Accueil > Articles > Rolling Bandits, dés pilleurs dévalisant à un train d’enfer !

Rolling Bandits, dés pilleurs dévalisant à un train d’enfer !

par jeudeclick
495 vues 8 minutes de lecture

Le vent chaud de l’Ouest souffle sur toute la région et soulève fébrilement quelques petits nuages de poussière. L’entrée de la ville est désert et seul un air mélancolique joué à l’harmonica résonne au loin. Assis sur l’herbe, son Stetson vissé sur la tête, un brin d’herbe entre les dents, un éleveur itinérant observe son troupeau au loin. Le tableau serait presque parfait… trop parfait ! Un calme malsain et une rumeur qui court en ville depuis quelques jours. Tout cela ne présage rien de bon. Le shérif est sur les dents car des pilleurs sévissent depuis quelques semaines dans tout le comté. Pas de simples voleurs, ni même de vils arnaqueurs. Des bandits entraînés et organisés. Des hommes n’hésitant pas à prendre tous les risques pour s’attaquer aux convois, aux diligences et surtout à la voie ferrée

P’tite seconde M’sieur Damme ! On termine d’apporter ces quelques rafraîchissements et on vous servira ensuite votre dose ludique… Ici au saloon, on n’oublie aucun client ! Et aujourd’hui, la boîte de jeu qui nous est servie c’est bien du « Rolling Bandits » ! Un nouvel opus qui est arrivé chez l’éditeur Blue Orange et qui sent le far ouest à plein nez. Et c’est bien un duo de deux cowboys qui sont aux commandes avec Trevor Benjamin et Brett J. Gilbert. Deux britanniques bien connus, et pas que dans l’Ouest !

Avec Rolling Bandits, c’est bien d’un jeu de dés dont il est question. Un titre pour deux à quatre joueurs, très facilement accessible dès huit ans et pour des parties prévues entre 20 et 30 minutes. Et pour le coup, vous endossez le rôle d’un groupe de Bandits lancés à l’attaque d’un train. Pilleur de richesses, voilà ce que vous êtes devenu ! Hé bien, c’est du joli… On imaginait pas cela de vous. Chacun de vos bandits est représenté par un dé et vous dévaliserez les passagers, wagon après wagon, pour remporter la partie.

Mais avant de vous en dire plus, regardons rapidement le contenu de la boîte avec un « Y’A KOI DEDANS » !

Y’a Koi Dedans ?

Micheline est en tête !

Le terrain de jeu de Rolling Bandits se compose de plusieurs cartes représentant les wagons d’un train ainsi que sa locomotive. Et dans chaque wagon se trouve un coffre. Durant toute la partie, les joueurs disposeront de sept dés qui représenteront leurs sept bandits.

Chacun joue à son tour et lance les dés en sa possession. Préalablement, le joueur actif pourra voler les voyageurs, mais nous y reviendrons. Avec les dés lancés, il attaque le train, de l’arrière vers la locomotive, en plaçant ses dés sur les wagons. Chaque wagon présente un nombre de point minimum qu’il faut atteindre, avec des mêmes symboles, pour pouvoir s’emparer de la carte wagon et ainsi voler les voyageurs. Mais si un ou plusieurs autres adversaires sont également présents dans ce wagon, il faudra disposer d’un nombre de dés supérieur à eux. Dans chaque wagon, un coffre est également présent. Trois symboles identiques du dé représenté sur le coffre et le joueur peut s’en emparer. A l’intérieur, soit une bombe qui fera s’enfuir la grande majorité des bandits du wagon, soit un pouvoir spécial. De quoi relancer ses dés, ou échanger sa position dans le train.

Quand tous les wagons et la locomotive ont été pillés, la partie se termine. Les nombres mentionnés sur les cartes des wagons/locomotive et ceux présents à l’intérieur des coffres définiront les points de victoire de chaque joueur. Et celui qui en a le plus l’emporte !

Un jeu qui nous a convaincu haut les mains

Une boîte de jeu colorée et conviviale, comme ils en ont le secret chez Blue Orange ! Mais à l’intérieur, est-ce que le résultat est à la hauteur ? Clairement oui, avec un joli matériel, et des composants bien produits. 28 dés gravés, 18 cartes, plus d’une vingtaine de tuiles épaisses et une règle de jeu en huit langues dont le français. Le tout rangé dans un thermoformage correctement pensé et efficace. Un sans faute ! Mais une production ne serait rien sans des visuels travaillés et dont le résultat final nous a beaucoup plu. Sylvain Aublin, l’illustrateur, a su créer une belle ambiance graphique ; c’est réussi ! Un créatif qu’on retrouve d’ailleurs sur plusieurs nouveaux jeux du catalogue Blue Orange, dont le très attendu Scarabya. Le petit dernier signé Ludovic Maublanc et Bruno Cathala.

La règle du jeu, correctement rédigée, tient sur quatre pages avec des exemples et des illustrations. Rien de bien compliqué à appréhender et la partie peut très rapidement débuter après une mise en place éclaire. Pistolet en main et bandana devant le visage… cette fois, c’est du sérieux, on ne joue plus ! Enfin si, mais vous nous avez compris !

Une partie de découverte n’est absolument pas nécessaire avec Rolling Bandits. Immédiatement, on comprend la finalité et les enjeux. Des tours de jeu simples avec un nombre d’action limité et quelques petits effets sur les tuiles; il n’y a rien de complexe. L’ensemble est donc abordable mais intense et laisse la part belle à la convivialité. On ne reste jamais longtemps à attendre son tour car le gameplay offre une bonne vivacité et il faut constamment rester en jeu.

Mais le jeu n’en est pas moins dénué de réflexion. Bien au contraire ! Chaque dé doit être positionné avec soin et il faut réellement « se battre » dans chaque wagon pour grappiller les différents points mis en jeu. Chaque point est important même si les valeurs des wagons diffèrent et qu’il y a tout de même des priorités à définir. Ainsi, en terme de mécanismes, c’est plutôt évident, nous sommes sur un jeu de dés dans lequel le hasard est bien présent. Mais même si un tirage devait être mauvais, le jeu va permettre au joueur de se déployer dans plus de wagons. Il y a donc un juste mélange à essayer d’obtenir tout en sachant que les effets de certains coffres vont nous permettre de prendre de petits avantages.

Thématiquement, l’univers du far ouest est agréable et même si l’ensemble fonctionne très bien, la mécanique pouvait aussi bien coller avec les petits hommes verts ou des motards taillant la route. Mais encore une fois, on le répète, le jeu est concordant et très plaisant.

Côté rejouabilité, les dés sont lancés à chaque tour, les wagons sont positionnés aléatoirement et les coffres sont eux aussi placés au hasard. On ne se retrouve donc jamais avec deux parties pareilles. En revanche, on se retrouve toujours avec un même élément récurrent : une belle interaction entre les joueurs. Le thème s’y prête bien et le fait que plusieurs joueurs se retrouvent à chaque tour en concurrence, dans les mêmes wagons, en font un opus propice aux échanges et à une ambiance franchement plaisante.

Rolling Bandits aura été pour nous une très bonne surprise. Un jeu de dés facile à s’accaparer et permettant de belles opportunités en terme de gameplay. On jette nos dés, on se place intelligemment, on file un ou deux coups de pétard (non là on blague) et on pille les voyageurs. De l’interaction et une bonne dose de fun au pays des cowboys, la mission est parfaitement remplie. On a beaucoup aimé et si vous aussi vous appréciez de jouer les renégats, prenez-vous pour un bandit et lancez les dés. C’est à vous de jouer !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu multilingue dont le français
La fiche du jeu sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Blue Orange

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire