Accueil > Participatif > Les campagnes j2s > Steamwatchers, rencontre avec l’auteur Marc Lagroy

Steamwatchers, rencontre avec l’auteur Marc Lagroy

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 436 vues 13 minutes de lecture

Steamwatchers, le nouveau jeu estampillé Mythic Games, bat actuellement son plein sur Kickstarter. L’occasion pour nous de vous en parler mais cette fois-ci en rencontrant l’auteur du jeu, Marc Lagroy.

Nous avons donc mis à l’honneur aujourd’hui Marc Lagroy, sympathique auteur de SteamWatchers. Il a accepté de répondre à nos questions pour vous faire découvrir le jeu et son univers. Pour ceux qui ne le savent pas encore, Marc a été un de nos fidèles rédacteurs avant de s’envoler vers son destin d’auteur de jeu.

Steamwatchers est un titre pour 2 à 5 protagonistes où les joueurs incarnent chacun un clan aux capacités particulières dont le but est de collecter des ressources géothermiques, le tout dans un univers glaciaire post-apocalyptique. En effet, l’Europe est recouverte de glace. Mais des clans nomades essaient pourtant de survivre grâce à de mystérieuses colonnes de vapeur libérant la terre de sa gangue de glace au profit de cultures vivrières.

Nos questions à Marc Lagroy

Mais sans plus attendre, qui de mieux que l’auteur du jeu pour nous en parler…

Salut Marc ! Pour débuter, est-ce que tu pourrais te présenter à nos lecteurs pour qu’ils en sachent un petit peu plus sur toi ?

Marc, 38 ans, 3 enfants et beaucoup de tendresse autour de moi… je le dis car je sais que ça ne ressort pas vraiment dans l’univers de Steamwatchers !

Est-ce ton premier jeu édité ? As-tu créé beaucoup de protos avant SteamWatchers ? Pourrais-tu nous parler de ton expérience de création de jeux?

Steamwatchers est ma première expérience de conception de jeu. J’ai pensé un moment que ce serait la seule… mais d’un coup, tout s’est enchainé ! Le travail enrichissant avec l’éditeur, ma très stimulante participation à la Fabrique des Auteurs Marseillais et des premiers contrats de création de serious games avec mon camarade Miguel de Playtime. Depuis, je travaille avec des co-auteurs sur 3 prototypes, dont un jeu pour enfant… la tendresse, je vous avais dit ! Même si j’apprécie le challenge mécanique de la conception d’un jeu, ce que je préfère avant tout, c’est raconter une histoire, créer un univers. Cette passion pour l’écriture et le jeu nous a d’ailleurs permis de nous rencontrer, car oui, nous avons été collègues quand j’écrivais des articles sur ce formidable site !

On voit que SteamWatchers est plutôt un “jeu de conquête” ou d’affrontement mais pas que. D’où te vient cette passion pour ce type de jeux ?

L’adolescence… tu sais, ce moment de la vie où tu as des journées, voire des semaines entières à occuper ! J’ai deux souvenirs bien précis : un groupe de copains de collège avec lesquels on enchaînait les parties de Britania et History of the World et des vacances chez mon cousin Thomas à jouer à des wargames napoléoniens ! Après ça, il y a eu la découverte de Chaos dans le Vieux Monde, Blood rage, Trône de Fer, Twilight Imperium 4… toujours autant de passion… mais nettement moins de temps disponible !

On a pu observer que le background de Steamwatchers a été grandement et finement travaillé. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ? Quelle a été ta démarche pour faire de ton univers un jeu de plateau ?

La naissance de ce jeu commence en effet avec l’univers. C’est au départ un projet de roman sur lequel j’ai beaucoup travaillé les personnages, les lieux, les événements historiques… Un roman que j’ai mis de côté par manque de temps et un jour j’ai eu un déclic. Avec ce travail préparatoire, j’avais des éléments très riches pour en faire un jeu de société. Notamment avec ces fameuses colonnes de vapeur qui portaient en elles une mécanique de jeu originale !

C’est effectivement très original comme élément thématique ! Cet univers glaciaire post-apo avec ces ressources géothermiques dont des clans rivaux doivent s’emparer… Quelle imagination ! Quelle créativité !

De mon côté, je ne vais pas être très original ! Je suis un mec plutôt curieux, je lis beaucoup, je regarde beaucoup de film, j’ai beaucoup voyagé. Et parmi mes voyages marquants, il y a le Groenland et le Transsibérien en hiver. Je peux le dire, je suis attiré par le froid et les univers/paysages rudes. Pour Steamwatchers, le déclic est venu d’un film documentaire de M. Madsen « Into Eternity » qui se déroule en Finlande et qui met en lointaine perspective l’avenir de nos déchets nucléaires. Mon pote Gregory Aubert, dessinateur de talent, a été le premier à mettre en image cet univers. Cela m’a incroyablement aidé à poursuivre ! Et voilà…

Chez Jeudéclick on a retrouvé dans SteamWatchers des éléments sublimés d’autres excellents jeux. Comment as-tu réussi cette synthèse parfaite et originale de mécanismes pour coller au thème post-apo de ton jeu ?

Le point de départ, c’est l’envie de me servir de la mécanique des jetons d’ordre caché utilisés notamment dans Diplomacy et Trône de fer, le jeu de plateau. Cette mécanique qui allie bluff et stratégie tout en étant simple et souple me plaisait particulièrement et je la trouvais étrangement sous utilisée ! Je souhaitais par ailleurs un jeu dynamique, un jeu en mouvement, un jeu qui empêche l’attentisme et permet des retournements de situation. C’est dans cette optique que j’ai développé la mécanique des colonnes de vapeur. Une mécanique dictée par le thème qui est rapidement devenue centrale dans le jeu, tant elle porte en elle l’ADN du jeu en apportant rejouabilité, mouvement, tension et en empêchant l’effet win-win.

Les joueurs avertis, en jouant à Steamwatchers, découvriront pas mal de clins d’œil et emprunts à de nombreux jeux de stratégie. Sans doute comme de nombreux premiers essais, il est très anthologique !

Étant adeptes des jeux d’affrontements stratégiques, nous savons que beaucoup d’entre-eux ont intrinsèquement des défauts inhérents à ce type de jeu (comme le syndrome du charognard, ou le premier qui bouge a perdu, ou trop favorable à la défense). SteamWatchers nous a paru bien différent à ce sujet et tu es arrivé à gommer tous ces effets néfastes des jeux de conquêtes en proposant un jeu nerveux, dynamique, intéressant et à rebondissements. Qu’en penses-tu ? As-tu créé finalement le jeu de conquête 2.0 ?

Pour moi, Eric M. Lang l’a fait avec Chaos dans le Vieux Monde, Blood Rage et Rising Sun, en intégrant finement des mécaniques euro dans des jeux très ameritrash et surtout en arrivant à s’affranchir de plusieurs contraintes sans doute héritées des wargames que l’on croit quelquefois obligatoires de maintenir par souci de cohérence. Dans Blood Rage par exemple, on peut se déplacer dans n’importe quelle zone depuis n’importe quelle zone. Pas de points de déplacement, d’hexagones, d’obstacles à franchir…  Ce que l’on perd en « cohérence » n’est rien par rapport à ce que l’on gagne en sensation de jeu. De manière très très très modeste, j’ai conçu Steamwatchers avec toujours en tête cet immense monument qu’est le travail d’Eric M. Lang

On adore les différents types de clans développés dans SteamWatchers, à la fois très originaux et aux pouvoirs et capacités variées. Peux-tu nous en dire plus, sur leur création, leurs origines, leurs capacités? Verra-t-on dans le futur d’autres clans ?

L’histoire de chacun des clans est dévoilée pendant la campagne et si vous la suivez de près, il y a de fortes chances pour que vous découvriez un nouveau clan, dont personnellement j’adore les capacités !

Alors justement, cette campagne Kickstarter bat son plein et elle se veut assez courte. C’est toujours une sacrée aventure ce mode de financement ?

Pour ce jeu de niche, ma victoire c’est de le voir financer ! Je suis encore surpris et reconnaissant d’imaginer que Mythic Games ait accepté de prendre le risque d’éditer ce jeu. Nous avons énormément travaillé sur le jeu et je vais maintenant attendre impatiemment la livraison pour découvrir la vraie vie du jeu, celle qui commence quand il est installé sur des tables de salons !

Chaque soir pendant la campagne, vous en apprenez un peu plus sur l’univers du jeu, mais aussi sur ses mécaniques… et évidemment sur les cadeaux débloqués ! Pour les connaître tous, je vous assure que les pledgeurs recevront une boîte réellement deluxe et exclusive !

Nous avons pu à notre grand plaisir tester le proto de Steamwatchers avec toi, et on en avait déjà entendu parler il y a pas mal de temps quand tu étais rédacteur. Le jeu était déjà très bien équilibré et robuste mais qu’est ce qui a changé et qui a été amélioré avec cette version finale de Mythic Games ?

L’univers à été énormément enrichi et les mécaniques ont évolué vers plus de cohérence avec le thème et vers plus de simplicité. Sans jamais perdre en profondeur, le jeu a significativement gagné en ergonomie et en nervosité. Les manipulations superficielles ont disparu et les phases de jeu s’enchaînent maintenant avec nettement plus de fluidité !

On a d’ores et déjà constaté un design magnifique que ce soit le plateau de jeu, les figurines etc… Tu dois en être probablement extrêmement fier et content, donc est-ce que finalement le jeu, aujourd’hui en phase d’édition, correspond à tes attentes ?

Difficile de ne pas être impressionné du résultat final ! Grâce à la supervision et au talent de Stéphane Gantiez, l’ensemble du travail artistique offre une existence très puissante au jeu et à l’histoire qu’il raconte. Chose inespérée en ce qui me concerne, l’esprit légèrement cynique et subversif du jeu n’a jamais été trahi ! Techniquement, j’ai été impliqué de près dans l’ensemble du processus d’édition, mais je ne suis intervenu directement sur aucun point en dehors des règles et du gameplay évidemment…

Mythic Games est connu pour faire de magnifiques jeux de figurines aux thèmes forts et aux figurines finement sculptées. Comment s’est déroulée ta rencontre avec eux et comment s’est passé le processus du développement de ton jeu vers sa version finale ?

La rencontre s’est déroulée fortuitement, au FIJ de Cannes, quelques heures après la partie que nous avons faite ensemble ! Depuis c’est le grand amour ! Sérieusement, Mythic games c’est tout simplement une équipe de passionnés avec un talent fou qui m’ont intégré très facilement dans l’équipe de développement du jeu et qui m’ont toujours fait confiance.

As-tu d’autres idées autour de SteamWatchers ? Des extensions ? Un jeu de rôle ou même d’autres protos dans ta musette ?

Des idées, il y en a oui ! Certaines sont en cours de développement, d’autres sont de simples rêves… On verra ce que nous réserve l’avenir !

On arrive au terme de cet entretien Marc. C’était vraiment super de passer à nouveau du temps en ta compagnie…

Merci beaucoup à Jeudéclick pour votre soutien depuis votre première partie, il y a un an. Merci d’avoir pris le temps de préparer ces très pertinentes questions. Je sais que c’est un travail bien plus complexe qu’il peut en avoir l’air ! Je suis spécialement heureux que mes mots reviennent noircir les pages de Jeudéclick ! Bravo pour le temps, l’énergie, la passion et le talent que vous investissez pour nous, les joueurs !

On te remercie aussi beaucoup Marc pour cet entretien très sympathique et intéressant, nous te souhaitons le meilleur pour SteamWatchers qui est vraiment un jeu qui mérite le détour. Et on a hâte d’y rejouer et de vous en parler encore plus en détails lorsque la boîte de jeu sera passée du rêve à la réalité !

Côté financement participatif, la campagne Kickstarter est encore en ligne pendant quelques jours seulement et vous seriez sans doute totalement congelés (pour rester dans le thème) de ne pas vous y intéresser. Ne serait-ce qu’un petit peu ! Le ticket d’entrée est à 89 dollars US et si l’ensemble vous convaint, vous pourrez sans problème compléter votre pledge. Maintenant, à vous de décider !

La campagne participative sur Kickstarter

Rédacteur de l’article : Laurent

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire