Accueil > Actualités > Titan, en emporte le vent…

Titan, en emporte le vent…

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 216 vues 11 minutes de lecture

25 mars 1655. Inspiré par les découvertes cosmiques de Galilée, l’astronome néerlandais Christian Huygen s’apprête à voir sa ténacité récompensée. Cherchant à étudier les anneaux de Saturne, il se met à observer patiemment la trajectoire d’un étrange petit point lumineux près de la planète et suit son évolution les nuits suivantes. Il n’en a alors pas encore conscience mais Huygens vient de découvrir Titan…

De Saturni luna observatio nova

Titan, également connue sous le nom de « Saturne 6 », est le plus grand satellite naturel de Saturne. Son diamètre est 6% plus important que celui de Mercure, mais 40% moins grand que la Terre. Par sa taille, Titan se place en deuxième position au rang des satellites du système solaire, juste après Ganymède, le plus gros satellite de Jupiter.

Et justement… Toutes nos félicitations ! La Corporation Stardrill vous a sélectionnés parmi tous les dossiers de candidatures pour incorporer l’équipage de la Mission Titan. Vous entrez donc officiellement dans la compétition. En tant qu’expert-mineur et pionnier, vous aurez donc l’honneur de faire partie du premier contingent d’humains à poser le pied à la surface de la plus grande lune de Saturne. (Dans ta face, Armstrong !) Toute la formation et l’équipement nécessaire pour accomplir votre tâche vous seront fournis par la corporation. Ceci comprend bien évidemment les plates-formes minières, les tuyaux d’extraction et les drones.

Votre mission… Jim…, si vous décidez de l’accepter, consistera à déployer votre réseau d’extraction à travers les différentes strates de Titan pour récolter du minerai et autres ressources. Ce que vous récolterez devra être rapporté aux installations de la corporation et vous permettra d’obtenir un pécule relativement important ; de quoi vous mettre vous et votre famille à l’abri pour un bon moment. Soyez le plus performant et le titre de Star-Mineur et ses avantages seront les vôtres. Bien évidemment, si vous-même où l’un de vos concurrents deviez être capturés ou tués, la Corporation Stardrill se verrait obligée de nier avoir eu connaissance de vos agissements…

Fortes fortuna juvat

Titan est un jeu de construction de réseaux conçu par Matthieu Podevin (dont il s’agit du premier jeu à être publié) et illustré avec brio par l’excellent Loïc Muzy (Eden, MYthic Battle, Rallyman GT, Fireteam zero…). Prévu pour 2 à 4 joueurs dès 14 ans pour une durée de partie moyenne variant entre 60 et 120 minutes, il est édité par Holy Grail Games. Le jeu bénéficie d’une première campagne de financement participative sur Kickstarter en date du 17 septembre 2019. Cependant, bien que financé à hauteur de $43’000 sur les $25’000 requis, l’éditeur prendra tout le monde par surprise en annulant la campagne 7 jours plus tard, soulignant les nombreux commentaires constructifs reçus depuis le début de la campagne et l’ambition du projet de ne rien laisser au hasard. Une nouvelle campagne est lancée un mois plus tard (à une vache près), se terminant le 19 novembre 2019 et atteignant plus de $135’000.

Comme vous l’aurez probablement compris, Titan est une sorte d’uchronie dans un futur éloigné. Les joueurs incarnent les employés d’une grosse Corporation (à la Shadowrunner) appelée Stardrill spécialisée dans le domaine du minage interstellaire. In fine, Stardrill a récemment acquis les droits d’exploitation de la plus grande lune de Saturne et s’apprête justement à y envoyer un équipage pour s’occuper de ses nombreuses ressources.

Dans ce contexte, la mission des joueurs va consister à blinder les cales du vaisseau cargo avec autant d’unités de ressources possibles dans l’optique de ramasser le plus grand pécule en fin de partie… Piece of cake. Ou peut-être pas ! 

Fiat lux !

Dans les grandes lignes, les joueurs vont disposer de 5 manches (appelés « cycles » au sein du jeu) pour remplir les soutes de leur cargo avec le plus de ressources possibles  et s’assurer ainsi le gain de la partie. Le sol de Titan comporte 6 type de ressources : Silicium, Eau, Hydrocarbures, Titanium, Deutérium et le Tholins. Les 4 premières ressources pourront notamment être utilisées en jeu pour activer, déclencher ou améliorer certaines choses. Le Deutérium permettra de rapporter des crédits en fin de partie, puisque c’est le minerai dont Stardrill est exclusivement friand. Cependant, la dernière ressource s’avèrera quelque peu indésirable… En effet, le Tholin est une substance organique qui pourra potentiellement faire perdre des Crédits en fin de mission. Les joueurs en récupéreront forcément en creusant plus profondément vers le centre de Titan, mais il leur faudra rester sur leur garde pour ne pas les laisser trop s’accumuler. En plus de la perte de Crédits, certaines des autres précieuses ressources pourraient alors se voir contaminées !

Certaines ressources n’auront aucun intérêt pour la Corporation Stardrill, rapportant peau de fesse en fin de mission. Cependant, il sera possible de remplir des « missions/commandes » régulières pour les autres planètes en fonction des ressources découvertes. Ainsi, pendant le tour d’un joueur, il sera possible de défausser des ressources pour remplir une « commande planétaire » permettant par la même occasion d’obtenir des Crédits tout en libérant de l’espace dans la soute.

Mais revenons à nos cycles. Chaque cycle/manche sera subdivisée en 4 tours. 

Stardrill fourni aux joueurs, une sélection de bâtiments appelés plateformes de forage. Chacune de ces plateformes est évidemment conçue pour puiser un certain type de ressource des profondeurs de Titan. Au début de chaque manche, les joueurs seront invités à placer des plateformes sur le plateau qui détermineront les actions qu’ils seront en mesure d’accomplir durant le restant de leurs tours. On notera une première petite subtilité (mais d’importance) ! Comme tous les joueurs travaillent pour la même Corporation, chaque Plateforme sera considérée comme neutre et accessible à tous les joueurs (sauf si améliorée et dès lors privatisée). Il s’agira donc de suivre soigneusement les actions des adversaires.

Il s’agira ensuite pour les joueurs de bâtir leur pipeline depuis leur base principale en plaçant des tuyaux à travers les différents niveaux de cratère de minage ; ce qui leur permettra d’acheminer les ressources au cargo. A chaque fois qu’une section de tuyau sera rattachée à la base, il s’activera automatiquement et permettra d’obtenir une unité de la ressource du type extrait par la plateforme concernée. Une fois récoltées, les ressources devront être stockées et gérées avec soin, car les joueurs ne disposeront que d’un espace limité dans leur soute. Une fois pleine, aucune ressource supplémentaire ne pourra être ajoutée sans en dépenser ou en abandonner d’autres au préalable. Comme indiqué tantôt, certaines ressources auront de la valeur pendant le jeu et pourront du coup être dépensées pour libérer de l’espace, tandis que d’autres ne seront utiles que pour marquer des points en fin de partie.

Alors que Blanche neige avait ses 7 nains, les joueurs bénéficieront de Drones pour les assister dans leur mission. En plus de transporter des ressources et d’éliminer le Tholins compris dans le réseau, les Drones seront en mesure de se connecter à une Plateforme pour augmenter son rendement ou rendre son amélioration moins coûteuse. Il sera également possible de les utiliser – en parallèle de Titanium – pour détruire des sections de tuyaux, soit dans le réseau d’un autre joueur, soit carrément dans leur propre réseau.

Pensant manifestement que le challenge principal proposé aux joueurs est à fortiori un peu léger, Stardrill mettra également à disposition des défis supplémentaires pour motiver ses joyeux lurons d’employés/joueurs ! Ceux qui parviendront à atteindre rapidement ces objectifs secondaires, se verront attribuer des Crédits. Les joueurs devront donc rester particulièrement attentifs…

En fin de partie, les joueurs passeront inévitablement par une phase de décompte qui permettra de déterminer les grand moulélé de la partie !

Odi panem quid meliora. Ça ne veut rien dire, mais on trouvait que cela sonnait bien… 

Autant le dire tout de suite, Titan est bien parti pour devenir une des jolies références ludiques de 2020 ! Le sentiment qui prédomine, c’est que rien n’aura été laissé au hasard… Jamais jeu n’aura aussi bien porté son nom. Un Titan qui aura demandé un travail titanesque ! L’auteur Matthieu Podevin, véritable passionné, a peaufiné son bébé durant 8 ans à grand renfort de travail, de tests et de recherches, désireux de proposer une expérience ludique inoubliable où la chance n’existerait simplement pas. Cette harmonieuse composition, délivrée sans compromis et combinée qui plus est, avec la volonté d’avoir quelque chose d’innovant physiquement, donnera lieu au plateau central en 3D (un composant majeur du jeu favorisant sans aucun doute l’immersion des joueurs).

Le gameplay a également été pensé dans l’optique de privilégier l’interaction entre joueurs, notamment par l’utilisation d’un système d’infrastructures mutualisées ; chaque joueur cherchant dès lors à étendre son réseau en explorant les territoires des uns et des autres, tout en exploitant les ressources à disposition. D’avis général, la mécanique fluide, le temps de jeu condensé et les objectifs spéciaux, changeant à chaque nouvelle session, permettent d’augmenter exponentiellement le facteur de rejouabilité !

Bien qu’il faille rendre à César ce qui appartient à César, il faut bien évidemment citer l’excellent travail de l’illustrateur Loïc Muzy qui semble avoir été très bien inspiré par le récit de l’auteur.

Sans équivoque, il nous semble certain que l’éleveur professionnel de chats, l’entrepreneur et le professeur d’histoire qui composent le noyau dur de passionnés derrière Holy Grail Games, ont eu le flair d’un cochon truffier en choisissant de se lancer dans cette aventure. Qui sait ? Le Graal pourrait bien ressembler à une boîte de jeu en fin de compte ? Seul l’avenir nous le dira. Ce qui est certain, c’est qu’il faudra encore s’armer un peu de patience : le jeu a été annoncé pour novembre 2020, si bien sûr, aucun retard inattendu ne venait à se greffer inopinément durant le voyage ; ce qui pour les campagnes de financement participative est malheureusement trop souvent devenue légion. Et aussi, que les cafouillages inimaginables de l’éditeur pour la livraison des pledges dans certains pays, auront été corrigés… On croise les doigts !

Rédacteur de l’article : Patrick

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire