Accueil > Articles > Autour du jeu > Les jeux de plateau en solo !

Les jeux de plateau en solo !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 742 vues 13 minutes de lecture

Depuis quelques temps on voit une prolifération d’un nouveau chiffre sur le nombre de joueurs de notre loisirs préféré : le « 1 ». Les modes de consommation changent, évoluent et il faut dire que le domaine du jeu de société est en pleine effervescence. Cela depuis quelques années déjà, on a remarqué que les jeux se sont simplifiés, les durées pour un gros jeu ont baissé (on est passé de 2h à 1h30). Et il y a eu la mode « kiloplastique » (pléthore de figurines plastifiées dans nos jeux), la qualité général du matériel a augmenté. Les joueurs jouent également seuls à des jeux de société !

Jouer seul à un jeu de société par définition ce n’est pas ce qu’il y a de plus palpitant, et bien plus maintenant ! De nos jours, il n’est pas toujours évident de s’organiser des soirées régulières avec trois ou quatre amis (voire plus) pour sortir nos boîtes de nos ludothèques avant qu’elles ne prennent trop la poussière. Le travail, les enfants, les autres loisirs (car oui, les ludophiles aiment également d’autres choses que les jeux de sociétés) sont entre autres plein d’excuses pour ne pas penser à s’organiser une soirée à la maison. Il y a les associations qui permettent de pratiquer régulièrement, mais elles sont souvent utilisées pour tester des nouveautés plutôt que pour se refaire une partie de V-Commandos par exemple.

C’est à cause de ces raisons, et bien d’autres en fait, que nous autres ludophages avons commencé à vouloir jouer en solo !

Avant même que les jeux soient définis comme jeux solo et multi-joueurs, tous pouvions jouer en solo aux jeux de coopération en incarnant plusieurs héros, rôles et en usant de notre schizophrénie afin de dialoguer avec nous-même sur les meilleures actions possibles. On notera par ailleurs que sans le savoir, régulièrement, lors de parties de jeux de coopération en multi-joueurs, un joueur devenait leader et « conseillait » aux autres les actions à faire (Pandémie, Andor, etc.).

Et on ne pouvait pas évoquer les jeux solo sans parler quelques instants de la particularité de ce mode sur des jeux qui ne sont pas toujours destinés à un joueur. Si le mode solo est devenu un effet de mode, ou peut-être même un argument commercial, on se retrouve parfois avec de mauvaises surprises. Certains éditeurs rajoutent un mode « un joueur » sur des opus qui ne le supportent initialement pas. Les règles deviennent parfois absurdes, sans aucune saveur ou même injouables. Le meilleur exemple est souvent les campagnes participatives qui rajoutent ces variantes en Stretch Goal. Pour faire plaisir aux joueurs qu’ils nous disent ! Vous voyez nos « warnings » qui s’allument ? Heureusement, cela ne représente pas du tout la majorité des jeux ou des éditeurs. Oui, beaucoup font les choses bien. Et heureusement ! Informez-vous quand même correctement avant d’acheter un jeu destiné à un joueur; soyez curieux, lisez les avis des joueurs, etc…

Mais entrons dans le vif du sujet et parcourons quelques (bons) exemples.

Des types différents de jeu en mode solo

A été identifié plusieurs types de jeux ayant un mode solo :

  • Les jeux coopératifs,
  • Les jeux à « course aux points »,
  • Les jeux où on affronte une intelligence artificielle,
  • Les jeux avec d’autres fonctionnements

Bien sûr cette liste n’est pas exhaustive. Dans ces catégories nous allons donc parler des modes solo de quelques jeux.

Jeux Coopératifs

Sur le 7th Continent… seul…

Tous les jeux coopératifs sans « Overlord » (maître du jeu) peuvent se jouer en solo. En règle générale, on joue seul plusieurs héros ou rôles et nous tenterons seul de venir à bout du scénario. Pour ces jeux, rien ne change vraiment par rapport aux parties en multi-joueurs, ou peu de choses. Si le jeu n’est pas prévu pour jouer seul alors vous tenterez de gagner avec une configuration similaire à une partie à 2, 3 ou 4 joueurs. D’autres jeux prévus pour un joueur et plus peuvent mettre en place des subtilités pour jouer avec un seul joueur ou des scénarios faits pour un joueur.

Quelques titres en exemple :

  • Zombicide: Vous incarnez un à plusieurs survivants et tenterez de venir à bout des missions proposées.
  • Le 7ème Continent: Survivant sur le 7ème Continent, vous allez devoir l’explorer et survivre pour venir à bout des malédictions.
  • 18 – Soldat du feu: Vous incarnerez plusieurs soldats du feu et tenterez de lutter contre un incendie tout en protégeant les habitants.
  • Pandémie : Vous jouerez plusieurs rôles et tenterez d’éradiquer les épidémies avant que les virus détruisent la population.
  • Andor: Vous jouerez un groupe d’aventuriers essayant de mener à bien les scénarios d’aventure dans lesquels vous vous trouvez.
  • 21 Days: Vous jouez 4 survivants  ou 3 survivants ainsi que le chien Scruffs qui ont échoué sur une île déserte et qui souhaitent s’en échapper sur un radeau, le but est qu’au moins un personnage survive durant 21 jours.

Les jeux à «course aux points »

L’excellent jeu solo « Nemo’s War »

Ce sont principalement des jeux de gestion et pose d’ouvriers qui prévoient de réussir un objectif en un certain nombre de tours mais surtout de faire le plus de points de victoire, parties après parties. Cela nous rappelle les jeux vidéo arcades où le but est d’être le joueur ayant fait le « High Score » (score le plus haut). C’est un mode compétitif et on peut trouver aux alentours de forums des comparaisons de scores.

Quelques titres en exemple :

  • Terraforming Mars: Peut être aujourd’hui le plus connu et joué en solo, le challenge dans Terraforming Mars est de réussir à terraformer la planète en 14 générations, s’en suit alors le but de faire le plus de points possible. Lors de la mise en place du jeu en solo sont placées une ville ainsi qu’une forêt pour le jeu !
  • A la gloire D’Odin (comme beaucoup de jeux d’Uwe Rosenberg) : Le but du jeu, comme en multi-joueurs est de faire le plus de points de victoire possibles en remplissant nos plateaux personnels et en organisant des raids. Le mode solo pour ce jeu fait qu’on utilise deux jeux de mepples afin de pouvoir bloquer des actions d’un tour sur l’autre.
  • Clans of Caledonia: Dans ce succès du dernier salon d’Essen (2017), le but du jeu est de faire un maximum de points de victoire. Dans la variante solo, tous les terrains à 1$ sont obstrués par le jeu et non accessibles, de plus au début des tours 2 et 5 le marché évolue via un lancer de dés. Un décompte spécial par nombre de colonies est fait en fin de partie et le jeu propose un classement selon le nombre de points final (161+PV : Génie conte 0-115PV : Débutant).
  • Nemo’s War: Un magnifique jeu de plateau dans lequel vous incarnez le Capitaine Némo, à bord de son célèbre Nautilus. Dans la variante solo (comme dans la variante à deux joueurs et plus), vous traversez un deck d’aventure et devrez survivre. Il faudra également récupérer des trésors et livrer bataille contre différents navires en prenant garde à ne pas réduire à néant votre mental, votre équipage ou la coque de votre navire. Une course aux points en guise de victoire, pour devenir le plus célèbre des mers.

Les jeux où on affronte une intelligence artificielle

Dans la conception de certains jeux, un vrai mode solo est pensé. Pour pouvoir le mettre en place, un bot (ou une intelligence artificielle) a été pensé, qu’il soit fait par tirage de cartes spécifique ou en suivant une ligne d’instruction sur un plateau secondaire. Souvent dans ces jeux l’intelligence est dure à battre et il faudra ruser de stratégies afin de pouvoir sortir vainqueur.

Quelques titres en exemple :

  • Dans « Scythe », jouez contre l’automa !

    Scythe: Le mode solo de Scythe vous voit affronter une faction dans la course aux objectifs et points de victoire. Cette faction est maîtrisée par un bot nommé Automa qui est géré via une pioche de cartes offrant des actions à votre adversaire. L’Automa va pouvoir poser des étoiles signalant son avancée dans le jeu au fur et à mesure. Plusieurs niveaux de difficultés sont prévus avec de moins en moins de tours de jeu possibles en augmentant la difficulté. Ce qu’il faut savoir de cet Automa c’est qu’il est très agressif.

  • Plague Inc : Le mode solo de Plague Inc. vous voit affronter une bactérie (ou virus) adverse automatisé par une ligne d’instructions. Ce « PlagueBot » permet un développement très rapide et dépend beaucoup de la chance au tirage des traits de la maladie. Le but du jeu est qu’en fin de partie il faut avoir plus de points de victoire que ce bot mais son développement rapide et sa dangerosité vous verront souffrir et il faudra cibler une stratégie d’expansion complète afin de pouvoir rivaliser.
  • Anachrony: Le mode pour jouer seul propose d’affronter un autre joueur manipulé par une intelligence artificielle appelée « ChronoBot ». Lors du tour du « ChronoBot », il faut suivre un certain nombre d’étapes et lancer un dé pour le tour d’action afin de connaître cette dernière. En fin de partie, vous gagnerez si vous faîtes plus de points que l’intelligence artificielle. Il y a trois niveaux de difficulté pour jouer contre le bot et permettre d’avoir des niveaux de challenge différents.

Autres fonctionnements

Il existe bien d’autres fonctionnements pour les jeux solos, qu’ils soient de la simulation de joueurs supplémentaires, de jeux entièrement solo, d’atteinte d’objectifs en commençant dans des situations prédéfinies, course aux points de victoire en un temps défini, etc… Il existe une multitude de jeux solos avec des systèmes différents qui ne manquent qu’à être connus.

Quelques titres en exemple :

  • Vendredi: Ce jeu est un jeu prévu pour une personne, on y trouvera donc pas d’adaptation du mutli vers le solo. Dans ce jeu, vous incarnerez vendredi et essayerez d’aider Robinson à survivre sur son île. Ce jeu est malin, simple à prendre en main et très difficile à gagner. Il y a plusieurs modes de difficultés mais gagner en niveau « facile » sera déjà plus que difficile !
  • Flamme rouge : Dans Flamme Rouge en mode solo, vous jouerez contre 1 à 5 équipes adverses, celles-ci ayant deux changements au niveau des règles : les coureurs de ces équipes ne récupèrent pas de fatigue lorsqu’ils doivent se fatiguer, les coureurs d’équipe adverse jouent avec la carte au-dessus de leur pioche (sans avoir de choix). Le joueur humain joue normalement.
  • Tribes, Early Civilization

    Tribes, Early Civilization: Le mode solo de ce jeu sera une course à la victoire pour atteindre 30 points de victoire. On jouera face à un joueur adverse qui essaiera si une tuile parmi les 3 premières disponibles le permet de construire une technologie. Vous devriez donc arriver à atteindre 30 points avant que le joueur adverse ait acquis toutes les technologies. On peut régler la difficulté en choisissant dans l’âge de bronze des technologies ajoutant des tuiles.

  • The Lost Expédition: Un titre dans lequel vous devez gérez une expédition dans la jungle pour rejoindre la cité d’El-Dorado. A l’aide de vos trois aventuriers et d’un deck de cartes, vous devrez, en mode solo, surmonter mille et un périls. Chaque jour, vous préparerez deux expéditions (le matin et le soir) et il faudra placer judicieusement les six cartes de l’expédition, faute de trouver… la mort !

Et vous, jouez-vous en solo ? Si oui, pourquoi et à quoi jouez-vous ? Qu’aimez-vous dans ce style de jeu ? Venons en débattre ensemble sur nos réseaux sociaux, Facebook et Twitter.

De nombreuses vidéo de parties solo sur Zone Jeux de société
Le site SessionSolo, consacré à du contenu pour 1 joueur
Le site spécialisé Plateau Solo

Rédacteurs de l’article : Sylvain, Léo

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire