Accueil > Articles > Topiary, un jardin ludique

Topiary, un jardin ludique

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 352 vues 7 minutes de lecture

Mesdames, messieurs. Comme vous le savez, notre parc botanique ouvre ses portes dans quelques jours. Quelques jours que nous devons mettre à profit pour terminer les derniers aménagements, vérifier qu’aucune branche ne dépasse là où elle ne devrait pas et surtout, surtout, choisir les emplacements des points de vue sur la partie Topiaires ! Il serait inconvenant que nos visiteurs n’aient pas la meilleure expérience visuelle possible lors de la journée d’ouverture ! Par conséquent, et devant un manque de temps certain, voici ce que je vous propose : vous allez chacun, pendant les jours à venir, choisir les points de vue qui vous paraissent les plus pertinents. Je regarderais ensuite vos propositions et la plus efficace et harmonieuse sera choisie pour la circulation des visiteurs. Mesdames, messieurs, que le meilleur l’emporte !
  – Discours du Directeur – Avant-dernière réunion avant ouverture.

Topiary, ou l’art de s’occuper de l’organisation d’un jardin de topiaires, ces arbres ou buissons d’ornement auxquels des jardiniers talentueux donnent des formes aussi diverses que variées. Créé et illustré par Danny Devine, il est édité par Fever Games et localisé en français par Aurora (dont c’est d’ailleurs le premier projet !). Topiary est un jeu pour 2 à 4 joueurs, accessible dès 10 ans, voire un peu plus tôt pour les jeunes ludistes chevronnés, pour des parties d’une durée moyenne située entre 15 et 30 minutes selon le groupe de joueurs.

Le jeu vous investit de deux missions : organiser les topiaires de manière à ce que le jardin soit le plus harmonieux possible, et réserver les lignes de vues qui vous paraissent les plus agréables pour vos visiteurs. Concrètement comment est-ce que cela se passe ? Chacun leur tour, les joueurs vont faire deux actions : poser un visiteur autour de la zone de jeu pour indiquer la ligne de vue qu’il choisit de créer et sculpter un topiaire. Et ainsi de suite jusqu’à ce que les joueurs aient posé tous leurs visiteurs. Celui ayant les lignes de vue comptant le plus d’arbres visibles remporte la partie (avec des bonus possibles en fonction de l’harmonie visuelle et de la planification de vos actions).

La fin de partie offre donc aux joueurs un magnifique jardin ordonné, aux multiples arbres sculptés ! Mais en pratique, comment construire ce jardin ?

L’art des topiaires… en deux étapes

En début de partie, le jardin n’est quasiment couvert que de pelouse : représenté par un carré de 5 x 5 tuiles retournées faces cachées et disposées au hasard. Il ne laisse apparaître qu’un topiaire (celui de la tuile centrale). Ce topiaire de départ va aider les joueurs à orienter leur stratégie lors des premiers tours. Chaque joueur commence également avec trois tuiles topiaires en main (distribuées au hasard ou selon un système de draft, selon les préférences de votre groupe) et un nombre de visiteurs déterminé par le nombre de joueurs présents autour de la table. Les tuiles topiaires donnent deux informations : la forme de l’arbre et sa hauteur, indiquée par le chiffre en haut à gauche de la tuile, elle correspond également au nombre de points que la tuile pourra rapporter en fin de partie.

Une fois que tout le monde a son matériel de départ, on peut lancer la construction du jardin et la réservation des lignes de vue.

Chacun leur tour, les joueurs auront à disposition deux actions : une obligatoire et une optionnelle. La première action, obligatoire, consiste à placer un de ses visiteurs le long des bords du jardin (sans marcher sur les pieds du visiteur voisin), lui réservant ainsi une ligne ou une diagonale de vue. La seconde action, optionnelle, consiste à choisir une des tuiles face cachée de la ligne de vue réservée. Le joueur l’ajoute à sa main et peut alors planter l’un des topiaires qu’il possède dans l’espace libre. On passe alors au joueur suivant. La partie se termine lorsque tous les joueurs ont posé l’intégralité de leurs visiteurs autour du jardin.

Le décompte des points se fait visiteur par visiteur. Tout arbre visible par le visiteur rapporte le nombre de points noté en haut à gauche de sa tuile. Mais attention, ne sont visibles que les arbres qui dépassent au-dessus des arbres précédents ! En effet, si votre ligne de vue comprend un arbre de  trois mètres, puis un arbre de deux mètres, ce dernier sera caché derrière le premier et ne rapportera donc pas de points ! Seuls les arbres d’une valeur strictement supérieure aux arbres les précédant permettent de gagner des points. Les joueurs peuvent également marquer quelques points bonus ! Un joueur peut également gagner des points supplémentaires avec les tuiles qu’il a dans sa main en fin de partie. Et au final, le joueur avec le plus de points remporte la partie !

Une balade en toute simplicité

Topiary est un jeu au design adorable pouvant être un peu trompeur. Si sa couverture pourrait presque faire penser à un public cible assez jeune (ce petit T-rex est absolument craquant), il serait en réalité à classer en familial ou familial +. Une fois passée la surprise, le graphisme est très agréable et reposant. Les couleurs douces et les détails placés un peu partout sur les tuiles donnent assez rapidement le sourire et rendent l’ensemble très harmonieux. Les arbres sont bien différenciables les uns des autres et les tuiles épurées permettent un repérage facile sur le plateau (élément indispensable pour avoir une bonne vue d’ensemble).

La boîte est finalement presque trop grande pour les éléments à y ranger, ce qui fait que les tuiles se promènent quelque peu, mais rien de dommageable : la qualité du matériel fait que rien ne bronche, que ce soit lors du transport ou lors de la manipulation répétée des tuiles au fur et à mesure des parties. Le plateau de jeu est un plus bien utile pour ne pas perdre le compte au fil du décompte des points. Les meeples basiques font leur travail et donnent un peu de volume au jeu lorsqu’ils sont posés autour du jardin sans gêner la lisibilité.

En parlant de lisibilité : la règle courte et efficace remplit parfaitement son office à l’aide d’exemples clairs et bien trouvés. Elle garde comme le reste du jeu un design épuré qui convient parfaitement à un jeu de placement et se lit très rapidement. De la même manière, le jeu se prend très facilement en main et s’explique en quelques minutes à peine. L’enchaînement de l’action obligatoire puis de l’action facultative permet de ne pas oublier de faire la première et donne un rythme facile à retenir à la partie.

Topiary est également un jeu ayant l’avantage de s’adapter au niveau de ses joueurs. Comme tout jeu de placement, la victoire dépend certes des tuiles qu’on pose sur le plateau, mais également de la manière de jouer de son adversaire. Ainsi, un groupe de joueurs débutants jouera peut-être plus facilement chacun dans son coin sans chercher à gêner les autres, équilibrant ainsi la partie. Là où d’autres joueurs pourront enchaîner les crasses et les poses de blocage, complexifiant ainsi le jeu ! La part de hasard introduite avec la pioche de la tuile lors de la phase de taille de topiaire est également un ajout agréable permettant d’augmenter la rejouabilité (et parfois de retourner l’issue de la partie).

En conclusion, Topiary fait partie de ces petits jeux agréables à mettre sur la table en toute circonstance pour une partie rapide, en famille ou entre amis. Ses règles simples et rapides à expliquer en font un jeu facile à sortir, pour une prise en main rapide et des parties généralement bien équilibrées. À noter que de par l’absence de texte sur les tuiles (et la présence des règles en italien et allemand), Topiary fait partie de ces jeux qui peuvent se jouer avec un groupe polyglotte ! Bref, de bons moments en perspective !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La fiche du jeu sur le site Board Game Geek
Le site de l’éditeur Aurora

Rédactrice de l’article : Léa

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire