Accueil > Articles > La course vers El Dorado, un deckbuilding malin et accessible

La course vers El Dorado, un deckbuilding malin et accessible

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 263 vues 8 minutes de lecture

-Ramon, tu as pris tes chaussettes ?
-Oui, c’est bon !
-Tu n’as pas oublié ta brosse à dents ?
-Je l’ai prise.
-Les photos de pépé et mémé ?
-Roh, je pars pas pour toujours quand même…
-Ramon, tu vas les prendre !
-D’accord maman…
-La crème hydratante ?
-Heu…
-Mon chéri, tu sais bien qu’après tu deviens tout rouge et…
-C’est bon, je l’embarque !
-Tu as pris tes gants s’il fait froid ?
-Hein !?
-Va me prendre tes gants !
-Maman, je pars dans la jungle !
-Oui, mais bon quand même…
-…

Vous avez peut-être envie de rire ? Bon d’accord, dans le cas présent vous pouvez ! N’empêche que ce cher Ramon est désormais fin prêt pour la grande course qui l’attend. Une course vers El Dorado ! Synonyme de richesse et de gloire !

Pour peu que vous fréquentiez à minima les sites ludiques, sans doute que vous avez déjà vu passer le visuel coloré de cette jolie boîte. Naturellement, puisque « La Course vers El Dorado » a été nominé au célèbre Spiel des Jahres, cette année 2017. Le prix tant convoité ne lui est pas revenu, mais le jeu n’en reste pas moins une jolie édition, parue chez Ravensburger. Pour deux à quatre joueurs, dès huit ans, l’opus est signé Reiner Knizia.

Dans des parties d’environ trente à quarante minutes, vous incarnerez un explorateur qui ira se perdre dans la jungle, à la recherche d’El Dorado. Il s’agit d’un jeu de course, familial, basé sur une mécanique de deckbuilding. Avec vos cartes, vous essayerez de traverser la jungle, des rivières ou même des villages indigènes. Vous devrez vous munir de différents outils pour enrichir votre deck et trouver le meilleur chemin.

Mais trêve de discussion, prenez votre sac à dos, votre chapeau, et c’est parti… On vous résume la règle pour que vous puissiez peut-être vivre la grande aventure !

Bienvenu dans la jungle

Dans « La Course vers El Dorado » chaque joueur incarne un courageux chef d’expédition. Votre but, pour gagner la partie, est d’être le premier à mener votre équipe vers la cité d’El Dorado. Dès qu’un explorateur atteint l’une des 3 cases d’arrivée, la partie est terminée.

Avant de commencer, chaque joueur reçoit un deck de base composé de huit cartes ainsi qu’un pion explorateur (ou deux, si vous jouez à deux joueurs). Tous les joueurs mélangent leur deck et en piochent les quatre premières cartes. C’est bon, l’aventure peut débuter !

Le tour du joueur actif se décompose en trois phases. La première consiste à jouer les cartes qu’il a en main. Un joueur peut jouer autant de cartes qu’il le souhaite pour déplacer son explorateur sur le plateau central. Chaque case du plateau présente différents terrains qui mènent vers El Dorado. Des cases jungles en vert, des villages en jaune, et en bleu des étendues d’eau. Sont également présentes, des cases grises pour les éboulis et les campements en rouge. Chaque carte jouée, indique une force différente qui permet de se déplacer sur l’un des terrains spécifiques. Les déplacements s’effectuent sur les cases adjacentes à la position actuelle du joueur. Les déplacements peuvent se faire dans n’importe quelle direction. Sur les cases grises, les joueurs devront défausser des cartes de leur main pour pouvoir y pénétrer. Tandis que sur les cases rouges, les joueurs écarteront définitivement des cartes qu’ils ont en main. Il s’agit là de l’unique façon d’épurer son deck.

Lors de cette première phase, les joueurs peuvent aussi décider d’acquérir une nouvelle carte du marché. Cette nouvelle carte est payée grâce aux autres cartes que le joueur possède en main. Les nouvelles cartes du marché possèdent des capacités spéciales mais aussi des forces plus importantes pour progresser sur le plateau central. En revanche, seules les cartes de la première ligne du marché sont disponibles à l’achat. Pour espérer acquérir les autres cartes, il faudra qu’un joueur décide d’acheter une carte d’une autre rangée et qu’un emplacement soit libre sur la première ligne du marché. Alors, toute cette pile est déplacée sur la première rangée et ces cartes deviennent alors disponibles à l’achat.

La deuxième phase du tour de jeu consiste simplement à défausser toutes les cartes que le joueur vient d’utiliser. Ce dernier doit également défausser les cartes qu’il lui reste en main, mais peut décider d’en conserver une pour le prochain tour.

Finalement, en troisième étape, le joueur refait sa main à quatre cartes. Son tour se termine alors et le joueur suivant peut débuter sa phase de jeu.

Une aventure originale

Le thème des trésors dans la jungle, c’est du connu nous direz-vous ! Mais nous avons quand même voulu dépasser ces aprioris et pour le coup, nous n’avons pas été déçus. En ouvrant la boîte, on se retrouve avec neuf plateaux de jeu recto-verso. Diverses petites tuiles, mais aussi des plaquettes résumant le tour de jeu, huit explorateurs en bois, 86 cartes pour mener son expédition. Sans oublier un joli chapeau pour le premier joueur !

Pour des parties variées, Ravensburger a prévu un petit feuillet permettant des configurations différentes pour l’assemblage des tuiles du plateau principal. Et cela, séparément de la règle. Et justement, puisque nous évoquons la règle, il s’agit d’un livret de huit pages très bien expliqué. Sur ces huit pages, trois sont consacrées à un exemple du tour de jeu, à une variante pour « les grottes », ainsi qu’un glossaire des cartes. Autant dire que la règle n’est pas compliquée et tient en peu de pages.

Et cette règle permet une prise en main rapide. Rappelons que le jeu est accessible dès huit ans, mais on se risquerait presque à affirmer qu’on découvre l’opus de manière intuitive. Rapidement, on saisit les mécanismes qu’il faudra mettre en place et les options qui nous seront possibles. Pas besoin d’une partie de découverte, les joueurs pourront immédiatement débuter une course sans merci vers la richesse et la gloire. Bon, on vous le surjoue un peu, mais vous avez compris le message !

Le tour de jeu est rapide et agréable. On ne reste pas oisif durant de longues minutes à attendre que son voisin ait terminé l’une de ses cent dix-neuf actions possibles. Non, loin de là. Et cela fait du bien !

Tout le long du jeu, les joueurs essaient de ne pas se faire distancer par les autres aventuriers. Ainsi, les parties sont tendues et même nerveuses, du début à la fin. Une ou deux erreurs de placement ou un deck qui n’a pas été suffisamment travaillé et vos coéquipiers prendront l’ascendant sur vous ! Si l’exploration débute relativement doucement, elle monte en intensité et en complexité tout au long de l’aventure. Et on le ressent clairement ! Les terrains de jeu deviennent plus complexes à explorer et il faudra avoir anticipé l’achat des bonnes cartes pour se positionner aux endroits stratégiques.

Avec cet opus, nous sommes clairement sur un deckbuilding, mais simple d’accès. Et si le jeu propose les mécanismes classiques d’une construction de deck, l’achat des cartes propose un petit « twist » plutôt sympathique. En effet, on a beaucoup aimé le fait ne pas avoir accès tout le temps à tout le marché. Il y a là une petite compétition qui se crée entre les joueurs et il faut saisir le bon moment pour acheter les bonnes cartes. Vraiment génial ! Associée à cela, l’épuration du deck ne se fait pas avec des cartes mais bien avec certaines cases du plateau central. Encore un élément amusant qui diversifie le classicisme du deckbuilding.

Un dernier mot encore concernant la rejouabilité. Mais avec neuf plateaux de jeu recto-verso, des poses de tuiles aléatoires et une variante « grottes », vous imaginez bien qu’il y a de quoi faire. Aucun souci à vous faire, il y en a pour des heures et des heures de jeu.

C’est donc avec beaucoup d’étonnement que nous avons été surpris en bien ! Nous ne nous attendions pas à un jeu si plaisant, simple d’accès mais avec une aussi grande profondeur de jeu. On aurait pourtant dû s’en douter avec une nomination au Spiel ! Les choses n’arrivent pas sans rien. Avec « La course vers El Dorado », il y a de quoi s’amuser en famille mais aussi pousser le titre vers une catégorie de joueurs bien plus exigeants. De la finesse, des mécanismes originaux et du placement stratégique sur plateau, les conditions sont toutes réunies pour jouer les Indiana Jones des temps modernes !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La fiche du jeu sur Board Game Geek
Une vidéo d’explication par DéludiK (en français)
Le site de l’éditeur Ravensburger

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire