Accueil > Actualités > Shy Monsters, les monstres timides arrivent chez Ôz Éditions !

Shy Monsters, les monstres timides arrivent chez Ôz Éditions !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 467 vues 8 minutes de lecture

Droite ? Gauche ? Mon cœur balance entre ces deux couloirs… La dernière fois, je n’ai pas fait attention aux discrètes empreintes de pattes qui tapissaient pourtant la totalité du sol. Et mal m’en a pris. Mon royal popotin s’en souvient encore ! Alors cette fois, pas question de jouer les Perceval ! Non, non, non. La réflexion guide ma progression dans ce sombre et lugubre donjon. Je suis un noble chevalier qui ne se laisse pas si facilement défaire. J’ai ma fierté et des valeurs ! D’ailleurs, mon père me disait souvent, quand j’étais petit, que ce qui compte c’est les valeurs ! Bon, c’est décidé, je prends le couloir de gauche direction Nord. Même si de toute façon, le nord, suivant comment on est tourné, ça change tout ! Allez, du courage, cette fois je sens que ma royale réflexion me guidera vers la sortie.

Si vous êtes un amateur du genre, vous aurez sans doute reconnu dans cette petite mise en condition, les références à Kamelott. Et justement, Shy Monsters, la nouveauté du moment n’est de loin pas de la camelote ! Voici le prochain jeu édité par Ôz Éditions. La petite maison suisse des grands jeux ! Un éditeur que nous suivons avec plaisir depuis le premier jour. On vous a parlé de Tiki, puis de Kiwara, de Crypt et à présent, voici le quatrième bambin de la famille : Shy Monsters.

Un jeu pour deux joueurs, accessible uniquement aux chevaliers en armure âgés d’une dizaine d’années et pour des explorations de donjon entre dix et vingt minutes. L’opus est prévu pour Cannes 2019 (fin février) en français, mais il connaîtra également une édition et une distribution en Allemagne, en Espagne et en Italie avec les localisations qui vont avec. Shy Monsters aura même le droit à sa version destinée aux personnes non voyantes grâce au soutien d’Accessijeux. Et cela, c’est génial !

Dans Shy Monsters, imaginé par Sandro Dall’Aglio (son premier jeu !) et illustré par la talentueuse Christine Alcouffe (Paper Tales), vous incarnez un chevalier en armure qui devra quitter un sombre donjon sans se faire attaquer par les timides dragons. Un joueur construira le dédale du donjon et l’autre essaiera de s’en échapper.

Comme nous avons eu la chance de recevoir un prototype du jeu, on vous en parle avec plaisir car l’expérience ludique nous a beaucoup amusés !

Face à face

Avant de commencer la partie, les rôles sont attribués aux deux joueurs. L’un devient le maître du donjon et s’empare des trois tuiles couloir, de la tuile de sortie et de deux tuiles dragon. L’autre joueur devient le chevalier intrépide qui n’a peur de rien ! Il prend les deux tuiles spéciales lui permettant de sauter et d’attaquer et place son pion de joueur sur la tuile d’entrée du donjon, laquelle est située au centre de la table.

Le maître du donjon va ensuite placer toutes ses tuiles face cachée. Et bien sûr, pour que les dragons puissent attaquer le chevalier, il faudra les positionner de la bonne manière. Le chevalier va ensuite essayer de trouver la sortie du donjon. Il pourra retourner deux tuiles puis devra ensuite faire preuve de déduction et de chance pour progresser dans les couloirs et trouver la sortie. Ces deux tuiles spéciales (sauter et attaquer) pourront être jouées une seule fois et seront utiles pour s’en sortir.

Si le chevalier trouve la sortie, il quitte le premier étage et on repart pour un tour avec le deuxième étage. Puis le troisième étage. Si par malheur, le chevalier se retrouve sur la même tuile qu’un dragon, sans l’avoir préalablement attaqué, la partie est perdue. S’il quitte le troisième étage indemne, à lui la gloire et surtout, à lui la victoire !

C’est la tuile !

Encore à l’état de prototype à l’heure où nous avons joué à Shy Monsters, on ne s’arrêtera pas sur une explication détaillée des composants. Vu que le meilleur reste à venir avec la production du jeu ! Mais on vous parle volontiers de l’expérience ludique qui est contenue dans cette petite boîte. Surtout que la version finale ne divergera pas énormément. 

Douze pages de règle sur un petit format carré… Cinq à sept minutes pour lire et comprendre… C’est bon, le jeu est assimilé en un temps record ! Et la prise en main suit cette même logique avec une approche simple et intuitive. On a beaucoup aimé le fait d’entrer si vite dans la partie.

Avec un gameplay qui se déroule en trois phases, il n’y a pas vraiment de tours de jeux. Chacun des deux protagonistes joue entièrement sa phase puis c’est au suivant. On pourrait croire qu’il y a du temps d’attente et qu’on reste à regarder l’autre jouer. Mais pas du tout. Quand le premier place ses tuiles, on commence déjà à réfléchir où pourraient se trouver les dragons. Et il vaut mieux être attentif à ce moment-là du jeu, car la façon de placer les tuiles par le maître du donjon pourrait même trahir certains secrets. Pour le maître du donjon, l’intérêt est aussi bien présent de regarder le chevalier errer dans les couloirs et de suivre la réflexion. En effet, la règle n’interdit absolument pas de donner des indications, de discuter avec le joueur adverse, d’essayer de le piéger, de le convaincre du contraire… Une sympathique interaction se met ainsi en place, sur fond de bluff, et on passe un agréablement moment.

Côté mécanismes, on se retrouve sur un jeu asymétrique composé de tuiles où le placement est au centre du gameplay. La déduction et la réflexion viendront compléter les parties. En effet, il faudra réfléchir tant pour positionner les tuiles que pour se déplacer judicieusement sur les étages du donjon. Et ce n’est pas toujours simple. Si le jeu permet de révéler certaines tuiles, le chevalier va devoir faire preuve de logique. Mais aussi d’un peu de chance. Car oui, Shy Monsters ne repose pas uniquement sur de la stratégie et sur un contrôle total de son mécanisme. Le chevalier va commencer par de la déduction, puis de l’action. Mais par la suite, il faudra, suivant la pertinence des premiers choix effectués, avoir de la chance dans la révélation des tuiles. C’est ainsi ! D’ailleurs, dans un donjon sombre et inquiétant, impossible de vous en sortir sans un peu de chance. Les grands aventuriers le savent bien !

C’est donc un excellent jeu auquel il nous a été possible de jouer. Shy Monsters a volontairement été voulu « épuré », tant au niveau de ses mécanismes que de ses visuels. Mais la profondeur de jeu est bien là ! Et en quelques tuiles seulement, c’est épatant ! Par ailleurs, aucune partie ne ressemble à une autre et inévitablement, les placements changent pour renouveler l’expérience. D’une difficulté modérée, Shy Monsters fera néanmoins appel à votre réflexion, à votre logique mais aussi à une part de chance. Particulièrement nomade, l’opus s’emporte facilement et grâce à ses parties jouées en quinze minutes, vous avez de quoi le sortir facilement et simplement. Puis renouveler encore et encore…

Les dragons arrivent tout bientôt !

Shy Monsters fera donc son entrée en boutique à partir de début mars 2019. En français bien entendu, avec une distribution assurée par Paille Éditions. Prix public conseillé de 12€ (15 CHF). Vous pourrez également essayer le jeu en avant-première au FIJ à Cannes, sur l’espace d’Ôz Édition. 

On vous le disait, le titre proposera également une version adaptée aux personnes avec une déficience visuelle. Une tuile « mémo » supplémentaire sera ajoutée pour recevoir l’ensemble des stickers en braille. L’éditeur, aidé par l’association Accessijeux, effectue là une bien belle version alternative dont on aimerait en voir plus souvent.

De notre côté, on continue naturellement à suivre les nouveautés signées Ôz, surtout que du neuf arrivera prochainement. Mais pour l’instant, place aux donjons de Shy Monsters dont on vous conseille fortement de vous y risquer. Vous ne devriez pas être déçus !

La règle du jeu en français

(NDLR : Tous les visuels de ce billet d’actualité présentent la version « prototype » du jeu Shy Monsters.

Rédacteur de l’article : Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire