Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > Dig Your Way Out, sortir pour s’en sortir !

Dig Your Way Out, sortir pour s’en sortir !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 1,3K vues 13 minutes de lecture

Voilà trois heures que les cellules sont plongées dans le noir. Comme tous les soirs à 21 heures, les matons éteignent les lumières. Ils ne pensent tout de même pas qu’on va fermer les yeux comme de bons petits soldats ? A peine ces chiens de gardiens ont le dos tourné, qu’on en profite, mon compagnon de mitard et moi pour poursuivre notre plan d’évasion. La journée on confectionne des pioches artisanales et la nuit on creuse. Déjà 750 mètres de galeries percées en-dessous du quartier est. Si tout se passe bien dans quatre semaines on est dehors. Un bateau nous attendra et à nous les mers de Sud; on ne nous reverra plus !

Bon les gars, l’heure est grave ! Vous avez pris perpète et croyez bien que la détention ad vitam eternam ne fait pas partie du programme ! Il va falloir quitter votre jaule. Et c’est l’éditeur Borderline Éditions qui vous propose la grande évasion avec « Dig Your Way Out » ! Après une campagne participative qui a réuni plus de 1’900 contributeurs, le titre débarque à présent dans toutes bonnes boutiques. Et qui sait, peut-être même dans toutes les bonnes prisons !

Après Deal American Dream, Krom et Kluster… Borderline occupe à nouveau le devant de la scène ludique avec Dig Your Way Out, un opus imaginé par David Simide qui crée là sa toute première référence. En revanche, côté illustrations, l’éditeur a mis le paquet avec un créatif qui n’est pas en cavale. Mihajlo Dimitrievski, qu’on connaît mieux sous le pseudo de « The Mico » signe ainsi les graphismes du jeu. Et si vous souhaitez vous aussi vous faire enfermer dans le pénitencier, sachez que les parties dureront 45 minutes, pour deux à six détenus en mal de grand air !

Dans Dig Your Way Out, vous êtes donc détendu dans un sordide pénitencier où vous devrez confectionner des outils pour creuser et vous échapper. A l’aide de dés, vous vous déplacerez dans l’établissement. Vous récupérerez des objets, vous ferez peut être aussi partie d’un gang, vous serez sans doute blessé, vous raquetterez les autres joueurs et vous jouerez les petites frappes pour vous retrouver le premier en cavale. Un titre compétitif dans lequel, assurément, vous jouerez les caïds.

Prison Break sur ta table de jeu

Cette fois, c’est du sérieux ! Vous voilà détenu ! Le but du jeu consiste à vous évader de la prison en creusant un tunnel. Le gagnant sera le joueur qui atteindra en premier un nombre défini de « points de tunnel ».

A chaque tour, le joueur actif peut effectuer jusqu’à deux actions. Ainsi, en tant que détenu, vous pourrez décider de fouiller les lieux de la prison en piochant des cartes « fouille ». Vous pouvez aussi décider de vous déplacer en lançant le dé. Chaque résultat vous permet de vous diriger vers deux lieux du pénitencier. Une autre action consiste à intégrer un gang. Pour entrer dans un gang, vous devez rassembler un certain nombre d’objets spécifiques, piochés dans le deck de fouille. Les gangs apportent des effets permanents que chacun peut utiliser durant la partie. Jouer une carte action est aussi une autre possibilité. Cela consiste à utiliser un effet pioché dans le deck de fouille. Mais vous pouvez encore décider de racketter un autre joueur. Avec le deck de fouille, certaines armes peuvent être trouvées ou fabriquées et vous pourrez essayer de vous emparer de certaines cartes des autres joueurs. La dernière action possible est la plus importante puisqu’elle vous permet de fabriquer des objets. Soit pour vous défendre, soit pour creuser des tunnels.

Dans certains lieux, des actions spécifiques seront possibles. Mais pas partout ! Ainsi, vous pourrez par exemple creuser dans les cellules. Creuser vous rapporte des points de tunnel mais il faudra détenir des objets prévus à cet effet et ne pas être en trop mauvaise santé. Vous pourrez aussi vous soigner dans l’infirmerie pour vous débarrasser de vos « raclées » ou vendre et acheter des objets dans la cour de promenade. A noter encore que pendant votre tour, vous pourrez aussi jouer votre effet « passif »; une sorte d’effet unique jouable une seule fois par partie.

Quand votre tour est terminé, le joueur suivant prend le relai et le premier à atteindre les points de tunnel définis, s’évade et remporte la partie.

On t’aura Prévenu !

Cela faisait déjà un moment qu’on avait envie de jouer les Michael Scofield ! Alors vite, on s’ouvre une boîte de Dig Your Way Out ! Un format somme toute assez petit, ce qui nous a surpris de prime abord. Mais à l’intérieur, il y a vraiment de quoi se faire plaisir… Ainsi, on retrouve un grand plateau de jeu recto-verso, 6 plateaux individuels, plus de 180 cartes toilées, les jetons de personnages avec leurs standies, 1 dé orange, toute une série de pions en carton et le livret des règles. Une production bien maîtrisée et qui n’a pas été inutilement sur-produite. L’éditeur a privilégié des composants simples mais a eu l’intelligence de les travailler sur des matériaux de qualité, et franchement on adore !

Sans oublier que les illustrations de Mihajlo Dimitrievski sont particulièrement bien réussies. Dans une ambiance très « dark » mais sans que cela bascule dans le glauque, l’univers graphique colle à merveille avec la thématique. C’est à la fois convivial, terriblement ludique et on ne peut qu’applaudir la direction graphique et les choix effectués par l’éditeur.

Le thème de l’univers carcéral n’est jamais des plus simple à aborder. Mais dans Dig Your Way Out, le jeu est proposé avec une certaine légèreté et même avec un petit côté burlesque qui ne manque pas de panache; comme si on pouvait quitter un pénitencier en creusant avec une cuillère !

La règle tient dans un livret de douze pages, au même format que la boîte de jeu. Elle comprend aussi les règles des variantes et extensions. Les explications ne manquent pas de clarté et quelques petites illustrations ponctuent l’ensemble. En lui-même, le système de jeu n’est pas complexe, si bien que Dig Your Way Out se prend en main rapidement et simplement. Lors d’une première partie, on fera quelques brefs retours dans la règles pour vérifier une ou l’autre précisions. Cependant, pas besoin d’une partie de découverte; la saveur du jeu pourra s’exprimer dès le départ.

Surtout que la mise en place se veut plutôt rapide. D’ailleurs, voilà encore un point fort de cet opus ! On brasse les différents decks de cartes, on les positionnent aux bons endroits, on place nos personnages… et c’est parti ! A nous la grande évasion !

Dig Your Way Out est certes un jeu dans lequel il faut s’évader d’une prison, mais il s’agit surtout d’un jeu dans lequel il faut s’évader le plus rapidement possible ! Ainsi, on retrouve le côté « course » qui nous accompagne tout au long de cette aventure ludique. Associé à cela, le gameplay propose du placement, de la gestion de mains de cartes, de petits combos pour notre admission dans les gangs et pour la fabrication de certains objets, etc. Mais ce n’est pas tout car les mécanismes liés aux possibles « racket » des personnages vont encore compléter les mécanismes. Et ces derniers apportent clairement une belle interaction à la partie avec aussi des éléments à mémoriser et des déductions à effectuer. Un ensemble plutôt riche in fine mais qui se pratique avec beaucoup de légèreté.

A noter encore une petite part de chance dans plusieurs actions du jeu comme pour les déplacements dans la prison à l’aide du dé ou la pioche de cartes. Cela peut parfois mettre à mal votre stratégie et même frustrer quelques joueurs. Mais c’est ainsi; la vie est injuste et dans une prison, n’espérez surtout pas échafauder un plan qui se déroulerait comme sur des roulettes du début à la fin. Finalement, on a bien apprécié cette part d’aléatoire qui nous force à nous adapter. Mais aussi à « pester » pour le plus grand bonheur des autres joueurs.

Prenons encore quelques minutes pour évoquer le tour de jeu. Dans les sombres couloirs de la prison, on ne reste finalement pas très longtemps oisifs. Un tour de jeu consiste à effectuer deux actions, puis le joueur suivant débute son tour. Autant dire qu’une partie de Dig Your Way Out ne manque pas de tension et de vivacité. Et même quand nous ne sommes pas le joueur actif, les rackets peuvent survenir et il ne faudra pas oublier de se défendre… Enfin, si possible. Et là, gare à ne pas perdre la savonnette sous la douche !

La rejouabilité du titre est surtout assurée par les divers agissements des joueurs au gré des différentes parties. En effet, le matériel de jeu ne propose pas de composants supplémentaires visant à diversifier le jeu; si ce n’est les cartes des actions spéciales pouvant être utilisées une seule fois en cours de jeu. Les joueurs sont donc les seuls garants d’un bon renouvellement du titre. Cependant, on notera tout de même la possibilité de jouer en équipe, mais aussi avec la magnifique variante « Michel et Michelle ». Un mode prévu pour deux joueurs et qui inclut un prisonnier supplémentaire pouvant être contrôlé à tour de rôle par les joueurs. Pour nous, cette variante apporte un véritable atout aux parties et surtout, ne vous en privez pas. Même à plus de deux joueurs !

Notons encore que les possesseurs du jeu version Kickstarter, peuvent utiliser une dernière extension, à savoir l’Officier Buster. Un maton plutôt zélé qui n’aura de cesse de fourrer son grain de sel dans tous les petits trafiques que vous pourrez effectuer en sa présence. Et au risque de prendre des raclées ou de vous retrouver au mitard. Mais heureusement, nul n’est incorruptible ! Une extension bien amusante, qui rajoute encore de la diversité, et qui aurait pu être commercialisée par l’éditeur sous forme d’un petit booster…

Ce qui caractérise aussi Dig Your Way Out c’est sans conteste son interaction. Du début à la fin, les parties n’en manquent pas. Au contraire, grâce aux rackets, aux effets de certaines cartes et aux diverses situations qui se présentent lorsque les joueurs se retrouvent au même endroit, il y a de quoi interagir avec les autres. Il s’agit encore d’un élément très positif du titre, sans pour autant que l’opus en devienne un jeu de « party »; et c’est tant mieux !

Un dernier mot encore pour celles et ceux qui pratiqueraient le jeu en duo. Le titre s’y prête très bien ! Surtout que l’auteur et l’éditeur ont eu l’excellente idée d’y ajouter cette petite extension « Michel et Michelle » que nous estimons indispensable dans cette configuration. En effet, ce personnage contrôlé à tour de rôle par les différents joueurs permet de ne pas « s’acharner » toujours sur le coéquipier d’en face. Parce que c’est souvent ce qui se passe quand on pratique un jeu à deux et que l’opus s’avère optimisé pour trois ou quatre joueurs et plus. Mais là non, le plaisir et surtout les sensations sont tout aussi bonnes qu’à trois et plus.

Dig Your Way Out ne nous avait pas laissés indifférents lors des premiers visuels reçus; c’était clairement attirant. Une thématique intéressante, une promesse assez haute en termes de gameplay… Et au final, le contrat est-il rempli ? Pour nous, le jeu a dépassé nos attentes ! Dig Your Way Out a marqué notre début d’année ludique, et dans le bon sens du terme. Cette petite boîte cache véritablement tout ce qu’on peut attendre d’un jeu de société dans lequel chacun y trouve son compte. Des visuels travaillés, un thème accrocheur, une prise en main simple et facile, de l’interaction, de la stratégie, une petite part de chance… Wouaw ! Quelle petite claque ludique ! Tant l’éditeur, que l’auteur ou que l’illustrateur, ils ont tous su mettre la barre très haute. Et si aujourd’hui on ne tarit par d’éloges sur cet opus, c’est qu’il le mérite amplement. Avec Dig Your Way Out, nous n’aurons jamais trouvé un pénitencier si amusant…

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
Dig Your Way Out sur Boatd Game Geek
Le site de l’éditeur Borderline Éditions

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire