Accueil > Articles > Welcome to Centerville, Sim City version Yahtzee

Welcome to Centerville, Sim City version Yahtzee

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 345 vues 11 minutes de lecture

John est dans son bureau, il vient de convier ses assistants et sait qu’il doit venir à bout du chantier dans lequel il s’est lancé. Lorsqu’il voit l’opportunité de participer au développement de la ville, il s’y engage très rapidement en y voyant un moyen de gagner prestige et fortune. Il s’entoure des meilleurs urbanistes, assistants politiques, visionnaires,… Tous sont là afin de l’aider dans ce projet. Cependant il n’est pas le seul à se lancer dans cette aventure. Trois autres entrepreneurs voient comme lui les opportunités que peuvent apporter la participation au développement de la ville. Aujourd’hui, il est avec ses assistants car l’heure est grave. Il est proche de briguer la mairie mais un de ses opposants lui donne du fil à retordre…

Sim City ou plus récemment Cities XL ou XXL, sont des jeux vidéo qui auront bercé notre enfance et qui continuent de nous propulser à l’intérieur du corps d’un entrepreneur essayant de développer sa ville. Du coup, c’est avec un mélange d’envie et de curiosité que nous avons découvert Welcome to Centerville. Et forcément, on a voulu vous en parler car sans vouloir spoiler la fin de l’article, il est franchement très sympathique ! Bon, en même temps on est sur Jeudéclick, on vous parle des jeux qu’on apprécie et dont on prend plaisir à mettre en lumière.

Pour les infos d’usage… Welcome to Centerville est un jeu de Chad Jensen (Dominant Species) édité chez GMT Games sorti en 2017. Un éditeur que l’on connaît mieux pour ses nombreux jeux de type wargame, mais qui édite aussi de temps en temps, d’autres thématiques. Et c’est justement le cas avec Welcome to Centerville qui est prévu pour 2 à 4 joueurs de 12 ans et plus pour des parties durant entre 60 et 90 minutes. Voilà, vous savez tout. Bonne journée !

Mais non… Comme vous avez pu le deviner, le titre vous propulse en tant qu’entrepreneur cherchant à développer une ville tout en gagnant prestige et fortune. Pour cela vous allez développer le centre-ville en y créant des logements, vous allez également essayer de gagner de l’influence politique, de développer l’éducation et l’emploi ainsi qu’agir sur l’écologie en travaillant sur les espaces verts. Tout un programme vous attend, le chantier ne sera pas facile !

Pour arriver à tout cela, Welcome to Centerville utilise le principe du Yahtzee en faisant lancer aux joueurs les 6 dés à leur disposition pour un maximum de 3 lancers afin de conserver/choisir les faces qui les intéressent. Le but ? Les utiliser pour des actions diverses et variées.

Insociabile regnum

Le but du jeu dans Welcome to Centerville est de faire un maximum de points de victoire (comme dans beaucoup de jeux…). Là où celui-ci diffère des autres, c’est qu’il y a deux marqueurs scores qui évoluent en même temps par joueur (fortune et prestige) et on ne prendra que le plus bas des deux pour comparer et déclarer le vainqueur.

Le jeu se joue en 3 manches de durée aléatoire (valeur 6 à 12 selon le nombre de joueurs) qui est dépendante à une face des dés (sablier). Lorsqu’un sablier apparaît sur une des faces alors on avancera la durée de la manche d’un point.

Les mécanismes du jeu sont un mélange de jeu du Yathzee et de jeu de placement. En effet, vous allez devoir lancer 6 dés, que vous pourrez relancer jusqu’à 3 fois, afin d’obtenir les faces décrivant les actions que vous allez faire : développer les quartiers de la ville, développer les espaces vert, récupérer des vocations ou encore prendre la responsabilité d’un développement politique. Tout cela vous permettra de marquer des points de victoire qui seront valorisés de manière différente selon les actions. Selon si on conserve 1 ou plusieurs dés pour la même action (une face « point d’interrogation » sert de Joker et permet de renforcer une action), les actions choisies peuvent être plus importantes voire bonifiées.

Une fois toutes les actions faites alors on passe les dés au joueur suivant qui a son tour les lancera et effectuera ses actions. A la fin de chaque manche et en fin de partie un décompte de point est fait et on pourra déterminer le vainqueur.

J’achète Rue de la Paix

Welcome to Centerville n’est pas avare en matériel. Il y a un bon nombre de kubenbois par joueur, pas mal de tuiles en carton de qualité correcte, un plateau de jeu, 6 dés customisés de couleurs différentes, un sac en tissu et un plateau central. Le tout est de bonne facture. En plus de cela nous avons des plateaux joueurs qui sont également des aides de jeu ; par contre en papier. La qualité pour ces plateaux est la même que pour le livret de règles.

Au niveau artistique, si l’illustration principale de la boite est agréable, le plateau est plus austère. Par contre il est efficace, comme tous les éléments du jeu. Les pictogrammes sont simples à comprendre et très clairs.

Ce qu’on peut apprécier dans les jeux de Chad Jensen c’est que les thèmes sont toujours très présents. Dans celui-ci on a vraiment le sentiment de participer au développement d’une ville. Bien que le système de jeu utilisé soit un Yahtzee, on oublie vite ce système simpliste tellement on est concentré sur la construction de nos quartiers. Tout comme l’embellissement de la ville ou notre carrière politique. On joue des entrepreneurs et on se tient facilement au rôle que ce soit dans l’envie de faire mieux. Ou même dans le fait de râler sur le concurrent qui prend de l’avance trop rapidement et trop évidemment.

Un point fort du jeu est la clarté des règles. Les anglophobes nous sauterons dessus en lisant ces lignes car le jeu n’est disponible qu’en anglais, mais honnêtement, les règles sont très bien agencées, compréhensibles et emplies d’exemples et d’illustrations. Elles sont suffisamment simples à prendre en main afin que nous puissions les mettre de côté rapidement. Une chose très appréciable sur ces règles, c’est le détail des différentes faces des 6 dés en quatrième de couverture. Ceux-ci n’ayant pas les mêmes faces cela permet de pouvoir optimiser au maximum les chances de lancement. De plus, tout est indiqué sur les aides de jeu : des options offertes dans le choix des dés et leurs combinaisons au décompte des points. Dès le début, tous les joueurs ont une vue globale du jeu. Et bien que tout soit en anglais, au final, il y a tellement de pictogrammes simples que même nos amis anglophobes peuvent s’en sortir facilement.

La mise en place du jeu est très rapide. On place le plateau au centre de la table, on y place les différentes tuiles puis chaque joueur prend les composants de sa couleur. Un premier joueur est choisi et la partie commence. C’est très appréciable de voir un jeu plutôt expert se mettre en place si rapidement. De plus, la prise en main est très rapide. Les règles sont claires : lancer les dés, choisir les faces, relancer et faire les actions liées aux faces choisies. L’aide de jeu aide beaucoup car on peut directement lire les possibilités au moment où on doit choisir les résultats. Il y a cependant une courbe d’apprentissage légère quant à la façon de scorer et de prévoir une stratégie à long terme. Mais cela n’entrave en rien le sentiment qu’on arrive à jouer et se prendre au jeu rapidement.

En soit, la mécanique de jeu est assez simple. Le principe de Yahtzee est maîtrisé et laisse aux joueurs le choix de soit avoir plusieurs combinaisons différentes permettant de diversifier les actions soit d’essayer d’avoir un maximum de dés similaires (ou assimilables) de façon à tenter de rendre les quelques actions disponibles plus puissantes et d’attraper les éventuels bonus. Même si la mécanique est simple en soit, le choix est toujours un peu plus compliqué. Au niveau du scoring, il y a un peu plus de complexité. On score au final 4 fois durant la partie, 3 fois en fin de phase et une fois en final. La complexité est qu’on score à plusieurs endroits et de façons différentes (majorités, présence, etc.). Les aides de jeu aident à pouvoir suivre le nombre de points que les joueurs pourraient obtenir dans chaque situation. Cette diversification de scoring est très intéressante ; Durant la première partie il est peut être difficile de prévoir une stratégie à long terme mais cela s’équilibre dès les parties suivantes. Là encore la courbe d’apprentissage est assez forte et les joueurs arrivent à s’y retrouver rapidement.

L’originalité sur ce jeu n’est pas très visible, outre la thématique qui n’est pas très commune à ce jour, on peut retrouver les diverses mécaniques dans plusieurs autres jeux. Cependant, ces mécaniques associées ensemble semblent assez inédites. Pour ce qui est du reste le jeu et ses composants sont assez classiques. Il n’y a ni matériel, ni graphisme qui le fasse sortir de l’ordinaire à ce niveau-là mais on a quand même à faire avec Welcome to Centerville, à un jeu maîtrisé et complet. Sans oublier de dire qu’il est assez complexe.

Chad Jensen nous propose encore une fois un jeu avec une très forte rejouabilité. Cette rejouabilité est due d’une part à la diversification des moyens de scorer et d’autre part à la forte interaction avec les autres joueurs. Cette diversification de scorer est très équilibrée et donne envie, d’une partie à l’autre, d’essayer différentes stratégies tout en optimisant au mieux ses choix et sa chance (n’oublions pas que c’est un jeu de dés). La forte interaction entre les joueurs fait que selon vos adversaires et leurs choix, chaque partie sera différente. Les joueurs vont vraiment batailler directement et indirectement ; directement ils vont tenter d’obtenir la majorité (ou ne pas être minoritaire) dans chaque quartier et dans les bureaux politiques, indirectement il y a les vocations et la GreenBelt qui permettent également de se départager par exemple. Constamment durant la partie on regardera et surveillera les jets des adversaires afin de connaître l’urgence des choix de face de nos dés.

Le plaisir dans Welcome to Centerville est proportionnel à la frustration ! Et cette frustration est constante. On se rend compte lors des parties que nous n’avons pas assez de temps afin de tout faire et à la fin de la partie, on peut rester assis à table afin de discuter de ce qu’on aurait pu ou dû faire. Et en fin de compte, il nous tarde de recommencer une prochaine partie. La frustration vient également des jets de dés. Ce principe de relance, afin de choisir de meilleures faces, peut donner un sentiment d’injustice mais bien souvent cette injustice vient de la faute du joueur lançant une fois de trop ses dés. Ou qui est trop gourmand ! La durée du jeu (environ 1h30 à quatre joueurs) aide vraiment à l’apprécier. C’est une durée optimale pour bon nombre de joueurs, ni trop courte, ni trop longue. De plus, comme on s’intéresse aux actions de nos adversaires, on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Bien qu’une version solo ne soit pas proposée, ni par l’auteur ni pas des joueurs, le jeu se voit munir d’une variante pour deux joueurs. A deux, les joueurs se voient accompagnés par un bot qui utilisera un seul lancé de dés et fera les actions en fonction des faces présentes sur ce premier jet. Bien que le bot ne soit pas prévu pour gêner les joueurs au niveau des scores (il finira presque systématiquement dernier de très loin), il est utilisé pour mettre de la présence et gêner les joueurs sur le plateau. A leurs tours, les joueurs auront vraiment l’impression de jouer à trois en termes d’occupation de l’espace sur le plateau de jeu. Ce bot est une très bonne idée et est un signe que l’auteur a vraiment souhaité travailler son jeu au maximum afin d’offrir un plaisir similaire qu’on soit 2, 3 ou 4 joueurs.

Pour conclure, Welcome to Centerville est très intéressant. Bien qu’il ne soit qu’en anglais et difficilement trouvable dans les pays francophones (peut-être plus facilement au Canada), il offre une expérience bien différente de ce qu’on connait et il offre également un plaisir de jeu non dissimulé. Il trouve facilement sa place dans une ludothèque. Facile à prendre en main, facile à sortir, une mise en place simple et une forte interaction sont tout autant d’arguments justifiant de vouloir y jouer et rejouer. Nous ne pouvons donc que vous conseiller de l’essayer.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en anglais
Le déballage du jeu devant la caméra de la Zone Jeu de Société
Le site de l’éditeur GMT Games

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire