Accueil > Articles > First Martians, cache-toi colon et mars à l’ombre !

First Martians, cache-toi colon et mars à l’ombre !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 442 vues 13 minutes de lecture

Encore deux caisses de matériel et notre robot explorateur est prêt. Ce sera notre troisième expédition depuis notre arrivée sur « Alpha One ». La principale colonie martienne fondée par les grandes puissances terrestres à l’aube du milieu du 21ème siècle. Garry, notre mécanicien, enclenche le moteur et c’est parti ! Direction le centre d’un petit cratère à quelques minutes de la base. Rapidement sur site, le matériel est déballé, déployé et mis en fonction. La mission du jour consiste à sonder le sol martien en effectuant un carottage à trois mètres de profondeur. Garry me regarde, l’air inquiet mais je sens bien que ce sentiment coche aussi une formidable excitation. La foreuse est à présent allumée. Il ne reste plus qu’à attendre. Le sol nous paraissait très rocailleux mais finalement la planète rouge se laisse facilement dompter. Le spectromètre ne tarde pas à imprimer les premiers résultats. Lithium, tungstène, hydrogène, Xénon, Sélénium… C’est un véritable festival ! Mais l’aiguille laser qui défile sur le petit rouleau de papier blanc fait également apparaître d’étranges valeurs. Des codes d’erreur. Des codes synonymes de matières inconnues. Des éléments nouveaux pour l’humanité. L’équipe est en émoi et le moment en devient véritablement historique pour notre équipe d’explorateurs…

L’aventure est belle ! Et elle est encore plus trépidante quand cela se passe sur la planète rouge. Tout commence en 2017, quand les polonais de Portal Games lancent officiellement le jeu « First Martians, Adventures on the Red Planet ». Un jeu directement inspiré de « Robinson Crusoe, Adventures on the Cursed Island » qui avait séduit par son système de jeu riche et complet. L’opus avait même été édité par feu Filosofia, en français ! Alors, imaginez une déclinaison de l’opus, sur le thème de mars. Autant dire que toutes les antennes terrestres se sont subitement dressées.

Tant l’aventure de Robinson que la découverte martienne sont signés par le prolifique Ignacy Trzewiczek. Un auteur à succès, qu’on ne présente bientôt plus et qui s’est déjà fait remarquer avec des jeux tels que « 51e État », « Imperial Settlers » ou plus récemment avec l’excellent « Detective ». Et pour First Martians, voilà que depuis février 2019, la version française vient garnir les étales de nos boutiques avec une édition dont le portage est assuré par l’éditeur EDGE.

Un à quatre joueurs pourront explorer la planète rouge dans des parties coopératives estimées entre 60 et 120 minutes. Cette notion s’avère néanmoins très relative car l’opus permet aussi de jouer des campagnes, comprenant des scénarios de plusieurs heures. Niveau accessibilité, First Martians n’est pas un jeu d’une très forte complexité mais la règle s’avère intense raison pour laquelle il se destine à un public averti dès 12 ou 14 ans.

Mais alors, de quoi sera-t’il question ? Vous vous en doutez, First Martians va vous permettre de vivre des aventures sur une terre inconnue et inhospitalière. A des millions de kilomètres de la Terre. Oui, mais pas uniquement ! Soit vous jouerez en mode campagne, soit avec un scénario court. En tant que membre de l’équipe, vous serez en charge d’accomplir des missions. Mais votre quotidien, pour ne citer que quelques exemples, sera également rythmé par la maintenance des installations, l’exploration de Mars, votre survie et celle de votre équipe ou encore la collecte de ressources. Par ailleurs, le jeu repose sur une application mobile, indispensable au fonctionnement de First Martians, qui comprend plus de 500 événements et aventures. Un compagnon numérique qui vous propose toujours une histoire cohérente, qui adapte le gameplay selon vos actions et qui ne manque pas de vous immerger dans le récit.

A présent, direction la quatrième planète de notre système solaire pour un aperçu plus détaillé du système de jeu. Comme toujours, on ne vous détaille pas toute la règle mais on vous explique le jeu afin que vous puissiez vous faire une idée générale du gameplay.

La Mars à suivre 

Dans First Martians, chaque joueur incarne un des membres d’une équipe terrestre chargée de poser les premiers jalons d’un programme de colonisation. Chaque mission jouée, en solo ou à plusieurs, fixera ses propres objectifs à atteindre et le temps défini pour remporter la partie.

Le tour de jeu, qui se découpe en six étapes, débute toujours par une phase d’événements qui est générée par l’application mobile. Ces événements affectent l’ensemble de l’équipage et les colons auront la possibilité de résoudre ces effets. Mais la partie impliquera aussi de s’occuper ensuite du moral des astronautes. Un moral au plus bas sera synonyme d’une mauvaise gestion des actions et de la maintenance des systèmes de survie. First Martians vous obligera en outre à produire de l’oxygène, de l’énergie et de la nourriture. Pour votre survie, vos équipements et vos cultures. Mais le cœur du jeu consiste bien en une phase d’action. Chaque joueur dispose de deux actions qui sont jouées à tour de rôle avant d’être résolues. Les actions sont présentées sur le plateau central où chacun pourra les effectuer seul ou à deux. A deux, l’action est automatiquement réussie mais le fait de l’effectuer seul impliquera de lancer des dés. Et avec les pénalités qui peuvent éventuellement survenir. Ainsi, les membres de l’équipe pourront par exemple contrer certains événements, gagner du moral, se soigner, explorer la planète rouge et collecter des ressources, semer des graines dans la ferme pour créer de la nourriture, construire des améliorations ou encore réparer de l’équipement. 

Avant d’entamer un nouveau tour, le jeu vous imposera une phase de défaillance, résolue avec des dés pour simuler l’usure de votre équipement. Le nouveau tour pourra ensuite être préparé. A la fin du temps défini, soit les objectifs du scénario sont atteints et tout le monde gagne, soit les objectifs ne sont pas réalisés et la partie est perdue pour l’ensemble des nouveaux colons.

Un doute m’orbite !

C’est bon, on y est ! Les installations semblent opérationnelles et la planète rouge va pouvoir nous livrer ses secrets et nous faire vivre une aventure avec un grand « A » ! La promesse est belle, alors sans plus tarder, vérifions tout cela en ouvrant une boîte de jeu de First Martians ! A l’intérieur, du matériel à profusion. Un grand plateau de jeu, des fiches de scénario et du contenu cacheté à découvrir en temps voulu, des cubes en plastique, trois figurines 3D pour le camp de base et les deux engins d’explorations, des tuiles en carton, des cartes toilées, de nombreux jetons en carton, divers petits plateaux, des dés gravés et une règle de jeu. Au final, la boîte est bien remplie et le matériel aura été produit avec soin. Surtout que les magnifiques visuels des six illustrateurs viennent sublimer les composants. Entre les tuiles permettant d’incruster les différents marqueurs, les jolies figurines en plastique ou encore les tokens d’une forte solidité (pour ne citer que cela), les possesseurs d’une boîte de First Martians auront de quoi se satisfaire.

Comme vous le savez, le jeu ne fonctionne pas sans son application mobile dédiée. Une « App » disponible gratuitement pour iOS, Android, PC et Mac. Intéressons-nous donc quelques instants à ce composant essentiel de First Martians. Précisons déjà que depuis fin février 2019, l’application développée par l’éditeur Portal, dispose désormais de sa traduction française intégrale. Une légère musique d’ambiance, des traductions de qualité et une utilisation simple, c’est bien sur une très bonne efficacité que repose ce support numérique. On a apprécié la simplicité d’accès et l’ergonomie de l’application qui ne viennent nullement alourdir l’utilisation du jeu. En revanche, on ne vous cache pas qu’on aurait aussi aimé pouvoir jouer sans application car tous les joueurs ne sont pas forcément attirés par le numérique dans les jeux de société. Mais cela reste un ressenti très subjectif.

En revanche, concernant la règle en elle-même, là il va falloir accrocher votre ceinture. L’éditeur nous met littéralement en orbite avec un feuillet d’instruction qui aurait mérité des précisions supplémentaires. L’idée était intéressante d’utiliser également l’application pour compléter l’explication de la règle et les particularités de certains scénarios. Mais entre le document papier, les infos de l’application et les fiches des scénarios, il vous faudra faire preuve de beaucoup de concentration, de lecture et de relecture pour comprendre toutes les subtilités du jeu. On se devait de vous prévenir ! First Martians n’est pas un jeu complexe en terme de mécanismes mais si vous n’avez pas l’habitude des règles complexes, mieux vaut vous faire expliquer le jeu au risque de vous perdre dans les cratères rougeoyants de Valles Marineris.

Une fois l’exploration… des règles… définitivement terminée, vous pourrez enfin vous lancer dans la partie. Enfin, pas tout à fait puisqu’il restera à mettre en place le jeu et à préparer l’application mobile. Comptez une bonne quinzaine de minutes pour le setup avant d’enclencher le moteur du robot sonde !

Une première partie – forcément de découverte – impliquera très probablement plusieurs aller-retours dans la règle. N’espérez donc pas vous lancer dans une campagne complète lors d’une première approche. Mais là, l’éditeur a tout prévu et grâce à l’application mobile, vous disposez de deux scénarios d’initiation qui vous guideront dans vos premiers pas de résident martien. Une façon efficace d’appréhender en douceur le jeu et ses divers mécanismes.

Thématiquement, les concepteurs ont travaillé les composants mais aussi les nombreux textes des scénarios. L’immersion se veut ainsi riche et relativement complète. Bien sûr, le grand plateau central est essentiellement occupé par des marqueurs et différentes pistes. Mais tout reste dans l’esprit de gestion de votre colonie et des nombreux équipements indispensables à votre survie. Autant certains jeux peuvent paraître austères avec un thème plaqué, autant là, on a l’impression de se retrouver réellement aux commandes de sa base martienne. Chaque élément est essentiel et on prie le ciel pour que les composants ne tombent pas trop rapidement en panne. Mais heureusement, un Mars et ça repart !

Dans ce titre coopératif, tous les joueurs œuvrent de concert pour réussir les différentes missions. Bien découpé, le tour de jeu permet à chacun d’effectuer ses actions sans devoir patienter indéfiniment pour rejouer. Les diverses étapes font que chaque protagoniste manipule presque constamment les divers composants. On ne reste jamais bien longtemps oisif et entre les scénarios à lire, l’application des effets, les actions des joueurs, les différentes phases et leurs ajustements, autant vous dire qu’il y a de quoi faire sur la planète rouge. On a beaucoup aimé ce rythme constant apporté à la partie qui témoigne d’un jeu véritablement dynamique, du début à la fin.

Dans les mécanismes de jeu, on retrouve un système de pose d’ouvriers même si les actions permettent à plusieurs joueurs de les occuper. Rappelons que le jeu est coopératif et ce mécanisme a été intelligemment complété par des possibilités de soutien de la part des autres joueurs. Le principe avait d’ailleurs déjà été utilisé dans le jeu « Robinson Crusoé » dont First Martians a été directement décliné, on vous le rappelle. Les joueurs devront aussi faire preuve d’anticipation, de planification et la gestion reste au centre du gameplay. On retrouve même des mécanismes de type « Euro » avec des pistes de score qui en influencent d’autres, des marqueurs à déplacer pour en augmenter ou en diminuer d’autres… Vous avez sans doute compris, on ne va pas vous en faire un plan détaillé ! L’aspect narratif est également présent dans le jeu. Avec les nombreux scénarios et les événements du jeu, il y a de quoi se raconter de petites histoires dont les plus expressifs sauront animer toute la tablée.

First Martians marque par la richesse de son gameplay et les actions possibles sont nombreuses. La règle regorge de possibilités mais en lui-même, le jeu n’est de loin pas inaccessible. Soyons clair, il s’adresse à un public d’habitués même si l’application mobile permet de faire varier la difficulté de « facile » à « difficile ». Une intensité différente qu’on a toujours du plaisir à retrouver dans un jeu afin qu’un plus grand nombre de joueurs puisse y trouver son compte. 

Côté sensations de jeu, on a été quelque peu troublés par une première approche un peu chaotique. L’épreuve passée, First Martians révèle bel et bien un jeu riche et offrant de grandes possibilités. Le gameplay, cohérent, fonctionne bien dans un ensemble harmonieux. Il faut être constamment aux aguets et entretenir toutes les installations, au risque de se retrouver rapidement en échec. Chaque joueur dispose de ses compétences spécifiques et chacun apporte son petit plus à la stratégie globale de chaque mission. Des missions qui offrent d’ailleurs de jolis scénarios, travaillés et intéressants. Le titre offre en outre une bonne rejouabilité car même si les scénarios sont connus, ils peuvent être rejoués avec différents niveaux, différents personnages. Et les très nombreuses cartes du jeu vont véritablement renouveler toutes les parties. Sans oublier le scénario « legacy » qui complète encore les possibilités offertes aux joueurs. Dernière chose, et non des moindres, si on a apprécié la richesse des campagnes, on a aussi beaucoup aimé les scénarios courts proposés par le jeu. Encore une fois, il y en a pour tous les goûts ! Et même pour les joueurs solitaires !

Si comme nous, vous aimez les grandes épopées mais que la NASA n’a pas voulu de vous, alors vous pourrez sans problème vous rabattre sur First Martians. Un excellent jeu, riche et stratégique qui se destine quand même à des joueurs avisés. Si sur la lune c’était un « petit pas pour l’homme mais un bond de géant pour l’humanité », sur Mars ce sera à vous de marquer l’histoire. Votre histoire !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La fiche du jeu sur le site de Board Game Geek
Le site de l’éditeur EDGE

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire