Accueil > Articles > Fate of the Elder Gods, le rappel de Cthulhu

Fate of the Elder Gods, le rappel de Cthulhu

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 432 vues 12 minutes de lecture

Les rues d’Arkham semblent bien mouvementées cette nuit et il se passe des choses étranges. Le peu de personnes que vous croisez dehors paraissent perturbées, comme si elles étaient envoutées ou prises de folies par quelque chose d’inexplicable. Une sombre ambiance s’installe dans votre tête. Vous imaginez le pire et commencez à avoir des visions d’horreur. Des visions qui vous glacent le dos et vous empêchent de respirer normalement. Soudainement, pris par un vent de panique, vous arpentez les rues d’Arkham comme si vous deviez fuir. Fuir pour votre survie, fuir pour ne pas sombrer dans la pure folie. Que vous arrive-t-il ? Vous perdez connaissance, proche de l’université de Miskatonic, et lorsque vous parvenez à reprendre vos esprits, vous apercevez un rassemblement de personnes, vêtues de tuniques sombres à capuche qui récitent des psalmodies incompréhensibles. Ces chants vous sont totalement inconnus et ne vous rassurent pas le moins du monde. Vous avez l’impression que le monde autour de vous est soudainement en train de changer. Que l’atmosphère même se mue sous vos yeux et que toute la ville disparaît peu à peu dans la pénombre. Vous devenez totalement fou ! C’est alors que vous faites un demi-tour, voulant vous enfuir de cette vision cauchemardesque, mais cette ville n’est plus, c’est le brouillard complet, les visions continuent à agresser votre esprit et peu à peu, vous avez le nom de « R’lyeh » qui s’inscrit clairement dans vos pensées. Que se passe-t-il ? Où êtes-vous ? Vous levez votre tête au ciel et vous apercevez une horreur imposante qui avance lentement dans votre direction. Cette chose ignore totalement votre présence. Vous n’êtes qu’une chose insignifiante face à cette abomination. La dernière chose que vous pouvez entendre avant que vous ne perdiez totalement conscience de votre existence… wgah’nagl fhtagn !

Aaaaah ! Lovecraft quand tu nous tiens ! Nous avons droit à tellement d’adaptation de cet univers formidable qu’il est difficile de s’y retrouver parmi tant de jeux sur le thème en question. Heureusement que nous avons quelques-uns qui tirent un peu leurs épingles du jeu pour nous proposer une adaptation comme : Fate of The Elder Gods !

Un jeu édité par Greater than Games, en anglais uniquement ! Désolé pour nos Frenchies, mais nous n’avons pas encore à ce jour, une adaptation française du jeu. Il s’agit donc d’un opus qui a été financé via la plateforme Kickstarter en 2017 qui, pour rappel, est un programme de financement participatif. Bah oui, vous êtes sortis de votre grotte ces vingt dernières années ? Nous allons pouvoir y jouer en mode solo ou jusqu’à 4 joueurs, pour des jeunes cultistes à partir de 13 ans. Les maîtres cultistes ayant conceptualisé ce jeu se nomment Richard Launius, Christopher Kirkman et Darell Louder. Les illustrations ont été sublimement réalisées par Christopher Kirkman « himself ».

Le team américain nous propose un jeu où nous allons, cette fois, jouer les méchants cultistes contre les investigateurs. Nous n’avons qu’un seul objectif en tête, invoquer notre Dieu, Grand Ancien, et le faire avant tout le monde pour pouvoir régner sur ce vaste monde. C’est donc un jeu compétitif entre vilains cultistes dans lequel nous allons nous plonger dans Fate of The Elder Gods et c’est du pur bonheur, même si la fin du monde est plutôt triste. Seulement voilà, les investigateurs vont tout faire pour vous empêcher d’accomplir votre prophétie et vous allez tout faire pour détourner leur attention vers vos concurrents ! Plaisant non ?

C’est ton destin

Comment se joue Fate of The Elder Gods ? Attention, nous tenons à vous avertir que toute action est réalisée par des cultistes professionnels, n’essayez en aucun cas de reproduire cela chez vous, dans une librairie, dans un musée ou au bas de votre immeuble !

Tout d’abord, chaque joueur va se voir attribuer un Grand Ancien qui sera le Dieu à invoquer pour gagner la partie. Pour réussir l’invocation, il faudra remplir la condition suivante : chaque grand Ancien aura une piste d’invocation allant de 0 à 9. Une fois que nous atteignons la 9ème case, c’est gagné !  À l’inverse, les investigateurs vont essayer de sceller notre piste d’invocation et vont au fur et à mesure placer des sceaux des anciens sur notre piste en commençant par 9. Et si ces derniers arrivent sur la case 0, la partie s’arrête immédiatement. Le vainqueur sera celui qui aura le moins de sceaux sur sa fiche Grand Ancien.

La mécanique est très simple, nous avons un plateau de jeu avec 6 lieux différents représentés par un symbole magique de couleurs, qui nous permettront de réaliser 1 à 2 actions par lieu. Chaque lieu sera occupé au minimum par 1 investigateur et à chaque fois qu’un joueur visite un lieu, nous allons rajouter des investigateurs dessus et ce même joueur y placera également une figurine cultiste de sa couleur correspondante. Pour voyager à travers ces lieux, nous allons jouer des cartes avec des symboles magiques de notre main. Nous allons pouvoir visiter uniquement un lieu qui correspond au symbole de carte que nous avons jouée. Lorsque nous visitons un lieu, il y aura une phase des investigateurs qui s’active, ayant pour but de faire venir des investigateurs dans votre « loge ». Une fois cette phase terminée, nous allons pouvoir faire l’action liée au lieu visité. Si nous sommes majoritaires sur le nombre de cultistes sur le lieu, nous avons droit à l’action bonus du lieu. Il sera possible de préparer une carte sort si nous avons les symboles requis pour le payer. Nous terminons notre tour en piochant des cartes sorts/symboles magiques soit de 1 carte soit pour refaire sa main à 3 cartes.

Pour résumer le tout : nous jouons une carte symbole pour la visite du lieu correspondant, nous activons la phase des investigateurs, nous réalisons l’action du lieu, nous réalisons l’action bonus si nous remplissons la condition de majorité, nous pouvons préparer des cartes sorts si possible, nous piochons une carte ou jusqu’à 3 cartes sorts/symboles et fhtagn !…euh nous voulons dire, fin !  Vous répétez toutes ces phases à tour de rôle jusqu’à ce qu’une condition de fin de partie soit déclenchée.

Vous avez dans les grandes lignes le nécessaire pour accomplir votre destinée et invoquer votre Grand Ancien. Seulement, vous n’êtes pas seul ayant ce même objectif, comptez sur vos adversaires pour vous ralentir et vous devancez devant cette course Lovecraftienne.

Azatoth ou tard ça va venir… donc préparez-vous.

Le jeu est vraiment bien pensé et nous change un peu des classiques Lovecraftienne ou nous devons à tout prix empêcher le réveil des Grands Anciens. Le matériel est de qualité, que ce soit dans les cartes objets récupérables dans le musée, ou la figurine « Cthulhu » pour indiquer le lieu en visite par un joueur. Les illustrations sont superbes et nous immergent totalement dans l’ambiance sombre et inquiétante. Le plateau de jeu est également de bonne facture avec des petits effets reluisant pour chatouiller votre rétine.

La mécanique est plutôt simple et accessible, ce qui n’entrave pas la profondeur de jeu. Les cartes sorts à double utilité sont un bon moyen d’éviter du matériel superflu et apportent un challenge supplémentaire sur la gestion de sa main. Les sorts peuvent avoir un grand impact sur la partie lorsqu’ils sont utilisés à bon escient, à vous de trouver la bonne formule (sans mauvais jeu de mots).

Le jeu est une course contre les autres cultistes, afin d’être le premier à invoquer son Dieu, ce qui impose le rythme dans le jeu et favorise les interactions. Les premières parties nous familiarisent rapidement avec la mécanique du jeu et nous permettent d’entrevoir quelques stratégies en fonction des cartes que nous avons en main. Ce qui va être le plus difficile à maîtriser au début, concerne le pouvoir unique que nous donne notre Grand Ancien. En effet, chaque Dieu nous apporte un pouvoir spécial et unique, ce qui donne un vrai coup de boost à la partie. Toutefois, il faudra réunir les conditions pour le déclencher et pour cela, nous devons nous rendre dans un lieu spécifique sur le plateau pour l’utiliser.

Les parties se renouvellent à chaque fois, en raison de l’aléatoire de la main de chaque joueur et bien entendu, du Grand Ancien que nous jouons et recevons aléatoirement en début de partie. Les cartes objets du musée qui nous apportent des pouvoirs/effets non-négligeables, apparaissent aussi de manière aléatoire ce qui contribue à une rejouabilité immense du jeu.

En ce qui concerne la mise en place, sachez que Fate of the Elder Gods, prend beaucoup d’espace, donc petite table s’abstenir, mais la complexité de cette mise en place reste très basse. Le tout est très bien guidé par une règle de jeu très bien illustrée qui facilite grandement cette mise en place et bien entendu la compréhension des règles de jeu. Pour les plus chanceux d’entre vous, il existe même un tapis en néoprène sublime qui mesure pratiquement du 91x91cm et qui est issu du Kickstarter, un vrai plus.

Ce que nous avons apprécié dans ce jeu, est notamment le tour de jeu rapide, les actions sont claires et précises et c’est un plaisir de jouer quand les tours de jeu sont fluides. Nous entrons très vite dans l’univers, dés les premiers instants et nous sentons la pression monter au fil de la partie. Nous insistons sur l’interaction entre les joueurs qui est omniprésente à chaque tour de jeu. Nous allons continuellement nous mettre des bâtons dans les roues et c’est bel et bien le but. Il y aura vraiment un esprit de compétition qui va s’installer et cela va créer un peu de tension autour de la table (sans que cela devienne méchant, on vous rassure).

Ce qui nous permet d’enchaîner avec la variante solo, car vous avez bien entendu, il y a bien une variante solo. Nous allons être directs sur ce point, ce jeu n’est pas fait pour jouer en solo. Tout ce qui fait son charme, course, pression entre les joueurs, les interactions, les objets au musée qui peuvent être récupérés par un concurrent, etc… Tout ceci n’existe plus en mode solo. La pression ne sera plus du tout omniprésente et vous allez en fin de compte essayer d’atteindre votre objectif en jouant comme naviguant sur un long fleuve tranquille sans que vous soyez vraiment trop pénalisé par le jeu. Mais jouer avec des adversaires, là le jeu exploite vraiment tout son potentiel.

Il y a un dernier aspect que nous avons également trouvé génial, c’est les cartes malédictions. La condition pour recevoir une carte malédiction est la suivante : la première fois que la piste d’invocation croise le chemin avec un sceau Grand Ancien (sur votre fiche Grand Ancien) fourni par les investigateurs ou par le biais des cartes sorts. Une fois cette condition réunie, le joueur à droite du joueur concerné, piochera la carte malédiction et la révélera lorsque la condition de carte est remplie. Si cela vous rappelle un autre jeu, nous allons vous donner un indice, des zombies, une colonie, la croisée des chemins…? Non ? Toujours pas ? Dead of Winter bon sang ! La mécanique est identique, la carte malédiction aura une condition que le joueur concerné devra faire pour que la carte soit révélée et ainsi appliquer son effet. Mais pour l’heure, seul le joueur de droite ayant pioché la carte connaîtra la nature de cette condition, des effets et sera tenu de garder secrètement la carte jusqu’à ce qu’elle soit enfin déclenchée.

Pour notre part, nous avons été séduits par Fate of The Elder Gods pour cette expérience de jeu interactive entre joueurs et un thème qui fera saliver un grand nombre de fans de l’univers Cthulhu, alors si nous devons vous donner quelques conseils pour jouer à Fate of The Elder Gods : Embarquez des amis avec vous, priez pour conserver votre amitié après y avoir joué et vivez l’expérience d’un vrai cultiste pour mettre fin à l’humanité.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La fiche du jeu sur Board Game Geek
Le site web de l’éditeur Greater Than Games

Rédacteur de l’article : Eric

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire