Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > Kepler 3042, vers l’infini et au-delà !

Kepler 3042, vers l’infini et au-delà !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 146 vues 10 minutes de lecture

Ça y est ! Le vaisseau Optimisme 24 vient de quitter le système solaire en direction de la planète SS-591217. Cette dernière, découverte par le scientifique Sevy Signh, devrait pouvoir être colonisée et terraformée de façon à installer de nouvelles usines et autres installations technologiques pour le compte de la corporation ChinaStar. Les dernières recherches sur le voyage spatial devraient placer la corporation bien en avance sur ses concurrents donnant un réel avantage à la course pour la colonisation…

C’est en 2016 que le jeu de conquête spatiale de Simone Cerruti Sola « Kepler 3042 » est sorti en version originale conjointement chez Renegade Game Studios et Placienta Games. Et il aura fallu attendre le 18 janvier 2019 pour le voir arriver dans la langue de Molière chez les mêmes Renegade Game Studio, accompagnés d’Origames. Les illustrations de Kepler 3042 sont l’œuvre de Kwanchai Moriya.

L’opus est prévu pour 1 à 4 joueurs de 14 ans et plus et vous lancera au travers de notre voie lactée pour des parties allant d’une à deux heures. Dans Kepler vous allez donc explorer, coloniser des planètes mais également gérer vos ressources afin d’apporter la gloire à la nation pour laquelle vous jouez.

Dans ce titre il n’est pas question de vivre une épopée space opéra. Loin de là ! Mais on va plutôt participer à l’expansion de la race humaine au travers de notre galaxie, sous un fluf basé sur des recherches scientifiques. Pour cela, il faudra gérer votre arbre technologique et user de stratégie et d’optimisation.

A présent, intéressons-nous quelque peu aux règles du jeu.

Mise en orbite imminente

Le but dans Kepler 3042 consiste à amasser le plus de points de victoire à l’issue de 16 manches de jeu. Chaque manche est séparée en 3 phases : une phase où un événement (progrès) est révélé, une où vous allez effectuer votre action et une dernière pendant laquelle le progrès est résolu. Intéressons-nous plutôt à la phase d’actions.

Dans la phase d’actions, chacun votre tour, vous allez dans l’ordre, exécuter une action principale (parmi 9) puis vous pourrez déclencher des actions bonus et enfin déplacer vos vaisseaux et les retirer si besoin. Dans les actions principales, vous pourrez entre autres, construire des vaisseaux, coloniser une planète, la terraformer, l’exploiter ou encore vous développer technologiquement. La plupart des actions prennent pour base le niveau d’avancée sur un des arbres technologiques. Par exemple, notre niveau de « IV-Terraformation » nous indiquera sur quelles planètes nous sommes en capacité de terraformer.

La gestion des ressources est assez particulière et innovante. On commence la partie avec un pool de ressources (matière énergie et antimatière) et on ne pourra pas avoir plus de ressources que celles de notre pool. De plus, effectuer des actions bonus nous force à sacrifier une ressource (en la plaçant dans notre fosse de Clausius). Il faudra donc bien gérer les ressources écartées car il est très difficile de les rendre à nouveau disponibles.

Base spatiale, nous recevez-vous ?

Kepler 3042 est un jeu de qualité. Ses cartes, ses plateaux, les kubenbois et autres éléments en bois ou encore les divers jetons en carton, tout a été conçu avec soin et le matériel est vraiment agréable à manipuler.

Ajoutées à la qualité matérielle du jeu, les diverses illustrations et éléments graphiques sont des plus aboutis. Le plateau central donne vraiment l’impression de l’immensité de l’espace. Le choix d’un plateau épuré aide vraiment à l’immersion dans le jeu. Les éléments sont très lisibles, seulement quelques pictogrammes que l’on comprend aisément, avec cependant beaucoup de textes sur les divers composants. Heureusement que le jeu est disponible en français et donc accessible à tous !

Les règles du jeu sont amenées de façon très intelligente en commençant (juste après la mise en place) avec une description du vocabulaire utilisé. Suite à cela nous avons la description des règles assez classique et efficace avec bon nombre d’illustrations et exemples. Ces règles tiennent en 8 pages et sont faciles à comprendre et à ré-expliquer avant de se lancer dans une partie.

Kepler se met en place facilement, une fois les planètes disponibles pour la partie sélectionnée (en fonction du nombre de joueurs). Les autres éléments s’installent très rapidement. Ces courtes durées d’installation sont toujours agréables car elles permettent de pouvoir se lancer très vite dans une partie.

La prise en main se veut plutôt simple bien qu’on puisse être un peu perdu lors d’une première approche car si les règles ne sont pas complexes, la vision de ce qu’on doit faire pour optimiser nos actions nécessite quelques parties. Du coup, au début, à part suivre le chemin tracé par notre carte objectif, il est difficile d’optimiser ses actions. De même, certaines actions seront moins bien exploitées durant la première, voire les premières parties. Cependant cela n’entachera en rien l’expérience de jeu (surtout en multi-joueurs).

Ce qui est génial dans Kepler 3042 c’est que le thème est omniprésent et justifie pleinement les diverses actions et les choix. Dès la pose du plateau, le thème est présent notamment du fait de l’immensité de la voie lactée ainsi que le peu de planètes susceptibles d’accueillir la vie dans notre galaxie. Par ailleurs, la vitesse de déplacement des vaisseaux ou l’évolution technologique au fur et à mesure de la partie rendent vraiment l’expérience ludique proche d’une simulation tout en restant tout de même un jeu de plateau.

Kepler suit des mécanismes de programmation d’action, d’exploration, de développement et gestion de ressources. En ce qui concerne le scoring, il est plutôt varié avec beaucoup d’éléments apportent des points de victoire, que ce soit les colonies, les planètes terraformées, les stocks d’antimatières ou encore les avancées sur les pistes coloniales et technologiques. La principale difficulté du jeu est de bien scorer car il y a tellement de moyens qu’on s’éparpille facilement et cela entraîne souvent un manque d’efficacité.

Les tours sont très fluides, assez courts (vu que nous avons qu’une action à effectuer) et les temps d’attente sont plutôt réduits également. Cependant, il faudra tout de même chercher à réfléchir au(x) tour(s) suivant(s) pendant que les autres joueurs font leurs actions afin d’aider à fluidifier les manches de jeu. Il n’y a que peu d’interactions, si ce n’est pour la colonisation des planètes ou l’exploitation des mines. A noter que ce peu d’interactions facilite la fluidité des tours de jeu.

En ce qui concerne la rejouabilité celle-ci est assez forte, entre les 17 cartes objectifs qui guident une stratégie initiale et le placement aléatoire des planètes. Ces éléments permettent de faire en sorte que chaque partie est différente d’une autre.

Lors d’une partie de Kepler 3042, l’ambiance est plutôt studieuse, les joueurs cherchent à identifier les meilleurs axes de développement. Cependant, la course à la colonisation permet de mettre un peu d’intensité et de challenge entre les joueurs.

Seul, dans l’immensité de l’espace

Le mode solitaire de Kepler vous engage dans une succession de challenges sous forme de campagnes découpées en 4 parties (ou niveaux) se complexifiant au fur et à mesure. Il y a 5 campagnes de niveaux différents allant de facile à utopique.

Chaque partie vous demande de valider un ou plusieurs objectifs selon le niveau joué et de dépasser un minimum de point de victoire. Ainsi, lors de la première partie de la campagne facile, vous devrez valider l’objectif « Base Logistique Extérieure » ainsi que dépasser les 30 points de victoire. Lorsque vous validez un niveau, vous pourrez gagner pour la partie suivante des bonus vous aidant à progresser par la suite.

Dans ce mode, vous jouerez comme dans le mode multijoueur et au début de chaque manche, un joueur fantôme va progresser sur les pistes de suprématie. De plus, lors des tours 5, 10 et 15, il verra ses technologies augmenter d’un niveau.

La variante solo de Kepler 3042 est un véritable challenge pour lequel l’optimisation de nos actions est très importante. Cette façon d’évoluer sous forme de campagne est agréable et permet de s’améliorer de partie en partie où le challenge est toujours plus difficile.

Des sensations d’immensité et de challenge

Kepler 3042 est un jeu particulièrement agréable qui séduira facilement les amateurs de challenge et d’optimisation. La thématique d’exploration spatiale est vraiment présente et nous avons clairement apprécié les sensations d’immensité de l’espace. Il fait partie de ces jeux qui n’ont pas fait énormément de bruit lors de leur sortie en version original, et même après la localisation, mais pourtant qui mérite d’être connu et joué vers l’infini et au-delà !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu (en français)
La fiche de Kepler sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Renegade France

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire