Accueil > Articles > Tikal, une aventure épique dans la jungle du Guatemala

Tikal, une aventure épique dans la jungle du Guatemala

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 521 vues 9 minutes de lecture

Votre chapeau dans une main et votre machette dans l’autre, vous vous êtes enfin décidé à vous aventurer dans la jungle du Guatemala. Il faut dire que votre employeur a été particulièrement convainquant avec vous afin pour que vous vous lanciez à la recherche des derniers vestiges de la civilisation Maya. Désormais, votre compte en banque est bien rempli mais le goût de l’aventure et votre passion viscérale pour les vestiges sud-américains l’ont emporté. Après une dizaine d’heures de marche, vous arrivez enfin au lieu que vous avez marqué d’un « X » sur la carte de la région. Une carte très approximative et vous vous mettez alors à douter de vos choix. Vous scrutez les alentours mais il n’y a que la végétation tropicale, qui malheureusement ne vous est pas d’un grand secours. Vous avancez doucement en essayant de scruter les fougères mais votre pied heurte un rocher. Vous trébuchez, perdez l’équilibre et vous voici désormais face contre terre, le nez dans une flaque d’eau croupie et mal odorante. Vous reprenez vos esprits et examinez le sommet du rocher que vous venez d’heurter. Il s’avère finalement que cet élément solide s’enfonce très profondément dans le sol. En essayant de le déterrer pour l’examiner, vous percevez un léger cliquetis. Le sol se met à trembler et un grondement sourd se fait rapidement entendre. La végétation semble se faire littéralement engloutir et vous sentez le sol se dérober sous vos pied. Il n’y a plus rien pour vous raccrocher et le gouffre qui s’entrouvre sous vos rangers vous aspire dans le néant. Avant même que vous ne puissiez réagir, vous perdez connaissance dans un nuage de poussière qui vous donne l’impression d’étouffer ! Après plusieurs heures, couché à terre, vous ouvrez péniblement les yeux. Vous comprenez alors que vous avez effectué une chute de plusieurs mètres au fond d’un trou. Mais là devant vous, à moitié recouvert de terre, vous apercevez malgré la faible luminosité, un bas-relief à l’effigie de Quetzalcoatl. Vous n’osez y croire ! La découverte est fascinante !

Amis aventuriers, amis joueurs, que penseriez-vous de prolonger cette expérience sur un bon vieux plateau de jeu ? Un jeu de plateau qui captiverait votre imaginaire et votre envie de vous prendre pour un vrai Indiana Jones ! En parlant de « vieux » plateau de jeu, nous ne sommes pas très loin de la réalité car Tikal (édition 2016), le jeu de notre article, n’est autre qu’une réédition du célèbre titre de Wolfgang Kramer et Michael Kiesling. Cette version 2016 revisitée est signée Super Meeple, pour des parties de deux à quatre joueurs dès dix ans. Dans Tikal, vous mènerez une véritable expédition à la recherche des trésors de la civilisation perdue du peuple Maya. En quelques lignes, on vous détaille la partie… Cramponnez-vous, il est maintenant temps de faire vos preuves Docteur Jones !

Dans la jungle, terrible jungle…

Dans une partie de Tikal, vous devez obtenir le plus de points de prestige, en fonction des trésors que vous aurez récupérés, mais aussi des temples que vous contrôlerez grâce aux explorateurs de votre expédition se trouvant en majorité sur chaque lieu découvert.

Une partie de Tikal

Vous débutez votre tour de jeu en piochant une tuile hexagonale et en la révélant face visible. Cette tuile constitue désormais une nouvelle zone explorée de la jungle et doit être placée sur le plateau de jeu en respectant les règles de pose. Contiguë à un hexagone déjà posé, chaque tuile doit permettre à un explorateur de s’y rendre au moyen d’un sentier dallé présent sur les tuiles. Le nombre de dalles que comportera ce sentier représente la difficulté de progression à laquelle il faudra faire face pour se rendre sur la tuile.

La deuxième phase de votre tour de jeu consiste à utiliser les dix points d’action dont vous disposez à chaque tour, pour explorer et interagir avec les tuiles déjà découvertes. Chaque action utilisera un nombre variable de points d’action. Ainsi, vous pourrez décider de mettre en jeu un nouvel explorateur pour un point d’action. Un nouvel explorateur entre toujours en jeu depuis le camp de base commun à tous. Vous pourrez également déplacer un explorateur. Le nombre de points d’action à utiliser correspond au nombre de dalles qu’il faudra franchir pour passer d’une tuile à l’autre. Pour deux points d’action, vous pourrez aussi dégager un nouvel étage de temple en empilant une nouvelle pièce sur une base de temple existante. Vous pourrez aussi déterrer un trésor pour trois points d’action. Déterrer un trésor consiste à vous emparer d’une tuile trésor présente sur le plateau de jeu pour ainsi essayer de vous constituer des collections. Pour également trois points d’action, il vous sera en outre permis d’échanger un de vos trésors avec un autre aventurier. Un joueur ne peut pas refuser l’échange sauf s’il dispose d’un deuxième exemplaire identique de ce trésor. Vous pourrez par ailleurs, contre cinq points d’action, installer un camp de votre couleur, sur n’importe quelle tuile vide du plateau de jeu. La dernière action possible est celle de placer un gardien sur un temple, contre cinq points d’action. Placer un gardien sur un temple permet d’en prendre le contrôle et ne plus permettre d’y ajouter d’autres étages.

De précieux trésors !

Lorsqu’en cours de partie un joueur pioche un hexagone sur lequel est présent un volcan, un décompte des points de prestige doit être effectué. Une fois que toutes les tuiles ont été piochées et placées sur le plateau de jeu, la partie prend fin et on procède à un dernier décompte des points de prestige. Chaque joueur marque des points de prestige s’il est majoritaire sur un hexagone sur lequel il y a un temple ou s’il possède un gardien dessus. En outre, un trésor en votre possession rapporte un point de prestige, deux trésors identiques rapportent trois points de prestige et trois trésors identiques rapportent six points de prestige.

Tikal, un temple du jeu de société !

Comme nous sommes ici sur la version signée Super Meeple, nous nous sommes uniquement intéressés à la réédition de Tikal. Et là, il faut bien reconnaître que le meeple rouge a réussi son pari. Rien que la boîte, c’est vraiment du costaud avec un grammage très épais et résistant. Mais le contenu n’est de loin pas en reste. Un solide plateau de jeu avec un toilage au verso, des tuiles et des tokens bien épais, des meeples finement réalisés, des composants richement illustrés et surtout les étages des temples. Des pièces solides, lourdes et agréables à la prise en main avec ce petit côté « vieilles pierres » que nous apprécions beaucoup.

La règle de Tikal est vite lue, avec un feuillet bien rédigé. Kramer et Kiesling ont imaginé un jeu logique et intuitif et cela se ressent dès la prise en main qui est relativement simple. Les points importants de la règle sont résumés sur une petite aide de jeu et après quelques tours il n’est même plus nécessaire de l’utiliser. On déplace de manière frénétique ses aventuriers et son chef d’expédition dans la jungle guatémaltèque et chaque action doit être minutieusement anticipée. En effet, Tikal impose une anticipation relativement forte mais sans pour autant être une véritable torture pour vos neurones. On décide des grands axes pour marquer des points de victoire et on choisit une ou des zones du plateau de jeu sur lesquelles on souhaite concentrer ses forces. Le jeu permet de marquer des points de victoire de différentes façon, mais tout ne sera pas possible. Au même titre qu’il ne sera pas possible de scorer partout sur le plateau de jeu. Vous serez majoritaire sur certains emplacement mais d’autres devront être abandonnés à votre ou vos adversaires. Un savant mélange pour lequel il faudra faire les bons choix. Cumulé aux différentes collections que vous pourrez obtenir et à l’importante interaction entre les joueurs, le titre est un jeu particulièrement riche et bien pensé.

Il faut bien le reconnaître, les mécanismes sont simples mais très efficaces. Rien de bien compliqué lorsqu’il faut poser une tuile puis se déplacer et éventuellement prendre des trésors ou déterrer des étages de temple. Mais derrière cela se cache une vraie profondeur de jeu. Le sens de pose des tuiles aura un impact crucial sur la difficulté d’accès. Le fait de prendre le contrôle d’un temple modifiera votre stratégie mais aussi celle de vos adversaires. La construction d’un camp simplifiera vos déplacements au détriment des autres aventuriers. Et que dire des échanges que les autres joueurs ne pourront souvent pas refuser; juste redoutable et terriblement déstabilisant !

Derrière une simplicité apparente en matière de règle, se cache indéniablement un grand jeu d’une subtilité très plaisante. Un opus profond, stratégique mais très accessible, aux tours rapides et à la thématique très immersive. Super Meeple a eu fin nez de se consacrer à cette réédition et le résultat s’avère de notre point de vue, magnifique !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
Le vidéo de la partie sur Tric Trac
Le site de L’éditeur Super Meeple

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire