Accueil > Articles > Jouer en famille > La guerre des moutons, un jeu pas pour les imbèèèèèciles

La guerre des moutons, un jeu pas pour les imbèèèèèciles

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 367 vues 7 minutes de lecture
La guerre des moutons, un jeu pas pour les imbèèèèèciles

Une fois nèèèèèèè pas coutume, on avait envie de vous parler d’un jeu qui a été édité il y a maintenant 15 ans. Pourquoi ? Bèèèèèèè parque c’est un jeu simple mais qui continue à faire recette grâce à sa convivialité et à son ingéniosité. Èèèèèèèèt on pourrait vous en parler durant des heures mais l’histoire èèèèèèèèst pourtant simple… Il s’agit juste de moutons qui paissent dans des champs en prenant garde au grand méchant loup.

La boîte du jeu

Bon d’accord, on arrête de bêler à tout va et on vous en parle plus concrètement. N’empêche que c’est vrai, il s’agit vraiment de petits moutons, tout mignon, qui profitent des verts pâturages dans leurs enclos. Mais l’histoire ne commence pas dans un champ, du moins on l’imagine. Elle commence avec Philippe des Pallières, oui « Lui-Même » ! Éditeur mais aussi auteur de la Guerre des Moutons, Philippe des Pallières a développé ce jeu chez lui sur le principe des dominos, mais des dominos à quatre côtes. Le jeu est ensuite naturellement édité et notamment grâce au coup d’œil avisé de Matthieu d’Epenoux, la Guerre des Moutons devient « jeu de l’année » peu de temps après sa sortie (le prix « jeu de l’année » qui deviendra par la suite « l’As d’Or » du FIJ de Cannes). Aujourd’hui, la Guerre des Moutons c’est un succès constant d’années en années avec un titre déjà vendu à plus de 500’000 exemplaires à travers le monde. Alors forcément, pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, on se devait forcément de vous parler de cet opus qui n’a réellement pas vieilli.

Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés

Dans la Guerre des Moutons, vous voilà devenu un berger disposant d’un troupeau de moutons, tous de la même couleur. Le but du jeu est de construire le plus grand enclos fermé avec les moutons de votre couleur, sans que ces derniers soient menacés par le vilain méchant loup. Avant de débuter une partie, on attribue de manière secrète une couleur à chaque joueur grâce à la tuile berger que chacun posera devant lui face cachée. On place également la tuile représentant la place du village au centre de la table et toutes les autres tuiles dans un petit sac bien à l’abri des regards. Chaque joueur prend quatre tuiles et les hostilités peuvent à présent commencer.

Une partie en cours…

A son tour de jeu, le berger que vous incarnez essaie de placer les tuiles qu’il a en main à côté d’une autre ou plusieurs tuiles déjà en jeu. Vous ne pouvez accoler des tuiles que si ces dernières correspondent à l’image de la tuile voisine. Si vous parvenez à placer une nouvelle tuile en jeu, vous en piochez une nouvelle dans le sac. Si vous placez une tuile dont l’image correspond avec deux côtés, vous piochez deux tuiles, idem avec trois et quatre. Votre tour prend fin et c’est à présent au joueur suivant de s’essayer à l’exercice. Durant le jeu, vous gardez votre couleur secrète mais vous êtes libre, au moment de votre choix, de dévoiler votre couleur. Vous retournez alors votre tuile berger, laquelle présente aussi quatre petits moutons, et vous la jouez comme une tuile normale. L’intérêt est bien évidemment d’agrandir encore votre plus grand enclos, mais dès ce moment votre stratégie sera alors dévoilée.

Les enclos bordés d’une forêt sont considérés comme fermés mais à son tour, un joueur peut jouer une tuile représentant un loup. Si un loup est présent dans une forêt, il menace tous les enclos bordant cette forêt et les moutons de ces enclos ne seront pas « valides ». Un joueur peut aussi décider de placer une tuile chasseur, soit pour faire fuir un loup ou de manière préventive, pour empêcher un loup d’être placé dans cette forêt.

La partie prend fin quand il n’y a plus de tuiles dans le sac et que les joueurs ont posé toutes les tuiles qu’ils ont en main. Mais la Guerre des Moutons comporte une particularité qui peut permettre une fin prématurée à la partie. En effet, un berger peut décider d’arrêter la partie à n’importe quel moment s’il estime avoir un enclos suffisamment important pour gagner ou parce qu’il ne peut plus suffisamment gêner les autres joueurs. Le premier joueur s’étant arrêté est alors récompensé de six points supplémentaires dans son décompte final, trois points pour le deuxième et un point pour le troisième. Vient alors le décompte des points et chaque berger comptabilise le nombre de moutons dont il dispose dans son enclos fermé le plus grand. Celui qui dispose du plus grand nombre de moutons l’emporte.

Bon comme du gigot d’agneau

Elles sont pas jolies ces illustrations ?

Le « premier contact » que l’on a avec la Guerre des Moutons, c’est bien évidemment celui des visuels. Des illustrations sobres mais admirablement réalisées par François Bruel dont le travail semble ici presque intemporel, tellement il s’avère toujours d’actualité. C’est frais et parfaitement explicite !

A première vue on pourrait croire que ce jeu n’est destiné qu’à des enfants compte tenu des visuels et de la simplicité de sa règle. Et bien, c’est partiellement vrai et c’est justement là, le grand atout de la Guerre des Moutons. Si ce titre convient parfaitement à un public plus jeune, il pourra être joué de manière beaucoup plus calculée par les adultes qui s’y essaieront. Un enfant se contentera d’utiliser les tuiles qu’il dispose en main pour essayer de réaliser l’enclos le plus grand. Un fin stratège abordera la partie d’une autre manière en conservant des tuiles en main, en essayant des gêner ses adversaires, en utilisant les loups et les chasseurs et surtout en essayant de bluffer. Car la Guerre des Moutons est essentiellement un jeu de bluff dont la subtilité consistera à réaliser son plus grand enclos sans que les autres joueurs ne parviennent à deviner sa couleur. Vous pourrez également contrôler simplement le hasard de la pioche en développant votre stratégie (on vous laisse le plaisir d’en trouver une) et en conservant les bonnes tuiles que vous jouerez au moment opportun.

La prise en main de la Guerre des Moutons est un vrai « jeu d’enfants », même si le terme est sans doute mal choisi, mais avouez que c’était plutôt tentant ! Les tours de jeu sont rapides et les parties sont souvent tendues mais toujours dans une bonne ambiance consistant à deviner les couleurs de ses adversaires. De par son format, le jeu s’emporte partout et peut être facilement joué même avec des adversaires qui n’auraient pas l’habitude des jeux de société pour des parties d’environ 30 minutes.

La Guerre des Moutons est un classique, devenu presque indémodable, sans doute même un indispensable de toute bonne ludothèque.

Maintenant, à vous de vous forger votre propre avis.

La règle du jeu en français
La TricTrac TV d’une partie de la Guerre des Moutons
Le site Internet des éditions Lui-Même

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire