Articles

Oh Capitaine, un jeu hissé haut !


L’équipage de l’Intrépide !

Lorsque soudain je me suis réveillé, ma tête jonchait le sable. Oui, c’était bien du sable, mais du sable rose. Le reste de mon corps barbotait dans une petite flaque d’eau salée. Mon équipage et moi-même venions d’affronter une terrible tempête. Une sorte d’orage extrêmement violent que personne n’a vu venir. Pas même moi. Je ne me l’explique pas, c’était surréaliste. Mais après finalement, je ne rêve pas ? Je suis bien vivant ! Mais… mon bateau… l’Intrépide… il est en miette ! Jamais moi et mon équipage ne pourrons rentrer chez nous. Je revois encore mon père me donner ses prescriptions d’usage avant le départ. « Red, soit prudent mon fils ne joue pas les Capitaines intrépides ! ». Enfin, comme disait souvent Ulrich, mon second, rien n’est jamais perdu. Je décide alors de me lever. Ma tête tourne, mes jambes vacillent, ma bouche est pâteuse mais je m’en souviens ; le Noukha ! Il nous a sauvés ! Rien à gauche, rien à droite. Mais face à moi quelque chose brille intensément dans les rochers. Ce quelque chose se trouve dans une sorte de petite grotte dont l’entrée est partiellement recouverte pas la végétation. En peu de temps me voilà face à cette ouverture. Je suis immédiatement saisi par une forte odeur. Un mélange d’humidité marine associée à des animaux en décomposition. C’est immonde ! Sans doute qu’il s’agit de la demeure du Noukha. Il nous a sauvé la vie, il ne pourrait donc pas me faire de mal. J’avance précautionneusement en direction de l’objet brillant que j’ai repéré depuis la plage. A l’intérieur, je n’ose à peine y croire mes yeux. Le Nukha doit forcément être attiré par ce qui brille, tel une pille. Des lanternes, des révolvers, des grappins, du bric et du broc mais aussi de l’Or ! Nous sommes riches… Riches mais perdus. Tant pis, il faut impérativement que je retrouve mes compagnons. Cette grotte mérite d’être explorée. Ulrich, Nostromo et les autres ne vont pas en croire leurs yeux.

Si vous aussi vous avez soif de grandes aventures et sentez l’air marin dans vos narines, alors vous avez vu juste ! Après ce terrible naufrage, l’éditeur Ludonaute nous embarque dans le premier volet des Légendes de Luma, avec cet opus baptisé Oh Capitaine !

Arrêtons-nous tout d’abord sur ce concept ludique un peu particulier, mais qui nous attire énormément. Les Légendes de Luma, véritable collection, sera composée de six jeux qui seront publiés tous les six mois, sur une période de deux ans et demi. Selon les informations communiquées par l’éditeur, la collection comportera un jeu de bluff, un jeu de collections, un jeu de dés et de majorités, un jeu de combinaison, un jeu coopératif et finalement, un jeu de déplacement. Tout un programme pour des titres qui seront de véritables « standalone ». En revanche, tous ces jeux seront liés par une trame narrative. Par ailleurs, nous aurons le plaisir de retrouver les mêmes personnages d’un jeu à l’autre : Ulrich, Moon, Red, Lys, Nostromo, Siana. Ils seront tous là ! D’ailleurs le prochain titre, prévu pour la rentrée en septembre, nous emmènera chez les nomades. Mais nous aurons sans doute l’occasion d’y revenir.

La boîte du jeu

Pour Oh Capitaine, Ludonaute a donc fait appel aux talents de Florian Sirieix qui a imaginé un jeu de bluff, accessible dès huit ans. Rescapé du naufrage auquel vous venez de faire face, vous et votre équipe devrez explorer la grotte du Noukha. Les objets que vous récolterez pourront vous procurer des effets et orienteront votre partie. Comptez une vingtaine de minutes pour des parties qui rassembleront trois à six joueurs.

Accrochez-vous au bastingage, chargez les provisions et mettez le cap plein ouest ! On vous embarque dans les Légendes de Luma, mon cher capitaine…

Les bluffeurs Noukha bien se tenir !

Vous voilà donc dans la grotte du Noukha. Vous l’explorerez et vous devrez bluffer le capitaine afin de garder les meilleures trouvailles pour vous. A la fin de la partie, le joueur le plus riche l’emportera.

La partie et son matériel haut en couleur.

Un joueur incarne immédiatement le capitaine et les autres prennent les rôles des explorateurs. Le premier joueur est celui qui se trouve à gauche du capitaine. La première phase du joueur actif consiste à vérifier si une mutinerie peut se produire. Il y a possible mutinerie, si le joueur actif est strictement plus riche que le capitaine. L’explorateur peut alors devenir le capitaine. Il prend une pièce d’or, la bouteille du capitaine, la défausse et son tour se termine. Mais l’explorateur peut aussi décider de ne pas devenir capitaine. Il lui prête alors allégeance en lui payant une pièce et son tour se poursuit.

La deuxième étape pour le joueur actif est d’explorer la grotte du Noukha. Il pioche une carte et la regarde secrètement. Ensuite, il annonce à haute voix « Oh capitaine ! J’ai trouvé… une lanterne, ou un grappin, ou un lézard, ou un pistolet ! » Il décide s’il veut mentir au capitaine. Si le joueur a trouvé un œuf de Noukha, là il doit obligatoirement mentir au capitaine. Le capitaine décide alors s’il achète votre trouvaille ou s’il vous laisse l’utiliser. S’il achète votre trouvaille, il ajoute la carte à son butin et la révèle. Si ce qui a été annoncé est vrai, le capitaine utilise l’objet (son effet) sur un autre joueur.

Le plateau joueur de « Red ».

Mais le capitaine peut ne pas acheter votre trouvaille. Dans ce cas, vous ajoutez la carte face cachée à votre butin sans la révéler et vous devez obligatoirement l’utiliser (son effet) sur un autre joueur. Le joueur ciblé décide alors s’il accepte votre « attaque » ou s’il vous accuse d’avoir menti. S’il accepte, vous utilisez l’objet (son effet) même si vous avez menti. En revanche s’il vous accuse d’avoir menti, vous devez alors révéler votre carte. Si vous avez menti, vous ne pouvez utiliser votre carte et devez en plus payer une pièce au joueur que vous avez tenté « d’attaquer » pour vous excuser. Mais si votre annonce était correcte alors c’est le joueur ciblé qui vous donne une pièce et bien entendu, vous utilisez votre carte (son effet).

Vous connaissez maintenant la règle de Oh Capitaine ! Simple non ? Arrêtons-nous quand même un petit instant sur les effets des cartes. Le pistolet fait défausser un carte du joueur ciblé. Le lézard vous permet de voler une pièce à l’explorateur ciblé. Le grappin permet de voler une carte au joueur ciblé. La lanterne oblige l’explorateur que vous désignez à révéler une carte de son butin. Et finalement, l’œuf de Noukha n’a aucun effet mais vous fera perdre une pièce en fin de partie.

La partie prend fin immédiatement quand la carte Arrivée des Nomades est piochée par un explorateur. Alors, l’explorateur qui dispose du plus de pistolets prend le jeton de majorité correspondant qui va lui procurer un bonus en pièces. On procède de la même façon pour les lanternes et les grappins. Puis, chaque joueur procède au décompte de ses points. On cumule les pièces, celles mentionnées sur sur les cartes et sur les éventuels jetons de majorité et on déduit les pièces des œufs de Noukha en sa possession. Comme indiqué ci-dessus, le plus riche l’emporte.

Il a de la bouteille ce « Oh Capitaine ! »

La première impression lors de la découverte d’un jeu passe souvent par son packaging et par la qualité de son matériel. La réputation de Ludonaute n’est plus à faire et ils nous ont habitués à des jeux de qualité. Avec Oh Capitaine, on a quand même la nette impression que l’éditeur monte encore d’un cran son niveau qualitatif. La boîte du jeu est tout simplement superbe. Une boîte de type fourreau qui s’ouvre de façon verticale. A l’intérieur, la deuxième partie du packaging qui tient debout et qui présente l’ensemble des composants. Dans le thermoformage, on retrouve une série de petits tokens en carton, un distributeur de cartes, des cartes magnifiquement illustrées avec de la dorure au dos, des plateaux individuels et finalement une véritable bouteille contenant un message. On oublie évidemment la règle du jeu ainsi qu’un petit livret expliquant les Légendes de Luma. C’est naturellement une bien belle édition.

Les cartes du jeu

Et une belle édition ne serait rien sans des illustrations accrocheuses réalisées sous les pinceaux de Max Degen, Pascal Quidault, Davide Tosello, Tom Vuarchex et Radja S. Visuellement, le résultat donne vraiment envie et a été très travaillé. L’éditeur a même poussé la réalisation jusqu’à obtenir un visuel panoramique du plus bel effet pour les rayonnages, en plaçant côte à côte, les boites de jeu d’Oh Capitaine !

Coté règle du jeu, on débutera par la lecture d’un petit livret supplémentaire de huit pages, qui se trouve à l’intérieur du coffret. Ce petit fascicule nous plonge dans l’histoire et pose le contexte d’Oh Capitaine ! Une fois absorbé par l’aventure, la règle, elle aussi de huit pages, se lit très facilement. Le document est ponctué de nombreux visuels, histoire de ne pas avoir besoin de hisser le drapeau blanc.

Avec cet opus, rapidement mis en place, nous sommes clairement sur un Party Game qui se prend en main de manière simple et plaisante. Comptez quand même une partie complète pour découvrir le jeu et ses différentes actions. Mais dès le début, on s’y voit déjà, incarnant son personnage et lançant à voix haute un tonitruant « Oh Capitaine ! J’ai trouvé un grappin ! » (ou autre chose). Parce que oui, dans ce premier volet des Légendes de Luma, on discute énormément. Le jeu est donc extrêmement interactif, on pipelette, on se chamaille, on peste, on ne se laisse pas impressionner, on rigole et surtout, on bluff !

L’auteur Florian Sciriex nous avait déjà habitué à ses mécaniques de bluff, notamment avec son jeu « Deal, Gentlemen Collectionneurs » et là, pour Oh Capitaine, il remet le couvert. Tout le piment du jeu passe d’ailleurs par le fait qu’il faille bluffer les autres joueurs. Et on prend même un vrai plaisir à le faire, pourquoi pas également en s’inventant de petites histoires. Rappelons que nous sommes dans la grotte du Nukha, propice à la découverte mais aussi à l’aventure ! Mais les mécanismes de jeu ne s’arrêtent pas uniquement à cela. Associé au bluff, il faudra aussi collectionner les divers objets récoltés. Finalement, les joueurs devront les utiliser à bon escient, au bon moment, et une petite part de « gestion de main » s’invite alors dans les mécanismes utilisés.

Les tours s’enchaînent rapidement. Le capitaine décide de son implication pour le tour en cours et par la suite, chacun peut être à la merci de désidératas d’un autre joueur. On ne reste donc jamais très longtemps sans rien faire et les explorateurs n’ont pas d’autre choix que de s’impliquer. L’asymétrie que présente le jeu entre le rôle des explorateurs et le rôle du capitaine est également très intéressante. Elle rythme d’une façon variée le déroulement de la partie. Et puisque l’on évoque le déroulement de la partie, vous constaterez certainement qu’au début, on bluffe ou on se laisse facilement inspirer par l’envie du moment lors des annonces au capitaine. Mais plus la partie se poursuit et plus on calcule les cartes déjà jouées, et là, on peut avoir franchement de drôles de surprises. Mais toujours dans la bonne humeur la plus totale.

La grotte du Nukha et ses trésors !

Oh Capitaine tient donc ses promesses avec une mécanique de jeu amusante, centrée autour du bluff. Facilement accessible dès huit ans, on s’amuse beaucoup et on prend plaisir à enchaîner les parties. Les visuels travaillés apportent un vrai plus à ce jeu doté d’une belle jouabilité. Oh Capitaine, une jolie découverte et une belle surprise pour les amateurs de Party Game.

Comme expliqué en début d’article, les Légendes de Luma vont se décliner sur plusieurs boîtes de jeu et nous aurons bien entendu plaisir à hisser les voiles pour vous parler de la suite de cette aventure ludique.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
Le site de l’éditeur Ludonaute


Informations destinées aux personnes avec un handicap

En complément à nos articles, nous transmettons ci-dessous des précisions destinées aux personnes présentant une atteinte à la santé (visuelle, auditive ou déficience intellectuelle) :

– Ce jeu semble ne présenter aucune limitation particulière.


View Comments
Aucun commentaire pour le moment.

*