Accueil > Articles > Revue Vinyl: Jukebox

Revue Vinyl: Jukebox

par jeudeclick
340 vues 9 minutes de lecture
Vinyl Jukebox

Lorsque l’on grandit avec des parents qui ont grandi dans les années 60, il n’est pas rare de rentrer à la maison avec les Beach Boys ou Johnny Cash en boucle sur la chaîne stéréo. La musique de notre passé et de celui de nos parents fait partie de nous au fur et à mesure que nous grandissons. Ce jeu laissera-t-il une impression aussi durable ?

Vinyl : Jukebox apporte les airs du passé à votre table dans une course de construction de sacs à deux joueurs pour créer la meilleure liste de lecture.

Aperçu du jeu :

À votre tour dans Jukebox : Vinyl, vous pouvez faire l’une des deux choses suivantes : « Insérer des pièces » et éventuellement acheter un 45 tours, ou vider votre boîte à pièces.

Si vous choisissez d’insérer des pièces, vous tirez des pièces, une à la fois, de votre sac et les placez sur l’espace vide le plus à gauche de l’une des deux rangées de votre plateau de jeu. Chacune de ces rangées comporte quatre emplacements, et vous pouvez choisir de tirer jusqu’à ce que tous les emplacements des deux rangées soient remplis, ou vous pouvez vous arrêter à n’importe quel moment. Les deux emplacements les plus à droite sont spéciaux car, lorsque vous y placez des pièces, votre adversaire peut également tirer une pièce et la placer sur son propre présentoir. Une fois que vous avez tiré les pièces, vous pouvez acheter un 45 tours en dépensant les pièces qui correspondent aux trois critères (année, genre et face A ou B). Les pièces dépensées sont placées dans la zone de la boîte à monnaie, et le jeton 45s est placé dans la zone d’affichage 3×3 de votre plateau jukebox.

Si, lorsque vous placez un jeton 45s sur votre étalage, il complète une ligne ou une colonne de trois, vous pouvez immédiatement prendre un jeton de score pour cette ligne/colonne. Par exemple, si vous avez trois disques des années 60 dans une rangée, vous pouvez prendre un jeton de score qui attribue des points pour avoir 3 albums des années 60. Par contre, si vous ne pouvez ou ne voulez pas acheter de 45 tours, vous pouvez vider une ou les deux rangées, ce qui vous permettra également d’ajouter un jeton bonus or à votre sac.

Au lieu de tirer des pièces, un joueur peut choisir de vider sa boîte à pièces (l’endroit où sont placées les pièces dépensées) en remettant toutes les pièces dépensées dans son sac. Ce faisant, il ajoute également deux pièces d’or bonus à son sac. Votre adversaire doit également remettre une de ses pièces dépensées dans son sac.

Le jeu se poursuit ainsi, chaque joueur effectuant l’une des deux actions à son tour, jusqu’à ce que quelqu’un place son 9e jeton 45s sur son présentoir. Terminez le tour, puis marquez des points en fonction des jetons de score que vous avez acquis et de l’une des deux cartes de score qui vous ont été distribuées au début du jeu. Le joueur qui a le plus de points n’a peut-être pas les meilleurs goûts musicaux, mais c’est lui qui remporte la partie.

Expérience de jeu :

J’ai trouvé l’installation de Vinyl : Jukebox plutôt compliqué et fastidieux. Il y a beaucoup de jetons. Les jetons de score, en particulier, sont assez ennuyeux à installer car il y a dix catégories différentes, et chaque catégorie a trois conditions de score possibles, dont l’une est retirée au hasard du jeu. Chacun d’entre eux doit être trié à sa place et organisé d’une manière spécifique. En outre, il existe des pièces appelées « jetons rivaux » que vous placez sur chaque paire de jetons de score. Les jetons bonus en or doivent également être classés par catégorie et par année.

Ensuite, il y a le problème du livret de règles. J’ai dû le lire et le relire plusieurs fois pour comprendre quelles phases du jeu se déroulaient à quel moment et à quoi ressemblait un tour. Puis, après avoir joué, j’ai relu et j’ai vu que j’avais encore mal compris certaines règles. Il y a aussi quelques règles qui semblent inutiles, ce qui contribue à la confusion, et je pense que le jeu aurait pu les laisser de côté pour une expérience plus propre. Des références aux tours et une dernière mise au point des règles auraient facilité le processus d’apprentissage.

Cela dit, une fois que vous avez compris les règles, que vous avez joué plusieurs fois et que vous vous êtes habitué à la configuration, le jeu lui-même est assez rapide et agréable. Il y a une certaine tension dans la course vers des objectifs spécifiques, et parfois vous gémirez quand votre adversaire prendra les 45 dont vous aviez besoin pour compléter votre rangée et faire un gros score. Tirer les jetons du sac est une sorte de mécanisme de chance, mais pas tout à fait, car vous ne pouvez pas vraiment vous tromper. Vous ne pouvez pas tout à fait faire faillite. Cependant, vous pouvez avoir l’impression de ne pas être à la hauteur lorsque vous remplissez vos deux rangées et que vous vous retrouvez dans l’incapacité d’acheter quoi que ce soit.

J’ai des sentiments mitigés quant au fait que votre adversaire tire des pièces lorsque vous placez votre pièce sur l’une des cases les plus à droite, car l’autre joueur doit soit faire très attention à ce que vous faites, soit annoncer « Vous pouvez tirer une pièce », ce qui se produit généralement plusieurs fois au cours d’un tour. Pourtant, ce même mécanisme contribue à accélérer le jeu et joue également, dans une large mesure, dans la stratégie du moment où vous tirez et de l’endroit où vous placez votre pièce. Il y a une finesse et une stratégie subtile dans le timing de vos choix dans ce jeu, qu’il m’a fallu quelques parties pour reconnaître. En ce sens, l’aspect deux joueurs fonctionne très bien. Le jeu n’est pas directement méchant, mais ce n’est pas non plus un « solitaire multijoueur ». Vous essayerez de faire ce qui profite le moins à votre adversaire et ce qui vous aide le plus, vous devez donc faire attention, au moins un peu, à la position de l’autre joueur. Ce qui m’amène à mon prochain reproche…

Il y a tout simplement trop de choses à regarder dans ce jeu. Mon regard se promène constamment autour de la table. Comme les jetons 45 tours ont trois caractéristiques différentes auxquelles vous devez prêter attention – le genre, l’année et le côté – chaque fois que je tire une pièce, mes yeux se portent sur les neuf disques disponibles et sur chaque icône qu’ils contiennent, puis sur les tuiles de score disponibles pour voir ce qui m’avantagerait le plus, et enfin sur mes deux cartes d’objectif de score. De plus, comme je l’ai mentionné plus haut, vous devez garder un œil sur votre adversaire et sur ce qu’il cherche à faire. À la fin de la partie, mes yeux sont fatigués d’avoir à se concentrer sur les icônes tout le temps. Certes, un jeu doit avoir de quoi vous occuper, et un bon casse-tête mental procure une certaine satisfaction, mais l’expérience Vinyl : Jukebox est plus ennuyeux que stimulant à cet égard. Ce n’est pas qu’il soit lourd – le jeu est assez léger – mais il parvient tout de même à être fatigant.

Mais je ne terminerai pas sur une note négative. L’une des meilleures caractéristiques de ce jeu est, à mon avis, les plateaux de joueurs qui sont les juke-boxes eux-mêmes. Non seulement ils ont l’air cool, mais ils vous donnent un endroit bien rangé pour tout mettre, et l’espace vide sur les côtés est utilisé pour mettre des rappels pratiques de ce qui se passe quand une action spécifique est faite – non, ce n’est pas la référence de tour tant nécessaire, mais cela aide beaucoup parce que beaucoup de vos actions déclencheront quelque chose que votre adversaire peut faire aussi.

Réflexions finales :

Alors, qu’en est-il pour moi ? Honnêtement, je suis très partagé au sujet de Vinyl : Jukebox. Il y a des choses que j’apprécie, mais pour chaque avantage, il semble qu’il y ait aussi un inconvénient. Une fois qu’on a dépassé les petites nuances et les désagréments, c’est amusant, mais la mise en place fastidieuse, le livret de règles confus et tous ces changements de gaze le font chuter pour moi. J’aurais aussi aimé que les illustrations soient plus savoureuses. Le juke-box est un élément sympa mais, à part ça, il y a très peu de saveur, ce qui fait que le jeu semble plus mécanique qu’immersif.

Et un jeu sur la musique devrait être immersif, à tout le moins, n’est-ce pas ? S’il n’y avait pas ces inconvénients, j’apprécierais la course serrée et propre du jeu lui-même. Il est prometteur, mais il a besoin d’un peu de nettoyage pour être vraiment génial. Dans l’état actuel des choses, je ne peux que le recommander à demi-mot si le thème ou le gameplay semblent intrigants et si vous êtes prêt à supporter les problèmes mentionnés ci-dessus.

Score final : 3 étoiles – Il a un peu d’âme, mais il n’est pas tout à fait doux comme du jazz.

Points forts :
– Temps de jeu rapide
– Interactif dans le bon sens du terme
– Étonnamment stratégique

Raté :
– Installation et gameplay fastidieux
– Règles confuses
– Dessin insipide

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire