Accueil > Actualités > Les news j2s > Galactic Warlords, j’étais un guerrier qui rêvait d’apporter la paix… Ou pas !

Galactic Warlords, j’étais un guerrier qui rêvait d’apporter la paix… Ou pas !

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 359 vues 10 minutes de lecture

Rédigé par le général chinois Sun-Tzu (5e siècle avant Jean-Charles), l’Art de la guerre est le tout premier traité de stratégie connu au monde. Un document dans lequel il est développé une approche martiale inédite consistant à contraindre l’ennemi à abandonner la lutte (sans se battre) en favorisant des concepts tel que la ruse, l’espionnage et une adaptation à la stratégie de l’adversaire. Bref, tout ce dont vous aurez besoin pour Galactic Warlords. Le nouveau Archona Games qui arrive pour Essen 2018 !

Galaxie de Preia, 46ème siècle…

Il y a 400 ans, les factions Altorans, Oku’Nar, Remmen, Felleriens, Praxis et Kiithos, toutes muent par une seule et même volonté d’unité, décidèrent de tout mettre en œuvre pour installer durablement la paix au sein de la Galaxie après des années d’hostilité et d’agression. Ainsi, après d’interminables négociations, la Fédération Galactique de Preiakka, symbole de paix et d’harmonie, vit le jour. Ce fut le début d’une période faste au cours de laquelle les six Grandes Factions se rapprochèrent et prospérèrent, favorisant les échanges commerciaux et culturels. Les peuples recherchant la diversité, la nouveauté, se mirent à voyager à travers la Galaxie de Preia pour découvrir ce que d’autres avaient à offrir… La Fédération colonisa d’innombrables mondes, accueillant d’autres membres en tant qu’égales…

Mais tout périclita subitement il y a 78 ans lorsqu’en 4596, le haut représentant de la République Fellerienne Aniur Lankhom, fut assassiné et que des membres de la faction Praxis revendiquèrent cet acte odieux. L’onde de choc fut immense et finit par déchaîner les passions. Les peuples cédèrent à la panique et un climat de méfiance à tendance exponentielle s’installa à l’instar des tensions entre Fellerien et Praxis. Et ce qui devait arriver, arriva : l’enfer se déchaîna, lorsqu’une flotte Fellerienne qui avait été affrétée à proximité de Praxis pour appréhender les tueurs, fut détruite par la flotte Praxienne. Ce fut la goutte qui fit déborder le vase et une guerre civile de teneur galactique éclata, brisant par la même occasion les fondements même de la Fédération de Periaka. Tant d’années de paix réduit à néant par une poignée d’individus vindicatifs.

Désormais, la Fédération de Periaka n’est plus qu’un lointain souvenir. Tout au plus une jolie histoire que d’autant considèrent déjà comme une légende que l’on raconte aux enfants pour s’endormir…

Il est de notoriété que les guerres civiles sont des maladies qui s’attaquent toujours aux plus faibles. Ainsi, bon nombre de factions militairement plus modestes qui brillaient autrefois par la splendeur de leur civilisation furent les victimes collatérales de ce conflit meurtrier qui ne laissa derrière lui qu’un vaste champ de ruine. Les hostilités atteinrent leur paroxysme, lorsque surgissant du chaos, de Puissants Seigneurs de Guerre se dressèrent au sein des factions prédominantes. Pourtant, certains y virent un signe et se mirent à espérer que de ce chaos naîtrait la vie, car souvent annonciateur de renaissance. Mais il n’en fut rien, bien au contraire… Les forts prirent d’assaut les plus faibles. De nouvelles factions jouèrent la carte de l’opportunisme, cherchant à s’accaparer des richesses qui leur faisaient défaut. Car même en ruine, les mondes marqués par la guerre avaient encore bien des ressources à offrir…

Étrangement, une question sous-jacente resta en suspens durant la totalité du conflit. Pourquoi les Praxis s’étaient-ils lancés dans une guerre qu’ils savaient de surcroit ne pas pouvoir remporter ?

Certains pensent désormais que la source de ce mystère réside quelque part parmi les débris des milliers de vaisseaux détruits qui composaient autrefois la flotte de la Fédération Preiakkaniène. Un mystérieux artefact aussi puissant que dangereux au potentiel inimaginable capable de définitivement rompre l’équilibre de la Galaxie… Un secret que le haut représentant Aniur avait probablement découvert et dont il voulait prévenir les dirigeants de la Fédération avant d’en être insidieusement empêché…

Aujourd’hui, l’Artefact semble s’être perdu dans les sables du temps et les ruines de la guerre, attendant cependant patiemment d’être un jour retrouvé…

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre

Galactic Warlords: Battle for Dominion est un jeu de déploiement tactique et de contrôle de zone conçu par l’excellent auteur grec Babis Giannios (Shadows over the Empire, Alexandria…) et illustré par Mihajlo Dimitrievski (Rise to Nobility, Cavern Tavern…). Prévu pour 1 à 4 joueur dès 8 ans pour une durée de partie moyenne de 30 à 90 minutes, le jeu a bénéficié d’une campagne de financement participative sur Kickstarter du 7 au 30 novembre 2017 qui s’est terminée avec succès, générant pas moins de 142% de son montant cible initial. Le jeu est édité par Archona Games et sera disponible en version anglaise pour la Spielmesse d’Essen 2018.

Dans Galactic Warlords, les joueurs incarnent des seigneurs de la guerre qui ont pour sombre but d’étendre leur domination sur une région galactique stratégique sérieusement disputée. L’objectif est d’accumuler le plus grand nombre de points de pouvoir (points de victoire) à la fin du jeu. Pour ce faire, ils devront jouer des cartes mercenaires dans leur zone de commandement. Chaque mercenaire débaroulant avec ses propres spécificités tels que troupes au sol ou systèmes de défense, et bien évidemment des capacités (actions) qui lui sont tout aussi propres telles que le déploiement des troupes au sol, la reconnaissance, l’art délicat et au combien mortel de l’assassinat et bien d’autres encore. En accomplissant les différentes missions des mercenaires (et éventuellement leurs missions secrètes), usant subtilement de la combinaison avantages/capacités, les joueurs seront en mesure d’asservir les planètes dans lesdites régions et de faire croître leur réputation.

En fin de partie, chaque joueur obtiendra des points de victoire pour l’accomplissement des missions de leurs mercenaires, de missions secrètes associées à d’autres point bonus. Celui qui aura accumulé le plus grand nombre de points à la fin du jeu sera déclaré Grand Seigneur de Guerre et in facto, vainqueur de la partie.

Des soldats pour exécuter le sale boulot

Globalement en schématisant un tantinet, les joueurs seront amenés à jouer des cartes auprès de leur plateau personnel, ce qui permettra de générer une certaine quantité d’actions et de placer des soldats sur le terrain (plateau du jeu) qui s’occuperont d’exécuter le sale boulot.

Le jeu se déroule au tour par tour et se décompose en 5 phases principales (dont certaines peuvent donner lieu à des phases subsidiaires).

Durant la première phase, vous aurez la possibilité si vous le souhaitez de « rappeler » une de vos unités de la zone de conflit pour la ramener dans votre base personnelle (caserne).

Pour la seconde phase, il s’agira de jouer une carte mercenaire de votre main pour la poser sur votre zone de commandement en la disposant si nécessaire auprès des cartes déjà présentes ; ce qui permettra dès lors de placer un nombre d’unités (figurines) en attente sur votre base personnelle (sorte de caserne en somme) équivalent au nombre indiqué sur ladite carte. Chaque carte mercenaire possède un demi-cercle de couleur de part et d’autre. Si la combinaison de carte côte à côte forme un cercle d’une même couleur, vous aurez la possibilité de placer une unité dessus qui obtiendra le titre top-moumoute de garde. En gros, un garde permet d’éviter qu’un vil adversaire abrège subitement la vie de l’un de vos mercenaires par une action d’assassinat.

La troisième phase dite d’action, vous permettra de déclencher tout ou partie des actions indiquées sur la carte mercenaire précédemment jouée. Il existe 4 types d’actions différentes : à savoir Bombardement arbitral, Assaut lourd, Appui du support et Opération secrète. Notez que certaines actions vous permettront des gagner en réputation, ce qui vous donnera accès à certains bonus… Il s’agira désormais de déployer vos unités sur une zone du plateau de jeu adjacente à une zone que vous occupez déjà. Qui dit déploiement, dit potentiellement tentative de contrôle d’une planète. Si la zone de déploiement contient malencontreusement des unités adverses, une phase d’invasion un tantinet hostile se déclenchera automatiquement dont l’issue sera déterminée par une certaine quantité de phases subsidiaires. Dans le cas échéant, vos unités prendront simplement le contrôle de la planète pour la Gloire de votre Imperium !

Lors de l’avant-dernière phase (Récupération), vous devrez procéder à un balai des unités sur votre base personnelle. A savoir, déplacer les unités requinquées de l’Infirmerie et de la zone de debrief (Decon) dans votre base (caserne) et déplacer les unités de la zone de mission sur la zone de débrief (Decon).

La dernière phase vous permettra d’engager un nouveau mercenaire – comprenez, piocher une carte mercenaire. La seule subtilité résidera dans le fait de choisir entre vous saisir de l’un des 4 mercenaires offrant ses services sur le marché commun (càd visibles pour tous les joueurs), soit vous saisir de la première carte de la pioche Mercenaire (ce qui permettra par la même occasion de défausser toutes les cartes du marché pour les renouveler).

Notez qu’à tout moment durant votre tour, vous aurez la possibilité de révéler un objectif de mission que vous aurez accompli ; ce qui vous permettra d’obtenir un bonus qui pourrait s’avérer décisif.

La partie se termine lorsqu’une des trois conditions est déclenchée. A savoir, :

  • si la dernière carte du marché des Mercenaire est piochée,
  • si un joueur atteint la dernière étape de la piste de réputation (espace rouge),
  • si un joueur joue un 4e mercenaire avec la même mission que 3 autres mercenaires dans sa zone de commandement.

Il ne restera dès lors plus qu’à comptabiliser le nombre de points de pouvoir/victoire pour désigner le vainqueur.

Un poste à pourvoir

Galactic Warlords est un jeu de combat spatial rapide, léger, tonique, tactique et über-tendu du slip qui intègre un ensemble d’objectifs très intéressants. La mise en place aussi simple que rapide, la variabilité de la configuration de départ, le processus de sélection des actions, le très haut niveau d’interactions entre les joueurs et la qualité indéniable du matériel comme des figurines sont autant de points positifs qui font pencher la balance des choix d’acquisition ludique en sa faveur, si tant est que vous soyez amateur du genre.

Qui plus est, a contrario de bon nombre de titre similaire sur le marché, Galatic Warlords est un jeu rapide : comptez environ 90 minutes à 4 joueurs (voire 2h maximum pour les premières tentatives). Bref, si vous faites partie des joueurs qui apprécient les jeux à confrontation directe et les interactions élevées, il se pourrait bien qu’un poste de Seigneur Guerre vous attende !

Des infos sur le site de l’éditeur

Rédacteur de l’article : Patrick

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire