Accueil > Articles > Catégorie d'age > 14 ans et plus > Tidal Blades, sur la plage abandonnée, coquillages et… monstres déchaînés !

Tidal Blades, sur la plage abandonnée, coquillages et… monstres déchaînés !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 566 vues 13 minutes de lecture
Tidal Blades

Le Royaume est à la recherche d’un valeureux guerrier qui pourra faire partie de la garde royale : les Tidal Blades ! Pour trouver la perle rare, un tournoi est organisé afin de mettre à l’épreuve tous les prétendants. Etes-vous prêts pour la compétition ? Tout en gardant à l’esprit que des monstres sanguinaires menacent constamment le Royaume et peuvent attaquer à tout moment. Il y aura bien des occasions de vous mettre en avant en allant affronter ces monstres et vous forger une bonne réputation. Pas de temps à perdre, ne laissez pas votre entraînement et vos efforts aux vestiaires; la compétition commence maintenant !

Tidal Blades est un jeu issu d’un Kickstarter financé en novembre 2018 et qui est actuellement en distribution par Druid City Games/Skybound Games. Le jeu est créé par Tim et Ben Eisner et illustré par Lina Cossette et David Forest. L’opus est prévu pour 1 à 4 héros (5 si vous possédez l’extension idoine) de 14 ans révolus et pour une partie d’environ 90 minutes.

Le jeu se caractérise comme étant un placement d’ouvrier mélangé avec de la gestion de dés (car l’amélioration de dé est au cœur du gameplay), où le vainqueur sera déterminé par celui ou celle qui aura le plus de points de victoire. Vous aurez également la possibilité d’améliorer les capacités de votre héros et vous aurez un peu de gestion de ressources à faire, qui donnera un avantage certain dans le jeu.

Un univers fantastique qui navigue autour de l’océan, les coraux, les vacances quoi ! Mais non, vous allez vous affronter sans merci et sans pitié pour pouvoir devenir le nouveau Tidal Blades de la garde royale !

A l’heure où nous rédigeons cet édito, le jeu n’existe qu’en anglais et sera doté d’une version « retail » donc accessible en magasin. Pour les plus chanceux, le Kickstarter proposait une version deluxe avec une boîte énorme qui permet de ranger tous les composants ainsi que l’extension 5ème joueur. En bonus, les détenteurs de la version deluxe reçoivent une sorte d’art book qui présente l’univers de Tidal Blades qui nous laisse imaginer que des projets ludiques autour de ce nouvel univers verront prochainement le jour (ce n’est pas pour rien que le jeu s’appelle Tidal Blades : Heroes of the Reef… Part.1 !).

Sans plus attendre, on vous présente les règles pour un petit aperçu sur le déroulement d’un tour de jeu.

Faites le récif de votre aventure !

Dans Tidal blades, chaque joueur se verra doté d’un plateau joueur, des cartes compétences, 2 dés de base, de jetons d’action, des cartes défis de départ et des ressources de départ (fruits et coquillages).

Concrètement la partie se déroule en 4 manches. A la manche 1, les joueurs commencent avec 2 jetons d’actions. Ce qui veut dire qu’ils pourront effectuer, à tour de rôle, maximum 2 actions sur le plateau, avant de passer à la manche suivante. Sauf que vous pourrez récupérer jusqu’à 2 actions en plus dans les prochaines manches pour arriver à un total de 4 actions avant la dernière manche de jeu et ainsi, pouvoir faire plus de visites sur le plateau.

Les actions sont liées aux lieux que vous visiterez. Un joueur prend son jeton et place son action sur un emplacement désiré. Il récupère le gain associé et effectue également un bonus octroyé par le lieu du royaume où il se trouve. Il y a dans le jeu de base, 5 îles que vous pouvez visiter avec, chacune, plusieurs emplacements sur lesquels poser votre jeton). Une fois cette action effectuée, vous avez la possibilité de jouer une carte challenge de votre main. C’est à ce moment que les dés vont rentrer en jeu. Pour réussir votre challenge, il faudra effectuer un certain résultat (symboles) avec les dés que vous avez à disposition. Que ce soit réussi ou raté, vous pourrez augmenter vos caractéristiques de personnage qui se trouvent sur votre plateau joueur. Et c’est là que nous rentrons dans le côté évolutif de votre personnage.

Pour résumer et faire simple, vous allez visiter des lieux et récupérer les bonus. Puis tenter de réussir une carte challenge. Et finalement, améliorer vos caractéristiques de personnages.

Et c’est au joueur suivant de jouer son tour de jeu jusqu’à ne plus avoir de jeton d’action à disposition. Une fois que tout le monde a joué nous passons à une phase de « nuit » qui consiste à faire apparaître des monstres dans le récif. Ces derniers peuvent s’activer et vous mettre une raclée. Et le plus important, vous récupérerez un nombre de dés « utilisés » durant la manche pour les rendre « disponibles » (et effectuer de nouveaux challenges), ainsi que les faire évoluer ! A ce stade, nous entamons la partie évolutive des dés, car il y a plusieurs niveaux qui vont du standard vers des dés plus puissants (selon la répartition des symboles sur les dés). Mais vous pourrez aussi en défausser pour prendre celui du niveau directement supérieur.

Mais à quoi cela sert de faire évoluer nos dés ? Ce système de dé évolutif vous permettra de réaliser des cartes challenges bien plus difficiles ! Et cela en vaut la chandelle, puisqu’en réalisant des challenges plus difficiles, vous pourrez augmenter plus rapidement vos caractéristiques de personnage. Donc, devenir plus fort, avoir plus de bonus, pouvoir taper les méchants qui attaquent le royaume, faire plein de points de victoire… et donc, devenir le prochain Tidal Blades !

Under the sea… you gonna see…

La première chose qui saute aux yeux est évidemment le matériel et les illustrations de Tidal Blades. C’est beau ! Très très beau ! Bien entendu, nous parlons de la version deluxe que nous avons en main car nous avons contribué au financement participatif du jeu. Malgré tout, la version retail n’a pas à rougir, cela reste un bonheur de voir de la qualité dans les différentes composantes du jeu comme les jetons de ressources, les dés, les cartes… Et pour la version deluxe, les figurines, les ressources en plastique, les jetons actions en mode « chip » de poker. Mais aussi une superbe piste à dés (voir les images de l’article) ainsi qu’un artbook en bonus qui est de toute beauté.

Les illustrations sont dans un style BD et avec des couleurs très vives et qui donnent une impression de partir en voyage, malgré que ce soit la compétition qui vous attend dans Tidal Blades. On peut ressentir tout le travail à travers les illustrations et on tire notre chapeau pour le résultat.

Vous verrez par ailleurs, que même la mise en place est toute une œuvre d’art. Elle est quant à elle moyennement rapide, car il y a beaucoup de composants à préparer avant de pouvoir se lancer dans une partie. Néanmoins, avec le mode de rangement dans la boîte, signé Game Trayz, cela va nous aider à réduire cette mise en place pour que cela ne devienne pas un calvaire. On pourra séparer les différents paquets de cartes, plateaux à mettre en place et ce qui s’avère génial, c’est le rangement des dés qui permet d’utiliser la boîte telle quelle, comme comptoir à dés sans avoir à les sortir. Pour ranger, c’est aussi un gain de temps précieux (on le répète, ce matériel concerne la boîte deluxe).

La thématique est plutôt bien représentée et donne une impression de devoir cravacher pour pouvoir remporter la partie. Après tout, il s’agit d’un tournoi ! Cependant, pour les premières parties, on aura plus l’impression d’être perdu au milieu d’une multitude de chemins à prendre et cela pourrait nous déconnecter de la thématique. Surtout en ne sachant pas très bien quels sont les objectifs à s’imposer. Mais tout s’arrangera avec le temps…

Soyons honnête, la règle du jeu reste finalement assez simple et bien écrite, avec un livret séparé pour expliquer les différentes iconographies dans le jeu. Et aussi un livret pour expliquer le déroulement de la partie. Malgré tout, le jeu reste plutôt difficile à maîtriser et cela peut rebuter quelques joueurs. La prise en main, en parlant du côté brut, n’est pas compliquée. On pose notre jeton, on actionne, on challenge, on évolue, stop. Mais, il y a tellement de possibilités et l’asymétrie des personnages demandera un peu plus de temps pour optimiser notre stratégie et réussir à réaliser des « coups de maître ». On aura plus tendance à faire du « try and learn ». C’est-à-dire, on choisit une action et on verra si c’était une bonne idée ou non. C’est la raison pour laquelle nous voyons une certaine marge de progression dans Tidal Blades; le temps de se familiariser avec les actions du plateau et du personnage que nous jouons sera capital pour profiter au maximum du jeu.

Le mécanisme demeure quant à lui très bien choisi, en laissant une part de hasard avec les dés qui peut être altérée avec leurs évolutions (changer un dé avec un autre de niveau supérieur). On aura donc plusieurs possibilités pour faire ce que le jeu nous impose de faire à la base. C’est-à-dire gagner des points de victoire ! Certes, rien de révolutionnaire, mais la chose fonctionne bien, et donc pourquoi en changer ? L’originalité de Tidal Blades viendra dans ce mix de plusieurs mécanismes très utilisés dans l’univers ludique et le challenge d’un point de vue conceptuel a sûrement été de réussir à faire tourner le tout. De notre point de vue, nous trouvons que c’est plutôt bien réussi. Mais pour les raisons que nous avons énoncées plus tôt sur la prise en main, le plaisir s’installera au fur et à mesure des parties.

Pour la peine, Tidal Blades reste très correct au niveau du temps de jeu. On pourra compter environ 1h30-2h (pour la première partie) et par la suite ce temps de jeu se réduira considérablement. Les tours de jeu sont rapides ! Le plus long sera de se décider quelle action et quel emplacement visiter !

La rejouabilité demeure également optimale grâce à l’asymétrie des personnages. Mais pas que. Les monstres à combattre seront différents, l’utilisation des dés apporte le côté aléatoire, la pléthore de cartes challenge de disponible, etc…

Par contre, l’interaction est très légèrement présente. Nous sommes tous en compétition, mais nous n’appliquons pas directement des actions qui impacteront le joueur adverse. Les interactions se feront avec les emplacements des lieux qui peuvent accueillir qu’un seul joueur, les monstres à combattre qui apporteront bonus/malus en fonction des joueurs qui l’ont blessé ou non, ainsi qu’une piste de « champion », qu’on pourra vulgairement interpréter comme une piste de réputation. Cette dernière octroiera des points de victoire à rajouter en fin de partie. Mais rien de frontal ! Ce qui ne nous dérange pas vraiment, mais qui nous a un peu surpris tout de même.

Par ailleurs, le jeu s’adapte lorsque l’on joue en mode solo ou à deux pour rajouter des personnages fictifs qui serviront aléatoirement à bloquer des lieux à visiter sur le plateau. De ce fait, nous gardons tout de même une expérience qui ne change pas radicalement avec un mode multi joueurs ! Bien entendu, en partie, parce qu’il n’y a pas une interaction forte entre les joueurs par défaut. Donc cela fonctionne très bien au final.  

En conclusion, Tidal Blades s’avère un bon jeu qui n’attend que vous pour l’apprivoiser. Mais sachant que l’eau et la mer sont de nature capricieuse, vous allez devoir y mettre de la bonne volonté pour y parvenir et jouir d’un expérience captivante. Nous voulons vraiment insister et mettre en exergue cette marge de progression, car elle est indispensable pour y améliorer son expérience ludique. Nous remercions les éditeurs pour fournir une aide de jeu liée au personnage qui nous explique dans les grandes lignes comment le jouer. Une sorte de recommandation fort utile pour savoir quel est le point fort du personnage choisi. Et cela nous aide un peu à orienter nos actions/challenges. Cela ne va pas pour autant, vous donner le pouvoir de clairvoyance ultime et vous permettre de construire une stratégie montée de toute pièce de A à Z. Néanmoins, vous avez là une piste à suivre plutôt appréciable.

Sachez que cela reste une recommandation pour les néophytes; vous restez maîtres de votre destin et êtes libres de la suivre ou non. Nous avons (lors de la première partie) un léger sentiment de trop peu de temps, ou pas assez d’action pour pouvoir en faire plus. C’est là que le mot optimisation entre par la grande porte. En effet, les actions que vous choisissez devront être le plus optimal possible pour vous permettre d’avancer dans votre évolution de dé. Mais également avec votre personnage et de vos points de victoire. C’est justement toute la difficulté du jeu. Optimiser ses actions sera un talent qui s’améliorera avec cette marge de progression que nous avons évoquée tout à l’heure. Quoi qu’il en soit, Tidal Blades reste un très bon jeu que nous avons beaucoup apprécié et un énorme plaisir pour les yeux. On va même aller jusqu’à dire que l’univers de Tidal Blades est sacrément envoûtant ! On a presque envie d’y être et d’en faire un jeu de rôle tout en sirotant une piña colada.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu (en français)
Tidal Blades sur Board Game Geek
Le site de l’éditeur Druid City Games  

Rédacteur de l’article : Eric

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire