Accueil > Articles > Hanamikoji, soyez le bienvenu modeste voyageur

Hanamikoji, soyez le bienvenu modeste voyageur

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 370 vues 4 minutes de lecture

Le titre est encore peu connu en Europe, et pour cause, « Hanamikoji » vient de nous arriver de Taiwan grâce à l’éditeur EmperorS4.

A Hanamikoji (anciennement Kyoto), nous voilà comme parachutés dans la plus célèbre rue des geishas de la vieille capitale. Maîtrisant aisément les arts, la musique ou même la danse, les geishas sont des femmes gracieuses hautement respectées. Nous aurons alors pour mission de nous attirer les faveurs des sept maîtresses geisha en essayant de récupérer des objets à l’image de leur domaine de prédilection respectif. Un jeu simple, réfléchi et dans lequel il nous faudra faire preuve d’anticipation pour espérer l’emporter.

Hanamikoji se destine pour deux joueurs dès 10 ans pour des parties d’environ 15 minutes. Suivant le déroulement, il se peut que 20 ou 25 minutes soient nécessaires pour déterminer le vainqueur.

Petit contenu mais grande réflexion

Au niveau du contenu de la boîte, 7 grandes cartes de geisha, 21 cartes objets, 8 jetons d’action, 7 jetons de victoire… et c’est tout ! Ah non, on oublie la règle en taiwanais, celle en japonais et celle en chinois. Vous êtes contents ? Bon d’accord, si votre spécialité ce n’est pas les langues asiatiques (mais bon, vous auriez pu faire un effort quand-même !), vous avez droit à une jolie règle en anglais ! Vous ne parlez pas anglais ? Décidément, vous êtes un joueur compliqué… Mais heureusement, Stéphane Athimon, traducteur bien connu dans le monde du jeu de société, a mis à votre disposition une règle en français dont on vous donne le lien en bas de l’article. On en profite pour remercier chaleureusement Stéphane pour son travail bénévole.

Un ami cogite ! Et vous ?

La partie débute avec les sept grandes cartes de geisha posées au centre de la table. Chaque joueur commence avec six cartes en main et le reste forme une pioche face cachée. Une carte est définitivement défaussée pour cette manche et doit être temporairement remise dans la boîte.

A votre tour de jeu, vous piochez une nouvelle carte puis vous réalisez une des quatre actions symbolisées devant vous par les jetons d’action. Vous pourrez vous partager des cartes avec votre adversaire, choisir une carte qui ne marquera pas de point, sélectionner deux cartes qui resteront secrètes et même offrir une carte au joueur adverse. Le moment venu, les cartes devront être posées de votre côté du jeu, en face de la grande carte geisha de la même couleur que votre objet. En fin de manche, le côté qui a le plus de cartes objet remporte les points de victoire mentionnés sur la grande carte geisha. Si les conditions de victoire ne sont pas remplies, une nouvelle manche doit débuter.

Des choix stratégiques

A l’ouverture d’Hanamikoji, heureusement qu’il y a les quatre livrets de règle pour remplir le boîtage car le matériel de jeu ne prend pas une place phénoménale. Mais ce n’est de loin pas dérangeant et on comprend vite qu’il faudra jouer tout en subtilité. Peu de matériel mais des composants de qualité, toilés, tant au niveau des cartes que des tokens. Tout y est illustré de manière très subtile dans le plus pur style asiatique ; un mélange d’aquarelle et de manga dans des tons pastel et très reposants.

Au niveau de la mécanique, le jeu fonctionne très bien et même si les actions sont peu nombreuses, la réflexion prend tout son sens lorsque l’on débute la partie. Après l’utilisation de la première action, on comprend vite que chaque choix que l’on fait durant le jeu aura un impact décisif lors du décompte des points. En revanche, vu le peu d’actions disponibles, n’espérez pas un fort renouvellement des parties. Au final, un véritable jeu de réflexion dans lequel on prend plaisir à essayer de marquer des points tout en empêchant son adversaire de mettre en place sa stratégie. Pas si simple !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La fiche du jeu sur Boardgamegeek
Le site de l’éditeur EmperorS4

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire