Accueil > Articles > DIG, gemmes creuser pour épater la galerie !

DIG, gemmes creuser pour épater la galerie !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 412 vues 9 minutes de lecture

En mars 2017, nous vous parlions d’un petit projet porté par Julien Charbonnier. Un projet qui attendait son financement sur la plateforme participative Kickstarter (souvenez-vous de notre article). Depuis bientôt une année, petit est devenu grand et surtout, DIG est passé de projet à un jeu désormais disponible en boutique ! Les backers ont eu le plaisir de vivre avec l’auteur l’aventure de la création de DIG, et le jeu a maintenant été livré. De notre côté, on vous promettait un article pour vous parler du jeu une fois produit. Et cela tombe bien, nous avons justement un exemplaire définitif sous le coude !

L’ensemble du matériel de jeu

Avant de vous parler du jeu et de la règle, consacrons quelques lignes à l’auteur qui exploite désormais sa petite maison d’éditions « Mangrove Games ». Depuis la première campagne de financement, l’éditeur s’est développé et a proposé de nouveaux jeux. Actuellement, son actualité veut nous emmener dans l’espace avec un jeu de cartes aux couleurs plutôt chatoyantes. On aura l’occasion de vous en reparler mais c’est toujours un plaisir de constater l’évolution et l’avancement d’un jeune éditeur qui aime faire les choses bien.

Revenons à DIG ! Pour rappel, il s’agit d’un jeu de cartes pour deux à quatre joueurs. Les parties durent environ trente minutes et sont accessibles dès dix ans. Même un peu moins si vous avez des rejetons habitués aux jeux de société. Visuellement, l’opus est un peu particulier car l’éditeur a voulu un jeu « pixelisé ». Un vrai retour au temps des premiers jeux vidéos. Dans DIG il faudra creuser ! Un jeu de dur labeur et de sueur qui perle sur votre front ! Vous devrez vous entourer de recrues pour creuser et explorer la colline. Dans les sombres galeries, pièges et ennemis vous attendent. Mais aussi de nombreux trésors ! Dix gemmes et vous remportez la partie.

Passons directement aux choses concrètes; on regarde le contenu de la boîte et on vous résume la règle afin que vous puissiez vous faire une idée sur le jeu.

Y’a Koi Dedans ?

Bonne pioche !

Vous vous retrouvez dans le monde de DIG. Chaque année un concours est organisé et vous devez survivre aux dangers de la colline que vous explorerez en creusant. Le premier joueur qui aura néanmoins collecté dix gemmes remportera la partie. Le jeu se poursuit jusqu’à ce qu’un joueur ait collecté tous ses gemmes.

Ça creuse, ça creuse…

A votre tour de jeu, vous pouvez effectuer une action parmi les trois disponibles. La première action possible consiste à creuser dans la colline. La colline est la pioche centrale. Vous pouvez collecter une carte s’il s’agit d’un pierre précieuse (acier, or, diamant ou rubis). Chaque pierre présente une valeur en cristaux. S’il s’agit d’un équipement, vous décidez de l’utiliser ou de le garder pour une utilisation ultérieure. Vous pouvez également trouver une carte spéciale qui vous offrira généralement des gemmes. Mais il se peut que vous rencontriez aussi un ennemi. Une araignée, un fantôme, un serpent, un squelette, un voleur, un loup-garou ou même un orc. Chaque ennemi déploie immédiatement son effet comme vous voler des gemmes, retirer des cartes des galeries, effrayer vos recrues etc.

La deuxième action possible lors de votre tour de jeu est de vous rendre à la taverne pour y engager une recrue contre cinq cristaux. Les recrues vont vous permettre de créer une galerie. Lors de chaque engagement, vous piochez une carte de la colline et vous décidez, soit de la collecter soit de démarrer une nouvelle galerie en plantant votre recrue sur la première carte. Sur chaque série de cinq cartes présentes dans votre galerie, vous pouvez y placer une gemme. Vous pouvez alors décider de creuser dans la galerie ou à côté de la galerie pour en démarrer une nouvelle ou pour collecter la carte. A la taverne, vous pouvez aussi engager un compagnon en échange d’un nombre indiqué de cartes « pierres précieuses ». Un compagnon vous apporte des capacités spéciales. Par exemple, vous protéger des fantômes et recevoir un gemme ou recruter pour un coût inférieur.

La dernière et troisième action disponible durant votre tour consiste à fermer une galerie. Fermer une galerie consiste pour vous à collecter les cartes, les gemmes et les recrues qui s’y trouvent. Lors de vos explorations vous pourrez cependant piocher des cartes qui vous forceront prématurément à fermer vos galeries. Soit en sortant tranquillement, soit avec une gemme supplémentaire ou alors après un éboulement, et en perdant tout !

Quand un joueur obtient sa dixième gemme, un dernier tour de jeu est effectué et on termine pour sacrer le « Roi de la colline ».

On ne vous a pas détaillé toutes les cartes du jeu car nous souhaitons vous laisser un peu de découverte. Mais pour vous mettre un peu l’eau à la bouche, on peut vous dire que vous pourrez par exemple trouver des boucliers pour vous protéger des ennemis, des runes à échanger contre des gemmes ou des ancres pour contrer les éventuels éboulements.

Une dose de pixels

Quelques cartes

On vous parlait de l’aspect visuel de DIG et il faut bien reconnaître que le graphisme est l’originalité flagrante de la première rencontre avec la boîte du jeu. Ceux qui ont connu les premiers jeux vidéos reconnaîtront immédiatement le style. Les plus jeunes risquent de trouver cela « rétro ». Mais le rétro est à la mode ! Nous, chez Jeudéclick, on se souvient forcément des premiers Civilization, Monkey Island et autres Indiana Jones en 8 bits. Alors forcément, on apprécie l’exercice de style et surtout, le résultat.

A l’intérieur de la boîte, un important deck de 175 cartes toilées au format carré. Mais aussi des meeples, de petits gemmes et la règle du jeu disponible en trois langues dont le français. A noter qu’il n’y a aucun texte sur le matériel. Le tout, bien rangé dans son thermo qui accueillera également sans soucis vos éventuelles cartes sleevées. Pas de fausse note côté production !

Les compagnons

La règle du jeu tient en quelques pages. A la lecture, on constate que le tour de jeu est rapide et les actions possibles sont logiques et intuitives. En revanche, les nombreuses cartes aux effets variés ajoutent de nombreux points de règle. La première partie implique donc de se référer assez régulièrement au livret d’instruction ou à l’aide de jeu. Comptez aussi avec une partie de découverte pour apprendre et maîtriser l’ensemble. Mais on vous rassure, une fois le jeu en place et les premiers tours effectués, tout s’enchaîne parfaitement.

Que l’on choisisse une action ou une autre, on ne reste vraiment pas longtemps à attendre son tour. Les parties sont très dynamiques et le jeu offre une jolie fluidité. Plusieurs mécaniques sont utilisées dans DIG. Un doux mélange entre du « stop ou encore » associé à de la collecte de ressources. Et bien évidemment, de la gestion de main pour sublimer l’emblème. Au final, l’opus est cohérent et les parties offrent un bon panel d’options et de choix à effectuer. Comme il s’agit d’explorer la colline avec des actions de pioche, tous les joueurs sont forcément tributaire des cartes tirées. Le hasard est donc bien présent et on subit les effets. Certaines cartes ou les effets de quelques compagnons permettent cependant de contrer une pioche qui serait désavantageuse. En terme de difficulté, DIG est accessible à toute la famille. Il n’y a rien de complexe, on acquiert des cartes en s’acquittant des coûts et on subit/inflige les effets de certaines cartes.

Avec 175 cartes, pas de soucis de rejouabilité. Les choix, les effets, les stratégies, tout est suffisamment varié pour assurer un très bon renouvellement. Les compagnons (qui ne sont pas tous utilisés à chaque partie) apportent encore à chaque fois un petit twist différent.

Les sensations après quelques parties de DIG sont excellentes ! On a pris plaisir à creuser les galeries et à y découvrir toutes sortes de choses. Mais on ne fait pas que de piocher, heureusement ! Très régulièrement, il faut appliquer les effets des différentes cartes spéciales. On peut bien entendu subir mais les joueurs peuvent également infliger quelques mauvais coups aux autres. Ahahah, vous allez mordre la poussière et manger de la terre dans ces lugubres tunnels ! Non, on plaisante ! Tout cela reste mesuré et on passe en définitive un excellent moment autour de la table. Aujourd’hui, on est ravi de voir DIG sur les étals de nos crémeries préférées ! Le jeu mérite qu’on s’y intéresse; là vous n’avez plus d’excuses.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
Une explication en vidéo par DéludiK
Le site de l’éditeur Mangrove Games

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire