Accueil > Articles > Château Aventure, ouvrir livre… débuter exploration…

Château Aventure, ouvrir livre… débuter exploration…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 279 vues 11 minutes de lecture

L’éditeur Iello nous habitue depuis quelques années à nous faire vivre au travers de ses jeux, de formidables et d’épiques aventures. Des univers travaillés et abordables par tous pour des opus toujours produits avec le plus grand soin. Et c’est justement ce dont il est question dans Château Aventure. Un jeu coopératif et narratif, inspiré des jeux vidéo d’aventures textuels.

En 1970, apparaissent les premiers jeux textuels qui ne comportaient alors aucune image. Une aventure était proposée uniquement de manière rédigée et le joueur devait entrer la bonne commande sur son ordinateur pour que le jeu débloque la suite de l’aventure. Comme par exemple « Fouiller tiroir ». Dans les années 80 apparaissent les premières représentations imagées afin de rendre les jeux textuels moins austères. Et fin des années 80, début des années 90, la fameuse société « Lucas Arts » apporte un vent nouveau avec un véritable décor 2D à ses jeux textuels qui évolueront rapidement vers les « Point and Click ». Souvenez-vous de ces aventures en deux dimensions dans lesquelles on incarnait par exemple Indiana Jones ou encore Guybrush Threepwood dans Monkey Island. Avec Château Aventure, c’est exactement ces aventures textuelles que Iello souhaite nous faire revivre.

Un joueur incarnera « l’ordinateur » qui sera en charge de faire vivre la grande aventure ! Le ou les autres joueurs devront lui communiquer des commandes pour progresser dans le scénario. Ne faisons pas erreur, nous ne sommes pas dans un jeu de rôle. Point de création de personnage ni de lancé de dés. En revanche, pour le joueur en charge de mener l’aventure, son rôle pourrait néanmoins s’apparenter à celui d’un Maître de jeu. S’il dispose certes du script ainsi que de la trame, charge à lui de faire vivre l’histoire, d’enjoliver et de compléter les détails. Bien sûr pour les moins à l’aise dans ce genre d’exercice narratif, il est tout à fait possible de ne suivre que le script.

Le matériel de jeu

Dans une boîte de Château Aventure, douze scripts y sont inclus. Chaque aventure comporte son propre univers, son propre scénario et des illustrations toutes différentes les unes des autres. Il fallait donc réunir une belle brochette d’intervenants et Iello y est parvenu avec beaucoup de noms bien connus. Du côté des scénaristes, on peut citer par exemple Corentin Lebrat, Théo Rivière, Antoine Bauza ou Ludovic Maublanc. Chez les illustrateurs Vincent Dutrait, Miguel Coimbra, Piero, Naïade ou Djib. Et bien d’autres encore…

Prévu pour deux à dix aventuriers en herbe, le titre est facilement accessible et surtout très convivial dès dix ans. Chaque aventure prendra plus ou moins de temps en fonction de la perspicacité des joueurs et aussi de l’imagination du meneur, mais il faut compter entre 30 et 60 minutes pour accomplir une histoire.

Avant de vous expliquer ce qui nous a plu dans Château Aventure, on vous résume rapidement la brève règle du jeu. Bien… Chaussez vos bottes de sept lieux, coiffez-vous de votre sombrero et enfourchez votre fidèle monture. Votre destin est sur le point de vous conduire vers la grande aventure !

Lire règle du jeu…

Le livre

Château Aventure est un livre de 128 pages contenant les douze histoires indépendantes du coffret. Un joueur est désigné comme étant le meneur du jeu et reçoit le livre. Le meneur incarne « l’ordinateur » et sera en charge de retransmettre les informations générées par le jeu. Tous les autres joueurs œuvrent ensemble et incarnent le même personnage. Le meneur prend connaissance de l’histoire sélectionnée ainsi que du plan résumant les différents lieux qui pourront être visités et explorés par les joueurs. Le plan n’est pas montré aux joueurs. Vous pourriez éventuellement le remettre à de jeunes aventuriers pour les aider dans leurs recherches. La partie peut à présent commencer.

Le meneur (l’ordinateur) commence par décrire la situation initiale et son contexte. Les éventuels éléments présents dans l’inventaire du héros et le nombre de fois qu’il pourra sauvegarder la partie. Le meneur décrit également où se trouve le personnage ainsi que les objets à proximité. Le meneur indique encore la ou les sorties que peut emprunter le personnage.

A son tour, le joueur actif donne une commande à l’ordinateur. Par exemple, « monter arbre », « aller ouest » ou encore « examiner boîte ». Une fois la commande communiquée, le meneur va la confirmer ou la refuser. Si la commande est correcte, le meneur fera progresser l’aventure en lisant de nouveaux scripts. Le personnage pourra alors se retrouver dans de nouveaux lieux, avec de nouveaux objets dans son inventaire, etc. Le héros peut aussi décider de sauvegarder son aventure. Les sauvegardes sont limitées à trois par partie et si l’aventurier devait malencontreusement ne pas survire à une action effectuée, il pourrait alors reprendre la partie depuis le dernier point de sauvegarde.

Un plan… secret…

A noter qu’à tout moment et en fonction des choix effectués par le héros, ce dernier gagne des points. Il marque donc un score en fonction des lieux visités, des interactions effectuées, des objets possédés ou des objectifs accomplis. Le maximum est de 100 par partie.

Lorsque la partie sera gagnée et que l’objectif aura été atteint, le meneur préviendra immédiatement les héros. Mais généralement, les joueurs comprendront par eux-même, en cours de partie, la finalité de l’histoire.

T’as peur toi ? Hwhwhwhw… non !

Un petit côté rétro dans la typographie et une illustration digne des grandes épopées… vite, emparons-nous d’une boîte de Château Aventure ! A l’intérieur, un livre de 128 pages, quelques petites cartes et douze plans colorés pour chacune des histoires que nous allons vivre. Il n’y a pas d’autre matériel; une production simple mais efficace. En revanche, Iello a fait appel à des illustrateurs de talent et il faut bien reconnaître que les visuels sont tout simplement magnifiques. Ces derniers nous plongent immédiatement au cœur du jeu et ils sont également un vrai plus pour le meneur qui se voit ainsi offrir une belle source d’inspiration pour enjoliver ses récits.

Des scénarios variés

Vous l’avez remarqué en lisant notre article, la règle est un véritable jeu d’enfants. En quelques secondes – et on exagère à peine – la mécanique est assimilée et tous les aventuriers peuvent se lancer. Il suffit finalement de connaître le nombre de sauvegardes à disposition, les éventuels éléments disponibles dans l’inventaire ainsi que le fait de questionner le meneur façon « ordinateur des années 80 ». Et le tour est joué ! Côté accessibilité et prise en main, on ne peut pas faire mieux ! Et l’intérêt est bel et bien de pouvoir initier le plus grand nombre. De mamie Odette au benjamin de la famille, la grande aventure attend tout type de joueurs.

En ce qui concerne les sensations de jeu, on comprend très vite que les histoires vont nous faire chercher des éléments, qu’il faudra peut-être aussi fouiller, examiner ou assembler afin de progresser dans le scénario. Un véritable casse-tête ! On ne va pas vous en dire plus afin de conserver les histoires intactes. En revanche on peut vous dire que les amateurs (pour ne pas dire les nostalgiques) des jeux textuels, vont vite s’y retrouver. C’est assez incroyable comme les sensations de jadis reviennent immédiatement. Pour les plus férus, on pourrait même évoquer certaines habitudes de jeu, comme le fait de vouloir systématiquement examiner les objets avant de chercher à les utiliser. Ou même les assembler.

On pourrait encore parler de l’aspect coopératif du titre. Si Château Aventure est joué à plus d’un joueur (en plus du meneur), les joueurs auront besoin de se comprendre ! Impossible d’évoquer l’histoire entre eux, il faudra donc être perspicace sur le scénario en cours mais aussi sur les choix des membres de son équipe. Car si l’un d’eux choisit par exemple une direction ou qu’il vient de comprendre comment progresser dans la trame, il en sera peut-être autrement des autres joueurs. Et là, gare aux mauvais pas ! Il y a donc toute une subtilité du gameplay que l’ensemble des joueurs devront maîtriser. A contrario, si un joueur s’adonne seul à l’aventure face au meneur, il sera également seul à prendre les décisions mais aussi à chercher et à se creuser les méninges. Dans toutes les configurations, Château Aventure fonctionne extrêmement bien et la convivialité demeure omniprésente.

Dans ces douze univers complètement différents les uns des autres, Château Aventure utilise plusieurs mécanismes de jeu. Nous l’avons vu, il s’agit essentiellement d’un titre coopératif mais l’opus est orienté « exploration ». Petit à petit, les joueurs visitent de nouveaux lieux et certains d’entre eux ne sont pas toujours accessibles. Soit parce que des pièges attendent les aventuriers, soit parce qu’il faudra trouver un chemin pour s’y rendre. Et qui dit mécanismes d’exploration, dit forcément des énigmes à résoudre. Le jeu en est forcément truffé.

Des énigmes pas toujours évidentes. Néanmoins Château Aventure propose différents niveaux de difficulté. Chaque scénario est clairement estampillé par « les doigts dans le nez », « ça passe » ou « ouch ! » (facile, moyen, difficile). Bien entendu, dans les premières aventures, les histoires se vivent de manière plutôt fluide. Mais petit à petit cela se complique. Il faut chercher, faire preuve d’imagination et surtout de réflexion.

Encore des scénarios

Un dernier mot encore sur la rejouabilité car nous sommes convaincus que certains se posent clairement la question. Forcément, une fois que l’histoire a été vécue, la trame et connue. Il est impossible de revivre l’histoire comme lors de votre première découverte du scénario. En fonction de votre score à la fin de la partie, vous pourriez quand même décider de la recommencer pour l’améliorer. Découvrir des lieux peut-être inexplorés ou des variantes dans le scénario. Cependant, grâce à ce matériel, vous en avez pour plus d’une dizaine d’heures de jeu. Sans compter les parties que vous devrez forcément recommencer parce qu’un piège mortel a mis prématurément fin à votre soif de richesse ! Ahahaha !

Avant de terminer, on tient à saluer l’excellente initiative de Iello qui a mis gratuitement en ligne un scénario de Château Aventure (un 13ème !). Ainsi, il est donc possible de s’essayer au jeu avant de passer la commande « acheter jeu ». On vous communique le lien ci-dessous; vous n’avez plus qu’à l’imprimer.

Idéal pour passer de bons moments en famille, entre amis ou pour animer les longues soirées d’hiver, Château Aventure restera pour nous une magnifique expérience ludique. Des scénarios travaillés, des parties qui font appel à notre imaginaire et à notre soif d’aventure ! D’ailleurs, vous entendez au loin ces grondements qui résonnent ? On doit vous laisser, il semblerait qu’un dragon ait méchamment besoin qu’on lui botte l’arrière train ! Epée en main, c’est partiiiii…

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

Le scénario d’initiation « Bienvenue à Port aux Singes »
La fiche du jeu sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Iello

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire