Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > Tekhenu, quand le soleil guide votre stratégie…

Tekhenu, quand le soleil guide votre stratégie…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 425 vues 16 minutes de lecture

Les fouets claquent ! Les visages des hommes sont à l’image de leurs corps meurtris. Une nouvelle livraison de pierres vient tout juste d’arriver, que déjà les tailleurs se sont mis au travail. Les petites mains et les gros bras sont au service de pharaon. Ou plutôt à sa disposition. Officiellement ouvriers, tous s’échinent sur un chantier titanesque. Tels de vrais esclaves. Dans moins d’une lune, l’obélisque du soleil sera érigé. Ici à Ipet-Isut. Et Amon-Ra ne tolérera aucun retard. Néanmoins, tous s’accordent sur le fait que ce haut lieu de culte sera le plus grand et le plus prestigieux. La gloire de Pharaon n’a aucune limite…

Rejoignez les anciens pharaons pour créer et développer l’un des sites les plus impressionnants que le monde ait vu, honorant les dieux égyptiens Horus, Ra, Hathor, Bastet, Thoth et Osiris. Si le défi vous plait, alors Thekehu est fait pour vous ! Et cela se présente plutôt bien car l’opus est proposé comme nouveauté francophone débarquant au catalogue de Pixie Games.

Originellement édité par Board & Dice, Tekhenu se présente comme un jeu orienté « expert », de 1 à 4 joueurs, pour des parties pouvant aller jusqu’à 120 minutes dans sa configuration maximale. Même peut-être un peu plus, mais on ne veut pas vous faire peur. Sous le masque d’or de pharaon, le duo d’auteurs Daniele Tascini et David Turczi ont imaginé un opus résolument stratégique. Il faut dire que ces game designer n’en sont pas à leur coup d’essai puisque les connaisseurs reconnaîtront sans doute leurs précédents succès respectifs… Tzolk’in, Les Voyages de Marco Polo, Teotihuacan, Anachrony, et on en passe.

Concrètement, dans Tekhenu, vous ferez grandir le site égyptien de Karnak, situé à Louxor en participant à l’édification du temple d’Amon-Râ et de son site religieux. Vous devrez honorer les Dieux et développerez leurs lieux de culte. Grâce à une gestion centrale utilisant un système évolutif de draft de dés, vous gérerez et vous produirez vos ressources. Puis vous équilibrerez vos actions pour engranger un maximum de points de victoire tout en mettant en place un moteur de jeu réfléchi et planifié. Un jeu aussi riche que complexe qu’on prend aujourd’hui plaisir à vous en parler.

Cap plein sud en direction des dunes brûlantes de l’Ancienne Égypte où un petit résumé des règles vous y attend…

Échec et Maât !

En tant que noble de l’ancienne Egypte, vous développez le site de Karnak. Le joueur disposant du plus de points de victoire a la fin du jeu remporte la partie.

A son tour, le joueur actif prend un des dés situé autour de l’obélisque du soleil, sur le plateau central. Chaque deux tours l’obélisque pivote d’un cran et son ombre affecte les dés qui deviennent tantôt purs, corrompus et interdits. Un dé interdit ne peut pas être choisi. Le dé sélectionné peut alors être utilisé de deux façons. Soit pour produire immédiatement des ressources correspondant à la couleur du dé (papyrus, calcaire, pain et granite). Ou alors pour effectuer l’action en relation avec le secteur du plateau où le dé a été pris. Nous y reviendrons ci-dessous. Finalement, le dé rejoint le plateau individuel du joueur où il est placé du côté droit ou du côté gauche de la balance représentée, selon si le dé était pur ou corrompu. Puis, c’est au joueur suivant de débuter son tour.

Intéressons-nous à présent aux actions divines du plateau qui sont chacune liées à un dieu (Horus, Râ, Hathor, Thot et Osiris). Avec le dé sélectionné, le joueur peut ainsi effectuer une action du plateau. Il peut par exemple ériger des statues en payant un coût en granite, ce qui lui rapportera divers bonus pendant le jeu. Il est aussi possible de construire des fondations et ériger des statues dans le temple en s’acquittant d’un coût en ressources. Cette action permet de gagner des points de victoire en fonction de l’emplacement de la stature des bâtiments possédés aux abords du temple. Un autre action permet de construire les fameux bâtiments aux abords du temps pour maximiser ses points de victoire; les statures et les bâtiments mis en relation fonctionnent comme multiplicateurs de points. Mais chaque nouveau bâtiment augmente aussi la population, qu’il faudra nourrir. Autre action possible, augmenter le bonheur de votre population pour récupérer divers avantages en cours de partie. Avant-dernière action possible, construire des ateliers et des carrières pour récupérer des ressources mais aussi et surtout, pour augmenter ses limites de production. Et finalement, il est encore possible de récupérer des cartes de bénédiction, de technologies et de décrets. Ces cartes s’utilisent soit pendant toute la partie pour effets permanents, soit pour effets uniques, soit pour des points de victoire en fin de partie.

Tous les deux tours, le jugement de Maât est déclenché et impliquera d’effectuer la balance entre vos dés purs et vos dés corrompus. Trop de différence, et vous pourrez perdre des points de victoire. Alors, l’ordre du tour sera également réajusté. Par ailleurs, deux décomptes interviennent aussi durant la partie et permettront de marquer des points de victoire en fonction des diverses actions et placements que vous aurez accomplis sur le plateau central. Après seize tours de jeu, la partie prend fin.

A noter qu’il ne s’agit là que d’un bref survol des règles et que le jeu implique encore de nombreuses notions, mécanismes et actions possibles. Pour plus de détails, nous vous invitons à consulter la règle du jeu; le but à ce stade consiste à vous permettre de vous faire une idée pour déterminer si Tekhenu est fait pour vous, ou non.

Un jeu malin qui ne plaira pas qu’Horus !

C’est là, au milieu des dunes du désert, qu’on s’ouvre une boîte de Tekhenu. Alors non bien sûr, mais c’est pour vous mettre dans l’ambiance. A l’intérieur, on retrouve pléthore de matériel. Et donc une boîte vraiment bien remplie ! Cela se traduit par un grand plateau de jeu… mais alors vraiment grand ! Mais aussi un obélisque en plastique, 4 plateaux individuels, 26 dés, presque 90 cartes, environ 130 meeples et marqueurs en bois, plus de 200 tuiles et jetons en carton, sans oublier la règles du jeu. Vous l’aurez compris la boîte pèse un certain poids et vous ne devriez pas être déçu.

Surtout que la production du jeu a été soignée. Du carton bien épais et des encavures pour les plateaux individuels. Des cartes toilées, des dés gravés et une quantité astronomique de jolis meeples dans différentes couleurs. Et un beau et grand plateau de jeu, agréable à jouer mais qui vous obligera tout de même à prévoir une importante surface. Surtout si vous y jouez dans sa configuration maximum. Tekhenu s’adresse aux connaisseurs et comme nous, vous ne devriez donc pas être déçus au niveau du matériel. Notons que certains joueurs ont visiblement rencontrés quelques problèmes avec des composants en carton qui s’effacent; cela n’a pas été notre cas.

La culture égyptienne n’aura de cesse de nous émerveiller avec, pour ce jeu, un bien joli portage thématique. Les illustrations mais également tous les nombreux pictogrammes contribuent à une belle immersion au pays des chats et des visages de profil. L’atmosphère résolument plaisante fait la part belle à des éléments de jeu cohérents. Une direction artistique très agréable ! Néanmoins, il s’avère un plus abstrait de faire concorder le thème avec les mécanismes du jeu. Sur ce point, certains joueurs auront sans doute un peu plus de mal que d’autres à entrer dans la partie. Mais des goûts et des couleurs…

Le livret des règles s’articule sur 32 pages au format A4. Même si ce nombre assez élevé comprend la mise en place, le mode solo, divers rappels et explicatifs, il témoigne bien de l’aspect « expert » de Tekhenu. En effet, on ne mettra sans doute pas cet opus dans les mains d’un débutant car son apprentissage demande de l’investissement. Mais pour un ludiste appréciant les mécanismes complexes et ayant une certaine habitude des « gros jeux », il n’y aura rien d’exceptionnel. Les explications demeurent relativement claire mais il nous a été parfois difficile de mettre en relation certaines informations avec les éléments du jeu. Ceux notamment présents sur le plateau central. Lors de l’apprentissage, nous avons eu un peu de mal à identifier correctement les zones du plateau et les mécanismes qui y étaient rattachés. Mais après une ou deux parties, les dédales et couloirs du temple de Bastet n’auront sans doute plus aucun secret pour vous.

Ouvrons rapidement une parenthèse, toujours concernant ce livret des règles. Si vous disposez de la première version francophone du jeu, il vous faudra passer par un errata. C’est un peu dommage, mais plusieurs pages devront être corrigées avant que vous fassiez vos premiers pas dans la vallée des Rois. L’éditeur a mis en ligne un correctif détaillé sur son site mais vous trouverez ce lien au bas de notre édito.

A présent que votre accréditation a été approuvée par le scribe de Pharaon, il est temps de débuter les choses sérieuses avec la mise en place de Tekhenu. Assoyez-vous confortablement autour de la table et faites preuve de patience. En effet, vous en aurez pour plusieurs dizaines de minutes pour un set up un peu long à notre goût mais qui pourrait être optimisé par un rangement en carton plume. Soyez créatif ! Ou mieux encore, par un insert en 3D, si vous disposez de l’équipement adéquat. Là encore, on vous livre la solution avec un fichier gratuit que vous pourrez télécharger au bas de l’article. Un rangement qui s’avère ainsi bien utile et qui vous fera gagner énormément de temps.

Lors d’une première approche, soyons honnêtes, les joueurs se retrouvent un peu perdus. Non pas que l’explicatif de la règle soit obscure. Ou que le tour de jeu soit complexe. Non ! Mais Tekhenu offre un large panel de possibilités en terme de gameplay, et on ne sait pas très bien par quel bout l’empoigner. Rien de grave rassurez-vous. Il faut avoir l’audace de se lancer et de débuter les premières actions. Comme souvent avec ce type de jeu. Après quelques tours, les grandes lignes se dessinent. L’horizon s’éclaircit et permet d’entrevoir les tenants et les aboutissants de la partie. Comptez tout de même une partie de découverte pour bien maîtriser les finalités du jeu. Dans tous les cas, lors de la découverte de l’opus, vous effectuerez de logiques allers-retours à la règle. Surtout que certaines étapes de décomptes impliquent de suivre quelques procédures précises. Mais la prise en main reste globalement assez bonne et dès la deuxième partie il est alors possible de déployer toute sa stratégie. Et plus vous y jouerez, plus vous en maîtriserez les subtilités.

Les mécanismes de Tekhenu offrent une belle richesse et une complexité appréciée. Ainsi, le jeu se concentre autour d’une gestion de dés de type draft, de la gestion de ressources, du placement et de la mise en place d’un moteur de jeu. A cela s’ajoute aussi une certaine dose d’opportunisme, d’anticipation et de planification. Comme souvent avec les jeux « experts », chacun devra prévoir ses prochains coups à l’avance. Et ce n’est pas toujours simple car un autre joueur peut facilement gripper vos rouages. Simplement en vous subtilisant le dé tant convoité. Alors, il faudra se réajuster et peut être subir le jugement de Maât, résultant d’une balance déséquilibrée et synonyme de quelques points de victoire en moins. Heureusement, les nombreux tours de jeu permettent de vite se refaire surtout que le gameplay n’est de loin pas punitif. Mais la clé de la réussite se trouve forcément par une succession d’enchaînements optimisés; là réside le cœur du jeu. En effet, vous chercherez à augmenter vos capacités de production, à produire, puis finalement à utiliser ces ressources pour déclencher les mécanismes de scoring. On note au passage quelques déséquilibres dans les différentes sections autour de l’obélisque, avec parfois des zones vides de dés durant plusieurs tour. Attention donc à ne pas vous laisser piéger car cela pourrait paralyser votre jeu. Néanmoins, les possibilités sont assez vastes et tous peuvent mettre en œuvre leurs mécanismes et leur stratégie. Surtout que l’ensemble fonctionne très bien. Gare toutefois à l’analysis paralysis de certains joueurs qui pourrait facilement rallonger le temps de jeu. Vous êtes prévenus !

Évoquons aussi ce fameux Obélisque. Si cher à Astérisque… Ah non pardon, on divague ! Alors oui, l’obélisque rotatif propose une belle originalité mais il s’avère aussi un peu imposant sur le plateau de jeu. Il gêne parfois la vision des dés et des statues disposés de part et d’autre de cet élément. Vous pouvez certes l’enlever si vraiment vous le trouvez dérangeant ou alors vous déplacer légèrement pour visualiser les composants du jeu qui se trouvent derrière. On a lu que certains joueurs avaient été dérangés par cet obélisque; de notre côté on l’a conservé durant toutes nos parties et cela c’est bien passé.

Les tours de jeu offrent en revanche une bonne dynamique. Pour autant que tous les joueurs acceptent de pratiquer Tekhenu sans trop se perdre dans d’interminables réflexions. Car honnêtement, il y a tout pour bien faire. On prend un dé, on choisit de l’utiliser en tant que production ou en tant qu’action à laquelle il est rattaché, et c’est ensuite au joueur suivant. Rien de plus compliqué. On peut donc se retrouver avec une bonne vivacité dans l’enchaînement des tours, sans pour autant perdre en intensité de jeu. Et sur ce point, Tekhenu nous a surpris en bien. La partie reste intense du début à la fin avec des tours de jeu très agréables.

De notre point de vue, l’opus demeure plus intéressant à quatre joueurs qu’en duo. Pour exemple, on se dispute davantage les majorités et au temple, l’interaction y est plus forte. Mais vous pouvez sans problème le pratiquer en-dessous de sa configuration maximale, pour des parties résolument plus courtes. Preuve que cela fonctionne, nous avons pris les photos de cet article avec une configuration deux joueurs ! Trêve de plaisanterie, dans cette configuration, les joueurs verront leurs interactions un peu diminuée et chacun jouera plutôt dans son coin. Ce qui pour nous n’est de loin pas un reproche mais une simple constatation.

Globalement, les mécanismes employés au gré des parties et les choix auront un peu tendance à se répéter. Quelques tuiles et le tirage aléatoire des cartes vont néanmoins permettre de renouveler l’expérience de jeu et de contrebalancer la tendance. N’hésitez donc pas à utiliser et à abuser de ces composants.

Au final, Tekhenu se positionne comme un bon jeu expert, comme on les aime. Des composants agréables pour un opus de type euro qui se laisse dompter après une partie de découverte. Ou deux. Le thème peut sembler un poil abstrait au regard de la diversité du gameplay mais cela sera propre à chacun. Et dans Tekhenu, mieux vaut ne rien lâcher car au final, l’écart entre les points de victoire peut être assez serré. Il existe plusieurs façons de scorer et de maximiser ses points. D’ailleurs, pensez à garder un oeil sur l’avancée des autres joueurs car certains enchaînements de placements sur le plateau central s’avèrent redoutables. Plus concrètement, on a bien apprécié les mécanismes de gestion des ressources et tout l’aspect de planification de sa stratégie qui doit être correctement réfléchi. Sachant que se réajuster en permanence fait aussi partie du jeu. Le fait d’utiliser les dés, de pouvoir également modifier leur valeur, et de les assigner à des actions s’avère assez plaisant pour orienter notre stratégie. Puis, sur chaque petits emplacements du plateau, on retrouve de la diversité dans les possibilités et cela nous a également plu. Au final, Tekhenu reste un jeu touffu et complet. A la limite, un titre très mathématique pour des mécaniques résolument travaillées. Au début, on se perd dans sa diversité et à la fin, après quelques parties, on se plaît de pratiquer un Tekhenu qui en a dans le coffre !

Les pharaons ont su s’entourer des meilleurs pour magnifier leur règne. Hathor ou à raison. Et dans Tekhenu, vous aussi vous devrez prouver que vous êtes le meilleur… Mais attention, vous aurez fort à faire dans ce très bon jeu qui n’aura de cesse d’utiliser vos talents de fin stratège. Et de joueur avisé !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français (version 2.0)
L’errata de la règle version 1.0 en français
Un rangement 3D pour les composants du jeu
Tekhenu sur le site Board Game Geek
Le site de l’éditeur Pixie Games

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire