Accueil > Articles > Fertility, Râaaaa j’aime bien ça !

Fertility, Râaaaa j’aime bien ça !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 380 vues 10 minutes de lecture

« Je me souviens de cette histoire que nous racontait notre père lorsque j’étais petit… Nous habitions dans la cité antique et le soir venu, nous avions droit à une partie du récit. Le héros se prénommait Seth et il faisait partie des compagnons. Adorateur de Khéphren, ses journées étaient rythmées par de nombreux rouleaux de papyrus qu’il devait rédiger. Ou déchiffrer selon les demandes de Pharaon. Chaque jour, son quotidien quelque peu monotone nous était narré par père, qui lui, savait enjoliver la réalité pour que le récit en devienne une véritable aventure. Les longues attentes dans le Palais Impérial devenaient des moments de rêveries aux milles tourments. La rédaction des précieux documents se muait en de fabuleuses histoires. C’est certain, notre père savait raconter d’incroyables récits. Parce qu’il était Nomarque mais aussi Scribe à la Cour de Pharaon ? Non… pas uniquement. Ma soeur et moi nous avions parfaitement compris. Lui, savait nous raconter de belles histoires parce que c’était tout simplement la sienne. Son histoire. L’histoire de sa vie en Haute Egypte. »

Au pays des chats et des anciennes croyances, le tout puissant Pharaon savait s’entourer. Entre la garde, les prêtres, les nomarques ou encore les scribes, chacun savait tenir la place qui lui était assignée. La culture égyptienne était synonyme de grandeur et de puissance. Et c’est tout naturellement que dans ce contexte, l’éditeur Catch Up Games nous revient au devant la scène avec un nouveau jeu qui nous plonge directement au coeur de cette magnifique et curieuse culture. Et attention, vous voilà directement nommé par Pharaon pour faire prospérer l’une de ses métropoles. La tâche n’est pas simple… Prêts à relever le défi qui vous attend ?

Dans Fertility, vous devrez collecter les précieuses ressources du Nil, construire de lucratives boutiques, les approvisionner et bien entendu, gagner plus de Debens que vos concurrents, pour la gloire du Pharaon. Un jeu de pose de tuiles, de gestion de ressources et de développement, prévu pour deux à quatre joueurs. Vous compterez environ 45 minutes par partie pour un titre accessible des dix ans.

Catch Up Games nous a habitués à des jeux travaillés et d’une très belle qualité. Cela a été le cas par exemple avec Twelve Heroes, Paper Tales ou plus dernièrement avec le rafraîchissant Cubirds. Fertility démarre donc sa vie ludique sur de très bonnes bases. D’autant plus qu’on retrouve aux commandes Cyrille Leroy qui s’était déjà fait connaître avec Sapiens. Et pour l’ensemble de la réalisation artistique, ce n’est autre que le talentueux Jérémie Fleury qui avait par exemple œuvré sur Fourberies ou sur le Petit Chaperon Rouge.

Direction donc l’Afrique du Nord pour un opus emprunt de mystères… Mais avant de vous expliquer de quoi il sera réellement question et de vous préciser pourquoi nous vous en parlons, regardons le contenu d’une boîte de Fertility. On allume les projecteurs et on déroule rapidement la bobine du film, le temps d’un « Y’A KOI DEDANS ».

Y’a Koi Dedans ?

Rien n’est jamais perdu, faut pas Bastet

Dans Fertility, nous incarnons un Nomarque et Pharaon nous a nommés à la tête d’une métropole égyptienne que nous devons faire prospérer ; chaque joueur disposant de sa propre métropole qui est représentée sur son plateau personnel.

A son tour, le joueur actif commence par sélectionner l’une des trois tuiles en sa possession et la place sur la plateau central. En connectant les différentes ressources entre elles, le joueur actif pourra récupérer du blé, de la pierre, des bovins, du papyrus ou du raisin. Certains emplacements permettront également de poser des monuments sur le plateau central. Monuments qui seront également sources de points de victoire en fin de partie. Les ressources ainsi récoltées, le joueur actif aura ensuite la possibilité de construire un tuile de quartier sur son plateau personnel.

Les ressources vont servir à acquérir certaines tuiles de quartier. Sur chaque tuile de quartier se trouve une ou plusieurs boutiques qui attendent des ressources pour offrir de précieux Debens (points de victoire). Les ressources vont donc servir soit à compléter les boutiques soit à acheter certaines tuiles de quartier. Il faudra choisir judicieusement.

Une fois les boutiques de la métropole approvisionnées, le joueur actif complète son stock à trois tuiles et les nouvelles tuiles communes sont elles aussi complétées. Chacun joue ses neuf tours de jeu puis la partie se termine. Fertily permet ensuite de marquer des points de victoire en fonction des Debens amassés dans les boutiques, grâce aux monuments posés sur le plateau principal, au blé récolté, aux différentes statues des Dieux etc… Et forcément, le plus riche l’emportera.

Un jeu qu’on offrira pas Horus

Après quelques petits coups de pinceaux, voilà qu’on extirpe du sable chaud égyptien, une belle boîte de Fertility. Un visuel sympa, attrayant et coloré… vite, on ouvre ! A l’intérieur, 4 plateaux indépendants de la vallée du Nil pour former l’espace de jeu principal, 4 plateaux individuels, plus de 90 tuiles épaisses en carton, plus de 80 ressources en bois, 16 types de 4 monuments 3D en carton, ainsi qu’un bloc de score. Et bien entendu un livret de règles. Les composants sont produits avec soin, mêmes les toutes petites ressources en bois, et il n’y a pas de fausses notes. Le parti pris consistant en un plateau de jeu principal à assembler permet de ne pas devoir « fermer » certaines zones avec d’autres éléments. Nous, on a apprécié même si nous savons que certains regrettent ce choix éditorial.

Côté règle du jeu, nous sommes sur un livret bien rempli mais de seulement six pages. Ponctué d’exemples et d’illustrations, le document permet une bonne prise en main. C’est clair et bien rédigé. Autant dire qu’après la mise en place – qui ne prend que quelques minutes – la partie peut vite débuter.

Rapidement, on comprend où le jeu va nous emmener et quelle en sera sa finalité. Toutefois, même si le système de jeu n’est pas complexe, on vous suggère néanmoins une première partie de découverte pour en saisir toutes les subtilités. Surtout que Fertility propose divers axes pour marquer des points de victoire en fin de partie. En ce qui concerne la prise en main, le tour de jeu n’est vraiment pas complexe mais il exige de la réflexion. Des actions simples mais un joli panel de possibilités. Ainsi, la prise en main est plaisante et ne comporte presque aucune difficulté. Il y a peut-être une petite adaptation à prendre en compte concernant les visuels du jeu. Au début, il n’est pas toujours simple de faire la différence entre les éléments visuels du gameplay et certains décors. Surtout sur les tuiles de Quartiers. Mais après quelques parties, l’adaptation est faite et cela ne pose aucun souci.

Dans les mécanismes de jeu employés, on aurait tendance à résumer avec une « bonne salade de points ». Mais attention, une salade aux doux parfums de l’Orient ! Plus concrètement, Fertility est un jeu de gestion combinant du placement de tuiles et de la gestion de ressources. Une forme de développement doit être mise en place pour scorer sur différents axes. Impossible de tous les exploiter à leur maximum et il faudra surveiller les autres joueurs pour affiner sa stratégie. Il sera également indispensable de s’adapter au tirage des tuiles. Pas toujours simple mais dans tous les cas il y a de quoi faire. Et ça, c’est super ! On a apprécié également les options qui sont offertes aux joueurs pour réduire les possibilités des adversaires en se positionnant astucieusement sur le plateau principal. Tout comme il est aussi envisageable de se concentrer exclusivement sur son plateau personnel en saisissant les opportunités présentes au centre du jeu. Et cumulé à cela, avec le fait de marquer des points de victoire de multiples façons (gagner des Deben), il est ainsi facile d’imaginer toute la richesse du gameplay.

Les tours de jeu sont rapides avec un gameplay optimisé qui permet de s’amuser de façon stratégique mais sans devoir trop attendre. Et cela a vraiment bien été imaginé et mis en oeuvre. Dans Fertility, il ne faut surtout rien lâcher et chaque point compte. On essaie au maximum d’optimiser son jeu et une petite erreur peut nous coûter la victoire. Et si les tours de jeux sont assez rapides, le jeu est lui aussi plutôt vite terminé. Neuf tours pour chaque joueur et on procède au décompte des points de victoire. Et si comme nous, vous avez apprécié ce superbe jeu, vous aurez peut-être un sentiment de frustration. Celui de se dire que c’est déjà terminé… Possible, mais l’éditeur a clairement expliqué que le jeu a été optimisé de la sorte afin de le rendre tendu et dans le but que les parties ne traînent pas en longueur. On vous le disait, impossible de tout exploiter pour marquer des points de victoire, mais là, neuf tours, c’est vraiment du rapide. Autant dire qu’il faudra être perspicace et faire preuve de précision.

En matière de rejouabilité, Fertility offre un excellent renouvellement. Le plateau central peut être assemblé de différentes façons, les tuiles sont nombreuses et piochées aléatoirement et finalement, les différents axes de scoring permettent une belle et appréciable diversité.

Que se soit à deux, trois ou quatre joueurs, il n’y a pas véritablement de configuration optimum. Tout fonctionne très bien. C’est fluide, rapide et surtout très tendu du début à la fin. Pour nous, le plaisir de jeu est bien là. On surveille continuellement l’avancement de nos adversaires, on essaie d’optimiser son jeu, on choisit ses différents axes, on saisit les opportunités et on essaie de « pousser » le gameplay à son maximum. Mais surtout, et on le répète souvent, on s’amuse réellement. C’est essentiel dans un jeu car cela ne doit pas être uniquement un moteur à mettre en place. Avec Fertility, on retrouve bien ce « plaisir ludique » qui rythme les parties. Cela aura été réellement une très jolie expérience qui nous permet de placer l’opus parmi les meilleures sorties de cette fin d’année 2018. Oui, n’ayons pas peur de le dire haut et fort, parole de Pharaon !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La fiche du jeu sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Catch Up Games

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire