Accueil > Participatif > Les campagnes j2s > The Manhattan Project Energy Empire – Cold War expansion,… six modules à rajouter !

The Manhattan Project Energy Empire – Cold War expansion,… six modules à rajouter !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 305 vues 3 minutes de lecture

Sujet brûlant qui promet de raviver quelques froides tensions géopolitiques dignes des années Kennedy : nommons l’extension « Cold War » pour le jeu The Manhattan Project: Energy Empire, actuellement en campagne sur Kickstarter. Saurez-vous gérer la course à la suprématie nucléaire ?

Proposée par Minion Games, cette extension est prévue pour le standalone Energy Empire (paru en 2016 et ayant raflé une multitude de récompenses) de la sublime série de jeux The Manhattan Project, devenu un classique en matière de jeux experts impliquant placement d’ouvriers et gestion de ressources. Même mécanique et style de jeu pour un thème différent. Un sujet avait d’ailleurs été traité par nos soins sur le premier de la série… C’est par ici.

Des armes nucléaires à créer, des espions à placer… La Guerre Froide a commencé.

Petit rappel des faits. Alors que dans le premier opus, votre objectif était de créer des bombes, chez Energy Empire, il est question (entre autres) de construire et gérer des centrales nucléaires ou gagner de l’influence pour obtenir des points de victoire. Historiquement, nous nous plaçons donc au milieu du XXème siècle, à l’aube de l’ère nucléaire, avec donc tous les enjeux géopolitiques que cela comporte ; il était donc logique et palpitant de poursuivre l’aventure grâce à une extension qui introduit le sujet de la Guerre Froide. Celle-ci n’est d’ailleurs compatible qu’avec la boîte de base Energy Empire, dont le jeu est prévu pour un à cinq joueurs.

Penchons-nous un peu sur ce que promet cette nouvelle extension « Cold War ». L’extension en elle-même est constituée de six modules à ajouter séparément ou combinés entre eux à la boîte de base. On peut notamment citer les modules rajoutant des nouvelles nations, de nouvelles structures, voire un mode espion ou « compte à rebours apocalyptique » ! S’il est conseillé de les ajouter graduellement afin d’en apprécier chaque mécanique, il est possible de tous les intégrer lors de votre prochaine partie d’Energy Empire, pour encore plus de complexité de jeu ! Un mode solo, sympathiquement nommé Clash of Nations, est aussi présent dans l’extension et vous permettra de jouer les modules Cold War seul à l’aide d’un automa qui se veut plus imprévisible que celui de la boîte de base. Il est aussi possible de le rajouter comme troisième joueur fantôme lors de vos parties à deux joueurs.

Niveau matériel, la boîte se veut d’être deux fois plus petite que le jeu de base – qui n’est déjà pas bien grande pour un jeu de cette envergure – et le contenu (stretch goals inclus) est prévu pour être rangé dans ladite boîte de base. Une optimisation de rangement qui sera grandement appréciée des amateurs du genre !

Diplomatie internationale et force énergétique

Si le jeu de base était déjà très complet et proposait déjà des parties touffues, cette extension promet d’augmenter la profondeur stratégique du jeu Energy Empire ainsi que les interactions entre les joueurs. Grâce à cette extension, les joueurs seront ravis de voir les différentes mécaniques de jeu s’étoffer et les stratégies de victoire se décupler pour une sensation de rejouabilité aussi intense que les alliances et décisions que vous devrez prendre pour mener à bien la course à l’armement nucléaire !

A vous de tirer les rênes des relations internationales en vous rendant sur la page de la campagne KS pour acquérir cette extension, prévue à l’envoi en novembre 2019 et dont la date de clôture est prévue pour le 31 mai 2019. Et si vous ne possédez pas Energy Empire, un pledge combinant les deux produits est aussi disponible.

Pour le moment, la campagne ne fait mention que de la version originale en anglais, mais une localisation en français peut être envisagée si la demande est suffisante.

La campagne participative sur Kickstarter

Rédactrice de l’article : Warda

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire