Accueil > Participatif > Les campagnes j2s > War of the Worlds, sans espoir… vraiment ?

War of the Worlds, sans espoir… vraiment ?

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 131 vues 5 minutes de lecture

War of the Worlds, The New Wave nous fait une promesse si excitante que nous ne pouvions passer à côté de cette campagne Kickstarter qui connaît un très beau succès. On vous en parle immédiatement…

La promesse ?

Celle de devenir, le temps d’une partie, les acteurs d’une suite inédite du chef d’œuvre d’H.G. Wells : La Guerre des Mondes. Une suite se déroulant « plusieurs années » après la première vague d’invasions décrite dans le roman.

Pour leur deuxième essai, les martiens viendront-ils à bout de leur obscur projet : éradiquer la race humaine pour prendre possession des richesses de la Terre… Cela dépendra de vous !

Cette fois les Martiens ne sortent pas de terre aux commandes d’immenses tripodes mais débarquent en Écosse à bord d’un colossal vaisseau spatial… Ils ont visiblement appris de leur erreur passée et ils ne se laisseront pas anéantir par une « simple » bactérie !

War of the Worlds est un jeu de deckbuilding dans lequel 2 joueurs, âgés de plus de 10 ans, s’affrontent pendant 30 à 60 minutes sur un plateau représentant la Grande-Bretagne. Dans cet affrontement asymétrique, un joueur commande les troupes martiennes, l’autre les troupes britanniques.

Comment jouer ?

War of the Worlds est donc un wargame de plateau. Les cartes de votre deck représentent la diversité des ordres que vous pouvez donner à vos troupes en tant que commandant en chef des troupes martiennes ou britanniques. Les troupes armées sont matérialisées par de magnifiques figurines plastiques et les civils par des cubes en bois.

Le joueur martien vaincra en éradiquant toute forme de présence humaine sur le plateau de jeu, tandis que pour gagner, le joueur humain devra mettre en déroute les armées extra-terrestres en leur infligeant 30 points de dommage.

Le jeu prend fin quand l’une de ces 2 conditions est atteinte.

Les 2 joueurs démarrent la partie avec, chacun, une main de 5 cartes et une série de 5 autres cartes (pool) posées face visible devant eux. Ce pool est constitué de cartes que les joueurs peuvent acheter (pour les jouer) si ils possèdent les ressources suffisantes.

Lors d’un tour de jeu, britanniques et martiens jouent le maximum de cartes (depuis leur main et leur pool), puis les défaussent. En fin de tour, les cartes non jouées sont également défaussées. Une nouvelle main et un nouveau pool sont formés au début du tour suivant. Les tours s’enchaînent ainsi jusqu’à ce que l’une des 2 conditions de victoire soit atteinte.

Les joueurs peuvent jouer 3 types de cartes relatives à la race qu’ils contrôlent :

  • les cartes unité qui permettent au joueur de déployer de nouvelles troupes ou de contrôler des troupes déjà présentes sur le plateau ;
  • les cartes actions qui offrent un panel de décisions opérationnelles plutôt défensives et contre-offensives pour l’armée britannique et plutôt très offensives pour l’armée martienne ;
  • les cartes bâtiments qui octroient au joueur qui les construit des avantages spéciaux très asymétriques.

Et alors… cette promesse ?

Quand on analyse War of the Worlds, on est impressionné par la profondeur de l’immersion proposée tant le système de jeu, le matériel et la direction artistique sont liés entre eux.

Mais ce qui nous a touchés par dessus-tout chez Jeudéclick, c’est à quel point l’expérience de jeu semble être fidèle au roman d’H.G. Wells. En étudiant la mise en place du jeu et en découvrant les cartes des 2 decks… un sentiment nous submerge immédiatement : c’est sans espoir ! Les martiens sont sur-puissants et indestructibles tandis que les humains paraissent condamnés à disparaître dès le troisième tour de jeu… et pourtant, les humains ont tout en main pour faire fuir l’envahisseur et gagner la partie !

War of the Worlds promet de la profondeur, aussi bien dans l’immersion que dans l’expérience de jeu. Cela, grâce au système de jeu simple, efficace et ingénieusement asymétrique imaginé par son auteur Denis Plastinin, et au travail remarquable de son illustrateur, Igor Savchenko.

Chez Jeudéclick, nous sommes clairement séduits par cette promesse… et nous attendons le mois d’août avec impatience !

Le mois d’août ?

A ce jour, à quelques heures de la fin, la campagne Kickstarter a atteint un séduisant 1000% de financement et le déblocage de quelques stretch-goals comme des bâtiments en 3D (plastique).

Attention cependant… l’invasion est imminente : la campagne prend fin le 31 janvier 2019, pour une livraison estimée en août… 2019 (à la rédaction cela nous semble très ambitieux, et, au vu du gros succès de la campagne… nous nous attendons à patienter un peu plus !).

Le jeu, édité par Grey Fox Games (Champions of Midgards), Jet Games Studio et Lavka Games, n’est pour l’instant disponible qu’en langue anglaise et une localisation française n’est pas d’actualité. Cependant, les textes présents sur les cartes sont concis et sont accompagnés d’une iconographie relativement claire. Une traduction des règles (pour l’instant approximative) est disponible sur Board Game Geek.

Il vous faudra débourser 35€ (hors frais de port) pour le jeu de base, composé notamment : d’1 plateau de jeu + 2 decks de 35 cartes chacun + 10 figurines en plastique (KS exclusives) + 31 cubes en bois + une vingtaine de jetons bâtiment.

Pour des sommes très raisonnables vous pourrez ajouter à votre pledge l’extension « Mer d’Irlande » et un plateau de jeu en néoprène. Alors oui… l’espoir est permis !

La campagne de financement sur Kickstarter

Rédacteur de l’article : Marc

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire