Accueil > Participatif > Les campagnes j2s > Samsara, mourir pour atteindre le nirvana

Samsara, mourir pour atteindre le nirvana

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 421 vues 5 minutes de lecture

Dans le Périgord, il n’y a pas que du canard ! Il y a également Oka Luda, un jeune éditeur composé de moins jeunes, comme souvent, qui essaient de faire des choses pour nous les joueurs ! Le pire dans tout cela, c’est qu’ils y arrivent plutôt bien ! Et si on en parle c’est parce que leur premier jeu Samsara est arrivé sur la plateforme de financement participative Kickstarter !

Nous avons l’occasion chez Jeudéclick, de tester le jeu dans sa version prototypale. Du coup, on a eu envie d’en parler, car honnêtement le jeu est des plus réussi !

Samsara est donc un opus prévu pour 1 à 5 âmes incarnées de 12 ans et plus pour des parties de 20 à 60 minutes subliminales. Il est l’œuvre de Sylas, illustré par Nicolas Sauge.

Dans ce jeu, vous incarnerez des âmes vivant plusieurs existences grâce au principe du Samsāra : le cycle de renaissances successives. Votre personnage va donc vivre plusieurs vies dans le but ultime d’atteindre le Nirvana en mettant l’accent sur plusieurs parties de leurs vies (naissance, mariage, mort, etc.).

A présent, assoyez-vous, respirez profondément le bon air frais de dame nature et hop… c’est parti, on vous parle de la règle du jeu.

Comment atteindre le Nirvana ?

L’opus est une course durant nos vies successives et on va chercher à amasser des Amulettes d’Eternité et le premier à 5 gagne la partie. Pour cela, le jeu mélange deux principes : le Deck-building où les joueurs vont constituer un jeu de cartes et l’optimiser ainsi que du placement de pion.

On commence la partie avec dans notre Deck de départ 4 bons et 4 mauvais Karma. Puis dans l’ordre du tour à partir du premier joueur on va piocher 4 cartes de son Deck puis déplacer notre pion sur une étape de la vie. Sur cette étape choisie, on récupère une carte associée et on peut faire une action liée à une carte possédée dans sa main. Une fois cela fini on se défausse de sa main de carte et on passe au joueur suivant.

La piste de jeu est un cercle représentant les étapes de la vie. Notre personnage va donc avancer de la naissance à la mort et se réincarner. On ne peut qu’aller de l’avant, comme dans la réalité on ne peut pas revenir en arrière, mais bien sûr au niveau du déplacement on peut avancer jusqu’à l’étape précédente, celle sur laquelle on était (par exemple on était au niveau de la procréation et on peut avancer jusqu’au prochain, soit le mariage). Si on fait cela on passera sur une nouvelle incarnation car entre temps notre vie aura pris fin et c’est une nouvelle qui commencera.

Les cartes contiennent plusieurs informations : des symboles (2 paires de symboles) qu’on utilisera pour pouvoir acquérir des Amulettes d’éternité et une action propre à la période à laquelle la carte fait référence. De plus, il existe des cartes bon et mauvais Karma qui sont en quelque sorte des Jokers qui permettront d’aider à récupérer des Amulettes d’éternité. Mais attention, là où les bons Karma ne sont pas trop punitifs dans notre main de jeu les mauvais Karma sont tenaces, on ne peut presque pas s’en défaire et les utiliser en fait venir d’autres de quoi « pourrir » son existence.

La récupération d’amulette d’éternité se fait à la fin de son tour en utilisant les symboles nécessaires (en principe 2 fois 4 symboles ou 3 fois 2 symboles) on peut acquérir une amulette située à sa droite ou sa gauche. Une fois une amulette récupérée elle vient s’incruster sur notre plateau joueur et elle déclenche un pouvoir propre au personnage du joueur. Chaque personnage possède 3 pouvoirs qui lui sont propre.

On ira tous au Paradis, même moi (bien sûr, vous devez le chanter !)

Bien que le matériel à notre disposition soit un prototype, on peut déjà vous dire que niveau graphique, le jeu est vraiment magnifique. Les illustrations « cartoonesques » sont plaisantes et le parti pris d’utiliser des animaux comme personnages est vraiment fun et réussi ! Mais la force de ce jeu ne réside pas qu’en ses visuels. Le mélange de Deck Building avec le déplacement de pion est vraiment appréciable. Le jeu se prend vite en mains, il est assez rapide et malin.

Nous n’avons pas affaire à un party-game ou un jeu léger car malgré la courte durée des parties, le jeu est très réfléchi. On arrive à se prendre la tête pour savoir comment optimiser son Deck et surtout surveiller ses voisins pour éviter qu’ils ne s’emparent d’une Amulette convoitée.

Un de ses atouts est également la présence d’un mode solo. Dans ce mode, on devra réussir à atteindre le Nirvana (obtenir sa 5ème Amulette) en 17 coups. Ce nombre d’actions est symbolisé par un second personnage qui se déplacera sur le cercle de la vie d’une étape à la fois. Et lorsqu’il mourra pour la seconde fois, la partie prendra fin. Ce mode est très tendu et à une forte rejouabilité qui dépend du fait qu’à la mise en place on pioche 6 amulettes. De ce fait, on aura rarement les mêmes sur deux parties différentes.

Shut up and take my Money !

En amont de la campagne de financement participative, l’éditeur a été très actif au niveau de la communication autour de son jeu. Notamment par sa participation à de nombreux salons de jeux ainsi que sur l’animation de sa page Facebook. Ils auraient déjà prévu de nombreux Stretch Goal (paliers de financements à atteindre) avec des personnages supplémentaires et d’autres surprises !

Evidemment nous suivrons cela avec beaucoup d’intérêt et nous souhaitons à Oka Luda beaucoup de réussite !

La campagne de financement sur Kickstarter
Les règles du jeu en français
La fiche du jeu sur le site d’Oka Luda

Rédacteur de l’article : Sylvain

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire