Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > The City of Kings, la lutte contre Vesh

The City of Kings, la lutte contre Vesh

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 440 vues 12 minutes de lecture

Tranquillement assis dans une taverne, Thralir Hillfeet est en train de boire une bière. Il repense à ce monde qui sombre peu à peu sous l’ombre de Vesh… Dire qu’il y a quelques années il vivait dans les montagnes, mais l’invasion l’a forcé à quitter ses terres avec les siens. Il est le leader des nains. Et il souffre d’avoir dû fuir et abandonner sa maison. Un messager entre dans la taverne, la parcourt du regard et se dirige tout droit sur le nain.
« – Thralir Hillfeet, vous êtes convoqué par le haut conseil de la cité des rois, veuillez-vous y rendre au plus vite. »
En grommelant, le nain finit sa choppe, se lève, ramasse sa hache et suit le messager. Entré dans la salle du conseil, Thralir se tient aux côtés des présents dont T’Lorra, le Saint qui dû fuir sa vie de méditation, du golem Calamis Earthshaker et d’un humain qu’il ne reconnaît pas. Le responsable de la cité s’adresse à eux :
« – Messieurs, nos éclaireurs ont pu apercevoir aux abords de la Cité de nombreux mouvements ennemis. Ces ennemis s’en prennent à nos mines et menacent notre lieu. Nous pensons que vous quatre : Thralir, T’Lorra, Calamis et Brutius êtes les plus à même à repousser cette menace. Nous souhaitons donc que vous puissiez agir et défendre notre cité. »
Thralir regarde à ce moment ses compagnons, pose sa hache sur son épaule et déclare :
« – Cela fait quelques temps que j’attends une occasion de me venger ainsi que de venger les miens de l’invasion de Vesh ! Je me ferais dont un plaisir d’aller lui botter le train ! »
Il sait qu’à ce moment-là une nouvelle partie de sa vie commence et un peu d’espoir renaît.

L’ensemble du matériel de jeu

Le jeu City of Kings est un jeu issu d’une campagne de financement participative sur Kickstarter. Ce jeu est créé par Frank West qui inventa tout un univers autour de ce dernier. Les illustrations sont principalement faites par Miguel Da Silva. L’éditeur anglais The City of Games n’est autre que la maison d’édition appartenant à Frank West et est dont logiquement en charge de l’édition du jeu.

L’opus est un jeu d’aventure prévu pour 1 à 4 joueurs (le mode solo consistant à jouer plusieurs héros) de 14 ans et plus pour des parties de durée variable entre 45 et 180 minutes. La variation de la durée de jeu dépend principalement du fait de choisir de jouer des campagnes ou des scénarios. C’est un jeu d’aventure où les joueurs incarneront des héros qui seront en charge de mener à bien une mission. Ce jeu est un jeu coopératif où les héros s’entraideront afin d’accomplir des objectifs.

Sans plus attendre, on se plonge immédiatement dans un petit résumé des règles…

En avant pour l’Aventure !

Les règles du jeu sont assez simples, au début de la partie, on choisit une histoire ou un scénario. La différence principale est qu’une histoire est un enchaînement de plusieurs chapitres et un scénario est beaucoup plus court car il ne comporte qu’un seul objectif.

Une partie se termine de trois façons différentes : Les héros accomplissent l’objectif final de l’histoire ou du scénario choisi et dans ce cas les joueurs gagnent la partie. L’espoir de la cité tombe à 0 ou alors le moral de la ville descend à 0. Dans ces deux cas alors le jeu gagne et forcément, les joueurs perdent la partie.

On suit donc la carte de mise en place du scénario ou de l’histoire nous indiquant comment mettre en place le plateau de jeu qui est composé de tuiles carrées mises faces cachées aléatoirement. Puis chaque joueur choisi le héros avec lequel il souhaite jouer, initialise ses caractéristiques comme indiqué dans le livre de règles et place le standee (figurine en carton) de son héros ainsi que le premier ouvrier du héros sur la Cité des Rois.

On jouera une succession de tours représentés par la fragmentation d’une journée. Au début du tour, on vérifie que l’objectif du chapitre de l’histoire ou du scénario est atteint. Puis on avance la roue de la journée (« minuit » vers « tôt le matin » par exemple) et on fait évoluer les marqueurs d’état. Ensuite vient le tour des joueurs.

Chaque joueur devra donc dans l’ordre : Résoudre les capacités des états présents (perdre de la vie si empoisonné ou brûlé). Ensuite, il devra activer la ou les créatures rattachées à lui (ces créatures attaqueront et/ou feront leurs actions spéciales). Enfin il utilisera ses jetons afin d’activer des actions pour son héros et son ou ses ouvriers. Une fois toutes les actions effectuées c’est au tour du héros suivant d’effectuer l’ensemble des phases dans l’ordre.

Début de partie…

Une fois que tous les joueurs ont effectués leurs actions alors on démarre un tour suivant jusqu’à atteindre une condition de fin de partie.

Au moment de l’activation des actions des joueurs, ils peuvent choisir de faire des actions pour leur héros ou pour leur ouvrier : se déplacer (de la valeur de déplacement), explorer (retourner une tuile pour la rendre visible), travailler (récupérer des ressources par l’ouvrier), attaquer ou soigner (pour le héros), action spéciale (pour le héros) ou interagir (pour le héros). C’est au travers de ces actions que les ouvriers vont pouvoir récupérer les ressources et que les héros vont explorer, faire des rencontres, récupérer des quêtes annexes et commercer.

Tous pour la Cité !

La boîte du jeu est vraiment impressionnante, massive, lourde mais ce qui attire l’œil c’est le graphisme très épuré avec un fond noir mat sur lequel le symbole du jeu apparaît. Une épée fracassée dans laquelle on visualise les paysages bordeaux de la cité des rois. Un visuel magnifique avec ce côté très sobre, détaillé au niveau de l’épée et donnant l’envie de découvrir l’univers que cache ce jeu.

Quelques magnifiques cartes d’équipement

A l’ouverture de la boîte, on peut réellement prendre peur ! Mais dans le bon sens du terme. Il y a pléthore de matériel et on se demande si on arrivera à tout ranger et tout organiser. Mais cela est de bonne augure, car quand on voit les centaines de cartes, le nombre de planches à dépuncher, le nombre de jetons, standees,… cela nous promet un jeu costaud avec de la profondeur et de la rejouabilité. L’éditeur a mis également beaucoup de pochettes à disposition afin de pouvoir ranger toutes les pièces de ce jeu, ce qui est toujours appréciable.

Pour ceux ayant la version Deluxe du jeu, il y a avec celui-ci deux box de rangements qui sont vraiment pratiques pour trier et séparer les différents jetons ainsi que toutes les ressources en bois et également quatre « surplateaux » à disposer sur les fiches des héros afin de pouvoir bien disposer les différents niveaux de stats ainsi que les actions… Le matériel est de très bonne qualité ce qui est agréable au niveau de la manipulation.

Le livret de règle est bien aéré et facile à prendre en mains. Dans les premières pages on retrouve les informations sur le contenu de la boîte, puis la mise en place et ensuite les étapes. Dans les pages qui suivent se trouvent les règles de chaque étape de jeu, avec des illustrations et des exemples. Ce livret de règles est accompagné d’un second livret permettant la description de chaque capacité de monstres ou des tuiles. Les deux documents sont vraiment intéressants et faciles à prendre en mains. On est même étonné lorsqu’on lit la règle du jeu de la simplicité de la prise en mains ce qui est vraiment un plus et permet d’aller un peu plus vite dans le jeu.

Plateau joueur

Au niveau de la mise en place, on y passe un peu plus de temps. Il faut dire qu’on a affaire à un jeu riche. Du coup, il faut mettre en place le plateau de jeu en suivant les instructions de l’histoire choisie, les différents jetons et cartes autour du plateau de jeu et on initialise les statistiques des héros et de la Cité des Rois. Cette phase peut paraître un peu longue mais elle permet de faire monter l’excitation avant de commencer à explorer le monde autour de la Cité.

Une aide sur chaque plateau de jeu permet aux joueurs de suivre le déroulement d’un tour et dès les premières actions on se retrouve avec les surprises d’exploration : va-t-on trouver une mine, des quêtes, des ennemis… Et dès lors nos choix d’actions seront guidés de par nos quêtes ainsi que par les objectifs et dangers potentiels ! Ça y est l’aventure a bel et bien commencé !

Allons « poutrer » du vilain !

La grande force du jeu, est l’univers et cela tombe bien car un background riche est toujours très intéressant pour un jeu d’aventure. Cela dit, pour ceux qui ne souhaitent que déplacer leur personnage afin de venir au bout des quêtes sans se soucier de l’histoire créée par Frank West, c’est possible. Un autre point très intéressant est ce mélange entre aventures et gestion de ressources. Cela permet de créer une frustration : doit-on amasser un maximum de ressources afin de pouvoir entre autre équiper nos héros ? Mais aussi remplir des quêtes annexes ou doit-on se précipiter à affronter les ennemis ? La problématique qui amène cette frustration est que chaque joueur à ses quelques actions à répartir entre ses ouvriers et son héros. Ainsi, on ne peut pas faire tout ce que l’on aimerait.

Un troisième point fort est la création des créatures. Chaque créature est différente car on associe à une créature une barre de statistiques et compétences et surtout, un certain nombre de compétences secondaires piochées en fonction du niveau de difficulté atteint parmi trois sacs. Facile, moyen et difficile. Cette « construction de monstres » est vraiment sympathique et permet de la surprise à chaque fois qu’un ennemi entre en jeu.

Le titre est un jeu qui fonctionne très bien qu’on soit seul ou à quatre joueurs. La difficulté évolue selon le nombre de joueurs et la personnalisation des héros permet vraiment d’avoir des orientations différentes pour chacun. De base, il y a 7 histoires de disponibles dans le jeu ainsi qu’une douzaine de scénarii ce qui permet une très bonne rejouabilité et même le fait de refaire une histoire est possible car entre le facteur chance et la diversification de construction des ennemis (par les compétences variables) chaque partie est différente.

Et pour la suite ?

Le jeu vivra, c’est une promesse de l’auteur ! Et il devrait y avoir du contenu arrivant régulièrement. Une nouvelle campagne de financement participative est en cours sur la plateforme Kickstarter et permet un reprint du jeu de la version standard à la Deluxe. De plus, la campagne se voit accompagnée de mini extensions ainsi que d’un autre jeu Vadoran Gardens dans le même univers que the City of Kings.

Ooops… défaite !

Parmi les extensions du jeu, on peut trouver deux packs de deux personnages ainsi que leurs histoires associées : Yanna & Kuma ainsi que Rapul & Neoba. Il y a également un pack de miniatures afin de remplacer les standees des héros par des figurines et finalement, un pack de 50 quêtes contenant deux nouveaux types de quêtes. Ces extensions renouvelleront et embelliront le jeu de base à coup sûr.
Cela est bien sûr sans compter sur les paliers de financement qui seront débloqués ajoutant pour les souscripteurs des scénarii ainsi que des histoires.

Nous avons vraiment hâte de voir ce jeu évoluer et continuer de tenir ses promesses d’aventure ! En tout cas nous suivrons cela avec beaucoup d’attention !

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en anglais
Le site du jeu en anglais
Le Run-through par Radho, en anglais
Le déballage de la version deluxe sur la chaîne DéludiK, en français

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire