Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > Contract, tout à un prix !

Contract, tout à un prix !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 470 vues 13 minutes de lecture

À chaque tombée de la nuit, les rues de la ville sont désertes, les commerces sont fermés, il n’y a pas âme qui vive, ou presque. Cette nuit, vers les docks, un rassemblement de personnes bien mystérieuses arrivant en voitures blindées dans un hangar abandonné, cela n’inspire rien de bon. Ce sont probablement des gens de la mafia qui se sont donné rendez-vous. Que sont-ils venus faire ici ? Armes ? Drogues ? Diamants ? Pas un seul jour ne passe sans que la mafia ne fasse la une des journaux. Des meurtres, des trafics en tout genre, des millions de dollars circulent et bien entendu la corruption qui règne dans cette fichue ville. Parmi ces grandes familles mafieuses, il y en a 4 qui dominent les trafics les plus lucratifs, les Brakova, les Yakaz, les Rodrigo et les Costa. Si vous voulez vous faire une place dans ce monde de malfrats, c’est avec ces familles qu’il faudra négocier. Et pourquoi pas ? Plus le temps passe et plus cela cogite dans votre tête. Pourquoi ne pas profiter aussi de ces trafics et d’être du « bon » côté pour une fois, être celui qui profite de la vie de millionnaire et qui se moque du système judiciaire ou de l’éthique inexistante de cette ville. Changer son mode de vie une fois pour toute. Et oui, sans perdre une seconde de plus, c’est décidé !

Quelques renseignements par-ci par-là pour savoir comment contacter les personnes importantes dans ce milieu et c’est avec succès que vous avez enfin les bons numéros entre vos mains. Cependant, pour pouvoir parler affaires avec la mafia, il y a un prix. Reste à savoir lequel. Vous n’êtes pas le seul à vouloir profiter de ces trafics, ce serait trop facile. La concurrence sera rude, mais il vous faudra faire preuve de persuasion pour réussir à conclure un marché avec les mafieux les plus influents, c’est bien entendu d’argent qu’il est question. Préparez vos juteux contrats et ne vous faites pas coincer au poteau par vos concurrents et sachez tout de même être discret, les policiers ripoux peuvent vous coûter cher.

Bienvenue dans l’univers mafieux de Contract, jeu édité par Yoka By Tsume (le papa de Saint Seiya Deck building) dont l’auteur a enlevé son costume de chat Maori (Mauw) pour devenir un baron de la mafia : Vincent Joassin. Le jeu est prévu pour 2 à 5 maffieux à partir de 14 ans et pour une durée de jeu d’environ 40-50 minutes.

Dans Contract, vous allez donc endosser le costume de trafiquant désireux de profiter des trafics les plus juteux et devenir le plus riche. Mais pour en arriver là, il faudra influencer les familles mafieuses possédant les trafics les plus intéressants et leur proposer des contrats qu’ils ne pourront refuser. Mais attention, vos concurrents pourront surenchérir afin de vous chiper la personne que vous aimeriez engager ! Une fois que toutes les personnes des familles mafieuses trouvent contrat à leur pied, il y aura un décompte final afin de déterminer qui est le joueur mafieux ayant gagné le plus d’influence auprès de chacune de ces 4 familles. Ce décompte permettra de redistribuer les trafics existants auprès de joueurs. Celui qui emmagasine la plus grosse somme d’argent avec les trafics qu’il aura gagné, sera considéré comme le plus puissant trafiquant et gagnant du jeu Contract.

Vincent Joassin revient après une petite virée sur le thème des chats avec un jeu qui sera disponible sur la deuxième moitié du mois de novembre 2018. Nous avons eu l’exclusivité de tester une version finale du jeu grâce à Yoka by Tsume pour notre plus grand bonheur et nous l’avons adopté.

Vade-mecum du parfait mafioso

Le but du jeu est de générer un maximum de revenus (en millions de dollars) grâce aux différents trafics mafieux que contrôlent les 4 grandes familles. Les Brakova, les Yakaz, les Rodrigo et les Costa. Chacune de ces familles possède 2 trafics différents, un trafic principal (qui génère beaucoup d’argent) et un trafic secondaire (qui génère un peu moins d’argent). Nous allons, lors de la mise en place, attribuer de manière aléatoire ces trafics auprès des familles histoire de changer de configuration après chaque partie. Pour avoir la main mise sur un trafic, il faudra soudoyer les membres de ces familles par le biais de contrat. Tout est question d’argent ici, donc ce sera celui qui offrira le contrat le plus juteux qui pourra s’offrir les services d’un membre de la famille. Chaque famille est composée de 5 membres et chacun de ces membres aura une place hiérarchique (qui est définie comme le niveau d’influence dans le jeu) dans la famille qui sera symbolisée par un chiffre allant de 2 à 6 (le 6 étant le membre de la famille avec le niveau d’influence le plus important). Pour faire simple, nous allons engager des mafieux jusqu’au dernier et une fois que tous les mafieux ont été engagés nous procéderons à une vérification du niveau d’influence de chaque joueur pour chaque famille existante dans Contract.

Après avoir effectué le décompte d’influence et récupéré tous les trafics principaux et secondaires, chaque joueur comptabilise la somme de ses revenus et celui qui générera la plus grosse somme d’argent sera The big boss de la mafia. Il y aura bien entendu des revenus bonus en cours de jeu ou en fin de partie qu’il sera également possible de gagner et qui pourraient faire basculer la partie.

Contract se déroule sur un nombre de tours défini selon le nombre de joueurs, car le nombre de cartes « membre de la famille » disponibles pour une manche sera déterminé en fonction du nombre de joueurs. Des cartes « contrats » aux couleurs correspondantes aux familles mafieuses seront mélangées et ultérieurement distribuées aléatoirement aux joueurs. Ces cartes permettront de soudoyer les membres de la famille tout en respectant la couleur du contrat. Le jeu s’arrêtant une fois que la pile de carte « membre de la famille » est épuisée. Lors de la mise en place du plateau, les cartes « famille » sont disposées de la sorte : une carte sur deux est posée face cachée. On détermine un premier joueur et c’est parti pour les négociations. Chaque joueur aura reçu au préalable : 3 jetons de poker de sa couleur correspondante, 5 cartes « contrats » aléatoirement de la pile de cartes contrats. Chacun aura droit à 1 seule action par tour et la manche s’arrête une fois que tout le monde a « passé son tour » (comme au poker). Petit listing des actions disponibles :

  • poser un contrat sur un membre disponible sur le plateau, tout en respectant la couleur du contrat et en y déposant obligatoirement un jeton de poker.
  • Renforcer un contrat déjà déposé avec des cartes contrats supplémentaires et/ou dollars et/ou éventuel jeton de poker disponible (chaque jeton de poker a une valeur de 1)
  • Payer pour déplacer des pions spéciaux sur le plateau qui peuvent donner quelques avantages durant la partie (les pions Copper et Vicelard)
  • Passer son tour (tant que d’autres joueurs jouent des actions 1 à 3, un joueur ayant passé son tour pourra faire de nouvelles actions quand c’est de nouveau à lui de jouer, la manche s’arrête uniquement lorsque tout le monde a passé son tour).

À la fin d’une manche, on vérifie en partant de la carte « famille » à gauche, quel joueur remporte le membre de la famille convoité en fonction du contrat le plus juteux et ce dernier placera la carte remportée devant lui face visible. Nous répétons ce processus jusqu’à la dernière carte à droite et la manche se termine. Tout ce processus sera répété jusqu’à la fin du jeu.

Petit détail supplémentaire, il y a également 2 pions qui seront posés sur les cartes membre de la famille : Copper et Vicelard qui peuvent être utilisés (en payant bien entendu) pour gagner quelques avantages durant la partie. Par exemple, Copper permettra de faire défausser un membre déjà acquis ou de commencer la manche suivante avec une carte de valeur 1 supplémentaire (qui sera utile pour proposer des contrats plus onéreux). Quant à Vicelard, il permettra de récupérer une carte de valeur 2 et 1 (au verso) supplémentaire et utile pour grossir nos contrats. Cependant, cette carte Vicelard ne pourra être jouée que sur la carte « famille » ou celui-ci se trouve. Il y aura également une famille de mercenaires, n’appartenant pas à l’une des 4 familles, qui pourront être utilisés pour renforcer une famille que nous avons récupérée devant soi. Nous ne rentrerons pas dans les détails, mais ces pions amènent une mécanique intéressante donnant la possibilité à des stratégies variées.

Le Contrat est rempli !

Le matériel fourni dans Contract est superbe. Que ce soit les jetons poker, les cartes avec un petit effet luisant sur certains éléments de la carte, bref le tout est vraiment beau. Les illustrations sont également bien réussies, très épurées, ce qui donne un résultat agréable et qui colle au thème. À ce propos, l’illustration de la boîte est sombre et reflète bien le thème choisi. N’oublions pas que nous sommes dans l’univers de la mafia et dans la mafia, nous ne faisons pas toujours des choses très… disons… colorées.

En ce qui concerne les règles, même si pour tout bon mafieux il est bon de ne pas les suivre, elles sont très bien écrites avec quelques illustrations pour accompagner les explications du jeu et le tout en 4 pages ! Ce qui permettra de vite se plonger dans le jeu sans passer des heures et des heures sur la lecture des règles. Et comme nous le savons tous, dans notre milieu, le temps…c’est beaucoup d’argent ! De plus, le jeu est international ! En effet, Yoka by Tsume a eu la très bonne idée de traduire les règles en 6 langues. En passant de l’anglais par l’allemand et de l’espagnol via le français, pour finir après un détour par le néerlandais… en italien bien entendu (il fallait bien ça pour le thème tout de même !). Ma tu che cosa credi ?

Dans les grandes lignes, le jeu Contract, reprend clairement le principe même du poker. C’est-à-dire dans les mises, la surenchère et le bluff. Bien sûr, il y a un facteur chance non-négligeable surtout sur la main de départ que chaque joueur aura en début de manche. Mais comme dans le poker, une soi-disant mauvaise main peut devenir quand même une main gagnante. De ce fait, la prise en main, excusez-nous du jeu de mots, est très rapide. Peu importe le niveau « ludique » d’un joueur, dans contract, tout le monde débute avec les mêmes chances de remporter la partie.

Pour les premières parties, les joueurs auront très souvent tendance à se focaliser sur les cartes « famille » à récupérer sans forcément voir la façon de jouer des concurrents. Par exemple : un joueur mise sur une carte de niveau d’influence 5 de la famille Costa et va à tout prix faire en sorte de la remporter, même si des autres joueurs convoitent la même carte et qui, par conséquent, l’obligent à mettre tout le budget pour s’assurer son acquisition. Alors qu’après quelques parties, nous allons avoir tendance à nous adapter à la manière de jouer des autres et parfois, de laisser un contract filer pour récupérer un autre plus accessible. Rassurez-vous, c’est une stratégie comme une autre et cela ne veut pas dire que c’est un exemple à éviter ! Il n’y a pas de stratégie universelle gagnante dans contract, cela va être différent sur chaque partie jouée et aussi selon les personnes que vous avez contre vous.

Les interactions sont présentes en permanence dans ce jeu, et le fait, d’avoir choisi une mécanique inspirée du poker est totalement pertinente pour le thème choisi. On aurait pu difficilement faire mieux. Les tours sont rapides et la tension est omniprésente. Ce qui rend l’ambiance électrique et excitante pouvant irriter bon nombre de joueurs, dans le bon sens du terme. Nous avons adoré cet aspect qui nous plongent totalement dans le thème, et puis de toute façon un mafieux n’est pas là pour se faire des amis, n’est-ce pas ?  Tous les coups sont permis ! Que ce soit à 2 joueurs ou à 4, le jeu tourne très bien et est bien équilibré.

Il est normal qu’à 2 joueurs nous allons pouvoir scorer plus de points qu’avec une partie à 4 joueurs, mais la mise en place du jeu est aussi adaptée en fonction du nombre de joueurs, pour ne pas péjorer l’expérience du jeu et garder cette même tension sur chaque manche.

C’est sans surprise que nous pouvons affirmer une grande rejouabilité, puisque les gains (trafics), les mains de départ, la disposition des cartes « famille » seront toujours différentes après chaque partie. Le scoring final est également d’une simplicité déconcertante puisque nous allons simplement additionner les gains que nous avons récoltés lors de la phase de décompte de l’affluence pour les trafics. Celui qui aura le plus gros revenu en millions de dollars sera déclaré vainqueur. Elle n’est pas belle la vie ?

Nous avons été séduits par Contract en raison de sa simplicité au niveau de la prise en main, de son ambiance et du matériel de qualité. Ces ingrédients font de Contract un excellent jeu d’ambiance familiale qui est très accessible. Le jeu arrivera-t-il à vous convaincre ? Sans doute qu’avec un petit contrat glissé au fond de la boîte, cela vous aidera à vous forger votre avis rapidement.

À vous de jouer et faites bien attention à cet empire qu’est la mafia ! C’est bien connu de tous, quand on attaque l’empire, l’empire contrat… zut c’était presque bon.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
Le site de l’éditeur Yoka By Tsume
Le site de l’auteur Vincent Joassin

Rédacteur de l’article : Eric

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire