Accueil > Articles > Foothills, à un train d’enfer…

Foothills, à un train d’enfer…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 218 vues 12 minutes de lecture

La bière coule à flots dans la taverne. Et les chants traditionnels gallois emplissent l’établissement d’une indescriptible chaleur. Adossés au comptoir, de braves hommes enchaînent les pintes, une après l’autre. Le visage rubicon, béret vissé sur leur tête mais toujours le sourire aux lèvres. Leurs mains sales et usées par le temps ne laissent aucun doute sur leur quotidien et sur la rudesse de leur vie. Il s’agit de travailleurs, employés par la compagnie de chemin de fer de sa majesté. Des employés chargés de fendre la roche. De libérer des accès pour les futures lignes du pays. Des forçats du boulot. Des employés bravant les saisons et la rudesse de la météo locale. Alors les bières à la fin du travail, sont devenues une tradition. Une récompense. Un moment de partage avec les copains et les collègues. Mais demain, il faudra reprendre le labeur. Repartir à la tâche, sur les futures voies d’un chemin de fer de légende qui traversera bientôt tout le Pays de Galles…

Direction le Nord. Et plus particulièrement le Pays de Galles avec toute l’équipe de Funforge, pour cette nouveauté qui entre directement dans leur catalogue. Un jeu initialement édité chez Lookout Games et pour deux joueurs uniquement. Au menu, des parties annoncées de 30 à 45 minutes, mais prévoyez quand même un peu plus car le jeu demande un minimum de réflexion.

Et derrière cet opus imaginé pour de longues soirées en duo, on retrouve les auteurs Ben Bateson – qu’on ne connaît pas vraiment dans le domaine ludique – et Tony Boydell qui est en revanche, un nom nettement plus connu. Le britannique a en effet déjà fait parler de lui avec des titres comme Guilds of London, Snowdonia ou tout bientôt avec Alubari. L’inimitable Klemens Franz, l’illustrateur d’Agricola, signe l’univers graphique de Foothills.

Avec cette nouveauté de l’été 2019, vous voilà devenu contremaître. D’ailleurs, on en profite pour vous féliciter pour cette promotion inattendue ! Trêve de plaisanterie, vous serez en charge d’une équipe d’ouvriers œuvrant à la réalisation du chemin de fer du pays. Vous déblayerez des gravats pour ouvrir des voies, vous construirez des lignes et bien entendu, des gares. Uniquement basé sur des cartes et des choix d’actions, vous rivaliserez avec votre adversaire pour vous imposer sur les différents tronçons et vous marquerez de précieux points, synonymes de victoire.

Sans plus attendre, on vous résume la règle du jeu et surtout, on vous explique  ce qu’on a apprécié dans ce titre qu’on attendait pas du tout mais qui nous aura surpris en bien.

Pour tous les bout-en-train !

Vous voilà donc à la tête de votre équipe, en charge de ferrer le futur réseau de trains du Pays de Galles. Grâce à vos ouvriers, vous gagnerez des points de victoire. A la fin de la partie, le joueur qui totalisera le plus de ces points de victoire l’emportera.

Les deux joueurs jouent chacun leur tour. Et le tour de jeu se décompose en plusieurs phases. Chaque joueur dispose de cinq cartes qui sont posées sur la table face visible. Chaque carte comporte une action qui doit être choisie pour le tour. Puis l’action est appliquée et la carte est ensuite retournée. Au verso de chaque carte, Foothills propose de nouvelles actions de jeu. Et on continue ainsi de suite jusqu’à ce qu’une condition de fin de partie mette un terme au jeu.

Sur l’espace central, plusieurs lignes – ou futures lignes de train – sont visibles. Chaque tronçon de ligne est encombré par des gravats. Une des actions va donc vous permettre de les déblayer. Une fois les gravats retirés des tronçons, les joueurs vont pouvoir construire des voies ferrées moyennant le paiement de ressources. Certains emplacements vont également permettre de construire des gares. Toujours, en payant des ressources. Ces ressources pourront être récupérées avec des actions présentes sur certaines faces des cartes. Les ressources proviennent d’un entrepôt qu’il faudra régulièrement réapprovisionner. Et les gravats sont également utilisés comme ressources. D’où l’intérêt de dégager les différents tronçons.

Mais des actions sont également disponibles sur les cartes des tronçons présents sur l’aire de jeu. Ainsi, il sera alors possible d’effectuer une deuxième action durant son tour, par exemple lors de la construction d’une gare. Les différentes actions vont ainsi permettre de collecter des billets de train pour marquer des PV, poser des rails, construire des gares, changer vos cartes d’action, récupérer des ressources, collecter des jetons de voyageurs pour marquer des PV, ou même utiliser vos cartes d’action comme outil de scoring en fin de partie. Etc.

Au fur et à mesure, les voies et les gares vont être construites. Et la fin de partie sera prononcée. Et des points seront donnés aux joueurs en fonction des PV récoltés durant le jeu, sur les cartes ou via différents bonus. Et le gagnant sera désigné !

Attention à prendre le train en marche

Soyons francs avec vous, voilà un titre qu’on n’attendait pas du tout. Mais finalement, pourquoi pas ! Se laisser surprendre, c’est aussi sympathique finalement. Alors regardons sans plus attendre le contenu d’une boîte de Foothills. A l’intérieur, on retrouve un matériel bien produit, dans le plus pur style des eurogames. Et il y en a du matériel ! 60 cartes, plus d’une centaine d’éléments en carton dont certains sont à assembler, une centaine de cubes en bois, 2 plateaux individuels, 2 pions en bois, un sac en tissu et le livret des règles. Pas de souci au niveau de la production, les cartons sont de bonne qualité et les pions en bois… bah, c’est du bois ! Si vous prévoyez d’y jouer régulièrement, pensez éventuellement à protéger vos cartes car il n’y pas de toilage sur ces composants.

Le livret des règles est un feuillet de douze pages, bien structuré et avec des illustrations parlantes. En revanche, on a eu un peu de mal avec certaines explications du livret lors de notre première approche. Ce n’est pas toujours très clair, alors même que la règle n’est de loin pas compliquée. Cela dit, après une première partie, tout est compréhensible.

On aurait envie de vous conseiller de ne pas vous attarder si certaines questions persistent à la lecture du règlement. Lancez-vous ! Débutez votre partie et vous constaterez que le jeu se laisse facilement dompter et qu’on embarque rapidement dans le train train de la partie. Celle-là on avait vraiment envie de la placer !

La mise en place du jeu vous prendra plusieurs minutes avec pas mal de composants à installer et des cartes à trier puis à sélectionner. A présent que le chef de gare a sifflé, vous allez pouvoir débuter votre voyage gallois.

Un petit mot sur le thème. Les chemins de fer et les trains sont déjà bien présents dans l’univers ludique. Avec Foothills, on retrouve une bonne immersion avec des composants qui poussent l’immersion. Outre les gares et les voies, on retrouve des billets de train, des petites barrières qu’on retrouve aux passages à niveaux, et il y a même les heurtoirs, présents dans de nombreuses gares et en fin de voies. C’est vraiment plaisant de se retrouver avec un ensemble si cohérent. Pour les actions et le gameplay, il n’y pas énormément de liens avec le thème mais le tout reste cohérent. Et c’est l’essentiel.

Au niveau des mécanismes, on retrouve du charbon, des engrenages, des locomotives… Ah non, vous préférez qu’on vous parle des mécanismes du jeu ? Foothills, c’est avant tout un jeu de gestion de ressources. Le gameplay accorde une importance stratégique avec le fer, la pierre et les gravats qui doivent être collectés de manière réfléchie. Puis, on retrouve aussi une importante part de placement dans le système de jeu. Et bien sûr avec les opportunités qu’il faut saisir et les blocages qu’on peut mettre en place à l’encontre du joueur adverse. On ne s’en rend pas tout de suite compte, mais ces aspects peuvent parfois être la clé de la victoire. De nombreux combos sont possibles avec les cartes actions et celles présentes sur l’espace central. Ainsi, toute la planification du moteur de jeu doit être pensée et planifiée plusieurs tours a l’avance. Car oui, Foothills reste un jeu exigeant, pouvant faire un peu mal à la tête. Mais cet ensemble des différents mécanismes reste extrêmement plaisant et fonctionne merveilleusement bien. Pour les joueurs qui apprécient un peu de réflexion, de luttes stratégiques et de planification, c’est juste excellent !

Les tours de jeu sont rapides et il n’y a que très peu de temps morts. Une seule action à choisir et à appliquer. Parfois, une deuxième action à effectuer après une construction de gare (par exemple), puis c’est au tour de l’adversaire. Et pendant que l’autre joue son tour, on planifie la suite. Sans oublier de garder l’œil sur l’adversaire car suivre le jeu de l’autre est essentiel.

Chacun développe donc sa stratégie sur son plateau et « de son côté ». Mais ce n’est pas pour autant que l’univers du jeu manque d’interaction. Il y a des possibilités de se bloquer et les échanges entre les joueurs sont bien là durant la partie. Bien sûr, nous ne sommes pas dans un party game et vous l’aurez sans doute compris, le style de jeu sera davantage propice à la réflexion plutôt qu’aux discussions enjouées. Choisis ton camp camarade !

En terme de rejouabilité, on ne joue pas avec toutes les lignes de train à chaque partie. Tout comme il est possible – et même recommandé – de faire varier le placement des lignes. Ajoutez à cela, les cartes d’action qui peuvent être renouvelées à chaque partie et même échangées durant le jeu. Et forcément, chacun déploiera aussi une stratégie différente à chaque fois. En définitif, aucun souci à vous faire sur le renouvellement du jeu.

C’est donc un vrai jeu exigeant et empli de réflexion qui nous est proposé là par Funforge. On a beaucoup aimé l’interaction entre les joueurs sous forme de blocage et la gestion des ressources est vraiment intéressante. Petit à petit, les voies sont dégagées de leurs gravats et les gares remplissent l’air de jeu. Le jeu se construit devant vous et reste véritablement prenant du début à la fin. D’ailleurs, il ne faut rien lâcher pendant la partie. Et même rester vigilent à chaque instant. Une ou deux petites erreurs et cela se paie cash à la fin de la partie. On a aussi beaucoup aimé le système des actions avec ces cartes qui se retournent pour « libérer » de nouvelles possibilités. Puis une forme d’obligation d’utiliser les nouvelles actions pour revenir à la situation initiale. C’est amusant et vraiment malin. Par contre, n’espérez pas terminer une partie en trente minutes. Ou alors en y jouant vraiment rapidement sans trop réfléchir… Pour nous, Foothills doit se savourer et en une heure, on peut espérer une belle partie avec un jeu réfléchi et optimisé.

Une bien jolie découverte que ce jeu qui semble faire une entrée en gare assez discrète ! On ne l’avait pas vu venir, même si la Micheline crachait de belles bouffées de fumée. Un titre qui sent bon le charbon humide et qui fera inévitablement le plaisir des gamers et des joueurs qui apprécient les parties stratégiques. De notre côté, on aura plaisir à le ressortir pour des duels très disputés.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français (bientôt)
La fiche du jeu sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Funforge

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire