Accueil > Actualités > Black Angel, prendrez-vous les commandes de l’un des jeux les plus attendus de 2019 ?

Black Angel, prendrez-vous les commandes de l’un des jeux les plus attendus de 2019 ?

par jeudeclick
Publié : Dernière mise à jour le 413 vues 5 minutes de lecture

39°45′55″N 86°9′45″W // Gen Con Indianapolis // Août 2019 : le Black Angel est enfin en approche. D’abord annoncé pour Cannes 2018, son développement s’est finalement légèrement prolongé (7 ans au total)… Mais il a su se faire attendre, et c’est peu de l’écrire !

Si le jeu fait rêver, c’est d’abord parce qu’il réunit un casting de haute volée. L’illustrateur Ian O’Tool (dont on parle beaucoup en ce moment pour son travail sur On Mars ou Clinic Deluxe) partage l’affiche avec le trio d’auteurs du fantastique jeu Troyes : Sébastien Dujardin, Alain Orban et Xavier Georges. A l’évocation de ce noms, vous aurez peut-être deviné que Black Angel est porté par l’éditeur Pearl Games, à l’initiative notamment du jeu Troyes… Mais aussi de Solenia qui connaît, depuis quelques mois, un très beau succès.

Solenia à qui le jeu emprunte l’ingénieux système de défilement, reproduisant l’avancée spatiale du vaisseau. Mais la comparaison s’arrête là. Car oui, Black Angel est un jeu de gestion à grosse profondeur stratégique.

Votre lourde mission : veiller au réveil de l’humanité

Avant d’être un jeu, le Black Angel est un vaisseau. Une gigantesque frégate transportant le patrimoine génétique de l’humanité et représentant le dernier espoir de survie de l’irresponsable race humaine. Parti d’une planète Terre devenue inhospitalière, le Black Angel, après plusieurs milliers d’années de voyage, se rapproche enfin d’une planète habitable, Spes. Chaque joueur joue une intelligence artificielle (IA) contrôlant de nombreux robots au sein de la frégate. L’IA qui se montrera la plus efficace en ayant collecté le plus de PV (Processus de Validation) se verra confier la mission de veiller au réveil de l’Humanité…

Une partie de Black Angel se déroule en une succession de tours de table, durant lesquels, les joueurs, les uns après les autres, doivent choisir parmi les deux séquences. Premièrement, jouer une carte (plateau individuel) + réaliser une action avec un dé + piocher 1 carte de la couleur du dé utilisé et replacer ce dé dans sa réserve. Ou deuxième séquence, relancer tous ses dés restants + défausser les cartes jouées de son plateau individuel + faire progresser le Black Angel sur le plateau Espace.

Le black Angel est donc présent deux fois sur la table de jeu. Les joueurs déplacent en effet la figurine qui le représente sur le plateau à défilement (plateau Espace), et peuvent, de cette manière, déclencher la fin du jeu en atteignant Spes. Mais le cœur du jeu se situe sur le plateau reproduisant l’intérieur du Black Angel. Ce sont dans les salles de la frégate que les joueurs, pour faire gagner leur IA, devront faire les choix de gestion de ressources les plus judicieux possibles.

Concrètement, vous aurez besoin de vaisseaux, de robots et de cristaux (monnaie d’échange). Avec vos ressources propres ou celles achetées à d’autres joueurs, vous pourrez explorer le plateau Espace avec vos vaisseaux (pilotés par vos robots), combattre les aliens malveillants, réparer les dégâts dus à ces rencontres belliqueuses mais aussi profiter de vos amis aliens pour progresser technologiquement. L’ensemble ayant des conséquences sur le nombre de dés utilisés, mécanique de base du jeu.

En Août, rendez-vous sur Spes !

À la lecture des règles, on ressent immédiatement l’air de famille avec Troyes et son système de dé/action. Comme pour son prédécesseur, on comprend qu’il faudra quelques parties avant de maîtriser les commandes du vaisseau. Les possibilités tactiques semblent pléthoriques mais le système de jeu paraît tellement travaillé qu’on s’imagine pouvoir les contrôler relativement rapidement. Passée la phase de découverte, nous nous attendons à des parties très fluides et rythmées.

L’univers « space opera » narrativement très riche, magnifiquement servi par les illustrations de Ian O’Tool l’est également par les mécaniques de jeu avec lesquelles il est très lié.

Pour toutes ces raisons, chez Jeudéclick, nous attendons le Black Angel avec une grande impatience et nous lui prédisons une belle réussite… Et comme l’auteur/éditeur Sébastien Dujardin a également évoqué la possibilité d’une future extension remplie de scénarios/campagnes, nous l’espérons sincèrement !

Le jeu sera jouable de 1 à 4 joueurs pour une durée de 60 à 120 minutes. La sortie est prévue pour la GenCon 2019.

Rédacteur de l’article : Marc

VOUS POUVEZ EGALEMENT AIMER

Laisser un commentaire