le renard avance vers son terrier. Si l’action est réussie, soit un nouveau suspect est révélé, soit la poule peut se déplacer.

A noter que si une poule parvient à trouver une tuile indice, cette dernière est placée sur le scanneur de renard. Le scanneur indiquera alors si le coupable porte l’un des vêtements ou accessoires présents sur l’indice. Et la partie se poursuit jusqu’à ce que le groupe soit d’accord pour désigner l’un des coupables dont la carte doit être révélée autour du plateau central. Si ce n’est pas le bon coupable, c’est perdu ! Sinon, vous parvenez à retrouver l’œuf d’or. Ouf !

Un tir magnifique et, pouuuuuuule !

Vous commencez à nous connaître, quand il s’agit de relever des défis, nous sommes toujours là ! Et si en plus on peut mener l’enquête… Alors ouvrons vite une boîte de « Nom d’un Renard » ! A l’intérieur, un plateau de jeu, 32 cartes, 3 dés gravés, une série de jetons en carton, 5 figurines, 1 scanneur de renard en plastique et une règle de jeu. Le tout rangé dans son thermoformage. Le matériel est vraiment attrayant et donne envie de se plonger rapidement au cœur de l’investigation. Et les composants ne sont pas juste beaux, ils sont aussi joliment produits. Le scanneur en plastique amuse les petits par son originalité et la figurine du renard, toute mignonne ! On se retrouve donc avec une excellente production, le tout sublimé par de belles illustrations composées de grands aplats de couleurs.

Un matériel ludique réussi qui nous aide également à entrer dans le thème du jeu. Par son idée toute simple, on enfile notre manteau d’inspecteur avec nos suspects, notre scanneur, nos petites tuiles d’indices… tout y est ! Et il faut bien le reconnaître on se prête vite au jeu. Les plus jeunes adorent et les adultes prennent un plaisir non dissimulé à accompagner les petits inspecteurs dans leurs pérégrinations.

Côté mise en place, le setup du jeu s’effectue en une petite minute, top chrono. Quelques cartes à brasser et à disposer, des tuiles à positionner sur le plateau de jeu et c’est parti ! On peut donc commencer rapidement à jouer, surtout que junior trépigne et sautille sur sa chaise.

La règle du jeu n’est pas compliquée et le document d’explication se veut en adéquation totale avec le jeu. Simple et très compréhensible. Il faut dire que la première chose qui nous plaît avec « Nom d’un Renard » c’est bien son côté accessible et sa prise en main très intuitive. A partir de cinq ans, il faudra que l’enfant puisse assimiler le principe de déduction. Que l’adulte explique qu’en éliminant certains vêtements ou accessoires, on peut acquérir une certitude sur l’un des suspects. Mais à cet âge, les petits joueurs comprennent vite et en une voire deux parties, cela est normalement acquis sans difficulté.

Les mécanismes et le gameplay de « Nom d’un Renard » fonctionnent principalement autour du principe de déduction. On vous en parlait précédemment. Il s’agit là du moteur du jeu mais bien sûr, cela ne s’arrête pas là. La mémoire est également à l’honneur dans ce titre puisque le groupe doit retenir quels sont les accessoires et vêtements que le coupable porte ou dont il est dépourvu. Les dés, et donc une bonne part de chance, complètent également la panoplie, puisque chaque action doit être préalablement validée par un roulé de trois dés. Et le positionnement des joueurs sur le plateau de jeu vient ponctuer le gameplay. Il est en effet nécessaire que le groupe se répartisse des secteurs du plateau et que chacun se place de façon à se déplacer par le chemin le plus court possible pour atteindre rapidement les différents indices. Reste finalement, l’aspect course car régulièrement, le renard chapardeur progresse sur le plateau. Mieux vaut donc pouvoir porter une accusation avant que ce filou rejoigne son terrier. Au final, tout fonctionne ensemble merveilleusement bien et la fluidité est au rendez-vous !

Mais alors, cher inspecteur, vous allez nous dire que finalement, on retrouve un peu les mécanismes de Cluedo dans ce jeu ! Non ? Si l’aspect déduction reste comparable, nous sommes quand même sur un titre différent et qui garde ses propres mécanismes. Et son originalité ! Certes on parcourt le plateau de jeu à la recherche d’indices mais l’aspect course, les déductions des trois accessoires des suspects, les dés, la découverte des cartes suspects etc. Il y a véritablement quelque chose de différent. Et surtout, qui convient parfaitement aux plus jeunes.

Par ailleurs, les adultes aussi s’amusent. On ne dit pas cela à la légère. Parfois, sur des jeux premier âge ou destinés à de jeunes joueurs, il y a de l’intérêt pour l’enfant et l’adulte accompagné pour faire plaisir à « junior ». Mais là, il y a quand même du défi, de la recherche et de la coordination à mettre en place entre les joueurs. Et surtout, on ne sait pas d’emblée quelle sera la finalité. Comprenez par là que l’adulte comme l’enfant devront véritablement dénicher le coupable qui essaie de se carapater en deux temps trois mouvements.

En lui-même, « Nom d’un Renard » n’est pas un jeu complexe. Il suffit de se déplacer, récolter les indices et déduire ce qui est possible en l’état actuel. Les tours de jeu sont vifs et ne traînent pas grâce à une seule action à effectuer. Ainsi, on ne reste jamais bien longtemps à attendre. Et même pendant le tour des autres joueurs, il faut réfléchir, éliminer d’éventuels suspects et tout le monde est appelé à participer. Il y a donc une forte interaction pendant toute la partie. Et même après la partie, pour commenter les choix !

On a aussi apprécié la bonne rejouabilité. A chaque partie, un seul renard est désigné coupable et il y en a seize à disposition dans la boîte de jeu. Et pour la petite anecdote, tous ont des prénoms; vous allez peut-être vous reconnaître ? Les tuiles d’indices sont également positionnées au hasard sur le plateau et les dés rajoutent cette part d’aléatoire qui fait qu’aucune partie ne ressemblera à une autre.

Dans une partie de « Nom d’un Renard » on prend définitivement beaucoup de plaisir à collecter les indices et découvrir les résultats sur le petit scanneur en plastique. Tout simple, mais terriblement amusant et interactif. Le jeu nous propose un vrai défi et les investigateurs ne sont jamais à l’abri à ce que le renard avance très rapidement sur le plateau. La coopération est alors essentielle et les déplacements doivent aussi être précis et réfléchis. Les grands aident les plus jeunes mais ce qui demeure plaisant est que l’ensemble du groupe prend toujours du plaisir à interagir et collaborer ensemble. On se plonge très vite dans le thème et le jeu en devient vite immersif. C’est beau, c’est plaisant et l’opus assure de quoi passer de très bons moments en famille.

A présent, plus une seconde à perdre. Les renards courent toujours et les poules, ça commence à leur casser les… œufs ! Prêts à mener l’enquête ?

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La fiche du jeu sur le site de Board Game Geek
Le site de l’éditeur Game Factory

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire