Accueil > Actualités > The Rise of Queensdale, le legacy est à la mode !

The Rise of Queensdale, le legacy est à la mode !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 225 vues 3 minutes de lecture

En juillet devrait sortir dans nos meilleures boutiques un des prochains jeux édités par l’allemand Ravensburger. The Rise of Queensdale ! Un titre signé Inka et Markus Brand et illustré par Michael Menzel.

Un opus de type Legacy (qui évoluera de partie en partie), non destructif (on ne colle pas des stickers sur le plateau de jeu), compétitif et scénarisé. C’est un jeu de placement d’ouvriers, de gestion de ressources ainsi que d’amélioration et de placement de dés. Oui, rien que ça ! Il est prévu pour 2 à 4 joueurs de 12 ans et plus, pour des parties d’environ une heure.

Le jeu est prévu pour nos voisins allemands en mars 2017 mais le fait qu’il y ait beaucoup de matériel et surtout beaucoup de texte, le verra arriver dans les autres pays, mais pas avant l’été 2018.

La Reine est malade ! Hôo, la pauvre chérie…

Le pitch du jeu… Dans le Royaume, la Reine est malade. Le Roi fait appel à de grandes familles pour l’aider en construisant un palais dans lequel la Reine pourrait se reposer et guérir.

Chaque joueur incarnera une de ces familles qui aura à sa charge de développer un territoire afin de pouvoir participer au mieux à la construction du palais. Les joueurs devront donc récolter des ressources qui leur permettront de construire des bâtiments apportant de nouvelles capacités ou des avantages.

Comment fonctionne la partie Legacy ?

En ce qui concerne la partie legacy, le jeu est prévu pour être une succession de parties jusqu’à ce qu’un joueur emporte sa 9ème victoire. A chaque partie, le but des joueurs est d’être le(les) premier(s) à avoir construit sa tour du palais. C’est bien connu, on voit toujours mieux, vue d’en-haut ! A chaque fin de partie, le ou les joueurs ayant réussi à atteindre l’objectif se verront obtenir… un caquelon à fondue ! Non, c’est pas vrai… il se verront attribuer un bonus, mais verront également les conditions pour construire sa tour, devenir plus difficiles. Les perdants eux verront la possibilité d’améliorer leurs dés grâce à de nouveaux stickers ce qui leur permettront de rattraper leur retard.

D’après l’éditeur, un joueur ayant trois défaites ou plus peut toujours revenir et gagner la partie finale. Il y a vraiment un équilibre dû au fait que chaque fois qu’un joueur remporte la partie, alors il voit l’objectif pour remporter la suivante devenir plus difficile. Alors que pour les perdants, la difficulté n’évolue pas.

Non destructif vous dites ?

Contrairement à ce qu’on a eu l’habitude de voir dans les jeux Legacy, celui-ci est annoncé « non destructif », c’est-à-dire qu’on n’aura pas à coller des stickers sur le plateau, jeter le matériel obsolète ou mélanger des fioles d’acide directement sur les composants (hmmm, non on s’égare, désolé !). Dans The Rise of Queensdale, le plateau est composé de petits hexagones incrustés qu’il faudra retirer à l’aide d’une ventouse (faisant penser à celles se trouvant dans les toilettes, ou dans « HOPE », c’est à vous de décider) afin de les remplacer par les bâtiments construits. On peut imaginer donc pouvoir réinitialiser les parties afin de revivre l’expérience avec un nouveau groupe de joueurs, ou avec votre tata Josiane si vous en avez une ! Cependant vu que les dés sont évolutifs, en y déposant des stickers, il reste à voir si cette partie-là peut elle aussi être non destructive.

On espère vous en dire plus dans quelques temps. En tout cas c’est un jeu que nous suivrons avec beaucoup d’intérêt !

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire