Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > Founders of Gloomhaven, la cité ne s’est pas construite en un tour !

Founders of Gloomhaven, la cité ne s’est pas construite en un tour !

par jeudeclick
557 vues 12 minutes de lecture

Symbal, architecte émérite des Quatryls, est chargé par son peuple de participer à la construction d’une éminente ville sensée rassembler tous les peuples de la terre et participer au maintien de la paix entre ces derniers, après une guerre destructrice. Mais Symbal se demande pourquoi faire appel à lui. Il n’est pas le membre le plus tolérant envers les autres peuples ! Pourquoi lui avoir confié cette mission ? Ce fut durant la réunion qu’il comprit : derrière cette requête de rassemblement, les responsables Quatryls souhaitent pouvoir récupérer un maximum d’influence sur la nouvelle ville et au travers d’elle, essayer de dominer les autres peuples… A cette compréhension, l’architecte sourit. Finalement, cette mission est bien faite pour lui et il entend la porter vers la réussite…

Dans Founders of Gloomhaven, nous nous trouvons après la guerre des démons et le continent connaît une période de prospérité. Les différents peuples du monde, imaginés par Isaac Childres (Cephalofair Games), vont tenter de créer une grande ville pour générer du commerce et qui serait le symbole de la paix et de l’union des différentes races du monde. Chacune des races va apporter sa spécialité à la ville et va tenter de voir son influence plus forte que les autres.

Dans Founders of Gloomhaven édité par Cephalofair Games, vous allez prendre la tête de l’une de ces races et participer à la création de Gloomhaven, en travaillant à la construction d’édifices prestigieux et en fournissant diverses ressources. Le jeu se joue de 1 à 4 joueurs pour des parties d’une durée de 90 à 120 minutes. Isaac Childres, l’auteur de Gloomhaven se retrouve à la réalisation et ce dernier est accompagné par Alexandr Elichev et Josh T. McDowell pour les illustrations et la patte artistique

Le jeu a vu le jour au travers d’une campagne de financement participative via la plateforme Kickstarter durant l’été 2017 et fût livré une année après. Cette campagne a permis de récolter plus de 500 milles dollars US sur les 50 milles prévus pour pouvoir éditer le jeu et cela grâce à plus de 10’000 contributeurs, ce qui est plutôt excellent et qui démontre une envie des joueurs de se (re)plonger dans l’univers de Gloomhaven.

Mais alors comment cela fonctionne-t’il ? Nous allons voir ça, ne soyez pas si pressés, nom d’un citron !

Titre Règles

Le but du jeu dans Founders of Gloomhaven est simple : avoir plus d’influence que les autres joueurs, c’est-à-dire faire le plus de points de victoire. La partie se déroule en une succession de tours jusqu’à ce que le 6ème bâtiment de prestige soit achevé. A ce moment la fin de partie est déclenchée puis un décompte final a lieu.

Chaque joueur commence la partie avec 5 cartes d’actions en main. Le principe est assez simple, le joueur actif utilise une de ses cartes en la défaussant et effectue l’action avec un bonus. Ensuite les autres joueurs dans l’ordre du tour effectuent également l’action. Une fois tout le monde ayant fait cela, on passe au joueur suivant.

Parmi les actions disponibles un joueur peut faire une action d’échange qui lui permet de placer un bâtiment de ressource primaire ou d’acquérir l’accès à celle d’un concurrent. Il peut également faire une évolution qui permet de construire un bâtiment de ressources amélioré. La 3ème action possible est un recrutement permettant d’acquérir des cartes d’action ayant des bonus supplémentaires (et plus puissants que celles de base). Acquérir ces cartes actions donne plus de possibilités d’action aux joueurs. Les joueurs peuvent également construire des habitations, ponts ou portes. Les habitations permettent aux joueurs de pouvoir avoir accès aux habiletés uniques propres à la race contrôlée, ce n’est pas négligeable. La dernière action disponible est celle de l’appel au vote, en plus de pouvoir récupérer les cartes actions qui sont dans la défausse, cette action permet de lancer un vote pour construire un bâtiment de prestige.

Vous allez durant la partie gagner des points au fur et à mesure des actions. Cependant un principe majeur subsiste dans Founders of Gloomhaven qui apporte toute sa saveur au jeu : la construction de bâtiments évolués. Pour pouvoir en construire un, en plus de déclencher l’action « Upgrade », il faut absolument contrôler les deux ressources inférieures nécessaires (par exemple bois et bêtes pour faire du cuir). De plus, il faut que les différents bâtiments de production ne soit pas adjacents s’ils vous appartiennent mais tout de même reliés (par des routes par exemple).

Titre avis

Le matériel fourni par Cephalofair Games est de grande qualité. Les cartes toilées sont bien résistantes et les tuiles àla « Tetris » sont bien agréables. Il y a beaucoup de matériel, cependant on regrette quand même que pour les parties de 3 joueurs ou moins il n’y a pas assez de disques et de cubes en bois mais il suffit de jouer avec deux couleurs et cela fonctionne. Heureusement ! Les petits diamants en plastique font également leur effet. En tous cas, nous avons une boîte bien pleine, avec de nombreux composants différents dont les meeples ou bâtiments en bois sont personnalisés en formes et en visuels. Cela est du plus bel effet !

En ce qui concerne la direction artistique elle est vraiment intéressante et réussie. Le plateau central représente bien une étendue presque désertique qui donne la sensation qu’il y a tout à construire. Et c’est le cas ! Si certains peuvent le trouver austère, le plateau de jeu rentre vraiment dans le thème pour poser les fondations de la ville. Les illustrations sont jolies et détaillées, que ce soit sur les diverses tuiles, les cartes et comme dit précédemment sur les meeples. De plus, malgré le fait qu’il y ait un peu de texte sur le matériel, il y a également beaucoup d’iconographies utilisées qui rend l’ensemble très compréhensible.

La thématique est présente lors des parties et on ressent fortement l’appartenance à un peuple, une race et on se prend vraiment au jeu de la construction de la ville. D’ailleurs, au fur et à mesure des tours de jeux, visuellement, celle-ci s’agrandit; voit ses quartiers s’enrichir avec des entreprises ou des bâtiments de prestige. Autant visuellement qu’au niveau des sensations de jeu il y a une fierté d’avoir participer à cela ! Et dans l’univers de Gloomhaven !

Si les éléments précédents sont vraiment agréables et permettent de vouloir jouer ou rejouer à Founders, la règle pourrait repousser certains joueurs et même les plus aguerris. Non pas qu’elle soit mal écrite, mais cette dernière est plus complexe à décrypter qu’à expliquer. Le livret des règles est efficace lorsque l’on doit s’y reporter pour plus de précision. Pourtant il est aéré, contient exemples et index qui aident à sa lecture, mais la façon dont il est rédigé est quand même très difficile à appréhender. Le fait que cette règle puisse rebuter est vraiment dommage car pourtant, la mise en place du jeu est assez courte (pour un jeu de cette envergure) et la prise en main est vraiment très simple. Cela dit, si on arrive facilement à comprendre comment jouer les stratégies à mettre en place pour le cours, moyen et long terme, cela demandera plusieurs parties afin de pouvoir maîtriser cet aspect. Mais on aime ça et c’est un gros point positif pour les joueurs appréciant les jeux un poil velu !

Au niveau des mécanismes, Founders of Gloomhaven propose un savant mélange entre de la pose de tuiles avec un ensemble de contraintes, un mécanisme de Deck building pour les actions à utiliser et de la gestion de ressources en s’appropriant des bâtiments. Ce mélange s’avère efficace et apporte une certaine originalité. En ce qui concerne le scoring, il est continu lors de la construction de bâtiments de niveau supérieur ou la participation à un bâtiment de prestige auquel s’ajoute un scoring en fin de partie. Cependant, la mécanique de scoring est assez originale. En effet, lorsqu’on construit un bâtiment apportant des points de victoire, on donne une partie des points de ce bâtiment au propriétaire des bâtiments produisant les ressources nécessaires à cette construction. Il y a ainsi un calcul continu afin de savoir quel bâtiment on peut construire de façon à obtenir un maximum de points de victoire et surtout en donnant qu’un minimum aux adversaires. Cette petite mécanique originale est vraiment sympathique et une fois maîtrisée, donne encore plus d’intérêt au jeu.

Malgré la longueur de la partie, cela reste très fluide ! Le fait que chacun ait l’opportunité de jouer sur l’action d’un joueur fait qu’on reste tous en alerte et concentrés sur la partie en essayant au mieux de prévoir et d’optimiser nos actions. Quand on est joueur actif on réfléchit toujours à l’action qui nous aidera au mieux sans non plus aider les adversaires. Mais l’interaction entre les joueurs ne s’arrête pas là. Pour construire des bâtiments évolués, le jeu vous obligera parfois à payer les ressources directement à vos adversaires ! Car ces derniers peuvent être propriétaires de certaines ressources. Plutôt cocasse non ? On comprend bien que les parties et tours soient intenses, captivants et demandent beaucoup de réflexion et de calcul.

Le jeu propose également une grande rejouabilité. En effet, les 9 peuples disponibles ayant chacun des spécificités vont permettre des départs totalement différents de partie en partie. De plus, les parties sont uniques car la ville se construit avec les configurations des autres joueurs. Et cela sans compter les bâtiments de prestige qui sont choisis au hasard parmi un très grand nombre.

Founders of Gloomhaven est un jeu qui fonctionne de 1 à 4 joueurs. Et quel que soit la configuration, les adaptations font que le plaisir est le même. Pour pallier à l’absence d’un 4ème joueur (et 3ème joueur dans les parties à 2), des ressources neutres sont définies et donnent les mêmes contraintes que si elles appartenaient à un joueur. Ainsi, pour y avoir accès elles coûteront plus cher et n’apporteront pas de points de victoire. En ce qui concerne la partie en solitaire, nous avons affaire à différentes règles car il n’y a pas d’interactions. Dans la partie solitaire, le joueur a accès à toutes les ressources et devra dans une durée impartie (7 votes) réussir à construire les 6 bâtiments de prestiges mis en place. Des niveaux de difficultés sont proposés selon les peuples choisis et selon l’emplacement de départ. En solitaire, il s’agit d’un pur jeu d’optimisation en fonction de la mise en place initiale et le challenge est très intéressant. Et en même temps assez ardu, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Founders of Gloomhaven est un jeu dense, facile dans l’exécution mais complexe dans la réflexion et dans la recherche de stratégies pour aller à la victoire. Au bout de quelques parties on commence à appréhender dès la mise en place, des axes de développement à privilégier au moins au niveau du court/moyen terme. Le fait que celui-ci ne soit pas en version française n’est pas trop dérangeant, il y a très peu de texte et celui-ci est facilement compréhensible. 

Founders est vraiment prenant, les mécanismes en place donnent envie dès la fin de partie de repartir pour 2 heures de jeu et tester autre chose. Isaac Childres a vraiment réussi son jeu et le travail d’édition est vraiment réussi !

Mais alors pourquoi ce désamour ?

Malgré toutes ses qualités, le jeu ne connaît pas du tout le succès qu’il mérite. Peut-être le fait qu’il ne soit pas en version française et que la difficulté exprimée sur la première lecture de règles fait partie des éléments de réponse. Mais sûrement aussi que lors de la campagne participative de financement, beaucoup se sont mépris du fait que celui-ci se passe dans l’univers du fameux Gloomhaven (du même auteur/éditeur). Beaucoup se sont précipités sur le jeu pensant pouvoir vivre une aventure comme dans Gloomhaven. Cependant, il ne s’agit pas du tout du même jeu, du même public et beaucoup de ceux ayant participé au financement participatif n’ont pas analysé durant la campagne le sujet et n’ont surfé que sur la « tendance » apportée par Gloomhaven.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La fiche du jeu sur le site de Board Game Geek
Le site de l’éditeur Cephalofair Games

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire