Accueil > Actualités > Trois nouveaux prototypes Pixie Games qu’on a essayés…

Trois nouveaux prototypes Pixie Games qu’on a essayés…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 279 vues 9 minutes de lecture

Nous n’avons pas pour habitude de parler des jeux en prototype. On préfère les sujets rédactionnels de jeux produits et terminés. Pour vous en parler de manière complète. Néanmoins nous avons eu le plaisir d’essayer trois titres prometteurs, qui débarqueront bientôt au catalogue des copains de Pixie Games. Trois prochaines sorties, ou plutôt des localisations en français, qui arriveront bientôt dans nos vertes contrées. Suivez le guide…

Et c’est trois jeux, c’est Dust In The Wings, Sierra West qui sont à la base édités par Board & Dice en anglais. Et le dernier se nomme Thieves Den qui est un Kickstarter édité par Daily Magic Games. Nous vous faisons une brève présentation de ces trois opus que nous avons testé en avant-première.

Dust in The Wings

Après les oiseaux de Wingspan, c’est au tour des papillons d’avoir leur propre plateau de jeu, ou plutôt un plateau à fleur. Dans ce jeu, créé par Dennis Kirps, Chrstian Kruchten et Jean-Claude Pellin, nous pourrons réunir de 2 à 4 lépidoptéristes de 10 ans et plus, pour une partie d’environ 30 min. Les illustrations sont réalisées par Odysseas Stamoglou et nous devrions pouvoir acquérir Dust in The Wings en version française avant la fin de l’année 2019 (en Q4).

Le but est de gagner le plus de points de victoire en récupérant des cartes à objectifs. Il existera 2 types d’objectifs : objectif de rassemblement et objectif de composition (c’est-à-dire, respecter un certain nombre de papillons sur plusieurs cases ou avoir le nombre exact de papillon sur une case en respectant les couleurs imposées par la carte). Nous allons avoir un plateau où nous poserons nos papillons de 3 couleurs différentes (rouge – jaune – bleu) et à tour de rôle, chaque jour récupérera en main tous les papillons présents dans une case et devra égrener sur le plateau en se déplaçant de manière orthogonale.

À la fin de son mouvement, le joueur vérifie si l’objectif d’une carte disponible sur le plateau est rempli et si c’est le cas, il pourra récupérer la carte en question. À la fin de la partie, c’est un décompte de point avec toutes les cartes récupérées et celui qui a récolté le plus de points sera le gagnant.

Il s’agit d’un jeu familial très facile d’accès qui est visuellement splendide et assez stratégique. Notre observation va être mise à rude épreuve pour pouvoir remplir les objectifs des cartes à disposition, mais surtout d’éviter de laisser à nos adversaires la possibilité d’en réaliser d’autres avec facilité.

Nous avons beaucoup aimé la prise en main très rapide et un livret de règle épuré pour apprendre tous les tenants et les aboutissants du jeu. La rejouabilité est également un point très important que nous souhaitons mettre en avant et bien entendu son esthétique qui est vraiment magnifique. Si vous cherchez un jeu accessible, un brin stratégique avec du joli matériel, ne cherchez plus et préparez vos filets à papillons pour sa sortie !

Sierra West

Sierra West est un jeu mêlant placement d’ouvriers, deckbuilding, hand management et action/movement programing dans lequel chaque joueur incarne un chef de pionniers en route vers la conquête de l’ouest américain, au milieu du 19ème siècle.

A l’instar des activités de l’époque, vous aurez le choix de devenir saisonnier dans les champs de pommiers, de prendre part à la ruée vers l’or, à moins que vous ne préfériez partir à la pêche au saumon au son du banjo ou même… vous confronter aux bandits et autres hors-la-loi qui risquent de vous dépouiller lors de votre voyage.

Vous l’aurez compris, ce jeu a ainsi la particularité d’être modulaire, car il propose 4 modules qui vont influencer la thématique de votre quête et la façon d’arriver à la victoire.  En mélangeant un module aux cartes de base, vous créerez un jeu totalement unique aux multiples twists de la mécanique de base.

À chaque tour, les joueurs vont placer trois cartes sur leur plateau de jeu, dont certaines parties et actions seront cachées, définissant ainsi les chemins que leurs pionniers emprunteront et déclencheront une série d’actions complémentaires, définies par les différents modules. À vous de voir si vous souhaitez acquérir ou échanger de nouvelles ressources ou de nouvelles cartes piochées sur la montagne (symbolisée par le plateau de jeu principal) et permettant ainsi d’améliorer sa main pour les tours suivants.

Prévu jusqu’à 4 joueurs, il propose aussi un mode solo  spécialement développé par Dávid Turczi, déjà connu pour ses excellents Anachrony, Cerebria, Dice Settlers et autres Kitchen Rush. En fait, le maître du jeu en solo ! Actuellement en production, sa sortie est prévue pour août 2019 en version anglaise et un peu avant la fin de l’année pour la version française.

Sierra West promet d’être un très bon Eurogame accessible à tous, pour des parties courtes (environ une heure) et qui mêle diverses mécaniques très appréciées des joueurs de tout horizon.

Thieves Den (Voleurs d’Amarynth)

Un jeu sur la thématique des voleurs. Soyez le nouveau Boss en la matière et volez sans aucune modération ! Thieves Den est issu d’un Kickstarter qui est en pleine distribution (à l’heure où nous écrivons cet article), édité par Daily Magic Games, il sera localisé par Pixie Games dans la foulée (date à confirmer). Illustré par Denys Martynets et Alice Davis comme Designer, Thieves Den est un jeu pour 2 à 5 voleurs de 14 ans et plus, pour des parties d’environ 45 min.

DMG ou Daily Magic Games est composé d’une grande équipe de copains : Isaias Vallejo, David MacKenzie, Levi Mote, Sarah Sharp et Dylan Pharaoh-Whitney, qui ont pour objectif d’aider les concepteurs à créer et mener à bien leur projet ludique. Le but de Thieves Den est simple, il faut dérober le maximum de trésors, les revendre, les échanger contre des pouvoirs qui vous permettront de voler encore plus de trésors et scorer des points de victoire. En d’autres termes, soyez le voleur le plus réputé pour devenir le nouveau roi des voleurs, accumuler les points de victoire pour y arriver.

Thieves Den se présente comme un jeu familial sur la mécanique de draft et de placement d’ouvriers. Nous allons à tour de rôle piocher des cartes « lieux » qui seront les endroits où nous allons pouvoir placer nos pions « voleurs » et gagner le butin inscrit sur la carte. Ce qui est amusant, c’est que nous pourrons nous placer chez les adversaires pour dérober leur butin ! Chaque carte lieu pourra être pillée qu’une seule fois, ce qui est thématiquement logique. Donc, choisissez bien vos cibles et accumuler les trésors pour pouvoir les revendre ou échanger contre des pouvoirs/points de victoire.

C’est lors du choix des cartes « lieu » que s’effectue le mécanisme de draft et une fois cette phase terminée, nous passons à la phase de placement d’ouvriers. Sachez tout de même que lorsque vous allez piller votre adversaire, ce dernier touchera un butin de compensation (qui est minime), mais il sera parfois nécessaire pour pouvoir revendre ou « acheter » certaines cartes (avant les autres !) et avoir accès à d’autres actions qui vous feront monter en points de victoire ou donneront d’autres avantages dans la partie.

Le jeu reste très simple dans sa mécanique et un seul tour d’exemple suffit pour comprendre Thieves Den dans sa globalité. L’iconographie reste assez intuitive, mais nécessite de consulter les règles (une fois) pour comprendre les pouvoirs des cartes ou tuiles actions. La prise en main est donc très accessible et très agréable. Un jeu que nous avons apprécié pour sa facilité d’apprentissage et pour son interactivité entre les joueurs qui est présente du début jusqu’à la fin.  

Merci à l’équipe de Pixie Games pour cette petite mise en bouche ainsi qu’à Jean Dorthe, qui s’occupe de la traduction française de ces jeux. Nous reviendrons sans doute de manière plus détaillée sur ces différents titres, une fois que les jeux seront disponibles dans leur version définitive. D’ici-là, on garde l’œil ouvert sur cet excellent millésime en approche.

Rédacteur de l’article : Éric

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire